Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 22:17

Woody Guthrie de son vrais nom Woodrow Wilson woody.jpgest le compositeur interprète le plus connu de la Folk musique, il est l’auteur d’inombrables classiques, et a influencé un grand nombre d’artistes comme Lonnie Donegan, Bob Dylan, Phil Ochs et Tom Paxton.

Il est né le 14 Juillet 1912 à Okemah une petite ville de Okfuskee County (Oklahoma), dés l’age de 14 ans il travaille et est hébergé chez différents amis de la famille, il devient ami avec George une harmoniciste de blues noir américain qui lui apprend à jouer de l’instrument, il continu son apprentissage musical auprés de John Woods avec qui il apprend à rejouer d'oreille ce qu’il entend.

Guthrie commence alors à apprendre des anciennes ballades irlandaises. Comme Woody ne travaille pas trop à l’école, son père  l’envoi au Texas, il y continu l’apprentissage de la musique et de chansons et se produit régulièrement accompagné par son frère Jeff Guthrie (violonniste).

A 19 ans il se marie avec sa première femme Mary Jennings avec qui il a 3 enfants. Mais dans les années 1930’s, il doit quitter sa famille pour suivre des centaines de migrant d’Oklahoma quittant leur état pour travailler en Californie. Cette période de sa vie sera l’une des grandes sources d’inspiration  de sujets pour ses chansons.

A la fin de la décennie, il se retrouve à Los Angeles, ou il rencontre Maxine "Lefty Lou" Crissman qui est un producteur de Hillbilly et Folk musique, grâce à lui il se produit sur les ondes de la station de radio KFVD. Rapidemment il se fait un nom et peut envoyer de l’argent à sa famille. Il chante de nombreuses protest songs, il devient ami avec Thomas Mooney qui devient son mentor politique, c’est sous son influence que Woody se produit sur scène au profit du partie Communiste de la Californie du Sud duquel finit par devenir membre en 1936.

C’est à cause de la signature du pacte de non agression entre L’URSS et l’Allemagne Nazi en 1933 ( au début de la seconde guerre mondiale) que la station ne peut plus faire passer sur les ondes les chansons de Guthrie faisant quelques fois l’apologie de l’Union Soviétique, il quitte donc KFVD et revient au Texas retrouvé sa famille. Puis il accepte l’invitation de Will Geer pour New York.

A New York il se fait rapidement connaître et reçoit le surnom de « the Oklahoma cowboy », c’est durant cette pèriode New yorkaise qu’il enregistre son premier disque , Dust Bowl Ballads, for Victor Records . En  Fevrier 1940 il enregistre l’un de ses classiques This Land Is Your Land, qui reprend la mélodie de When The World's On Fire chanté par The Carter Family, il y raconte sa traversée des USA.

En Mars 1940, il rejoint le comité de défense des travailleurs agricoles de John Steinbeck, dans lequel il rencontre Pete Seeger (une autre légende de la folk musique) ils deviennent ami et partent même ensemble en tournée.

Grâce à sa popularité à New York il anime un programme sur CBS radio Back Where I Come From programme dans lequel il fait passer un autre de ses amis Huddie "Lead Belly" Ledbetter, avec qui il chante régulièrement dans les bars de Harlem.

En Septembre 1940, il passe régulièrement sur le program Pipe Smoking Time de la radio de la Model Tobacco Company, ce qui lmui permet de gagner 180 $ par semaine (ce qui est un gros salaire à l’époque). Il fait alors venir sa famille à New York qu’il installe à Central Park West.

En Mai 1941 Guthrie et sa famille reviennent brièvemment à Los Angeles avant de s’installer au Nord de l’état de Washington. En effet il obtient un nouveau travail de narrateur et de compositeurs interprète de chansons pour illustrer un documentaire dirigé par Gunther von Fritsch, durant les 12 mois de ce projet Guthrie écrit 26 chansons dont 3 de ses plus gros classiques Roll On Columbia, Pastures of Plenty et  Grand Coulee Dam.

Il part ensuite en tournée avec the Almanac Singers (un groupe formé par Pete Seeger), et en Décembre 1943 il divorce de Mary.

Les Almanac Singer’s s’installent alors à Almanac House ( Greenwich Village – New York). A partir de 1941 lorsque les Nazis attaque l’Union Soviétique, il écrit des chansons anti faciste. Les Almanac Singers sont alors Guthrie, Pete Seeger, Millard Lampell et Lee Hays.

C’est durant cette période que Guthrie fut le plus prolifique il écrit des centaines de poèmes et de textes, il fait également une session d’enregistrement pour Alan Lomax, qui lui suggère d’écrire son autobiographie. Il rencontre parallèlement sa seconde femme Marjorie Mazi,  professeur à la Martha Graham Dance School.

En 1944, il rencontre Moses "Moe" Asch de Folkways Records pour qui il réenregistre ses premiers enregistrements comme par exemple This Land Is Your Land et Worried Man Blues, mais aussi de nombreux et nouveaux titres. Les titres de ces The Asch Recordings seront éditer sur Folkways and Stinson Records. Durant la guerre il s’engage dans l’US Merchant Marine pour combattre le fascisme il lui arrive aussi de chanter pour les troupes. Après la guerre il s’installe à Mermaid Avenue , Coney Island (New York) avec sa famille, il a 4 enfants Cathy (qui meurt à 5 ans) et Joady, Nora et Arlo. Il enregistre alors l’album de chansons pour enfants Songs to Grow on for Mother and Child, contenant la chanson Goodnight Little Arlo (Goodnight Little Darlin') écrit pour son fils lorsque ce dernier était agé de 9 ans.
En 1948, un avion s’écrase avec à son bord 28 Travailleurs agricoles mexicain expulsés d’Aokland (Californie) vers le Mexique ce qui lui inspire la chanson Deportee (Plane Wreck At Los Gatos). Ses années à Mermaid Avenue seront également très prolifiques artistiquement pour Guthrie. On peut noter que c’est à cette pèriode que Ramblin' Jack Elliott commence à étudier dans tout ses détails Guthrie dans sa manière d’écrire et de chanter et commence à se produire en interprétant les titres de Guthrie tout en copiant son style vocal.

