Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 10:10

Rhino records lf oocest un des labels américains les plus dynamique dans la réédition d'enregistrements des années 1950's et 1960's, et durant les 1990's et 2000's réalise des coffrets sur le Doo wop, le Rockabilly et le Rock 'n' roll. Loud, Fast & Out of Control est un coffret qui sort en 1999, il est composé de 4 cd avec des jaquettes particulièrement réussi utilisant des couvertures de livres et de films sur la délinquance juvéniles, et agrémenté d'un trés beau petit livret détaillant chaque titre contenu dans les cds.

Le but de ces 4 albums est de compiler quelques des classiques du rock 'n'roll des fifties ayant un côté sauvage. On trouve de trés nombreux classiques du rock blancs comme C' mon Everybody, Summertime blues  et Somethin' else d'Eddie Cochran, B-I-Bickey-Bi, Bo-bo-go, Race with the Devil, Jump Giggle ans Shouts  et Be bop a lula de Gene Vincent & the Blue Caps,  Jailhouse Rock et My baby left me d'Elvis Presley, Brown-Eyed handsome man, Oh, boy! et Rave On de Buddy Holly, Whole Lotta Shakin' Goin' On, Great balls of fire et Breathless de Jerry Lee Lewis, Sea cruise de Frankie Ford, Believe what you say de Ricky Nelson, Leroy de Jack scott, Black Slacks des Sparkletones, Woo_Hoo des Rock-a-teens, Chantilly Lace de Big Bopper et Forty days de Ronnie Hawkins.

Se rajoute des titres classiques du Rockabilly comme The train kept-a-rollin, Rock billy boogie et Honey hush  de Johnny Burnette and the Rock 'n' roll trio, Blue Suede shoes, Honey don't et Put cat clothes on de Carl Perkins, OOby dooby et Go! go! go! de Roy Orbison, Flyin' Saucers Rock 'n' roll et Red hot de Billy Lee Riley, Ubangui stomp de Warren Smith et  Mercy des Colins Kids auquel se rajoute des titres tout aussi classiques mais d'artistes moins connu du grand public comme Love me de The Phantom, Sunglasses after dark de Dwight Pullen, Duck tail de Joe Clay, Rockin' Bones et Action Packed de Ronnie Dawson, School of rock 'n' roll de Gene Summers, Rockin' in the Graveyard de Jackie Morningstar et Henrietta de Jimmy Dee.

Les rockeuses sont aussi présentes avec Let's have a party et Fujiyama mama de Wanda Jackson, My boy Elvis de Janis Martin et Voodoo voodoo 1337405284_disc-3.jpgde la chanteuse noire Lavern Baker, les rockers mexicains avec C'mon let's go et La Bamba de Ritchie Valens et The hippy hippy shake de Chan Romero, des rocks instrumentaux comme Tequila des Champs, Harlem Nocturne des Viscounts, Raw-hide et Rumble de Link Wray, Hand Clappin' de Red Prysock et Rebel Rouser de Duane Eddy, et du Jump rock avec Crazy man, crazy, See you later alligator et Rock around the clock de Bill Haley and the comets et Jump, jive an' wail de Louis Prima et deux énormes chef d'oeuvre du rock n' roll anglais Brand new cadillac de Vince Taylor & the Play boys et Shakin' all over de Johnny Kidd & the Pirates.

Tout aussi nombreux les artistes noirs complètent les albums avec Good golley miss molly, Tutti-frutti et The girl can't help it de Little Richard, Johnny be good, Roll over beetoven et Maybellene de Chuck Berry, My blue Heaven, I'm ready et Whole lotta loving de Fats Domino, Slow down et Bony Moronie de Larry Williams, Who do you love? et Hey Bo Diddley de Bo Diddley, Flip flop and fly et Shake, rattle and roll de Joe Turner, Stagger Lee de Lloyd Price, Charlie Brown et That is rock 'n' roll des Coasters, Finger poppin' time, Crazy country hop et Wille and the hand jive de Johnnie Otis (un artiste grec), Little Demon et Frenzy de Screamin' Jay Hawkins, Little bitty pretty one de Thurston Harris, I'm shakin de Little Willie John et le premier titre de rock 'n' roll de l'histoire Rocket 88 de Jackie Brenston.  1337405308 disc-1

Nous trouvons aussi des titres classiques d'artistes noirs moins connu Number 9 train de Tarheel Slim, I feel good de Shirley and Lee, All night long de Joe Houston, Chicken shack de Amos Milburn, Koko Joe de Don & Dewey, King Kong de Big "T" Tyler, Rockin' this joint to-nite de Kid Thomas et Lovin' machine de Wynomie Harris.

