Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 11:45

20090410-040934-77

Pin-Up: Delvida Douglas
Photo: Fotovation
MUA: Model’s Own



20090410-040934-78

thumb 20090410-040934-76

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Pin up
commenter cet article
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 11:45

20090410-040934-67

Pin-Up: Frankii Wilde
Photo: Philip Hunton
MUA: Model’s Own



20090410-040934-68

20090410-040934-69

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Pin up
commenter cet article
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 11:36

20090413-033623-11

Pin-Up: Honey Wilde
Photo: Terence Mendoza Photography
MUA: Model’s Own
20090413-033623-10


20090413-033623-12

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Pin up
commenter cet article
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 11:17

20090410-040929-4

Pin-Up: Erica Kelly
Photo: Ron Davis
MUA: Model’s Own


20090410-040929-5

20090410-040929-6

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Pin up
commenter cet article
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 11:09

20090418-013441-2

Photo: M Bradley
MUA: Model’s Own
Pin-Up: Krystyn Lea a.k.a. Lincoln Lush
thumb 20090418-013441-1




krystyn-lea

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Pin up
commenter cet article
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 00:26

Le lp Hollywood Rock n'roll DSC06015de chez Ace records (CH 1) est l'un des grand classique de la compilation Rock n'roll, aussi bien du point de vue de son contenu des Rockabilly et Rocks  sortis chez Era Records durant les 1950's que de sa photo légendaire d'époque du recto de la pochette représentant deux motards hors la loi buvant des bouteilles de bière sur leurs motos (Norton et Harley).
Le label Era records est fondé en 1955 par Herb Newman et son cousin Lew Bedell à Los Angeles. La majorité des titres sont les rockabilly classiques de Glen Glenn (de son vrais nom Glenn Trout) enregistré pour le label  Era, on trouve  son indispensable simple Everybody's Movin' / I'm glad my babys gone away (Era 1061)de 1958, la face a du Era 1074 le génial One cup of coffee (titre enregistré en 1957 qui à en face b la balade doo wop Laurie Ann) qui sort en 1958, Would you (Era 1086) avec sa face B Blue Jeans (and a boy shirt) de 1958, et enfin Goofin' around qui sortira pour Dore en 1959 (Dore 523). Nous trouvons aussi un rock explosif de Don Deal Don't Push, artiste qui enregistre avant pour Challenge et capitol, Alis Lesley une "female Elvis Presley" excellente avec She will come back to me (Era 1034) de 1957, un rock radical de Dorsey Burnette Great shakin' fever (Era 3045) de 1961, Topsy Turvy  (Era 1042) de Ben Joe Zeppa qui aura un tube avec sa cover du Why do you fools fall in love de Frankie Lymon & teenagers sur Gilmar, et le single sauvage Era 1067 Hollywood party et Exactly de Dick Bush.


Alis Lesley - He Will Come Back To Me

Glen Glenn - Blue Jeans And A Boy's Shirt

Glen Glenn - One Cup Of Coffee (And A Cigarette)

Everybody's Movin' by Glen Glenn


Don Deal - Don't Push
Repost 0
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 21:14

