Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 12:30

 

La formation francaise the Boppin' Gliesers enregistre pour le plus grand bonheur des vinyls addict comme moi un 25 cm Gotta have my way sur l'incontournable label Crazy Times Records.

Nous trouvons Flying Jimmy (chant et contrebasse), Crazy Eddie Strings (guitare solo), Gaybeul (batterie) et JP au piano sur certains titres).

 

71TnjBhLYEL._SL1500_.jpg

 

Il se compose de 10 titres décapants entre rockabilly et White rock sauvage soit One night woman, I walk with you, Believe me lil' woman, She needs a man to shop, Boppin' Gliesers, Gotta have my way, Wild wild wild wild man, Lovely witch, Why? et Gang bang boogie.

 

 


 

 


 

 

 

22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 19:19

nullThe Casey Sisters & the Salt Flats Stompers est une formation féminine à deux voix dans la continuité stylistique des Collin’s kids qui enregistre l’album Crazee Speer pour le label Tail records. Le son est plutôt authentique sans être pour autant une copie conforme du made in 1950’s, la grande majorité des titres sont des compositions originales allant de titres Hillbilly rock à d’autres plutôt boogie rock ‘n’ roll , rockin’ blues ou rockabilly mais toujours avec une véritable inventivité aussi bien mélodique que musicale.


Crazy spree ; That's What I Need; Too Late To Rock; By & By; My Love Rolls On; Four Little Sparrow; I Can't Find The Doorknob; Dancin' Teardrops; Baby Me; Your Now Baby; Still I'm Thinkin' Of You; Don't Sweep Me UNder The Rug; Twelve O'Clock; Two Nights,Two Days; Grizzly Bear Stomp; Number One Man.

 

 

 

 

 

7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 05:31

Bobby Vinton est une des dernières teenage folder-copie-10.jpgidole, et probablement la moins rock, je me susi écouté des albums de ce dernier, et ils sont souvent dégoulinant de variété et d’orchestrations kitsh au point que j’ai même pensé ne pas parler de cet artiste. Je m’arrête sur le moins pire la compilation The Wonderful world of Bobby Vinton,  ou quelques ballades restent sympathiques comme  I Love You The Way You Are, Mr Lonely, Over The Mountain (cover de Johnnie and Joe nettement inférieur à l’original),  Blue Velvet (probablement le meilleur titre du disque car bien mené) et le folk What Color Is A Man sort aussi du lot car ayant un peu de rythme,

Pour terminer l’écoute des enregistrements de cet artiste explique sans aucun doute la percé des groupes anglais sur le marché américain à la même époque.

 

 

 

 

 

 

 

Published by beatnick bandit - dans Teen Rock
commenter cet article
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 04:50

Chris Montez s’est fait un nom dans l’histoire du rock 49912f6f4816e297be505ae65ce.jpggrâce à son immense tube Let’s Dance en 1961, c’est sous la direction du producteur Jimmy Joe Lee qu’il met en boite jusqu’en 1964 ses meilleurs titres. L’album Remusic Let’s Dance compile l’ensemble des faces enregistrées par Montez durant cette période. En toute logique c’est Let’s Dance qui débute le disque une mélodie efficace assoicié à un rythme tout aussi réussi à l’orgue hammond fait de ce teen rock rapide un incontournable rock du début des sixties, à noter le jeu de production réalisé avec l’enregistrement stéréo,les titres se partagent entre des ballades You're The One et All You Had To Do (Was Tell Me) ( mélancoliques dans le style de Ritchie Valens), It Takes Two ,Tell Me (It's Not Over) et Love me(très teen rock),  In An English Town (une cover de Ritchie Valens)du  rock ‘n’ roll  No! No! No! (avec des paroles en espagnol dans le style de La Bamba), Monkey Fever,  Shoot That Curl et  It's Not Puppy Love ( très  sixties avec orgue hammond), I Feel Like Dancing ( une rythmique à la Buddy Holly), Rock 'n' Blues (assez pêchu avec orgue et guitare), Chiquita Mia (de rythme medium et chanté en espagnol encore influencé par Ritchie Valens), I Ran (dans le style de Kansas city), He's Been Leading You On (merseybeat), Say You'll Marry Me (rock rapide dans le style de C’mon let’s go de Ritchie Valens), du twist avec Let's Do The Limbo, My Baby Loves To Dance (dans le style de let’s twist again) et Some Kinda Fun.

