Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 18:24

Le rock ‘n’ roll anglais folder-copie-1.jpgest un style à part entière, bien qu’influencer par les USA, leur style vocal aussi bien que musical est sensiblement distinct. 

Bobby Angelo sans avoir la popularité d’un Cliff Richard ou d'un Marty Wilde, est un artiste qui mérite largement cet article.  C’est en 1960 que ce jeune homme qui idolâtre Gene Vincent et Eddie Cochran  fait ses début sous le nom de Bobby Vincent and the Shadows (évidement rien n’a voir avec le groupe instrumental qui interprète Apache) il est accompagné par  Peter Cresswell à la guitare solo, Jack Fry à la basse, John Keeton à la guitare rythmique et  Tony O Toole à la batterie. 

 En 1961 ils changent de nom pour Bobby Angelo and the Tuxedos, on peut noter qu’ils sont également le groupe de la chanteuse Susan Terry. 

C’est durant l’été 1961 qu’ils obtiennent un gros tube avec Baby Sittin’, couplé sur un simple avec Skinny Lizzie qui reste classé durant 6 semaines. Le groupe apparait alors à plusieurs reprises  dans l’émission TV Saturday Club.  Il s’en suit d’autres titres comme Don’t Stop et I Gotta have you. Le groupe fait une tournée en Angleterre, en Europe avant de s’installer en Suède.
L’album Baby Sittin’ with Bobby Angelo compile l’ensemble des faces enregistrées par l’artiste, il débute évidemment par Baby Sittin’ qui s’avèrent un excellent white rock se caractérisant par une sonorités « propres » et typique de la guitare Stratocaster, Don't Stop est une cover du superbe titre écrit par Norman Petty (Crickets) qui sonne en toute logique très Buddy Holly, Skinny Lizzie est un medium rock (face B de Baby Sittin’) avec une mélodie proche de Cliff Richard & the Shadows,  I Gotta Have You est un white rock dans le style des Rock d’Elvis Presley du début des années 1960’s. la qualité de ses 4 titres justifie à elle seule l’achat de l’album.
Cupie Doll est un teen rock vraiment bien vu avec sonorités Rhythm and Blues,  Somebody Touched Me est une cover du medium white rock du rocker américain Buddy Knox, Talk est un rock sixties écrit par Mike Berry, Staying Up Late est un teen rock medium,  Rip It Up est la cover aux sonorités sixties du classique de Little Richard, I Like The Way You Do It ce titre avec harmonica est dans la lignée des groupes du Merseybeat, Broken Dreams est un teen rock écrit par Mike Berry, Teenage Lover est une cover du white rock medium de Joey Castle, First Taste Of The Blue est un rock sixties dans le style de Gerry and the Pacemakers (écrit par Bob Montgomery ancien Crickets), You Still Look Good To Me est un teen rock medium, Mr Love et I Got Wise sont des rocks sixties dans le style des Roling Stones.
Même si mes goûts me font préféré les titres au son plus rock ‘n’ roll et moins sixties du début de sa carrière, l’enesemble tient plutôt bien la route et est assez varié évitant la monotonie.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 01:01

Billy Fury est avec Cliff Richard l’un des chanteurs anglais les plus célèbre au niveau international de la fin des 1950’s et du début des 1960’s.DSC06143.jpg
Ronald Wycherley  (alias Billy Fury) est né le 17 Avril 1940 à Liverpool. Il commence très jeune la musique par le piano et à 14 ans il achète sa première guitare. En 1955 il fonde son premier groupe. Il participe à des talent show avec succès et commence en 1958 à composé ses chansons. C’est grâce à un concert à Birken head qu’il est découvert par l’impresario Larry Parnes, qui a dans l’idée de trouver un rival à Marty Wilde.

C’est ce dernier qui lui trouve le nom de scène de Billy Fury et le fait remarquer par la presse habillement par un jeu de scène suggestif et provoquant. En 1959, Fury obtient son premier hit avec Maybe Tomorow, suivi de Margo (N°28 des charts UK)  et de Collette (n°9 des charts UK). Il parallèlement dans différents programmes Tv comme Strictly for sparrows et Oh boy. En Mars 1960 il se classe n°19 avec That’s Love, n°25 avec  Wondrous place et n° 14 avec A thousand stars . C’est cette même année que sort sont premier et absolument indispensable album The Sound Of fury, sans doute le seul album de rocker anglais de cette période que l’on pourrait qualifier de rockabilly, il y est accompagné par Joe Brown à la guitare solo et les chœurs des Four Jays. L’album se classe à la 18 eme place des UK charts album.

Fury est accompagné rapidement par des musiciens attitrés The Blue Flames (avec Georgie Fame au piano) puis à partir de Janvier 1962 par The Tornadoes (qui sont le second groupe instrumental majeur de Grand Bretagne à l’époque aprés The Shadows). Mais dés 1961 il laisse le rock n’roll pour les ballades  comme Halfway to paradise (N°3 des charts), Jealousy (N°2 ), I'd Never Find Another You (n° 5) et Don’t worry (N°40). Son album Halfway to paradise contenant le tube en question se classe n°5 des charts UK

Sa réputationfury est dés 1962 plus à faire et il apparait dans son premier film Play it cool film dans lequel on retrouve d’autres chanteurs de l’époque comme Helen Shapiro, Danny Rivers, Shane Fenton et Bobby Vee et grâce auquel il obtient un tube Once upon a dream (n°7). De 1962 on peut également cité d’autres hits comme Letter Full of Tears (n°32), Last Night Was Made for Love (n°4) et Because of Love (n°18).