De Capitol records DSC06037.jpgon connait surtout Gene Vincent, Wanda Jackson, Esquerita et Louis Prima, mais  en réalité le label réalisa un grand nombre de disques de Rock n'roll moins connu en France, mais qui aux états unis se sont classé dans les charts. La série Rock n'roll at the capitol Tower qui se compose de 3 double lp (soit 6 33 tours) nous fait un tour d'horizons d'une qualité exemplaire des morceaux de Rock n'roll sortis sur le label à la tour en forme de colonnes de singles géants.
Le Rock n'roll at the Capitol Tower Vol 1 ( 2 C 184-81970/71) avec une pochette dessinée représentant la tour capitol comme un personnage de Cartoons, commence par les faces les plus exitantes de la teenage idol Tommy Sands, en effet ici aucun slow ou morceau guimauve mais que du pur rock n'roll blanc particulièrement exitant de Man like wow de 1957 aux géniaux The worry kind, Blue ribbon baby et Hey Miss Fannie de 1958, Is it ever gonna happen et It ain't getting rid of you de 1959 et une reprise sympathique du Maybellene de Chuck Berry, cela est suivi d'un formidable rock de Johnny Burnette Sweet Suzie de 1964 (peu de temps avant sa disparition), la seconde face commence par les faces rock du chanteur de country Jerry Reed et ici aussi c'est particulièrement excellent Mister whiz, When i found youn I am stuck et I have had enough de 1956, Bessie baby et Heart appeal de 1958, le premier disque se clot sur le single des Rio rockers de 1958 avec Mexicali baby et Mexican rock n'roll. Le second lp commence par trois titres de Gene Vincent and the Blue Caps de 1958, Teenage partner 58, Look what you gone and done to me et Important words est il besoin de préciser qu'il s'agit de véritables perles?, la face se termine par des faces rock de Wanda Jackson de 1956 Hot dog! that made him mad, de 1956 I wanna waltz, de 1960 Riot in the cell block number 9 (reprise décoiffante des Coasters) et de 1961 une reprise explosive du Who shot sam de George Jones on peut peut être reproché à cette face de compiler des titres qui sont trouvables sur des disques des artistes et non de véritables raretés.
La seconde face commence par du moins connus et pourtant réellement exeptionnel,  nous trouvons 4 rockabillies de 1956 de Skeet Mac Donald You ought to see your grandma rock , heart breaking mama (2 titres dans lesquels Eddie Cochran tient la guitare) You better not go et don't push me too far, ensuite deux médiums rocks de 1961 de Jack Scott Strange desire et One of these days et nous terminons par deux killers rockabilly My gal gertie de Dub Dickerson de 1954 et Go ahead on de Jimmy Heap de 1955.
Une compilation d'une grande qualité dans laquelle Tommy Sands et Skeet Mac Donald apparaissent comme de véritables génies méconnu du rock n'roll.

Le Rock n'Roll at the Capitol Tower Vol 2 (2 C150-85029/30) avec en couverture la photo DSC06039d'un gateau rose représentant la légendaire tour capitol commence par des faces du Rockeur surfeur Dick Dale de 1963 avec Night rider, Kansas city, Wild ideas, Green back dollar, Ghost rider in the sky et Deltone rock que du trés bon mais pas de l'exeptionnel, les deux faces médium typique de la pèriode Capitol de Jack Scott avec son gros tube Grizzily bear et Me o, My O de 1962 sont plus interressante à mon goût, en face B Black Cat  de 1960  de Tommy Collins et Rockin' in the congo de Hank Tompson de 1956 sont 2 rockabilly  exeptionnels, nous trouvons aussi 2  bons rock de Bob Luman de 1958 Try me et I know my baby cares, mais par leur originalité j'ai tendance à préférer de 1958 My baby loves to rock  de Del Reeves et  Last night at a party de Faron Young (une grosse vedette de la country pas vraiment énervé qui ici nous fait une belle démonstration de rock n'roll), enfin les deux faces de 1957 de Sonny James Uh uh mm... et A mighty lovable man sont également trés jouissives.
Le second lp commence par 3 faces connus de Wanda Jackson Brown eyed a handsome man (reprise de Chuck Berry) et My baby left me  (reprise dans le style de version d'Elvis du Blues d'Arthur Cruddup)de 1961, suivi de I gotta know de 1956 3 petit chef d'oeuvre de rock n'roll féminin, mais malheureusement relativemnt connus, heureusement Step by step  tout aussi bon est un inédit!!!, nous trouvons un rock "préhistorique" de 1947 de Merle Travis Merles boogie, et au sujet préhistorique justement nous trouvons aussi l'amusant  Brontosorus stomp des Piltdown men, de 1961 le Rock a little faster mérite le détour en effet son interprette est Dickie Harrell le batteur des Blue Caps de Gene Vincent comme l'inédit de Jerry Reed You make it, they take it de 1958,
La dernière face nous présente d'autres faces rock de Skeet Mc Donald Fingertips de 1957, la splendide ballade Don't let the star get in your eyes de 1952 et Blues in my mind, You're there, Tomorrow never comes et for worth jail qui sont quattre solides Rock de 1958, enfin nous trouvons James Burton (guitariste des faces imperial de Ricky Nelson) avec Corn Pickin' et Moonshine par Ralph Mooney datant de 1967 qui sont sympathiques mais rien d'extraordinaire.