A la fin des années 1940’s la santé de Guthrie se détériore souffrant de la maladie d’ Huntington, dont il hérite génétiquement de sa mère qui en est morte. Il repart en Californie et divorce de sa seconde femme, mais il rencontre sa troisième femme Anneke Van Kirk avec qui il a une fille Lorina Lynn. Mais après un accident, il perd l’usage de son bras et ne peut plus jouer de la guitare, retourne à New York et divorce. Il est suivie ensuite jusqu’à sa mort par sa seconde femme Marjorie, Guthrie est hospitalisé au  Greystone Park Psychiatric Hospital de 1956 à 1961, puis au Brooklyn State Hospital jusqu’en 1966 pour décéder au Creedmoor Psychiatric Center.

Il sera alors suivi de sa famille et de ses gfans comme Bob Dylan qui viennent chanter dans sa chambre, il meurt le 3 Octobre 1967.

Son style et ses chansons son alors popularisé auprés du grand public par son fils Arlo (qui est à l’époque un chanteur folk très populaire, Bob Dylan, Ramblin’ Jack Elliot et Pete Seeger.

La semaine du 14 Juillet (date de naissance de Guthrie) est organisé annuellement le The Woody Guthrie Folk Festival à Okemah (Oklahoma, la ville de naissance de Guthrie). Pour l’édition du festival de 1998 la Woody Guthrie Coalition inaugure une statue en bronze de Guthrie avec sa guitare sur laquelle on trouve l’inscription « This machine kills fascists ».

Je ne ferait pas le tour des artistes et albums rendant hommage à Guthrie, ils sont vbraiment trop nombreux mais on peut citer Arlo Guthrie, Bruce Springsteen, Billy Bragg, Pete Seeger, Ramblin' Jack Elliott, Bob Dylan, Christy Moore, Jack Elliott, Donovan, Tom Paxton, The Band, Judy Collins, Richie Havens, Steve Earle, Marty Stuart et Odetta...

En Septembre 1996 sont organisé par le Cleveland's Rock and Roll Hall of Fame et le Museum and Case Western Reserve University, 10 jours de conférence sur Guthrie cohosted  Hard Travelin': The Life and Legacy of Woody Guthrie . Entre 1999 et  2002  est organiser par le Smithsonian Institution Traveling Exhibition Service une exposition itinérante sur l’œuvre de Guthrie This Land Is Your Land: The Life and Legacy of Woody Guthrie. En 2003 Jimmy LaFave produit un show en hommage à  Woody Guthrie Ribbon of Highway, Endless Skyway qui part en tournée avec succès dans le pays.

En Février 2008 l’album live The Live Wire: Woody Guthrie in Performance 1949, reçoit un Grammy Awards dans la catégorie des Best Historical Album.

Woody Guthrie est sans aucun doute un artiste essentiel de la musique du XX eme siècle, totalement en accord avec son temps, son influence sur des styles musicaux comme la country le blues ou le skiffle est évidente. Je pense qu'il est capital à tout amateur de rock et de musique de connaître Guthrie, même si ses chansons ne respire pas la joie de vivre, l'authenticité, le rythme et le style sont vraiment admirable pour qui s'interresse au style "roots". Par exemple on comprend mieux par exemple ce que doit artistiquement  Lonnie Donegan à Guthrie.

Je possède le double CD The World of Woody Guthrie (Horizon (HZTV072-B) qui contient 40 classiques du folk singers come This land is your land, Gumberland gap, Grand coulee dam, Dust bowl blues, Dore mi, Pasture of plenty, Tom joad Pt & et Pt 2, Rangers command, Pretty boy floyd, I ain't got no home, Jesus Christ, 1913 massacre, Vigilante man, Jack-hammer blues, Hard travellin', Philadelphia lawyer, John Henry, Ludlow massacre, Talking dust bowl blues, House of rising sun, So long ( It's been good to know you), Old time religion, Take a whiff on me, Go tell aunt Rhody, Car song, I ride an old paint, New found land, Mul skinner blues, Gambling man, Wreck of the old 97, Sally don't you grieve, Farm labour train, Talking sailor, blues, Dust can't kill me, Stackolee, Ship in the sky, Sinking of the reuben james, When the yanks go marching in et Great dust storm (Dust storm disaser). A possèder sans hésitation.

Découvrez la playlist Woody Guthrie avec Woody Guthrie

 

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Hillbilly Rock Country Rock
commenter cet article
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 22:49

Même s’il est souvent méconnu de l’amateur de rock, Tennessee-Ernie-Ford-The-Very-Best-Of-418365.jpgTennesse Ernie Ford est une personnalité majeure des précurseurs du genre. Ernest Jennings Ford (alias Tennessee Ernie Ford est né le 13 Février 1919  à Bristol (Tennessee), il commence sa carrière comme anonceur dans la radio locale WOPI-AM.  Il quitte la radio pour le conservatoire de musique dans l’Ohio. Il part ensuite à la guerre dans l’US Air Force dans l’équipage des  B-29 Superfortress.

La guerre finit, il travaille dans des stations de radio à San Bernardino et Pasadena (Californie). Puis passe d’annonceur à animateur d’un programme musical country pour la radio KXLA du nom de Bar Nothin’ Ranch time pour lequel il crée le personnage de Tennessee Ernie qui devient très populaire.

Progressivement il devient une personnalité incontournable du monde de la country and western local part les nombreux concerts qu’il organise, et commence à se produire avec un groupe sur scène. Devant son succès en tant qu’animateur radio il devient animateur de show tv country comme le Dinner Bell Roundup et plus tard The Tennessee Ernie Show (260 épisodes de 15 minutes seront produit par RadiOzark). En tant qu’artiste il signe un contrat avec Capitol records en 1949.