 En 1963 il tourne son second film We want Billy! dont l’album se classe n°14 des charts et enregistre l’un des premiers albums live de l’histoire du rock anglais Billy contenant des covers de Rhythm and blues comme Unchain my heart, et qui se classe n°14 des charts UK.
Il obtient cette année là des hits avec Like I've Never Been Gone et When Will You Say I Love You (tout deux N°3), In Summer (n°5), Somebody Else's Girl (n°18) et Do You Really Love Me Too? (n°13).

En 1964 il obtient a nouveau des hits avec I will (n°14) et It’s only make believe (n°10)

En 1965 il apparait dans le film I’ve gotta horse et  obtient d’autres hits avec I'm Lost Without You  (n°16), In Thoughts of You (n°9) et Run to My Lovin' Arms (n°25).

En 1966 il obtient ses 2 derniers hits de la décennie avec I'll Never Quite Get Over You (N°35) et Give Me Your Word (n°27) pour Decca qu’il quitte pour fury2.jpgParlophone.

Après une absence à cause de problèmes de santé à la fin des sixties il apparait en 1973 dans le film That’ll be the day au côté de David Essex et Ringo Starr. Au milieu de la décennie il part en tournée au côté de Marty Wilde.
Dans les années 1980’s malgrés une santé fragile il signe chez Polydor et revient dans les charts avec Love or Money (n°57 en 1982), Devil or Angel (n°52 en 1982) et Forget Him (n°59 en 1983). Fury décède en Janvier 1983 ce qui fait de Forget him un succès posthume.

Au niveau des disques je possède évidemment le 25 cm 33 tours The Sound of Fury (Decca LFT 1329) qui est un des albums incontournables de l'histoire du rock n'roll. Billy est accompagné par Reg Guest au piano, Joe Brown à la guitare, Alan Weighell à la basse, Bill Stark à la contrebasse, Andy White à la batterie et The Four Jays aux choeurs et interprette That's Love, My davice, Phone call, You don't know, Don't say it's over, It's you i need et Don't leave me know qui sont des compositions de Fury mais également Turn my back on you, Since you've been gone et Alright goodbye écrit spécialement pour lui par Wibert Wilberforce.

Je possède d'autres album de Billy Fury, comme Billy Fury The E.P. Collection (See For Miles records - SEE 59) nous trouvons Margo et My christmas prayer (1959), You're having the last dance for me (titre popularisé par the fury3.jpgDrifters), Would you stand by me, Don't Jump (1961), I love how you love me, play it cool, Please don't go et Please don't go (1962), Don't walk away, Wondrous place, What am i living for, That's enough, Keep away, What did i do et Nobody's child (1963), Turn your lamp down low, Saved, You got me dizzy et I can feel it (1965) et I'll never quite get over you (1966).

L'album The Billy Fury Hit Parade (Decca -Tab37) compilant l'ensemble de ses tubes qui rentrent au hit parade entre 1959 et 1965 soit Maybe tomorrow (1959), Collette, That's love (1960), A thousand stars, Halfway to paradise, Jealousy, I'd never find another you (1961), Last night was made for love, Once upon adream, because of love (1962), Like i've never been gone, When will you say i love you, In summer, Somebody else's girl (1963), Do you really love me too, I will, Its only make believe (1964), Lost without you, In thoughts of you et run to my lovin' arms (1965)

L'album de 1963 Billy "Sixteen great songs snug by Billy Fury" ( BGO LP17) contenant que des covers soit  We were meant for each other, Hw many nights, how many days, Willow weep for me, Bumble bee, She cried, Let me know, The chapel on the hill, Like fury4.jpgi'venever been gone, A millin miles for nowhere, I'll show you, Our day will come, All my hopes, One step from heaven, One kiss,Hard times et  (Here am i) Brocken hearted.

Enfin je possède le double lp Billy Fury Collection "The collector series" contenant le génial rock n'roll Don't knock upon my door de 1959 comme d'autres titres également présents comme Margo, Maybe Tomorrow et Gonna type a letter, Don't leave me this way, Collette, Turn my back on you et Alright, goodbye de 1960, Halfway to paradise et Cross my heart de 1961, I love how you love me, The twist kid et Jealousy de 1962, Kansas city, When will you say i love you et Do you really love me too de 1963, Glad all over (rien n'a voir avec le titre de Carl Perkins) et The hippy hippy shake (de Chan Romero) de 1964, In throughts of you et Run to lovin' arms de 1965 et In summer et Nobody's child de 1971.

 

 

BILLY FURY- ONCE UPON A DREAM

 

 

Billy Fury Nothing Shaking

 



 

 


Thats Love - Billy Fury

 


  MAGIC - SHANE FENTON AND BILLY FURY

 


 

 


 

Découvrez la playlist Billy Fury avec Billy Fury, The Gamblers

 


 