Le Rock n'roll at the Capitol Tower Vol 3 (2C 150 85345/6) est à mon avis le meilleur de la sérieDSC06038, sur la première face nous trouvons deux titres du Little Richard Capitol Esquerita avec les explosifs Hole in my heart et She left me de 1959, Chantilly lace (le tube de Big Bopper) par Sam Butera l'alter ego de Louis Prima de 1961, I ain't never (un des classiques de Webb Pierce), Don't be cruel (D'Elvis chez RCA) et Sugaree (de Marty Robbins) par les Jordanaires (le groupe vocal légendaire qui accompagne Elvis Presley sur ses faces RCA des 1950's) datant de 1962 et Johnny Otis avec des jump rock n'roll Can't you hear me et surtout Hum ding a ling de 1957.
La seconde face débute par deux nouveaux chef d'oeuvre rock de Tommy Sands Bigger than Texas et Oop shoop de 1958 suivi d'une reprise de la même année du Tweedlee dee de Lavern Baker, suivi par Svengali et Everybody's talkin' deux Rock blanc de Bob Luman, Cool drool et Baby i love you deux extraordinaires rocks du chanteur de country Del Reeves et le rockabilly de 1956 The cat came back de Sonny James.
Le second lp nous présente la trés bonne mais trop connue cover de Wanda Jackson du Tweedlee dee de Lavern Baker (encore) datant de 1963 , mais nous trouvons aussi deux titres exeptionnels moins connus Funnel of love de 1961 (qui n'est pas sans rappeller Nancy Sinatra mais en plus rock) et The gun don't care de 1966 dans la même veine, les titres suivant sont absoluments incontournables Rockin' bagdad de 1956, The great empty room de 1957 de Jerry Reed, Wang dang dox de Ferlin Husky de 1957, Down in the corner of love de Bobby Bare (encore une star de la country qui se distingue en enregistrant un formidable rock) de 1956 et All the monkey in the zoo de Tommy Collins de 1957.
La dernière face coommence par trois doo wop rock superbes Sack dress et Rockin' at the drivin' de 1958 par les Beavers et Rock a bay rock par les Raindrops de 1959,suivi de Dutch rock n'roll de Gene Nash un amusant et original rock blanc, une version étonnante du Maybe baby de Buddy Holly par les Derringers datant de 1963, Black denim trousers and motorcycle boots des Cheers un énorme tube qui n'est autre que la version originale de l'homme à la moto d'Edith Piaf, Bop cat bop de Simon Crum de 1956 un rockabilly chanté par ferlin Husky sous un pseudo et enfin Parade rock un rock blanc interpretté par Bob Summers en 1958.


Tommy Sands THE WORRYIN' KIND


Funnel Of Love. Wanda Jackson


Sonny James - Uh uh mm


Black Denim Trousers And Motorcycle Boots The Cheers


Tommy Sands - Blue Ribbon Baby
Repost 0
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 20:20

Alladin est DSC05989-copie-1.jpgun des labels légendaire du rhythm and blues, son histoire commence lorsque la compagnie Philo records  label de la côte Ouest de Leo Mesmer change de nom pour Alladin records. Durant toute les années cinquantes Alladin sera un des labels indépendant spécialisé dans le R & B qui entrera le plus de tube dans les charts, à la fin des 1950's c'est Imperial records qui rachète le catalogue Alladin.
Les productions du label vont du Jazz en passant par le rhythm and blues jusqu'au Black rock n'roll. Et ce sont les titres de ce dernier genre qui ont été compilés pour notre plus grand bonheur sur les 4 exeptionnels lp Pathe marconi publié au début des 1980's que je vous présente dans cet article.
Le premier de la série Aladdin's Rock n'roll sock hop  (PM 231 2 C 068-64791)contient de 1949  Bow wow d'Amos Milburn, de 1951 Good time Sue et Hey lawdy, miss claudie de Calvin Boze, de 1955 Move it over baby, flim flam  et Let's get together de Gene & Eunice, de 1956 I'm so in love with you toujours de Gene & Eunice et Little Mama des Jivers,  de 1957 Rockin' with the clock de Shirley & Lee, P.B. Baby de Little wilbur & the Pleaser, de 1958 I'm out to get you et Purple stew de Thurston Harris et de 1959 Runk bunk de Thurston Harris. Ces 14 titres sont du pur bonheur des mélodies géniale, une instrumentation parfaite qui ravira tout amateur de Rock n'roll.