Dés 1949 il rentre dans les charts country avec Tennessee Border (8), Country Junction (14), Smokey Mountain Boogie (8), Mule Train (1 des charts country et 9 des charts pop) et Anticipation blues (3).
En 1950 il classe The Cry of the Wild goose (2 country et 15 pop), Ain’t Nobody’s business but my own (en duo avec Kay Starr) (5 country et 22 pop) et  I ‘ll never be free (2 country et 3 Pop).
En 1951 il classe The shotgun boogie (1 country et 14 pop) qui est avec l’adoption du rythme boogie woogie un exemple de rock n’roll primitif, Tailor made woman (avec Joe Fingers Carr qui se classe 8 des charts country), Ocean of tears (duo avec Kay Starr, 15 pop), You’re my sugar (duo avec Kay Starr , 22 pop), Mr and Mississippi (2 et 18) et The strange little girl (9) on peut aussi noter les deux country boogie Kissin bug boogie et Rock city boogie (avec les Dinning Sisters) et sa cover du Hey good lookin’ de Hank Williams.
En 1952 il classe Blackberry boogie (6) un autre classique du rock n’roll primitif et on peut noter aussi son premier duo avec la chanteuse Ella Mae Morse False Harted girl et le titre Hambone .
En 1953, il classe Hey, Mr cotton picker (8) et enregistre un duo avec Molly Bee Don’t strat courtin’ in a hot rod Ford.
En 1954 il classe River of no return (Chanson du film du même nom en français La Rivière sans retour, à la place 9 des charts country) et Honeymoon’s over en duo avec Betty Hutton (place 16 Pop).

Il est accompagné durant cette pèriode par les Hometown boogie (avec Speedy west à la stell guitare et Jimmy Bryant à la guitare solo. Et continu sa carrière à la télévision comme ses apparitions dans le programme I love lucy.


En 1955 il classe The Ballad of Davy Crockett (4 country et 5 Pop) et His hands (qui se classe 13 des charts country titre venant de son album de gospels Spirituals). Mais c’est avec Sixteen tons qu’il rentre dans l’histoire de la musique qui se classe à la première place des charts country et pop et devient l’un des simples les plus vendui de l’histoire, il s’agit d’une version d’un titre écrit par Merle Travis en 1946 s’inspirant de la vie de sa famille qui travaille dans les
mines de Muhlenberg County dans le Kentucky.
En 1956, il classe You don’t have to be a baby to cry (78 pop), That’s all (12 country et 17 pop), Roving rambler (qui se classe 60 dans les charts pop qui sera repris par Marvin Rainwater) et First born (‘6 country) on peut aussi noter une version du traditionnel John Henry et du rock primitif Rock n’roll boogie. Il obtient aussi cette année là son premier programme de variété en prime time The Ford Show qui durera du 4 Octobre 4, 1956 au 29 Juin 1961. Il enregistre son premier album de gospel Hymns qui reste dans le Billboard’s top album durant 277 semaines consecutives.
En 1957, il classe Watermelon song (87 pop), One suit (93 pop) et In the middle of an island (23 pop).
En 1958, il classe Sunday Barbeque (97 pop) et Glad Rags (100 pop),
Entre 1962 et 1965 il anime le show de variété The Tennessee Ernie Ford Show sur KGO-tv de San Fransisco.
En 1964, il obtient un Grammy awards pour son album gospel Great gospels songs.
En  1965 il se retrouver dans les charts avec Hicktown (9 country)
. Entre 1969 et 1976 il retourne régulièrement dans les hit parades avec Honey-eyed girl (1969 - 54 country), Happy songs of love (1971 – 58 country), Printers alley stars (1973-66 country), Farther Down the River (1973 -73 country), Colorado Country Morning (1973 – 70 country) , Come On Down (1975 – 52 country), Baby en duo avec Andrea Willis (1975 – 63 country), The Devil Ain't a Lonely Woman's Friend (1975 -96 country) et I Been to Georgia On a Fast Train (1976 – 95 country)

En 1990 il est introduit dans le Country Music Hall of Fame et en 1994 dans le Gospel Music Hall of Fame.

De Tennessee Ernie Ford je possède The Very Best of (Capitol/Emi E-ST 23301) contenant 16 fabuleux classiques de l'artiste qui mettent en évidence non seulement le talent de Ernie mais surtout ravieront l'amateur de Rock n'roll par son style country teinté de rythme boogie. Nous trouvons les titres Sixteen tons, Kentucky Waltz, Blackberry boogie, River of no return, Milk em i the morning blues, bright lights and blonde haired women, Tennessee local, Ballad of David Crockett, Shot gun boogie, Give me your word, Feed 'em in the morning blues, Stack-o-lee, Anticipation blues, You don't have to be a baby to cry, Mule train et The old Rugged Cross.

 

 

 

 


 

 

 

Tennessee Ernie Ford sings "John Henry"

Tennessee Ernie Ford - 16 Tons (Go-Go Version)

 

Découvrez la playlist tennessee ernie ford avec Tennessee Ernie Ford

 


 
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Hillbilly Rock Country Rock
commenter cet article
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 23:45

Nous avons déjàs parlé du western swing avec un artiste Spade-Cooley---LP-Charly--FrontUG.jpgcomme Bob Wills, le second plus grand artiste du style est sans aucun doute Spade Cooley.

Donnell Clyde Cooley est né le 17 Décembre 1910, il est dans un premier temps violoniste dans le groupe de Jimmy Wakely mais, lorsque Wakely signe un contract avec Universal, Cooley remplace Wakely à la tête du groupe. Il engage alors comme chanteur Tex Williams par ce que  ce dernier à un style vocal proche de celui de Tommy Duncan le chanteur des Texas Playboys de Bob Wills (la plus populaire formation de western swing de l’époque).

En Décembre 1944, il enregistre Shame on you pour Okeh records (filiale de Columbia) qui se classe N°1 du hit parade country durant 2 mois en 1945,  cette même année son A pair of Broken hearts se classe 8 eme et I’ve taken all i’m gonna take from you 4 eme, en 1946 Detour se classe second et You Can’t breack my heart troisième, en 1947 Crazy Cause i love you atteind la 4 eme place.

On peut également noter d’autres titres comme Tell me why (1941 pour Westernair), Oklahoma stomp, Steel guitar Rag, Spadella et Swingin’ the devil’s dream enregistrés pour Columbia en 1946, All aboard for Oklahoma, Minuet in swing et You can’t take texas out of me  (en 1947 pour RCA) et One sweet letter from you enregistré en 1952 pour Decca.