Nous trouvons aussi des titres rock 'n' roll de teenage idols comme Tallahassee Lassie de Freddie Cannon, Claudette et   Bye bye love des Everly Brothers et Splish Splash et Queen of the hop de Bobby Darin.

Comme vous pouvez le constater que du bon, du rapide et du vrais rock 'n' roll avec des intro à chaque album de jingles radio amusants, pas vraiment de rareté mais une trés beau packaging qui à lui seul séduira le collectioneur.

 

1337405323_disc-4.jpg

 

1337405330_disc-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

..............................................................................
.............................................................................
............................................................................

...........................................................................

...........................................................................
...........................................................................
..........................................................................
...........................................................................
..........................................................................
..........................................................................
.............................................................................
Repost 0
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 23:56

Le Gulf Coast SoundDSC05294.jpg est souvent connu par le style musical que l'on appel Swamp pop qui est né de la fusion des styles musicaux du Sud de la Louisiane (Le Cajun), de la Nouvelle Orléans (le rhythm and blues de Fats Domino ou Guitar slim) et de Houston et du Texas (la country music). Durant les fifties un grand nombre d'artistes de cette région se font une réputation régionale grâce à leurs trés bons enregistrements commpe Rod Bernard, Jivin' Gene & the Jokers, Johnny Allen, Joe Barry, le seul qui obtiend un trés gros tube national est Bobby Charles avec son See your later alligator titre qui sera ensuite popularisé dans le monde entier par la reprise quand fera Bill Haley and the Comets.

Avec son 25 cm The Sound of the Gulf Coast Ace records  (ACE 10 CH 20) nous fait découvrir en 10 titres le son et le style particulier des artistes de la région.

Une des grosse ville de cette région est Beaumont, et c'est là que Bill Hall place ses studios d'enregistrements dans lesquels enregistrent un grand nombre d'artistes locaux. Il met en boite par exemple trés bon white rock School day blues de Johnny & the Jammers (groupe ou nous trouvons le futur guitar heroes Johnny Winter agés alors que de 15 ans, accompagné par son frère Edgard au Saxophone), Winter jouera également sur Let me come your way de Burl Boykin (titre également présent sur ce 25 cm), Good lovin' un duo de Chase & Gene (soit Andy Chase et Jivin' Gene), deux titres de Chase Canfill (qui sera l'idôle de jeunesse de Winter) en solo Woke up this morning et I had a dream,  B

 

Roy "Boogie Boy" Perkins (de son vrais nom E.R. Surez) est un des meilleurs représentant du style swamp pop typique de la région il commence sur Melody records, et ici nous trouvons deux faces qu'il enregistre pour Dart records en 1959 soit Sweet Lilly et True love. Andy Charles & the Blues kings enregistre Baby don't go  en 1959 dans les studios Goldband de la ville de Lake Charles pour "D" records.  Joey Mitchell est lui aussi un trés bon représentant du son de la région avec son No one else will do enfin The Velvetones présant sur ce disque avec Penalty of love est l'une des formations doo wop les plus populaires de la ville de Houston.

 

 

Ici trois titres dont celui de Boykin orésent sur le 25 cm

 

Repost 0
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 09:55

La compilation Rock and Rhythm de White label DSC06109.jpg(8801) permet de découvrir 14 rock n'roll. Nous y trouvons Alton Lott avec son rock rapide (dans le style des Bell notes)  I got it made ce dernier sera surtout connu comme guitariste des sessions du label Rim Records, Buck Rogers nous fait avec I can't stand it un médium rock avec sax ce dernier fera d'autres enregistrements sur Montel Records, Jimmy Donnely avec Forbidden love nous fait un rock teinté du son de la Nouvelle Orleans ce dernier a également enregistrer sur Decca et Junior records, Bobby Bird avec Look out nous interprète un rock dans le style de Frankie Ford qui aurait mérité les faveurs du hit parade, James Truck fait une cover de Tootsie le rock classique de Carl Mc Voy sur Phillips International filliale de Sun records, Harry Lee enregistre en 1958 son Every time i see you son solide  et très rock blanc inspiré d' Elvis Presley mais avec des coeurs féminins sur Ace Records (de Jackson dans le Mississipi), Danny White chante son white rock sauvage Call the law est la seconde face du simple sur lequel se trouve le morceau précédent d'Harry Lee et une reprise du Educated fool de Huey Piano Smith,  Eddie Seacrist chante Rock n'roll bells un fantastique rock n'roll déjanté inédit Eddie enregistre d'autres disques sur KRC records (label de Lloyd Price), Ray Harris (ce n'est pas l'artiste chante I'm winning now un médium hillbilly dans le style d'artiste comme Webb Pierce, Danny Ray nous fait une petite perle avec son rockabilly fougueux Love me, Lou Millet nous interprète son médium rockabilly Just you and me, Johnny Angels chante le  rockabilly rapide Baby it's love et Bobby Hebbson nous chante son rock teinté de soul dans le style de Ray Charles Atlanta GA. Bobby deviendra durant les sixties une vedette grâce à ses titres Night train to Memphis et Sunny ces trois derniers artistes ont enregistré ces faces pour le label Ace records (label du Mississipi).