Repost 0
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 22:15

C’est essentiellement grâce à la tournée lang.jpgtriomphale en Grande Bretagne de Bill Haley que le Royaume Unis découvre le Rock n’roll. C’est sans doute aussi pour cet raison que Gordon Langhorn (alias Don Lang) joueur de Trombone et chanteur fasciné par le rock n’roll forme Don Lang and his Frantic Five. Le style du groupe est un Jump rock sinspiré des enregistrements Decca de Bill Haley and his Comets. Le goût des teenagers britanique de plus en plus attiré par le Rock n’roll lui permet de devenir rapidement une vbedette nationale passant dans le show musical télévisé de la BBC Six Five Special. En 1958 il atteint le top ten des charts de Grande Bretagne grâce à sa cover très rock n’roll de l’amusant Witch Doctor.
L’ensemble de ses faces 1950’s sont d’une qualité irréprochable dont certaines compositions comme son fameux Red Planet Rock de 1956 sont de véritables merveilles. On peut noter aussi en 1955
Cloudburst / Seventeen (cover des Fontane Sisters), en 1956 Rock Around the Island / Jumpin' to Conclusions, Rock and Roll Blues / Stop the World I Wanna Get Off, Sweet Sue Just for You / Lazy Latin et son classique Red Sputnik Rock (Red Planet Rock) / Texas Tambourine, en 1957 Rock Around the Cookhouse / Rock Mister Piper, Rock-A-Billy (cover de Guy Mitchell) / Come Go With Me (cover des Del Vikings) et School Day (Ring! Ring! Goes The Bell) (un cover de Chuck Berry qui lui permet de d’arriver à la 25 eme place des charts), Witch Doctor et A Hoot and a Holler / See You Friday et c’est en 1960 avec Sink the Bismarck qu’il obtient un dernier petit tube se classant à la 43 eme place des charts britanniques.
Devant son succès R-2300820-1275409861.jpgartistique, il fait repeindre avec humour sa Vauxhall Cresta en rose en référence à la Cadillac Rose d’Elvis Presley. Au début des sixties il revient en studio reprenant des classiques du rock us des 1950’s avec (mode du twist oblige) des chœurs qui chantent en rythme les mots Twist ! twist ! rajouté en studio !!
On peut noter également que l’on retrouve Lang au trombone sur le titre Revolution 1 un morceau du White album des Beatles. Il se retire de la musique à la fin des 1980’s, de son côté son fils Brad est bassiste sur des sessions de groupes comme ABC, Jade Warrior, Wham ! et Whishbone Ash. Don Lang décède d’un cancer à 67 ans tandis que ses enregistrements 1950’s sont réédité par Castle Communications.

Je posséde l'indispensable 33 tours Charly records / See-for-miles records  (CM 119) Don Lang and his Frantic 5 Rock rock rock, contenant 22 excemllents jump rock n'roll soit de 1956 Come go with me, Rock and roll blues, Rockaround the island et I want you to my baby, de 1957 Red planet rock, Texas tambourine, School day, Rock mister piper, rock around the cookhouse, Rock, rock, rock, rock-a-billy, Six five special et Four brothers, de 1958 Queen of the hop, Ram shackle daddy, 6-5 hand jive, Tequila, Hey Daddy et Witch doctor, de 1959 See you friday et de 1960 They call him cliff et Time machine.

J'ai également l'étonant The original Don Lang & the Twisters  Top twenty twists sur See-for-miles records (SEE 35) qui compile 20 titres de Don Lang avec un nouveau groupe the Twisters enregistré en 1962 sur Decca records. The twisters sont en réalité un groupe de sessionsdon_lang__witch_doctor3600.jpg réuni par le producteur Jack Good est formé par Red Price au saxophone, Reg Guest au piano, Andy White à la batterie, Big Jim Sullivan à la guitare et les Vernon Girls aux choeur faisant des: "Twist! twist!. La qualité est là mais cela reste des titres  infèrieur saux enregistrements 1950's de Lang avec ses Frantic 5. Nous trouvons les titres Whole Lotta Shakin´Goin´On (Jerry Lee Lewis), Great Balls Of Fire (Jerry Lee lewis), Rock Around The Clock (Bill Haley and Comets), I Go Ape (Neil Sedaka), Move It (Cliff Richard), Jailhouse Rock (Elvis Presley), Way Down Yonder In New Orleans (Gary Us Bonds), Wiggle, Wiggle, What´d I Say (Ray Charles),  Quarter To Three (Gary Us Bonds), Hit The Road Jack (Ray Charles), Sweet Little Sixteen (Chuck Berry), All Shook Up (Elvis Presley),  Chantilly Lace (The Big bopper),  Shake,Rattle And Roll (Bill Haley and Comets), Yakety Yak (The Coasters), Be-Bop-A-Lula (Gene Vincent and Blue Caps), Hound Dog (Elvis Presley), Splish Splash (Bobby Darin) et New Orleans (Gary Us Bonds).

Enfin je possède le fameux Ep 45 tours Don Lang and his "Frantic Five" La voix de son maitre (7 emf 156) rassemblant les titres Witch doctor, Red planet rock, Cool baby cool et Texas tambourine.

 

Don LANG & His Frantic Five " Boy Meets Girl " !!!

 

 Don Lang & His Frantic Five - White Silver Sands [1957]

 


Don Lang - Red Planet Rock

 

 

DON LANG & HIS FRANTIC FIVE - 'Rock Mister ...
 

DON LANG & HIS FRANTIC FIVE - 'White Silver Sands'  

 

DON LANG & HIS FRANTIC FIVE - 'School Day

 

DON LANG & HIS FRANTIC FIVE - 'Rock Around The Cookhouse'

 DON LANG & HIS FRANTIC FIVE - 'Hey Daddy'


DON LANG & HIS FRANTIC FIVE - '6-5 Hand Jive'  
Repost 0
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 16:20

Cliff Richard devient à la fin des années 1950’s richard.jpgle chanteur de rock britannique par excellence, une sorte de Elvis à l’anglaise. Sa popularité est mérité en effet les enregistrements qui fit avec ses Shadows mérite largement le détour avec quelques un des meilleurs titres de l’histoire du rock anglais comme entre autres  Move it, Dynamite, Apron string  et Dancing shoes.