Au niveau cinéma on peut le voir dans 38 westerns dont la plus grande partie au côté du cowboy acteur Roy Rogers. On peut citer en 1944 Soundie Take Me Back to Tulsa et Corrine, Corrina et en 1950 deux films courts dans lequel lui et son orchestre sont au centre King of Western Swing et Spade Cooley & His Orchestra.

En Juin 1948 il commence à animer un show télévisé de variété  sur KTLA à Los Angeles le Hoffman Hayride tout les samedi soir. Le show obtient un très grand succès, en effet 75 % des téléspectateurs de la région de Los Angeles regarde le show tout les Samedi soir. Il reçoit des Emmy awards local en 1952 et 1953. Des artistes comme Frankie Laine, Frank Sinatra et Dinah Shore se produisent dans ce show. Cooley’s arrête son show en 1956.

On peut noter qu’après son « Battle of the bands » qui se déroule au Venice Pier Ballroom face à Bob Wills and his Texas Playboys dont Cooley se déclare lui même King of Western Swing.

En 1961, il tue sa femme qui désirait divorcé après l’avoir faite tomber lorsqu’il était sous l’emprise de l’alcool. Au bout de huit ans il sort de prison et fait un concert au bénéfice de la Deputy Sheriffs Association d’Alameda County au Paramount Theater d’Oakland à la suite duquel il meurt d’une attaque cardiaque le 23 Novembre 1969.

Je possède le lp 33 tours Swinging the devil dream de Charly records (CR 30239) qui est particulièrement réussi il réunit les faces 1950's enregistrées par Cooley sur Decca. Nous trouvons de 1951 le simple Chew tobacco rag /The rhumba boogie, mais aussi les titres Hitsitty hotsitty, Down younder, Horse hair boogie, the Cowboy waltz (Juillet 1951), de 1952 nous trouvons les titres Carmen's boogie, Swiging the devil's dream, One sweet letter from you et Crazy cause i love you (Mai 1952), de 1953 nous trouvons le titre Nashville special, de 1954 nous trouvons le titre Anita, de 1955 nous trouvons Down in the pecos issu de son lp Country & Western Dance (Decca dlp 5563), Y' hear et Y' ready, ainsi que le simple Breack up down /You clobbered me (Decca 29309)..

 

 

Découvrez la playlist 1spade cooley avec Spade Cooley

 

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Hillbilly Rock Country Rock
commenter cet article
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 22:14

Don Gibson est une desdon_gibson-rockin_rollin.jpg figures majeures de la scène country music américaine de laseconde moitier des années 1950’s jusqu’à la fin des 1970’s il place durant cette période presque une centaine de titres au hit parade !! .
C’est le 23 Avril 1928 que Donald Eugene Gibson voit le jour à Shelby (en Caroline du Nord-USA). Il enregistre avec son groupe Sons of the Soil son premier titre en 1948.
Mais c’est en 1957 pour RCA qu’il obtient ses premiers hits avec Oh lonesome me et I can’t stop loving you (qui sera aussi un tube pour Ray Charles avec sa cover). Il obtient ensuite d’autres hits avec Blue blue day et Look who’s blue en 1958, en 1959 avec Don’t tell me your troubles, en 1961 avec le génial Sea of Heartbreack et en 1962 avec Lonesome No1 et I can mend your broken hreart.

Sa carrière continu avec succès jusqu’au 1970’s on il est introduit en 1973 au Nashville Songwriters Hall of Fame, don-gibson-a-legend-in-my-time-download-18444.jpeget en 2003 au Country Music Hall of Fame avant de décéder en 2003.

La période qui nous intéresse est évidemment sa période RCA entre 1956 et 1962 durant laquelle il va laisser quelques petites perles du country rock n’roll.

En effet Gibson va faire durant cette période un pont stylistique particulièrement réussi entre le style des chanteurs de country et celui des rockers mais sans pour autant faire du rockabilly. Son style n’est pas si de celui de  certaines faces de rockers comme Jack Scott.

Gibson met toujours en avant la mélodie et le chant sans jamais tomber une seul fois dans la ballade ennuyeuse, lui préférant des rythmes mediums ou relevés juste ce qu’il faut.
On arrive même à se demander si certaines faces de Gibson ne sont pas du vrais rock n’roll et plus vraiment de la country music.

Je possède le 33 tours Bear Family Rockin' Rollin' Don Gibson (BFX 15089) contenant une grande partie de ses hits country rock de 1957 Sittin' here cryin', I love you still, I can't leave et Blue blue day, de 1958 Oh lonesome me et I don't know it, de 1959 Even tho' et Didn't work out, did it?, de 1960 Far far away et de 1961 Sea of heartreack auquel se rajoute des inédits comme Pretty rainbow, Tell it like it is, Who cares for me, Sweet sweet girl, Don't tell me your troubles et I sat back and let it happen.
J'ai également le CD A legend in time (Bear family BCD 15401) contenant quelques doublons mais aussi des titres nouveaux soit de 1957 Sittin'' here cryin' et Blue blue day, de 1958 I can't stop loving you, Look who's blue bad bad day, sweet sweet girl, Give myself a party et Oh lonesome blue, de 1959 If you don't know it, Who cares, lonesome old house, Don't tell me your troubles et I couldn't care less, de 1960 Didn't work out did it, A legend in my time, Far far away et Sweet dreams, de 1961 Sea of heartbreack et Lonesome number one, de 1962 I can mend your broken heart, et Sat back and let it happen paru sur le lp précité, et 4 nouveaux inédits If you knew me, If you don't knox sorro, Think of me et I'm crying inside.