Repost 0
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 08:15

Real Old Tennessee Rock ans countryDSC06121.jpg Rock 1954 - 1957 Vol.3 de collector Records L.P 8810 compile des faces de Rock n' roll dont certaines (la seconde face) avec une influence country et hillbilly. La première face est quasi exclusivement consacrée à Joe Griffith un trés bon chanteur qui compose 4 des titres présents sur ce lp soit Walk spin, shake rock, Little Hilda, Crazy sack et Annabelle Lee mélodiquement on peut noter une influence du rock doo wop noir ce qui explique la présence de coeurs se rapprochant des Jordannaires d'Elvis Presley. Joe est originaire de Détroit (Michigan), et dés qu'il a 5 ans sa famille déménage dans la région du delta du Mississippi, c'est en 1957 qu'il met en boite son simple pour Red foot records soit Crazy / Annabelle Lee un 45 tours de rock n'roll particulièrement réussi, les sessions de Griffitih ont en réalité lieu dans les studios de Rca records de Nashville avec des musiciens de studios de référence comme Chet Atkins, Floyd cramer, Buddy harmon et probablement Hank Garland,  Walk, Spin, shake and rock est un trés bon titre qui ne sera pressé qu'en version DJ et non en version commercial destinée à la vente (d'ou son extrème rareté), dans les autres inédits on peut aussi noter Little Hilda et les covers de deux titres de white rock de Buddy Roberts le classique et sauvage Big Sandy et She's a woman. La face se termine par The Tennessee Drifters une formation originaire de columbia (Tennessee) qui interprettent The Drifter un médium rock à sonorité country qui sera enregisitré en 1957 pour le label Linco, mais au final distribué par un autre petit label Maid records.

La face B compile des titres enregistré lors d'un charity show organisé fin 1954, cela explique le son live et les passages parlés de ces titres, nous trouvons des artistes comme Red Rolison qui chante 4 titres If you ain't lovin', you ain't livin' (hillbilly bop à la production minimal)et  Gonna roll and rock (un trés bon rockabilly primitif à sonorités hillbilly) et deux covers de Good rockin' tonight et Blue moon of Kentucky (qui sont incontestablement influencées par les mêmes covers rockabilly réalisées sur  Sun par Elvis la même année), Charles Moore qui chante Up and down that road before (belle ballade country rock dans le style de Hot rod Lincoln composé par Moore) et Charlie Roach qui chante  Three way boogie (un instrumental western swing qui est une composition de Roach).