Le second de la série est  Rock n'roll Aladdin 14 Magic lamps (Pathe Marconi PM 231 1546741). Nous trouvons de DSC060021954 Jimmy Liggins avec I ain't drunk Jimmy est le fils d'un précheur de San Diego, il devient ensuite boxeur puis chanteur enregistrant successivement chez Exclusive records, puis Speciality entre 1947 et 1953 avec un gros hit Drunk en 1953. Il signe en 1954 chez Alladin et enregistre en Aout I ain't drunk, un jump blues dans le style du Honey Hush de Joe Turner, Doo dob sha bam des Spence sisters de 1955, un trés bon titre dont le texte n'est fait que d'honomatopés , New Orleans hop de Monte Easter de 1953 un instrumental bluesy avec sax, Monte à une discographie complexe il passe de Sterling records vers Alladin puis part chez Imperial et revient chez Alladin, Shtiggy Boom de Patti Anne de 1955 Patti est une chanteuse quifera partie des formations de Louis Jordan et Duke Ellington, ce titre (son second single alladin) sera un petit tube pour le label, Way down boogie par Harold Burrage de 1953, il commence chez Decca, fait cet unique et trés bon simple pour Aladdin et va chez Vee Jay, il est considérré comme une des figure marquante du passage de la musique noire du rhythm and blues vers la soul, Smack smack de Marvin & Johnny un trés bon duo de rhythm and blues qui enregistre avant Aladdin chez Spéciality, Maggie's boogie de 1952 par Peppermint Harris , ce dernier commence sa carrière en 1949 en signant chez Shad records au texas, il quitte en 1951 le sud pour la côte Ouest et signe chez Aladdin il y réenregistre entre autre ce titre qui fut un tube chez Shad.  Doodle doodle doo de Gene & Eunice de 1957 qui est une reprise rapide et Rock n'roll d'un titre de Perry Como et dont la sortie coincide avec la tournée que fera le duo avec les Five Keys, Yak-a-dak & Chuck - a -buck (1953) de Chuck Higgins qui est un sax tenor qui obtiend de trés gros tubes sur Combo records, avant de signer chez Aladdin il sagit ici de ses premières faces sur le label enregistré au Radio recorder studio d'Hollywood, John john de Agie Dukes de 1956  est un blues mambo assez original, No one can love you like i do de Skinny Dinamo de 1956 , Skinny de son vrais nom George Sanders Le Blanc est né à la nouvelle orléans, enregistre chez Chess, puis va à Los Angeles ou il enregistre sur Cavalier sous son nom avant d'enregistrer sous le pseudo de Skinny Dinamo sur Aladdin, le titre n'est pas sans rappeller le style de Fats Domino, Go Ahead de Joe Liggins de 1956  Joe est à la fin des années 1940 il est une des plus grosses stars du Rhythm and blues, un de ses plus gros succés il obtient chez Spéciality avec Pink Champagne (un remake de Honeydripper) il arrive en 1957 chez Aladdin ou il enregistre cet unique titre trés rock n'roll, If i where a itty bitty girl de Velma Nelson de 1947, le titre ne sera publié qu'en 1951 dans l'album aladdin Party after hours.


Le troisième lps est Aladdin Rocks and Rolls til midnight (Pathe marconi 1561321 PM 231) il compile lui aussi DSC06005quelques merveilles du rhythm and blues et rock n'roll noir enregistrées entre 1947 et 1958, on trouve du célèbre Earl Bostic avec Willie's boogie de 1947 ou il est accompagné par l'harmoniciste Rhythm Willie,  Get High de La Melle Prince titre issu de ses premières sessions Aladdin de 1957, Boogie Woogie mama de Jessie Allen & James Gilchrist de 1951 (c'est un inédit), lawd lawd, lawd de 1953 des Ebonaires un groupe vocal du label qui est plutôt dans le style des Mills Brothers (le groupe pionnier du genre dans les 1940's) que dans celui des groupe du milieu des fifies, par contre l'autre groupe vocal du lp les Feathers avec Shake' em up est beaucoup en phase avec le son de son temps rappelant le style des Drifters de chez Atlantic, Ding ding dong de 1955 de Bip & Bop  est un excellent R & B de duo, Creole alley de Lee Allen (est un inédit de 1956), Lee sera trés souvent le sax ténor sur  des sessions d'artistes capitaux comme  Fats Domino, Shirley & Lee et Little Richard, A bottle of pop and a lollypop par les Lollypoppers de 1955 est une merveille qui précède de 3 ans le titre assez inspiré des Chordettes Lolly popCryin' Emma par Rolling Crew de 1955 est un titre dans la tradition rhythm and blues des chansons mélancoliques,  I do i do de 1955 par Ray Williams est un titre dans le style Nouvelle Orleans des meilleurs  Fats Domino ou Smiley Lewis, For the lady de Little Wilbur and the Pleasers (1957) est un R & B vocal totalement dans le style de ceux qui se fond cette année là, Want you for my own par les Minor pops (1957) est un autre exemple de R & B vocal fin 1950's et  Take a bath de 1958 de Charles Sims. 