 


Don Gibson - Oh, Lonesome Me

 

 Don Gibson - Oh, Lonesome Me (color)

 

Don Gibson - Blue blue day

 

Don Gibson - Gonna Give Myself a Party

 

Don Gibson and the Jordanaires - I Can't Stop Loving You

Découvrez la playlist Don Gibson avec Don Gibson
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Hillbilly Rock Country Rock
commenter cet article
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 20:43

Bob Wills de Bob-Wills-LP-Charly-CR30223-FrontUG.jpgson vrais nom James Robert Wills est considéré comme l’un des pères du western swing et communément appelé The King of Western Swing. C’est le 6 Mars 1905 à linestone  County au texas que né Wills d’un père violoniste virtuose  John Tompkins Wills. Mais c’est toute la famille qui vie de la musique en plus de leur travail dans leur ferme. En effet tout les membres de la famille joue d’un instrument,  Jim Bob joue du violon et de la mandoline, c’est de cette façons que les Wills se font une solide réputation en se produisant  un peu partout  à l’ouest du Texas et à l’est du Nouveau Mexique
Wills n’étudie pas seulement la musique traditionnelle blanche, mais également les chansons noires directement des afro américains qu’il côtoie dans les champs de coton.

C’est en 1913, que la famille Wills part pour Hall county (Texas). Jim Rob voyage de ville en ville par des trains de marchandises. A 20 ans ils se marie et s’isntalle à Roy (Nouveau Mexique) avant de revenir au Texas. Il travaille enfin  à Turkey (Texas) comme barbier au Hamm’s barber shop en continuant à jouer de la musique en parallèle.

Il se produit dans des medecine show comme chanteur et violoniste quelques fois avec la figure maquillée en noir (ce qui est commun à l’époque). Sa formation à l’époque se compose de 2 guitares, d’un banjo et de Bob en chanteur comique et violoniste et reçoit dés cette époque le prénom de Bob.

A Forth Worth Wills rejoint le Rowdy city blues de Bessie Smith (Une des idoles du Père de Wills) et Emmett Miller, le répertoire comprend des chansons traditionnelles qu’il avait étudiées avec son père et d’autres empruntées à d’autres chanteurs comme Al Bernard qu’idolâtre Wills (on peut noter que sa version de St Louis blues de 1935 est une copie mot pour mot de celle enregistrée en 1928 par Al Bernard).

La participation de Wills à ce show d’artistes noirs montre à quel point il aime et respecte la musique noire. Wills avec Herman Arnspinger forment The Wills Fiddle Band, en 1930 Milton Brown rejoint le groupe comme chanteur leadeur, le groupe devient le Light Crust Doughboys par ce que sponsorisé par le Light Crust Flour. En 1932, Milton Brown  quitte le groupe pour former la première véritable formation de western swing avec 2 violons, un banjo, une contrebasse.

Tommy Duncan bob-wills.jpgremplace Brown dans les Doughboys.  Duncan et Wills quittent en 1933 les Doughboys, et en 1934  Wills forme son nouveau groupe The Playboys, qui deviennent les Texas Playboys à Tulsa (Oklahoma), ils font alors un show radio sur KVOO de 45 minutes du lundi au vendredi. Le show obtient une telle popularité qu’il devient une institution. Wills est à la tête d’un grand orchestre et son style est à maturation jouant aussi bien du blues que des ballades sentimentales, avec un style alliant la sophistication du jazz à des influences country et blues, on peut également noter la présence d’improvisations scats. Et c’est à cause de la tragique disparition de Milton Brown en 1936, que Wills et ses Texas Playboys deviennent la formation la plus populaire de Western swing.

Il enregistre durant cette pèriode pour le label Vocalion les titres Osage Stomp (Rukus Juice Shuffle) et Good Old Oklahoma de 1934, Spanish Two Step, Maiden's Prayer et I'm Sitting on Top of the World de 1935, Steel Guitar Rag, Right or Wrong et  Playboy Stomp de 1936,  I'm a Ding Dong Daddy from Dumas et Ida Red de 1937, San Antonio Rose et Beaumont Rag de 1938.

En 1940, Wills obtient une telle popularité qu’il est la vedette au côté de Tex Ritter du film Take Me Back to Oklahoma suivie de 18 autres films comme entre autres The Lone Prairie (1942), Riders of the Northwest Mounted (1943), Saddles and Sagebrush (1943), The Vigilantes Ride (1943), The Last Horseman (1944), Rhythm Round-Up (1945), Blazing the Western Trail (1945), and Lawless Empire (1945).

En 1943 Wills va à Hollywood (Californie) et réorganise ses Texas Playboys,  qui en 1944 arrivent à atteindre les 23 membres, mais c’est à 21 qu’ils se produisent en Janvier 1944 au Civic Auditorium d’Oakland (Californie).
C’est à l’issu de sa tournée nationale qu’il passe au Grand Ole Opry défient le conservatisme de ce show par l’utilisation de d’instruments de percussions de toute sorte.

Entre 1940 et 1944, il change de label pour Okey et enregistre les titres Corrine, Corrina, New San Antonio Rose Time Changes Everything, Maiden's Prayer et Take Me Back to Tulsa en 1940, My Life's Been a Pleasure, Cherokee Maiden, Dusty Skies et If You're from Texas en 1941, Let's Ride with Bob et New San Antonio Rose en 1942 (titre qui atteind la 3 eme place des charts et se vend à 1 million d’exemplaire), We Might as Well Forget It (atteint la seconde place des charts), You're from Texas (atteint la seconde place des charts), Smoke on the Water (atteint la première place des charts), Hang Your Head in Shame (atteint la troisième place des charts) et Stars and Stripes on Iwo Jima (qui atteint la première place des charts) en 1944, You Don't Care What Happens to Me ( 5 eme des places des charts) et Texas Playboy Rag (seconde place des charts) en 1945. Il passe ensuite chez Columbia pour qui il enregistre les titres You Don't Care What Happens to Me (5 eme place des charts), Texas Playboy Rag (seconde place des charts) , Silver Dew on the Blue Grass Tonight, White Cross on Okinawa et New Spanish Two Step (tout les trois atteignent la première place des charts) en 1945, Roly Poly (3 eme place des charts),  Stay a Little Longer (seconde place des charts), I Can't Go on This Way (4 eme place des charts) et I'm Gonna Be Boss from Now On (5 eme place des charts) en 1946, Sugar Moon ( 1 er place des charts) et Bob Wills Boogie (4 eme place des charts) en 1947.