C’est en 1958 que Harry Rodger devient Cliff Richard, son groupe s’appelle dans un premier temps The Drifters (mais à fin de ne pas faire d’erreur avec la formation de doo wop américaine), ils deviennent The Shadows. Le 9 aout il signe avec Columbia records (filiale de EMI). Le 29 Aout il met en boite l’un des meilleur rock de l’histoire Move itqui sera un énorme tube se classant N°2 au hit parade en Grande Bretagne. Le 13 Septembre il fait sa première télé et en Octobre commence sa première tournée au Royaume Unis.

Dés 1959, il est le chanteur le plus populaire de Grande Bretagne vedette incontesté des revues pour adolescent, obtient du New Musical Express (NME) son premier award, et obtient 2 N°1 avec Living doll et Travelling light et joue dans deux films dont il est la vedette Serious charge et Expresso bongo

En 1960, il passe dans des émissions de TV qui lui sont consacrés, fait une saison au London Palladium, obtient deux autres énormes tubes avec Please don’t tease et I love you, en Mars il va aux USA pour la promo de Expresso Bongo. Il fait un concert pour la reine et obtient des hits avec 5 simples, 6 eps et un album.DSC06900.jpg

En 1961 Il joue dans un nouveau film The Young Ones  pour lequel le titre phare The young onesdevient N°1 et se vend à 1 million d’exemplaire, il devient une vedette internationale et commence à tourner dans le monde entier, le lp 21 today qui sort pour ses 21 ans est en haut des charts de lps. Le Variety Club of Great Britain fait de lui « Show business personality of the year ».

En 1962 The Young Ones est un énorme succès dans plusieurs pays, Summer Holiday (Son troisième film) est tournée il se déroule dans 5 pays différents et l’équipe de tournage parcourt 3000 miles. Son plus gros tube de l’année est Bachelor boys.

1963 première année de la Beatlemania, mais aussi  la première de Summer Holidayà lieu le 10 Janvier, il part en tournée en Espagne au Kenya et dans différents pays, il part visiter les USA et fait une apparition à l’émission de tv the Ed Sullivan Show.

Les années suivantes nous interesse moins en effet Cliff s’éloigne doucement du rock n’roll, on peut noter qu’il participe deux fois à l’eurovision en 1968 et en 1973, et obtiendra des tubes tout au long de sa carrière jusqu’au années 1990. Pour donner un exemple de sa popularité dans son pays, il est fait  Officier de l'Ordre de l'empire britannique en 1980 et anobli en 1995.

Au niveau des albums 33 tours nous allons plusDSC07258.jpg particulièrement nous inyterressé à ses 3 premiers soit deux de 1959 et un troisième de 1960, le premier 33 tours Cliff (pour la Grande Bretagne Columbia /Emi 5C052-05071) et Dance with Cliff Richard ( pour la France  Pathe Marconi / Columbia FPX 185 S) est probablement l'un des albums les plus rock n'roll européen avec de véritables merveilles de rock comme Move It et Apron Strings et les deux premiers instrumentaux des Shadows (sous le nom des Drifters) Jet Black et Driftin' le reste de l'album est fait de cover de rock n'roll américains complètement adapté pour Cliff par le talent des Shadows du grand art, on trouve My babe (Little Walter), Down the line (Roy Orbison), I got a feeling (ricky Nelson), Baby i don't care et Too much (popularisé par Elvis Presley), Donna (Ritchie Valens), Ready Teddy (Little Richard), Don't bug me Baby (Larry Williams), That'll be the day (Buddy Holly & Crickets), Be-bop-a-lula chanté par les Shadows (Gene Vincent and the Blue Caps), Danny (popularisé par Fabian) et Whole lotta shaking goin on (Jerry Lee Lewis) du grand art rock n'rollien enregistré avec un public.

 Le second 33 tours Cliff Sings (Columbia / Emi 5C052-05072 M) est majoritairement dans la même veine pur rock n'roll avec des covers de rock américains totalement réappropriées comme Blue Suede shoes et Pointed toe shoes (Carl Perkins), I gotta know et Mean woman blues (Elvis Presley), The snake and the Book worm (Pat Shannon), I'm Walking (Fats Domino) Here comes summer (Jerry Keller) et Twenty flight rock (Eddie Cochran)DSC07240.jpg  mais malheureusement les deux faces se terminent par des ballades variétés assez indigestes  I'll string along with you (chanté aussi par Sinatra) et  Embraceable you (Gerschwin), As time goes by (chanson du film Casablanca), The Touch of your lips (Nat King Cole) , I don't know why, Little thing mean a lot (KittyKallen), Somewhere along the way (Nat King Cole) et That's my desire (titre chanté par Sammy Kaye est ici sans intérêt et pourtant qui sera transcendé par la cover qu'en fit Buddy Holly.

Le troisième Me and my Shadows (Columbia 33SX 1261) est beaucoup plus égal et supèrieur  que le précédent et contient que des compositions originales  entre rock n'roll rapide, médium rock et ballade rock de grande qualité comme I'm gonna get you, You and I, I cannot find a true love, I cannot find a true love, Evergreen tree, She's gone, Left out again, Lamp of love, Choppin' n' Changin', We have it made, Tell me, Gee Whiz it's you, I love you so, I'm willing to learn, I don't know et Working after school  et Youre just the one to do it écrit par Otis Blackwell.

Nous veront dans un autre articles les albums du début sixties de Ciff Richard and the Shadows.