Le 4 eme lps de cette sensationnelle série est Aladdin Magic Various artists (Pathe marconi PM 231 1566281) il DSC06003contient les rock n'roll bien trempés  de 1957 King kong et sa face B Sadie Green de Big T. Tyler , Everybody's rockin' de 1953, Feel so fine de 1955 (qui sera repris par Johnny Preston), The Flirt de 1957 du célèbre duo Shirley and Lee qui obtiendra son plus gros succés avec Let the good time roll (il ya un article sur le blog consacré à ce duo), Yak Yak de 1957 par Marvin and Johnny ce titre est le second single aladdin du duo proche au niveau structure et mélodie du succés de 1950 des Ames Bros Rag Mop, Rockin to much des Starlighters de 1956, Every day of the week par Amos Milburn de 1956 avec le magnifique breack du sax tenor Lee Allen, Bom Bom lulu  de 1955 et Hootchy Kootchy de 1956 de Gene & Eunice le premier titre est une chanson traditionnelle indienne convertie au rhythm and blues, Fat back and corn lickor  de 1954 par Louis Jordan qui est une des immenses vedettes du rhythm and blues des 1940's avec des classiques comme Choo ch' boogie et Saturday night fish fry, cette chanson "d'alcool" est écrite par Rudy Toombs qui excelle dans le style en étant l'auteur du tube pour Amos Milburn One scotch, One Bourbon and one beer, Rock n'roll drive in de 1956 par Fatso and the flairs (qui apparemment n'a pas de rapport avec la célèbre formation vocale the Flairs)Fatso est le saxophoniste de Oscar Mc Lollie et de Roy Milton, Thurston Harris interprette trois titres Do what you did (1957) qui est enregistré aprés l'énorme tube qu'il obtient avec sa cover du Little bitty pretty one de Bobby Day peu de temps aprés sa son arrivée sur le label, son groupe The Lamplithers devient The Sharp sur Aladdin est présent sur ses premiers titres Aladdin, mais sur Be-laba-leba (second titre de Thurston sur le lp et enregistré dans les studios Capitol de New York) de 1958 il est remplacé par Johnny Keyes et Fred Rakestraw deux membres des Magnificients, enfin le troisième One scotch, one bourbon and one beer (qui est le gros succés de Amos Milburn sur Aladdin) est enregistré en stéréo à Los Angeles en 1961 et est un des derniers disques sortis par le label, ensuite Thurston passe chez  Dot, Cub et Reprise records , tandis que les Sharps obtiennent sous le nom des Rivingtons deux gros tubes au début des sixties avec Papa oom mow mow et The bird's the word, le titre One two, let's go par Sugar & Pee Wee est l'association de la chanteuse Sugar Pie Desanto (originaire de Brooklin /New York qui a enregistré auparavent chez Federal), avec le guitariste Pee Wee Kinsley elle obtien deux tubes durant les sixties chez Checker Soulful dress et Slip in muleBoogie woogie king de 1954 par Jimmy Liggins qui obtient un tube avec Drunk lors de son passage chez Speciality records mais qui vivra dans l'ombre de l'immense succés de son frère Joe Liggins, il semblerait que ce titre sorti chez Aladdin soit en fait enregistré à la fin de sa pèriode Speciality, New bon ton roulet de 1953 est un rock au titre cajun (avec des mots français) est enregistré à la Nouvelle Orleans par Clarence Garlow, le titre devait s'appeller Let the good time roll, mais à cause de l'omonimi avec le tube de Shirley and Lee il sera débaptisé, on peut noter la similitude entre le riff du classique Bonie Moronie de Larry Williams avec celui de New bon ton roulet  titre chronologiquement antèrieur, Jump jump jump de 1955 par Great Gaves est assez proche de Rock around the clock, cela n'est pas un hasard les deux titres ont la même source soit Myers music à New York à la fin des 1940's, No one can love like i do de 1956 de Skinny dynamo est en fait un pseudo du chanteur Slim Sanders de son vrais nom George Sanders Le blanc il enregistre en 1953 dans sa ville natale Chicago Get away et Let's have so fun pour Chess records, il part ensuite sur la côte ouest ou il enregistre sur Cavalier records, il ne fera qu'un single chez Aladdin avant de partir en 1957 chez Excello dont on peut noter So long, so long.