En 1947, il ouvre le Wills Point nightclub à Sacramento et continu de tourner dans sud des USA  de la Californie au Texas en montant jusqu’à l’état de Washington. Il enregistre également durant l’après guerre un show radio pour KGO (San Fransisco) au Fairmont Hotel. Durant ses sessions ont peut noter la présence des violonistes Joe Holley et Louis Tierney, des steel guitaristes Noel Boggs et Herb Remington, des guitaristes Eldon Shamblin and Junior Barnard et à la mandoline électrique Tiny Moore. En moyenne durant cette pèriode Bob Wills et ses Texas playboys font des concerts devant plus de 10 000 personnes chaque semaine (jusqu'à 19 000 à l’auditorium d’Oakland en Californie).

Mais en 1948 une dispute entre Wills et Tommy Duncan arrosé d’alcool envoie Duncan dans un mur, ce dernier quitte le groupe.

En 1947,  il change de label pour MGM pour lequel il enregistre les titres Bubbles in My Beer (4 eme place des charts) et Keeper of My Heart ( 8 eme place des charts) en 1947, Thorn in My Heart ( 10 eme place des charts) en 1948, Ida Red Likes the Boogie (10 eme place des charts) et Faded Love (8 eme place des charts) en 1950.

Mais durant les fifties la country and western à remplacé le western swing dans les charts, ce qui n’empêche pas Wills d’enregistrer  jusqu’au début des 1960’s du western swing. Il fait également des radios comme en 1958 ou il retourner sur KVOO et des apparitions TV comme au ABC-TV’s Jubilee USA. Durant les 1960’s ils tournent et à la suite de 2 attaques cardiaques il dissout les Texas Playboys (qui continu brièvement sans leur leadeur).

Au début des 1960’s il obtient deux hits pour Liberty avec Tommy Duncan Heart to Heart Talk ( 5 eme place des charts) en 1960 et The Image of Me (place 26 des charts) en 1961.

Wills enregistre en solo pour Kapp records et entre au Country Music Hall of Fame en 1968. En 1969 il arrête sa carrière à cause d’une paralysie de côté droit. C’est le 26 Mai 1975 que Bob Wills décède.

Il influence des artistes comme Buck Owens, Merle Haggard, Asleep at the Wheel, Willie Nelson etc…

Au niveau des lps je possède le lp The king of western swing de Charly Records (CR30223) qui compile des faces enregistrées par Bob Wills pour decca au milieu des fifties comme Talking 'bout you, Panhandle rag, Across the alley to the alamo, Running bear (avec J. Preston), Milk cow blues, slow poke, faded love, Four or five times, Brown skin gal, Wills Breackdown Lone star rag, orange Blossom special et Big beaver avec quelques titres Kapp des sixties comme Kansas city et Riders in the sky.

J'ai également le Classic Western Swing de Rhino (R2 71670) qui compile les versions originales de 10 des plus grandstubes de Bob Wills & his Texas Playboys soit San antonio rose, Time changes everything, Faded love, Roly - poly, Steel guitar rag, My window faces the south, Take me back to Tulsa, Stay a little longer, Big beaver et Cherokee maiden.

 

 

 

 

 

 

 

Découvrez la playlist bob wills avec Bob Wills and His Texas Playboys
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Hillbilly Rock Country Rock
commenter cet article
26 juin 2010 6 26 /06 /juin /2010 01:46

Hiram King "Hank" Williams160962 est sans aucun doute l’artiste de country and western qui influencera le plus l’histoire du rock n’roll évidemment des artistes blancs mais également des artistes noirs (comme Ray Charles & Louis Armstrong)

C’est le 17 Septembre 1923 que Williams voit le jour à Mount Olive (Alabama), le père de Hank employé des chemins de fer sera hospitalisé 8 ans à cause d’un aneurisme cérébral, en 1931, Lillie Williams (la mère de Hank) installe la famille à Georgiana (Alabama) et doit faire plusieurs travails car le père est absent et que la crise économique pointe son nez. En 1933, Williams par pour Foutain (Alabama) vivre son oncle et sa tante. C’est cette dernière qui initie Hank à la guitare. En 1934, la famille Williams déménage à Greenville (Alabama), en Juillet 1937 Hiram devient Hank et décide de devenir chanteur de country music. C’est en jouant avec sa guitare Silvertone  devant les studios de la radio WSFA, qu’il attire l’attention des producteurs de la station, qui lui propose de jouer occasionnellement sur les ondes.

Rapidement les auditeurs demandent à la station d’entendre plus ce jeune chanteur, Hank obtient alors un show de 15 minutes trois fois par semaine. Le succès du show radiophonique de Hank lui permet de commencer sérieusement sa carrière qui maintenant est accompagné d’un groupe the Drifting Cowboys.   Les membres originaux du groupe sont Braxton Schuffert, Freddie Beach, Smith « Hezzy » Adairet et James E. (Jimmy) Porter.

Les Drifting Cowboys partent alors en tournée dans le centre et le Sud de l’Alabama jouant dans des clubs et des fêtes privées. Le succès est tel que Hank quitte l’école en Octobre 1939, pour se consacrer à temps plein à sa carrière musicale. Lille Williams devient manager du groupe négoçiant le sdates, les prix des billets et les conduisant quelques fois en voiture vers les lieux de concert.

A partir de 1941 l’amérique entre en guerre et les membres du groupe son mobilisés, les remplaçant ne reste pas car ils se plaignent  de Hank qui sombre dans l’alcoolisme. En 1943 Audrey Sheppard devient le manager d’Hank, c’est sans doute également au talent de ce dernier qu’il devient une véritable célébrité locale. En 1946 il enregistre deux simples Never Again (1946) et Honky tonk (1947) ces titres sont de petits tubes qui lui permette de se faire remarquer par MGM Records, label pour lequel il réalise Move it on over  qui devient un très grand succès des charts Country.

En 1948, il rejoint le show tv le Louisiana Hayride,  et l’année suivante  il obtient quelques nouveaux tubes comme sa cover du Lovesick blues de Rex Griffin. Il chante cette année là son titre sur la scène du Grand Ole Opry et devient le premier artiste à obtenir 6 rappels consécutifs. Durant cette période les Drifting Cowboys sont formés par Bob McNett (guitare), Hillous Butrum (Contrebasse),  Jerry Rivers (Fiddle) et Don Helms (Steel guitare).