 

Au niveau des CDs le double Magic Records Dance with Cliff Richard (3930083) qui reprend au recto la pochette française du premier lp contient  l'intégrale de ce dernier mais également la version studio du chef d'oeuvre Move it (sur le lp c'est du live) 3 autres petits chef d'oeuvre comme School boy crush, Mean streack et Steady with you  correspondant à son premier ep français et une version live de 1959 inédite jusque là de One night.cd-cliff-richard.jpg

Le second CD permet de posséder tout les autres premiers ep 45 tours de Cliff Richard and the Shadows (the Drifters) tous absolument indispensables à l'amateur d'excellent rock n'roll soit le Living doll , No turning back, Mad about you et Chinchilla du nom de Teddy Boy!, le Travellin' light, Dynamite, Nevermind et Livin' lovin' doll, le A voice in the winderness, Love, The shrine on the second floor et Bongo blues, le Fall in love with you, The snake in the bookworm, Don't be mad at me et Willie and the handjive et le Please don't tease, nine times out of ten, Twenty flight rock et Thinking of our love et une version différente de A voice in the Wilderness (issus du simple).

 

Merci à André Bette (www.classic21.be(émission cool cats et dr boogie) et www.memoire60-70.be)

pour ces deux rares Cliff Richard de cette pèriode:

cliff-richard-dynamite-copie-1.jpg

Ep Columbia avec Donna et Danny du premier lp et Travellin' light et surtout le génial rock Dynamite.

 

cliff-richard-78-tours-copie-1.jpg

78 tours Columbia DB.4203 High Class Baby

 

Cliff Richard & the Shadows - Be bop a lula

 

 

 

 

1960 cliff et les shadows..vintage video clip ..please don't tease..falling love with you..the youg ones

.
Découvrez la playlist Cliff Richard avec Cliff Richard & The Shadows
Repost 0
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 21:22

Joe Brown originaire du Lincolnshire,DSC06918 est le guitariste britannique de studio et de live le plus  célèbre de la fin des 1950’s et début 1960’s. En 1956 Brown part s’installer avec sa famille à Londres, il forme alors son premier groupe The Spacemen (un groupe de skiffle). En 1958, le producteur Jack Good fait de Joe Brown le guitariste leadeur de sa nouvelle émission tv  Boy meets Girls (devenu légendaire depuis dont on peut noter le passage d’Eddie Cochran). Il est le guitariste des tournées de Gene Vincent et d’Eddie Cochran en Grande Bretagne.

En 1959 il signe un contrat avec Decca records, et sort son premier simple People Gotta Talk début 1960, il signe avec l’impresario Larry Parnes et enregistre son second simple  Jellied Eels et c’est avec son troisième simple Decca qu’il obtient cette même année son premier tube avec The Darktown Strutters Ball. En 1961 il signe chez Piccadilly records il enregistre cette année là 3  simple sur Piccadilly :  I'm Henry The Eighth suivi de Crazy Mixed Up Kid et c’est aussi avec son troisième simple Shine / The Switch qu’il obtient son second tube nationale. Durant ses sessions son groupe est The Bruvvers ces derniers donnent aux enregistrements de Joe un style très personnel, nous trouvons dans ce groupe deux membres des Spacemen les frères Tony and Pete Oakman.

En 1962 Joe Brown and the Bruvvers font leur première tournée nationale, publie 4 simples qui se classeront tout les 4 aux hits parade britannique What a crazy world livin’ in suivi de A Picture of you (gros tube qui atteint la seconde place des charts), suivi de Your tender look et de It only took a minute (également un gros tube qui atteint la 6 eme place du hit parade), il est élu par le magazine NME le chanteur de l’année. En 1963 il obtient trois nouveaux tubes avec That's What Love Will Do, Nature's Time For Love et Sally Ann.

Durant le reste des années 60 il continu à enregistrer de très nombreux titres et participe à  un spectacle au côté de Marty Wilde What a Crazy World, à des films dont Charlie Girl in the West End et à des programmes tv variés dont une émission pour enfants de la BBC television du nom de Joe & co.

Je possède son album A picture of you sur Golden Guinea (GGL 0146), il est relativement inégal, dans l'ensemble plutôt pop que rock, A Picture of you est sans aucun doute le meilleur titre avec sa mélodie particulièrement réussie sa guitare électro accoustique des plus réussie et sa production quasi spectorienne, sort également du lot l'instrumental The Switch trés rock sorte de pont entre lestyles des Shadows et de Johnny Kidd, Stick around un médium rock trés réussi dans l'esprit des ballades de Buddy holly et les meilleurs Bobby Vee, et Talking guitar est un trés original et trés bon blues dans l'esprit d'Eddie Cochran, à côté de ces bons titres d'autres restes relativement interressant sans être transcendant comme le Skiffle country Bluegrass Lonely Island Pearl, le sympathique médium rock amusant Shine, la ballade pop skiffle What a crazy world we're living in et l'instrumental Pop corn (différent du titre de Benny Hill) qui est assez réussi, le reste est quand même un peu pénible et vraiment trop variété malgrés les passages de guitare souvent interressants comme les titres A lay-about's lament, The surrey with the fringe on top (malgrés ses sonorités skiffle est vraiment trop variété), Good Luck and goodbye, I'm Henery the eighth i am, English Country garden et Put on a happy face.