Jimmy Liggins : I Ain't Drunk


Gene & Eunice - Bom Bom Lulu

Do What You Did - Thurston Harris


Big T Tyler - King Kong



Repost 0
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 09:06

Kim lenz eDSC05544.jpgst une chanteuse de rockabilly originaire de Dallas et qui est sans aucun doute l'une des plus grande révélation de scène rock n'roll des 1990's. Non seuleument Kim est une trés belle rousse, mais surtout son chant est au niveau de ses prestigieuses prédécétrices comme Wanda Jackson, Janis martin ou Barbarra Pittman.
C'est en 1996 qu'elle forme son groupe les Jaguars, groupe dont les membres évolueront ds l'année suivante.
Leur oeuvre discographique commence par un explosif ep Shake  a leg! en 1997 qui parait sur Wormtome (1000 WT 706) il est produit par Deke dickerson, et les jaguars sont Mike Lester à la guitare solo, Deke Dikerson à la basse et Chet Johnson à la batterie, nous trouvons 4 rockabilly particulièrement réussis Shake a leg, Up to my old tricks again, bop City et Minus One - Blastoff.
En 1998 sort le 1er lp du groupe Kim Lenz and her Jaguars (avec une pochette hommage au légendaire second album de Gene Vincent & the Bluecaps) Hightone records HT3003. Nous retrouvons à la guitare Mike Lester, mais c'est Jack Erwin qui tient la contrebasse et Robert Hamilton la batterie. Le son est stylistiquement trés influencé par le son des Blue caps à l'époque du second album. La plus grande partie des titres sont des compositions trés réussies de Kim: Saturday jump, I swear i was lying, You ain't seen nothin', Thinkin' about you, The swing, Shake a lang, dang good stuff, Twinkle, twinkle, Up to my old tricks again et Devil on my shoulder. kimlenzoneandlonelyAu niveau des reprises nous trouvons Kiss and tell baby de Shaun Young (leadeur du trio de rockabilly contemporain les  High Noon)., Havin' a ball, Ten cats down des Miller sisters (un rockabilly féminin classique sorti chez Sun et repris dans les 1980's par les Strollers) et You made a hit un des meilleurs titres de Ray Smith chez Sun.
En 1999, elle enregistre un second Lp The One and Only (Hightone records HCD8108)  produit par Big Sandy. Le style est d'un style plus varié: rockabilly, rock n'roll et white rock et la qualité musicale parfaite. Sans être un disque déjanté il ne manque pas du tout de rythmes et de folie.  Les Jaguars ont encore changé Nick Curran est à la guitare solo, Shawn Supra à la contrebasse et Scotty Tecce à la batterie, on peut noter la présence du pianiste Carl Sonny Leyland. On peut noter 7 compositions de Kim  Howl at the moon, Choctaw boogie, Dancing me to death, Truest love, Fit to be tied, Stick 'em up honey et You've met your match (composé avec Big Sandy), Big Sandy compose seul Somebody lied, et Carl Sonny Leyland compose Comin' back strong, Crawlin' back est composé par Sage Guyton membre d'un groupe de Western swing californien The Lucky Stars, ensuite au niveau reprises nous trouvons le rockabilly One and Only de David Houston, le plus hillbilly If you don't like my peaches de Don Carter (titre qui sera interpretté par Jimmy Johnson) pour l'histoire Don Carter sera l'auteur de deux classiques des 1950's B-I-Bickey-Bi Bo-Bo-Go popularisé par Gene Vincent et Rockin' bones popularisé par Ronnie Dawson , le Rockabilly classique Rock n'roll guitar, et le magnifique et sauvage Flame of Love chanté par Ronnie Self et écrit par Dave Burgess.