En 1949 Hank et ses Drifting Cowboys obtiennent 7 nouveaux hits dont Wedding Bells, Mind Your Own Business, You're Gonna Change (Or I'm Gonna Leave) et My Bucket's Got a Hole in It.

En 1950,  Hank enregistre des faces religieuses sous le nom de Luke The Drifter, parallèlement il continu à obtenir des tubes avec entre autres My Son Calls Another Man Daddy, They'll Never Take Her Love from Me, Why Should We Try Any More?, Nobody's Lonesome for Me, Long Gone Lonesome Blues, Why Don't You Love Me?, Moanin' the Blues et I Just Don't Like This Kind of Livin'.

En 1951, il obtient un tube avec Dear John mais c’est avec la face b du simple Cold cold heart  qu’il obtient l’un de ses succès majeurs. On peut noter que le titre sera repris par Tony Bennet (qui en fait un tube dans les charts Pop la même année), mais aussi par Guy Mitchell, Casino Steel, Teresa Brewer, Dinah Washington,Lucinda Williams,Jerry Lee Lewis,Cowboy Junkies, Frankie Laine, Jo Stafford et Norah Jones. Il obtient son second gros tube de l’année avec Crazy Heart.

C’est le 1er Janvier 1953 après avoir terminé un concert de Nouvel an à Canton dans l’Ohio,  qu’il décède d’un arrêt cardiaque dans la voiture qui l’emmenait à l’Hôtel. Il est enterré au cimetière d’Oakwood à Montgomery (Alabama), dans lequel on trouve un monument en sa mémoire. Le prémonitoire I'll Never Get Out of This World Alive est son premier succès posthume . En Septembre 1953 sa veuve Billie Jean Jones se marrie avec le chanteur ce country Johnny Horton. Le titre Your cheatin heart que Hank enregistre en 1952 est édité en 1953 est numéro 1 des charts country durant 6 semaines.

On peut conclure en rappellant que Hank obtient 11 numéros un dans sa carrière Lovesick Blues, Long Gone Lonesome Blues, Why Don't You Love Me, Moanin' the Blues, Cold, Cold Heart, Hey Good Lookin', Jambalaya (On the Bayou), I'll Never Get Out of This World Alive, Kaw-Liga , Your Cheatin' Heart et Take These Chains from My Heart et beaucoup d’autres titres qui se classe dans le top ten, ce qui fait de Hank le chanteurs de country ayant obtenu le plus de tube de fans l’histoire.

En 2004 la revue Rolling Stones classe Williams n°74 dans la liste des 100 plus grands artiste de l’époque. L’influence d’Hank Williams sur les pionniers du rock n’roll est immense des chanteurs incontournable du genre comme Elvis Presley>, Gene Vincent,Carl Perkins,Ricky Nelson,Jack Scott,Conway Twitty et Jerry Lee Lewis ont enregistré des chansons de Williams.

La liste des artistes qui ont écrit une chanson hommage à Williams est longue on peut citer Joey Allcorn & Hank Williams III, Darrell Scott, Loudon Wainwright III,Luke McDaniel.The Austin Lounge Lizards,  the Bailey Brothers, ;  Tracy Lawrence,Moe Bandy, The Blasters, David Allan Coe, Leonard Cohen, Mark Chesnut, David Church,Guy Clark, Fred Eaglesmith, Tim Hardin, Hawkshaw Hawkins, Alan Jackson, Tex Garrison, >Stonewall Jackson, Johnny Cash, Waylon Jennings, Chris Wall,  Robert Earl Keen, The Waterboys, Kentucky Headhunters, Tim McGraw, Ashley Monroe,  Aaron Tippin, Jim Flynn, Jerry Jeff Walker, Dallas Wayne, Hank Williams, Jr, Charles Manson, The Highwaymen, Bright Eyes, Tim Hus, Neil Young, Billy Joe Shaver, Jimmie Logsdon,Buzz Cason, Henry McCullough, >Grant Lee Phillips, Ry Cooder,  Billy C. Wirtz, David Allan Coe, Justin Moore, David Crowder Band et encore d’autres.

De nombreux artistes ont également enregistré des albums hommage à Hank Williams on peut citer entre autres  Connie Stevens, Floyd Cramer, George Jones, Glen Campbell, Freddy Fender, Moe Bandy, Ronnie Hawkins, Charlie Rich, Del Shannon, Sammy Kershaw, Trio Los Panchos, Johnny Cash, Jerry Lee Lewis et Hank Locklin,.

Enfin, les chansons de Hank Williams sereont repris par un très grand nombre d’artiste dont on peut citer entre autres Townes Van Zandt, Bob Dylan, Leonard Cohen, Beck Hansen, Johnny Cash, Tony Bennett, Patsy Cline, Ray Charles et Louis Armstrong.

 

Au niveau des des disques je possède The Very Best Of Hank Williams (Polydor  SE-4168) qui est absolument indispensable car ne contenant que des chef d'oeuvre comme Your cheatin' heart, Jambalaya, Lovesick blues,half as much, Cold cold heart, Hey, good lookin', Why don't you love me, Weddin' bells, Kaw-liga, So lonesome i could cry, Ramblin' man et Honky tonkin'.

 

Hank Williams - I'm so lonesome i could cry

 

 

 

 


 
 

 

 


 

 

 

Découvrez la playlist Hank Williams avec Drifting Cowboys & Hank Williams

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Hillbilly Rock Country Rock
commenter cet article
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 19:40