Au final un disque ne contenant que des titres plutôt réussi mais comme vous l’aurez compris assez souvent influencé par le style de Ritchie Valens.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Published by beatnick bandit - dans Teen Rock
commenter cet article
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 19:19

Las Vargas est une formation franco espagnole de jump LAS-VARGAS109.jpg& jive authentique avec chanteuse qui en 2010 enregistre l’album Shivers. Le style et le son très authentique et orchestré soutient avec talent la belle voix de la chanteuse Miss Sandra Vargas, nous trouvons  Pepper Hot Baby (un rock n’ roll aux sonorités jump mais aussi blues voir jazz), Dynamite version très originale du classique de Brenda Lee, Scream In The Night un jump rock fantastique, La Chica Alborotada (cover en  espagnol de Freddie Cannon), Barefoot Baby version jazzy rockabilly de Janis Martin, Two Long Years autres très belles cover de Janis Martin, He Ain't Mine No More un rock n’ roll medium de bonne facture avec rythmique hypnotique, Shtiggy Boom un boogie rock medium avec mélodie jazzy,  My Girl Josephine (cover de Fats Domino en version rockin blues influence Bo Diddley), Fujiyama Mama (version de Wanda Jackson très originale !!), La Plaga est un rock rapide dans le style de Good Golley Miss Molley de Little Richard  en Espagnol, Hey Memphis white rock dans le style de Little Sisters d’Elvis Presley et Boxcars est une ballade jive.

Comme vous l’avez compris, tout en restant très authentique nous sortons vraiment des sentiers battus avec cet album  qui fait un mixe unique de rockabilly, rock ‘ n’ roll et Jazz.

 

 

 

 

 

6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 19:07

Cherry Tess fait partie des chanteuses de rockabilly qui envahissent folder-copie-54.jpgla scène à la fin des années 2000’s son premier album It doesn’t matter sort sur Enviken et se compose de boogie rock comme Did You Know , I'm Gonna Tell , It Dosen't Matter, Just A Little More Lovin', Old Time Rock & Roll (de Joe Cocker) et Making Love With You Babe, du country rock Cinnamon Tree et Romeo, du rockabilly medium Fifteen Seconds (dans la veine de Wanda Jackson), Look At The Fool, du white rock avec You Lied To Me Honey,  du honky tonk rock comme I'm So Pleased With You, du pop rocker comme Big Love, du jump rock avec Where Why How, et du rock n’ roll classique avec Lover Please (de clyde Mc Phatter).

Album parfait  entrainant, irréprochable musicalement du grand rock n’ roll.

Devant la grande de qualité de cet album en 2010 Enviken renvoie Cherry Tess and the Rhythm Sparks pour un folder-copie-55.jpgsecond album Roc-A-Chicka.  Comme le précédent touche à plusieurs style le rockin’ blues avec Cry and smile et the wooble (de Clarence Frogman Henry), le rock ‘n’ roll blanc avec Rock a Chicka (cover de ), Youre driving me mad  (cover de Joe Ann Campbell) et I thought I told you not to tell him, ,le rockabilly baby i’m gone, Stop look and listen baby (medium)  et Cry and smile, du country rock avec What did you want of me (aux style rappelant les Burnette brothers), et Call it a day , du boogie rock avec Don’t call me crazy, Gotta lotta that et I’m not to blame, une ballade country dans le style Presley début sixties It’s a sin, et du rock ‘n’ roll rapide dans le style de Little Richard ou Don & Dewey avec  rock and roll in the groove.

Assez incroyable mais ce second album est aussi bon voir supérieur au précédent, une merveille.

En 2012, elle enregistre son troisième album toujours pour Enviken You can’t plan a thing.

Nous trouvons du white rock  Tick Tock folder-copie-56.jpg(dans le style de Spish splash), Still in love with you (une merveille) et Fire in the hole,  du country rocker avec Im comin home (dans le style de Mona lisa de Carl Mann), Next one in line, You can’t plan a thing du rockabilly avec  Kiss you at first sight (autre classique), I cant tell et le trés original I’m so nervous  un western swing Bunny boy, du jump rock avec Allright ok you win et du boogie rock avec Oh babe , Funny looking thing  (proche de Flying Saucers Rock ‘n’ roll)et Now do you hear.

Ce dernier album est dans la même veine que les deux précédent soit de l’excellent et indispensable rock n’ roll.

 

 

 


 


 
 

 

 


 

 


 

 

 

 


 
 

 
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 18:51

Jack and the Rippers (dont le nom vient du titre de Link Wray qui folder-copie-53.jpgfait référence au célèbre tueur en série) est une formation anglaise qui se forme en 1987 à Londres. Elle se compose de Nick « Nasty » Barnes (chant), Ian Fahy (guitare), Dean « Dacka dong » Morris (basse), et Rciky « Playboy » Mccann (batterie). Dés leur début ils se font une bonne réputation dans le circuit Rock ‘n’ roll londonien et en 1989 leur prestation au Hemsby Rock ‘n’ roll weekend leur donne une notoriété nationale et européenne, cette dernière va leur permettre de tourner aux USA.