DSC07000.jpg

Son premier ep

 

Kim lenz and her Jaguars - Ten Cats Down

 


Zombie for your Love" by Kim Lenz & her Jaguars


kim lenz live
envoyé par greasykat. - Regardez plus de clips, en HD !

Kim lenz live at the Hollywood Showdown 8


Live at country radio KRO Hilversum netherlands
Repost 0
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 01:23

Au Printemps 1950, l'importation de la vespa en France débute.
De juin 1950 à février 1951,  1200 vespa entreront en France. Elles proviennent d'Italie et sont assemblées à Fourchambault. 
1950-Vespa125
La Vespa 1950
On peut noter  sur les modèles français une crête de garde boue à la place du feu de garde boue et une fourche est à simple ressort.
1951-Vespa125
La Vespa 1951
Au niveau des caractéristiques techniques  le moteur à une cylindrée de 124,85 cm3, une boite 3 rapports, avec une électricité de 6 volts alternatif par volant magnétique, et des pneus de 3,50 X 8.
En 1951 le phare avant passe du garde boue avant (sur les modèles italiens) vers le guidon.

On peut aussi noter que les carters moteurs, culasses, supports moteurs et certaines pièces de carrosseries, viennent toujours d'Italie, la commande de changement de vitesse fonctionnant par des tringles articulées est désormais assurée par câbles. à la fin de l'année sort une fourche à amortisseur, dont seront équipé les modèles de 1952.
1953-Vespa125
La vespa 1953
1952 voit la sortie de la 10 000 ème Vespa française les éléments de carrosserie sont confiées à Facel-Métallon qui fournira 220.000 coques de vespa pour A.C.M.A.
Le coffre à outils, le capot moteur, le garde boue avant et la trappe du carburateur passe de l'aluminium à l'acier.
L'échappement  est devenu parallélépipédique et et devient non apparent.

En 1953 le phare est d'une seule pièce englobant le compteur et les câbles de commandes de gaz, d'embrayage et de frein avant passent à l'intérieur du guidon, et nous trouvons des amortisseurs hydrauliques avant et arrière à double effet .

La vespa 1954 a lieu en octobre 1953. Le dessin du capot moteur est modifié avec une ouverture  pour la turbine de refroidissement faite de 7 fentes horizontales.

Le moteur devient carré avec l'utilisation du piston plat, la culasse devient hémisphérique avec des ailettes verticales et la bougie d’allumage est  déportée sur le côté.
L’embrayage a été renforcé, et comporte maintenant 7 disques et le design du couvercle d’embrayage est modifié.
Le rochet de kick  passe de son côté à un plus grand diamètre. Les emplacements d'immatriculation sur le garde boue avant la cylindrée passe à 123.67 cm3.
1954-Vespa125
La Vespa 1954
Le coque du Vespa 55 est différent, le tablier devient plus arrondi, la selle du passager est avancée, le porte bagage est modifié afin de pouvoir recevoir une selle arrière de même que le support de roue de secours.
Le compteur est monté en série, pour améliorer la suspension adaptation d'un amortisseur hydraulique à l'intèrieur du long ressort principal.
1956-Vespa150GS
Vespa 150 1956
Pour 1956-57 la parabole du phare reçoit une visière , le guidon devient plus étroit, le freinage est amélioré et la bobine haute tension est intégrée au volant magnétique.
En 1956 sort le Vespa 150 GL avec un moteur 150 cm 3, des roues de 9 pouces, un guidon carréné, 2 selles et une boite 4 vitesses.
1959-Vespa150
La Vespa 150 1959
En 1958, pas de news, mais entre 1959 et 1963 nouveau modèle la Vespa N, carrosserie et mécanique nouvelle, cable à l'intèrieur du guidon, porte d'accés au carburateur sous le siège, le 125 N à 3 vitesses pour 75 km/h à 80 km/h.
Existe aussi dans la gamme un 150 N plus performant.





Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Véhicules 1950's & 1960's
commenter cet article