Audrey Moon est incontestablement le "King of the hillbilly piano". moonmullican.jpgIl est né au Texas, il apprend à l'église le piano, puis est influencé par le blues et le rhythm and blues. C'est à 14 ans qu'il fait son premier concert, dans les années trente il fait partie d'un orchestre de western swing les Blue Ridge Playboys, puis d'un second les Texas Wanderers.  En 1946 il rencontre Syd Natan patron des disques King de Cincinnati, du coup Audrey déménage pour l'Ohio, il enregistre de nombreux simple pour le label avant d'obtenir un gros tube avec une reprise de Jole Blon de Harry Choates sous le nom de New Jole Blon. Il vend ensuite 1 million d'exemplaire de son I'll sail my ship alone en 1950, devenant une grande vedette et faisant de King un label indépendant incontournable de la musique populaire. Lui qui est depuis toujours par le blues et le rhythm and blues n'hésite pas à interpretter des titres du genre au Grand Ole Opry.  Même si sa place de précurseur du Rock n'roll ne fait aucun doute il est d'une autre génération que Elvis Presley ou Buddy Holly. Ses enregistrement en collaboration avec Boyd Bennett et ses rockets (groupe de jump rock du type de Bill Haley signé par King) vont permettre l'enregistrement de perles comme Seven night to rock mais qui n'ont pas reçut le succés qu'ils méritaient. C'est face à cette echec que Moon Mullican signer chez Decca en 1958 (et sa filiale Coral) il enregistre alors une série de rock n'roll teinté de jump, hillbilly absolument fantastiques. Dans les sixties il signe chez Starday records. L'album à posséder absolument est le Moon Mullican Sweet rockin' music de chez Charly CR 30231 contenant ses titres les plus rock de sa pèriode Decca datant de 1958 et 1959, ils sont tous d'une grande qualité artistique à la fois influencé par le hillbilly et la country de ses premiers enregistrements, le blues le plus noir, le rhythm and blues de fats Domino, le jump de bill haley et bien sur le rock n'roll de la fin des fifties. Jenny Lee (reprise du tube de Jan and Dean de 1958), That's me, Sweet rockin' mama, Moon's rock, Cush cush ky - yak, The writin' on the wall, The wedding of the bugs, Big big city, Pipeliner blues, I was sorta Wonderin' Early morning blues, Sweeter than flowers, The leaves musn't fall, My baby's gone, Every which a way et  I'm waiting for ships that never come in.

Pipeliner's blues - Moon Mullican

 

Moon's rock - Moon Mullican

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Hillbilly Rock Country Rock
commenter cet article
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 18:52

Webb Pierce est l'une des plus grosse vedette de la country music des années cinquante classant 21 titres en haut des charts country webbpierce.jpgdurant la première moitier des années cinquante, et pourtant il est aujourd'hui reconnu avant tout pour son fabuleux Rockabilly Teenage boogie de 1956.  Webb est né en 1926 à Monroe en Louisiane. Dés sa plus jeune enfance il apprend la guitare, et ne tarde pas à passer dans les radios locales. A la fin des années 40 il part pour Shreveport, il joue occasionnellement, jusqu'à ce qu'il rencontre Horace Logan qui est le responsable du programme du Louisiana Hayride sur KWKH. Il enregistre alors son premier disque pour Four star rcords. Devant le succés de Webb le label Decca le signe en 1952, et obtient trés rapidement son premier gros tube avec Wondering, suivi de That heart belong to me. En 1954 Webb part pour Nashville, joue au Grand Ole Opry il obtient alors un trés gros tube avec le fantastique In the Jailhouse now puis avec There stands the glass. En 1956, le succés énorme du Rock n'roll nuit à la popularité de Webb qui pourtant à déjas eut 18 hits. C'est pour cette raison, qu'il enregistre Teenage boogie qui sera un tube en 1957, 1958 et 1959!!

Son second pur Rock n'roll ce sera I ain't never en 1959. Il obtient durant les années soixante et soixante dix d'autres hits country pour Decca.

L'album indispensable pour tout amateur de Rock n'roll est le Charly CR 30235 I ain't never. Cette album contient non seulement sur la première face Teenage Boogie et I ain't never, mais aussi d'autres  titres enregistrés durant l'ère du rock n'roll entre 1956 et 1960,  une version rock n'roll de son hit In the jailhouse now (1960), une reprise du Bye bye love des Everly Brothers (1957), un Rockabilly country dans le style de Johnny Horton Honky tonk song (1957), Sittin alone (1958) avec son trés bon accompagnement piano, .After the boy gets the girl et New Panhandle rag  (respectivement de 1958 et 1957) sont des titres hillbilly qui semble avoir été influencés  par le Rockabilly de Buddy Knox pour le premier et le rock n'roll plus classique pour le second.

Sur la seconde face nous trouvons un ensemble de  hillbilly boogie d'une vraiment grande qualité comme California blues une primitif hillilly rock (1951), You scared the love right out of me (1951),  I'm Walkin' the dog (1953), une ballade country More and more (1954), I'm gonna see my baby tonight (1951), Sparkling brown eyes (1954), Sneakin' all around (1954), et  Why baby why  titre qui semble déjas ne pas être complètement indiférent aux structures mélodiques du rockabilly (1955).

 

 

Découvrez la playlist .Webb Pierce avec Webb Pierce

 

 

 Webb Pierce - Teenage Boogie

 

 

 Webb Pierce I ain't never

 

In the Jailhouse now - Webb Pierce

 

Webb Pierce, Carl Smith  and Marty Robbins  - Why baby why

 

Honky tonk song - Webb pierce

 

 walking the dog - Webb Pierce

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Hillbilly Rock Country Rock
commenter cet article
16 juillet 2008 3 16 /07 /juillet /2008 23:53
Sun Records a découvert Elvis presley, Carl perkins, Jerry Lee Lewis, mais aussi Johnny Cash. Ce dernier avec son groupe les tennessee two (Luther Perkins à la guitare électrique et Marshall Grant à la contrebasse) feront chez Sun records une suite de fabuleux country/rockabilly aux rythmes et aux mélodie vraiment particulières.
Nous pouvons citer Cry cry cry, la reprise de Rock island line, Country boyI walk the line et l'indispensable "Folsom prison blues". Ce qui est formidable c'est que tout ces titres et d'autres tout aussi envoutant sont réunis sur son premier album Sun "Johnny Cash with hot and blue guitar". Ce titre d'album résume son style à la fois trés country, blues et avec l'énergie du rockabilly. Dés 1955 Johnny Cash devient une vedette de la scène country et Rock n'roll ayant de trés nombreux hits. Je rajouterai à ces titres classiques sun  Big River, You are my baby, Hey Porter et la ballade trés Rock n'roll "ballad of teenage queen que l'on peut trouver sur l'album charly "Old golden throat"





Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Hillbilly Rock Country Rock
commenter cet article