Joe Brown - A Picture Of You


Joe Brown And The Bruvvers It Only Took A Minute
Repost 0
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 22:04

Johnny Kidd & The Pirates est le groupe de Rock n'roll britanique qui fait lkidd.jpga transition entre le rock n'roll des Fifties de Chanteurs comme Tommy Steele, Terry Dene ou Cliff Richard qui s'inspirent tout en l'adaptant la musique des Rockers américains, vers celui des groupes qui révolutionnent la musique au milieu des sixties comme les Beatles, les Rolling Stones ou les Who.
Johnny Kidd (de son vrais nom Frederick Heath) est né à Willesden en Angleterre en 1935. Comme de trés nombreux rockers il commence dans les fifties en faisant du skiffle, mais doucement il commence à intégrer de plus en plus dans ses formations suivantes des titres de rhythm and blues.
Kidd forment ses premiers Pirates, on y trouve Clem Cattini à la batterie, Alan Caddy à la guitare et Brian Greg à la basse et enregistre pour Hmv sous la houlette de Walter J.Radley le premier et génial premier simple Please don't touch /Growl en Mai 1959, Please don't touch est en effet un rock efficace et sans compromission au teen rock (style qui commense déjas à séduire certains rockers britaniques) qui se caractérise par sa rythmique hypnotique et l'écho sur la voix de Johnny, le résultat est réellement époustouflant dans la lignée du Brand new cadillac de Vince Taylor.
Ce classique du rock n'roll devient un tube en Grande Bretagne se classant à la 25 eme place des charts britaniques.
Ce single est suivi en fin d'année par un second If You Were the Only Girl in the World / Feelin (1959).
Début 1960 parait son troisième simple You Got What It Takes / Longin' Lips, sans véritable succés notable mais c'est surtout grâce à son quatrième simple de Juin 1960 qu'il rentre dans l'histoire de la musique Shakin' All Over / Yes Sir, That's My Baby.
Le titre devient n°1 dés Aout 1960, il se caractérise par son intro et son solo de guitare qui sont des modèles du genre réalisés par Joe Moretti (dont certains plan se retrouve dans Restless qui est couplé à Magic of Love sur le cinquième simple du groupe de Septembre 1960, le fameux effet de slide guitare est réalisé par le glissement sur les cordes de la guitare du briquet de Brian Gregg par Moretti.
Shakin' all over est avec Move it de Cliff Richard le second meilleur single de rock classique  britannique pour les critiques rock Roy Carr et Tony Tyler.
En 1961 parait deux autres simples de solides rocks Linda Lu / Let's Talk About Us en Mars 1961 et  Please Don't Bring Me Down / So What en Septembre. So what avec son trés bon solo de piano de Thunderclap Jones  fait un petit hit, mais surtout devient le troisième classique de Johnny Kidd. On peut noter également des tournée de Johnny et son groupe avec Gene Vincent et Vince Taylor. Mais à la fin de l'année les membres des Pirates Clem Cattini, Alan Caddy et Brian Gregg rejoignent le groupe instrumental the Tornadoes de Joe Meek.
Cela n'empêche pas Johnny Kidd de sortir en Janvier 1962 le simple Hurry On Back To Love / I Want That  qui est enregistré en solo avec des musiciens et un son plus lourd. 
Même si ce simple possède de réelle qualité Johnny recherche ses nouveaux Pirates, et il recrute Johnny Spence originaire de Birmingham (Varwickshire), Franck Farley à la batterie (originaire Belgaum (en Inde) et Johnny Patto à la guitare qui est rapidement remplacé par Mick Green, Johnny & ses nouveaux Pirates partent en tournée avec Jerry Lee Lewis. En Novembre les nouveaux Pirates mettent en boite leur premier simple avec A Shot of Rhythm and Blues / I Can Tell qui rentre dans les charts britaniques, le style a évolué et se rapproche du rhythm and blues,
C'est à peu prés à cette pèriode que le groupe adopte le costume des pirates du 19 eme siècle sur scène.
L'écoute des titres suivant met en évidence l'influence de Johnny Kidd sur des formations qui vont exploser durant la décennie. On peut noter deux hit en 1963 avec  I'll Never Get Over You et Hungry For Love, et des tournées l'année suivantes avec The Rolling Stones, The Ronnettes et Manfred Mann. En 1965 Johnny réenregistre Shakin' all over, et décède l'année suivante dans un accident d'auto de retour d'un concert, son dernier simple The Fool / Send For That Girl sort à titre posthume.
L'album The Best of Johnny Kidd and the Pirates  (Emi - EMS 1120 Mono), compile intelligement les titres enregidtrés par le groupe entre 1959 et 1964 soit de 1959 Please don't touch et Growl, de 1960 Shakin' all over, Longing lips, Restless et  You've got what it takes, de 1961 Linda lu, de 1962 I want that, I can tell et A shot of rhythm and blues, de 1963 I'll never get over you et Hungry for love et de 1964 Your cheatin' heart, Jealous girl, Shop around et Always and ever.