Repost 0
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 09:18

Rock n'roll forever DSC06117.jpgest une compilation de rockn'roll sortie sur Collector records (CLS 2306) qui contient 14 rocks blancs rapides. Nous trouvons Eddie Quinteros originaire de San Fransisco avec deux titres de White rock sauvage Lindy Lou et Slow down baby qu'il enregistre pour le label Brent. The Enchanters interprettent deux trés bons instrumentaux rock n'roll avec sax No parking et Everybody rock qui sorte sur le label Confederate, the Thrashers interprettent deux rocks rapides Fort Lauderdale USA avec vocal rappellant mélodiquement sur le refrain  Sweet Little Sixteen de Chuck Berry et l'instrumental Sledge hammer (qui n'est pas sans rappeller le style de Link Wray avec des percutions trés originale) ces faeces sont enregistrées sur le label Clearview, Chuck Comer chante Little More Lovin' un rockabilly rapide dans le style de Sleepy la beef et Eddie Bond enregistré sur le label Vaden (Arkansas),  Stan Vincent & the Dwains interprette The snark instrumental rock n'roll avec piano et guitare qui s'autoproduisent et sortent ce simple sur Dwain records, Carl Phillips chante le rock déchainé Wigman willie (avec deux solos de piano, un solo de sax et un de guitare enregistré sur le label de St Louis Bobbin records),  Chuck Willey chante deux rocks rapides Tear it up (différent du titre de johnny Burnette and Rock n'roll trio, mais également bien sauvage avec un vocal explosif à la LIttle Richard et bel accompagnement sax) et Shake it up (titre débridé avec cris qui s'isnpire du style du Big Bopper), Jim and Rod chantent Didn't it rock (un  rock n'roll rapide à deux voix inspiré par les Everly Brothers enregistré pour le label Challenge), The Techniques interprettent l'intrumental Technique touch (titre avec des passages débridés de piano enregistré pour Locket records), Eddie Daniels chante Whoa whoa baby (un titre du genre des rocks noirs du label Spéciality et Imperial mais ici enregistré pour le label Ebb, influence mélodique et vocal notable d'artiste comme Huey Piano Smith et Fats Domino cet artiste est surtout connu pour avoir travaillé avec Eddie Cochran).

Repost 0
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 22:18

Le double album 32 Rockers & RollersDSC06001.jpg distribué en France par Festival (Festival 203) compile 32 titres classiques du rock n'roll des fifties produit sur le label Chess records (et ses filiales). La première face attaque fort avec le tube hypnotique Bo Diddley du même nom avec la légendaire rythmique de guitare (jungle sound), ensuite nous trouvons 64 000 Dollar question de Bobby Tuggle un genial rock noir avec riffs de guitare blues,  Tippety top un doo wop rhythm and blues rapide par The Rays, le rock noir absolument génial et délirant Ain't got no home de Clarence Frogman Henry avec une partie de la mélodie chanté avec le fond de la gorge, Music goes round & round un trés bon rythm n' blues rock teinté de jazz (dans le style de Louis Prima) de  Paul Gayten, Tall dark handsome man un rockabilly  radical par Bobby Sisco et la face se termine par les deux meilleurs titres de Bobby Charles See your later alligator et aussi le moins connu et pourtant aussi bon You can suit yourself. La seconde face du premier disque commence par Mr Chuck Berry avec son classique Roll over Beetoven, suivi de Rock rock un autre rockabilly incisif  de Bobby Sisco, Who do you love une autre grande réussite de Bo Diddley, The walk du bluesman Jimmy Mc Cracklin qui enregistre ici l'un des meilleur rock noir de l'histoire, suivi du tout aussi exitant mais plus rockabilly i can't wait par Ray Stanley avec son incroyable rythmique proche des sabots d'un cheval au galop!!, Over the mountain , across the sea du duo Johnny & Joe amène un peu de romatisme et d'harmonies vocales doo wop dans cette compilation, suivi du doo wop trés rapide  The clock par Lee Andrews & the hearts, et on finit par un autre chef d'oeuvre du rock n'roll pur et bien agressif avec Rock this morning chanté par le bluesman Lowell Fulsom.
Nous voici dékjas sur la première face du second lp qui débute fort avec l'énorme tube de 1957 de Dale Hawkins son rockabilly blues medium Suzie Q archi repris par la suite, Oh oh par Eddie Boyd est dans la lignée des titres de Ftas Domino, Flatfoot sam par O wills est un trés bon rock rapide et syncopé avec sax tonytruand, Dime store pony tail par Bobby Dean est un rock rapide avec des riffs de guitare Jazz déchainé un must, Nothin shakin' par Eddie fontaine est un classique des rock blancs violent dans l'esprit des faces Speciality de Little Richard mais sans piano,  Sugaree par Rusty York est un fantastique médium rockabilly réalisé à partir d'une composition plus tranquile de Marty Robbins, 1-2-3 est un Rockin' blues du pianiste Piano Red un vocal entre Jackie Wilson et Big Joe Turner avec du piano boogie woogie et une guitare blues  incisive,  et la face se termine par Say Man un autre classque de Bo Diddley.
La dernière face commence par l'un des gros classique du doo wop rapide de la fin des fifties Book of love par the Monotones, suivi de The Wobble un autre trés bon rock de Jimmy McCracklin, False alarm un exeptionnel et trés original doo wop rapide des Re-vels, le plus medium doo wop Every day of the week des Students,  Knee Socks un autre trés bon doo wop des Miracles, But i do l'autre gros tube de Clarence "Frogman" Henry et se termine par Let it rock un rock inégalable de Chuck Berry.
Ce double album à la pochette plutôt étrange est sans doute la meilleure compilation de rock n'roll issu du label Chess records qui est été jamais sortie.