Nous allons les retrouver avec un album qui sort en 2010 sur Foot Tapping Records Home in my Hand. L’album du son tranchant et rugueux mais toujours authentique est composé de covers de titres rares sortis aussi bien du répertoire rockabilly que blues avec le boogie rock ‘n roll Home in my Hand  (de Ronnie Self), du rockabilly aux influence blues comme Sugar Sweet (de Willie Dixon), Ain't Nothing True About, That's Life, 21 Days In Jail (Willie Dixon),  du rockabilly pur souche avec One After 909 (cover de Lennon  et Mc Cartney!) du pub rock  (proche des Flamin’ Groovies) mais aux sonorités white rock comme Doctor Doctor, un country rocker medium à la bonne mélodie Walk On By, du blues authentique avec When It Rains It Pours et un instrumental rockin’ blues Ripsnorter!.

Un album excellent, original et personnel à la fois moderne et authentique tout en ayant ce qu’il faux de sauvagerie pour séduire tout bon amateur de rock ‘n’ roll.

 

27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 21:37

Colbert Hamilton est folder-copie-1.JPGun pionnier du rockabilly britannique du début des 1980’s réalisant des albums avec ses Hellrazors, ici nous allons nous intéresser aux deux albums nettement plus néo rockabilly qu’il enregistre avec les Nitros en 1993 et 1994.

Le premier de ces albums Still Tagin Along ! enregistré sur Vinyl Japan nous trouvons au chant Colbert Hamilton au chant,  John O Malley à la guitare, Gary Day à la contrebasse et Rich Taylor à la batterie. Get Out Of My Sight met en avant un style néo rockabilly avec son moderne  mais de beaux passages musicaux, style que l’on tretrouve sur Cadillac Baby,  Get You Back,  Dead Of Night et New Place In Town , d’autres comme Cruel Hearted Girl et Gaze Into The Crystal ont un style toujours très moderne mais avec une mélodie pop new wave, Rollercoaster Rock est un rock n’ roll plus classique et Black Magic est un rockabilly rapide Wasn´t That Good est une cover du 3 eme album des Stray Cats,  Haunted Memories est une ballade jazzy.

Le second Wild At Heart est enregistré sur Nervous records Lucille, Wild At Heart, Abused By You, Boogaville sontcolbert-hamilton-wild-at-heart-cd.jpg des néo rockabilly rapides,  Still Rockin' After All These Beers, 99 Girls et High- Flyin' Cat sont  des néo rockabilly plus mediums,  Do You Wanna Rock est  aussi un néo rockabilly medium mais  tendant vers le psychobilly,  Too Late  et Boom boom sont des rockin’ blues, , Pass The Bottle To Me Baby est un rockabilly plus classique, The Boys Are Back In Town est une assez bonne ballade néo rockabilly, Bad Reputation est une cover du Reverend Horton Heat, Big In The World est une superbe ballade soul.

Voilà donc deux albums qui ne sera pas au goût de l’amateur d’authentique, mais qui possède une véritable qualité musicale, même si quelques fois le son et les mélodies sont trop moderne.

 

 

 


 

 

 

 

 
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 21:30

The Capris est la formation phare du folder-copie-52.jpglabel Gotham, dont la spécificité principale vient de la belle voix de son ténor féminin.  Le label Collectable consacre un album à leurs faces Gotham en tout 22 titres beaucoup de doo wop  lents et mélancoliques  God Only Knows, He Still Loves Me, You're Mine Again, It's A Miracle, Bless You, It Was Moonglow (titre présent aussi en Outtake), She Still Loves Me, Just A Fool et Please Believe Me, des rhythm and blues vocaux mediums comme How Long (teinté de cha cha cha), Let's Linger Awhile ( teinté de calypso présent également en outtake), Yes, My Baby Please  (présent aussi en outtake)et des plus rapides comme That's What You're Doing To Me (avec des harmonies gospels présent aussi avec une outtake) ,Milk And Gin et Too Poor To Love (vraiment superbe avec son rythme boogie woogie vitaminé), des doo wop medium My Weakness (trés bon titre présent en outtake), I Miss Your Love,

Un album contenant une majorité de titres lents, c’est bien dommage car la formation est encore meilleure dans les titres rythmés probablement la raison qui a poussé à augmenter leur nombre en proposantr des outtake des titres rapides et mediums)

 

 

Published by beatnick bandit - dans Doo Wop
commenter cet article
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 21:18

Cell Mates est un groupe de néo rockabilly anglais folder-copie-51.jpgqui enregistre en 1990 l’album On Parole ! pour Rage Record. Le groupe est formé de Steve au chant, Nick à la batterie, Kev à la guitare et Moff à la contrebasse. L’album se compose de néo rockabilly medium comme Road To Riches Road To Riches, The Contract, Russian Roulette (avec des accents psychobilly) et Tallulah, de néo rockabilly plus rapides Nobody's Guy (avec des airs de It’s all over now), The Hustler , Lady Seduction, Eyes That Didn't Care , On Parole et Getta'kick,  des rockabilly plus classiques comme Blue Moon Baby et une cover de  Riot In Cell Block No 9 des Coasters,

Ce n’est pas le disque de la décennie mais reste assez sympathique.