Johnny Kidd & Pirates Shakin all Over

Johnny Kidd & The Pirates - Please Don`t Touch

Johnny Kidd & The Pirates - I Want That

Johnny Kidd and the pirates ( a shot of rhythm n blues )

 

 

johnny kidd & the pirates - restless

 Johnny Kidd & The Pirates - You Got What It Takes + Longin' Lips - 1960 45rpm

johnny kidd & the pirates - linda  lu

Repost 0
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 17:51

Le 25 cm Decca (LF 1299) DSC05303.jpgStars of Six-five Special est consacré à la scène skiffle et du début du rock n'roll en Grande Bretagne, c'est à dire avant l'avènement de Cliff Richard, Marty Wilde et Billy Fury. Nous remontont au milieu des années cinquante et les idoles des jeunes britaniques sont alors Lonnie Donegan et Tommy Steele. Six Five special est également le programme Tv d'angleterre qui permet de faire connaître cette nouvelle scène musicale, qui sera remplacé par le programme Oh Boy à la fin des années cinquantes. Six five Special sera également un film musical qui à l'image des films de Alan Freed, est un prétexte pour faire connaître les artistes qui y chantent, on n'y voit par exemple Lonnie Donegan, Petula Clark et Alan Dale.
Sur ce 25 cm nous trouvons deux titres de rock n'roll primitif typique de Tommy Steele Swaller tail coat et son tube Singing the blues (reprise du succés aux USA de Guy Mitchell), ensuite de nombreux titres de skiffle comme The Bob Cort Skiffle qui interprette deux fois le titre Six-five special,  The Worried men avec Fraulein, George Melly interprette This train et le king of Skiffle Lonnie Donegan son Diggin' my potatoes, ces quelques titres montrent combien se genre musical peut être rapide et entrainant , au niveau du rock n'roll nous trouvons l'exentrique pianiste dans la lignée de Little Richard Wee Willie Harris qui interprette son rock rapide Snack dab in the middle et le rocker excellent Terry Dene avec This is the night, enfin entre jazz New Orleans et Skiffle le Chris Barber Jazz Band interprette I never knew just what a girl could do.

Découvrez la playlist six five special avec Tommy Steele

 


The Six Five Special - 1957 - Bob Cort Skiffle Group -



Repost 0
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 18:54
Le lp Rockin' again at the 2 "i"'s (ace records CHA 77) rend DSC06079.jpghommage  au 2 "i" s Club dont l'histoire est inséparable de celle du rock n'roll anglais des années 1950. C'est ce club qui permet à des artistes comme Tommy Steele, Terry Dene, Vince Taylor, Wee Willie Harris ou Tony Crombie de faire leurs premières armes.  
Ce lp compile quelques un des titres de Rock n'roll anglais des fifties les plus exitant nous trouvons deux morceaux de Vince Taylor and the Playboys  Brand new Cadillac  (un monument de l'histoire du rock n'roll) et Right behind you baby (une cover du rockabilly Sun de Ray Smith), deux rock n'roll féminin de Janice Peters A girl likes et This little girl's gone rockin' (le chef d'oeuvre rock n'roll de Ruth Brown), du jump rock avec Tony Cromby et Let's you and i rock et Bertice Reading avec Rock, baby, rock, du rockabilly avec Ubangui stomp (une cover du rockabilly Sun de Warren Smith) par Dean Shannon, Baby Sittin' par Johnny Angelo & the Tuxedos et Teen street par Toni Eden, et du Rock n'roll avec Slippin' and sliddin' (une cover originale du titre de Little Richard) par Dickie Pride, Long Stringy baby opar Johnny Crawford, Hey miss Fannie (cover rock n'roll du titre doo wop des Clovers) par Dean Webb, If you need me par Dave Sampson & the Hunters et les psychotique So what de Johnny Kidd & the Pirates (dont le son annonce les sixties).
A la fois des styles différents sur ces 14 titres, mais également un son particulier caractéristiques du Rock n'roll anglais des fifties qui met en évidence sa singularité par rapport à son cousin américain.

 


A Girl Likes - Janice Peters


Bertice Reading ( rock baby rock )


Dickie Pride - Slippin' 'n' Slidin'


Vince Taylor-Right Behind You Baby





Tony Crombie & His Rockets Teach You To Rock
Repost 0
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 19:27

B. Anthony James Donegan est originaire de Glasgow en Ecosse. Il devient non seulement la plus grosse vedette, le meilleur représentant mais aussi l'intiateur du Skiffle. Ce genre musical sera le courant majeur de la musique des teenagers anglais avant l'avènement du Rock n'roll. Ce style se place stylistiquement entre le Country blues, la Folk et le Rockabilly, il met en avant des sonorités acoustiques et électro accoustiques et utilise souvent le washboard comme instrument rythmique (une planche à laver qui se joue avec des bagues). Les Beatles (John Lennon et Paul Mc Cartney commenceront la musique par du Skiffle dans les Quarry Men  de même que Jimmy Page (Led Zeppelin).
Donegan est sans aucun doute  ‘The King Of Skiffle’, il fait ses premières armes musicales en jouant comme guitariste, mais aussi comme batteur et joueur de banjo dans différents orchestres de jazz traditionnel (au côté de Ken Colyer et Chris Barber par exemple).
Lonnie se tourne vers le répertoire des plus grand nom du country blues comme Lonnie Johnson ou Lead Belly's. Il ne sagit pas de reprise mais bien d'un réinterprétation des titres en skiffle leur donnant un nouveau rythme et un nouveau son.
Le premier grand succés de lonnie sera sa fantastique version du Rock Island line de Lead Belly  qui devient en 1956 un énorme succés en Grande Bretagne atteignant le haut du Top 10.
En 1957 il assoit sa popularité accumulant les tubes aussi bons les uns que les autres ont peut citer : ‘Don’t You Rock Me Daddy-O’, ‘Bring A Little Water, Sylvie’, ‘Putting On The Style’ (son second numero 1 ), ‘The Grand Coolie Dam’, ‘Tom Dooley’, ‘Does Your Chewing Gum Lose Its Flavour (qui atteint le top 5 aux USA) and ‘Jimmy Brown The Newsboy’,  ‘Cumberland Gap’ sa meilleur composition qui sera son premier numéro 1 aux USA et sa reprise de Battle Of New Orleans’ (dont Johnny Horton fit un énorme succés) qui sera son dernier gros tube des Fifties. En 1960 il obtient encore un numéro 1 national avec le trés bon ‘My Old Man’s A Dustman’ (adaptation d'une ancienne chanson irlandaise), son dernier gros tube il l'obtient en 1962 avec une nouvelle trés bonne adaptation du Pick a bale of cotton de Lead Belly, Il obtiendra quand même 34 hits entre 1956 et 1962.