Jimmy McCracklin-The Walk


Bobby Sisco - Tall, Dark & Hansome Man


False Alarm - Re-Vels


ARGO~5280 - Ray Stanley - I Can't Wait


Lowell Fulson - Rock This Morning ~ 1958 Blues Rocker
Repost 0
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 09:37

)La série des doubles albums Kings of Rock est édité sous 3 volumesDSC06385.jpg dont le volume 1 est baptisé dans l'éditions française Pathe Marconi - Emi - Music Melody (MP 209) étonnement Testament du rock !!! (du même nom de la collection déjas traité sur ce blog!!)
Donc ici les enregistrement sont essentiellement emprunté aux catalogues Liberty et Imperial des fifties et early sixties.
Donc le vol1 de Kings of Rock (que je possède sous sa forme graphique Testament du rock), nous trouvons 3 rock sauvage d'Eddie Cochran C'mon everybody, Cut Accross shorty, Twenty flight rock et le démoniaque Nervous Breackdown (enregistrements Liberty), de Fats Domino 4 rock n'roll teinté de Boogie au son si caractéristique de la nouvelle orléans avec I'm Walkin', My blue heaven et I'm ready, au niveau de chez Sun records nous trouvons le méga tube sauvage de Jerry Lee lewis Great balls of fire, le gros classique de Buddy Knox l'immortel Party Doll est présent mais dans son édition Liberty postèrieure à l'originale gravé chez Roulette records, Dans le style de Fats domino nous trouvons son ami Smiley Lewis avec Shame, shame, shame, des fifties nous trouvons également l'instrumental Red river rock de Johnny & the Hurricanes et le rock noir sauvage Bony Maronie de Larry Williams (sur Speciality). Etonnement le reste des titres sont des sixties Bobby Vee reprend en 1961 The girl can't help it de Little Richard et en 1963 Peggy Sue de Buddy Holly, The Crickets (le groupe de Buddy Holly reprend en 1962 le génial What'd i say de Ray Charles, Jay and the Americans en 1961 reprennent le classique de Chuck Berry Johnny B. Goode, P.J. Proby reprend en 1966 Stagger Lee un des gros tubes de Lloyd Price durant les 1950's, et Sandy Nelson reprend en instrumental l'immortel Rock around the clock énorme succés de Bill Haley & the Comets en 1955, Bill Haley est présent aussi avec le rare et pourtant excellent That's how i got to Memphis de 1964, au niveau des instrumlentaux incontournable du rock n'roll nous trouvons Memphis de Lonnie Mack de 1963 et Let's Go des Ventures de 1961 tout comme le gros succés pop rocker de Johnny burnette You're Sixteen, enfin nous trouvons le méga succés de Del Shannon de 1961 Runaway et le trés bon I saw Elvis Presley Last night de Gary Lewis datant de 1965.
Le Kings Of Rock Volume 2  (UAS 29748/9) continu avec lesDSC06383.jpg incontournables rocks rapides d'Eddie Cochran avec Summertime blues, Somethin' else et sa version white rock du Long Tall Sally de Little Richard, Fats Domino est lui aussi toujours présent avec d'autres rocks comme So glad, Oh wee et le supra connu Blueberry hill, au niveau du rock noir nous trouvons le pionnier Roy Brown avec Let the four wind blow (succés de Fats Domino), Shirley & Lee avec le génial Let the good time roll et Amos Milburn avec son classique Chicken shack boogie, Bill haley & the Comets interprette un titre méconnu et trés particlier quand même des 1960's Ain't love funny ha ha ha, Bobby Vee chante deux tubes de Buddy Holly Oh boy et That'll be the day, Johnny burnette chante un autre de ses succés en solo du début 1960 le trés bon Cincinnati Fireball, Johnny Rivers chante deux succés de chuck Berry soit Maybellene et Roll over Beetoven, Les surfers Jan & Dean chantent Rock n'roll music de Chuck Berry, Tallahasseee Lassie de Freddy Cannon et Barbarra ann des Regents dans un style surf proche des Beach Boys,  The Crickets (le groupe de Bill Haley) chante le trés bon rock fifties de Johnnie Otis aux rythmes proche de Bo Diddley Willie and the handjive, Del Shannon reprend avec talent l'incontournable succés du début 1960's Oh pretty woman de Roy Orbison, Sandy Nelson fait une version instrumentale du Sweet little sixteen de Chuck Berry, et les Ventures font de même avec the Locomotion popularisé par little Eva, ensuite nous trouvons Gary Lewis qui reprend Great balls of fire dont l'original de Jerry Lee Lewis est présent sur le premier volume, le reste est du pur sixties et pourtant cela passe assez bien P.J.Proby chante Niki Hoeky, Kim Fowley chante Barefoot country boy, The Easy beats chantent Hound dog popularisé par Elvis durant les fifties, Canned Heat chantent Rockin' with the king et les Flamin' groovies Slow death.