Les légendaires musicien du groupe de skiffle de Lonnie sont J. Nick Nicholls à la batterie, Denny Wright et Les Bennetts aux guitares et Nick Päyne au saxophone et harmonica.

Il y a de trés nombreuses compilations de Lonnie Donegan, mon choix s'est portée sur le double lp Castle communications de la série The collector series (CCSLP 223). Nous trouvons que du bon voir de l'excellent nous trouvons les titres:  de 1956 Rock island line, Nobody's child, Bring a little water Sylvie, Frankie & Johnny,  de 1957 Cumberland gap, Putting on the style, My dixie darling, de 1958 Lost john, Mule skinner blues, Ham n' eggs, Grand Coulee dam et Times are getting hard boys, de 1959 Long summer day, Does your chewing gum lose its flavour?, Whoa buck, Fancy talking tinker, miss otis regrets et Talking guitar blues, de 1960 My old man's a dustman, de 1961 Have a drink on me, de 1962 Keep on the sunny day et Pick a bale of cotton et de 1963 This train.

Le  25 cm Lonnie Donnegan showcase sur Mixa (une filiale de Pye group records) enregistré le 22 Aout 1956 avec Denny Wright à la guitare, Mickey Ashman à la batterie et Nick Nicholls à la batterie mérite aussi le détour. Nous trouvosn Wabash cannonball, How long, how long blues, Nobody's child, I shall not be moved, I'm a Alabammy bound, I'm a ramblin' man, Wreck of the old "97" et Frankie and Johnny.

 





 

Repost 0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 00:38

Des Rockers anglais, le précurseur du style au Royaume Unis est sans aucun doute Tommy Steele

Tommy Steele de son vrais nom Thomas Williams Hicks est né à Londre. Tommy ne fit pas son service par ce que réformé pour raison médical (cardiomyopathy), cela lui permet de jouer du Banjo et de la guitare mais aussi de chanter au 2I's Special une Bar du quartier de Soho (lieu légendaire du début du Rock n'roll en Angleterre). Il découvre en même temps les rockers américains comme Buddy Holly et Elvis Presley et quitte le skiffle pour se diriger artistiquement plus radicalement vers le rock n'roll. Sa carrière va décoler grâce au photographe John Kennedy et son manager Larry¨Parnes (qui lui trouvera son nom d'artiste "Tommy Steele"). Son premier disque le trés bon Rock with the caveman qu'il grave pour Decca records sera un tube national en 1956, suivi de son plus gros tube la reprise du Sinning the blues de Guy Mitchell (N° 1 des charts UK) début 1957.
Il réalisera quelques classiques du rock n'roll anglais avec son groupe Les Steelmen comme en 1956 Elevator rock, Doomsday rock, Sining the blues et Rebel rock (que du trés bon), en 1957 Knee deep the blues, teenage party (N° 15 uk charts), butterfingers, Cannibal pot (N° 8 UK charts), Shiralee, Grandad's rock (N° 11 UK charts), Water, water, A handfull of songs (N° 5 uk charts), en 1958 Happy guitar, Princess (N° 20 uk charts), Nairobi, Neon sign (N° 3 Uk charts), et Only man on the island, i put the lightie on (N° 16 uk charts).
Du point de vue strictement Rock n'roll ses faces les plus interressantes sont sans aucun doute celles de 1956 et 1957. A partir de 1958 il fait une carrière solo et se tourne artistiquement vers la pop voir le crooner. Mais ces faces rock n'roll avec ses steelmen sont réellement superbes, avec une énergie, une originalité qui font d'elles un style à part entière typiquement anglais loin d'une ppale copie du rock américain.
Même s'il s'éloigne du rock n'roll, il fait une carrière d'acteur avec succés, et continue à faire des tubes au hit parade UK jusqu'en 1961, et continu à enregistrer pour Decca jusqu'en 1963, puis passe chez RCA en 1965, Vista en 1967, PYE en 1974.
Il tourne dans de nombreux films, mais il faut voir et écouter son premier film The tommy Steele story de 1957, qui contient un grand nombre de ses meilleurs rock.
Le lp absolument
 indispensable est justement la bande audio du film The Tommy Steele Story de 1957 decca LFT 1288 (qui sera réédité durant les 80's) avec Take me back, baby, Butterfingers, I like, A handfull of songs, You gotta go, Water water, Cannibal pot, Will it be you, Two eyes, build up, Time to kill, Elevator rock, Doomsday rock et Teenage party.
Son disque live Tommy Steele Stage Show decca LF 1287 aussi de 1957, est également trés bon comprenant Giddy up a ding dong, Treasure of love, Honky tonk blues, Razzle dazzle, Kaw liga, Teenage party, Wedding bells, What is thing called love On the move et rock with the caveman.

 

Le 25 cm Tommy Steele Story (BO du film) est décliné en eP je possède le N° 1 sur Decca (DFE 6398) avec les titres Take me back, baby, Water, water, Will it be you et Build up.

DSC05539.jpg

 

 

 

 



 

 

Repost 0