Les styles sont plus variées que sur le premier volume du coup à déconseiller aux fanatiques du son "made in the fifties", mais l'ensemble reste plutôt réussie avec une trés bonne face de titres moins connus de rock noir des fifties et des versions souvents amusantes et créatives de classiques des 1950's par d'autres rockers au début des 1960's Bobby Vee par exemple est plutôt convainquant dans ses reprises de Buddy Holly, mon jugement est par contre plus mesuréDSC06384.jpg par contre pour Sandy Nelson et Jan & Dean dont les versions sont trés personnelles mais un peu trop kitch quand même, The ventures réussissent plutôt bien leur Locomotion, les titres purement sixties voir seventies de Kim Fowley , Flamin Groovies et Canned Heat sont d'assez bonnes surprises.
Le King Of Rock  Volume 3 (SLD 55049/50) commence par une face compilant que du rock fifties et début 1960 comprenant des titres présents sur le volume 1 et 2 comme Summertime blues d'Eddie Cochran, Cincinnati Fireball de Johnny Burnette, Great balls of fire de Jerry Lee Lewis, Bony Maronie de Larry Williams et Chicken Shack boogie d'Amos Milburn mais aussi d'autres comme Blue Monday un classique Imperial de Fats Domino et Over and Over par Thurston Harris de 1958, malgrés ces doublons cela commence plutôt bien.  La face 2 est consacré aux instrumentaux avec Raunchy par Bill Justis (Phillips international filiale de Sun records), Beatnick Fly par Johnny & the Hurricanes, Let there be drums le tube de Sandy nelson, Walk don't run le plus grand succés des Ventures, le moins connu mais génial surf instrumental avec sonorités rockabilly Bust out par les Busters de 1963, Wham! l'autre gros tube de Lonnie Mack aprés Memphis, et Walkin' with mr lee par Lee Allen un instrumental de 1958 entre jump et rock n'roll, cette seconde face aurait pu paraître un peu enuyeuse par rapport à la précédente, mais il n'en n'est rien le choix des titres et leur place est une réussite. la troisième face semble plus se consacré au Teen rock  si ce n'est le splendide White rock Endless sleep de Jody Reynolds, on trouve l'immense succés de frankie Avalon le slow Venus qui s'avère en fait le moins interressant à mon goût de la face, en effet Mister blue par The fleetwoods par exemple balance plus tout en restant une ballade mélancolique, Oh Julie une ballade doo wop des Crescendos de 1957 tient particulièrement la route, I love how you love me par The Paris Sisters de 1961 est de son côté magnifique sans doute par ce qu'une des premières production de Phil Spector, Bobby Vee interprette son sympathique médium teen rock Please don't ask about Barbarra de 1962 la face se termine par Reparata and the Delrons qui chantent Whenever a teenager cries de 1964 un titre de girls group qui ressemble beaucoup au Chapell of love des Dixie cups.
La dernière face compile quelques un des classiques du doo wop dont le rapide Papa-Oom-Mow-Mow des Rivingtons de 1962 (qui est l'inspiration mélodique du Surfin' bird des Trashmen), l'incroyable Love potion number nine des Clovers de 1959, le fabuleux Tonight tonight des Mollo kings de 1957, le classique (I'll) remember in the still of the night des Five Satins de 1956 , le plus rapide When you dance des Turbans de 1955, le trés bon et original Western Movies des Olympics de 1958 et le Rock doo wop Stranded in the Jungle des Cadets de 1956.
Ce troisième volume avec son concept de styles différents par face est plutôt réussi avec un choix de titre pas toujours facile à trouver mérite une attention particulière, mais je regrette quand même les doublons avec les autres volumes de la première face.


Eddie Cochran "Summertime Blues" (1958)

Fats Domino - I'm Ready

 

Johnny Burnette - Cincinnati Fireball

 


Olympics - Western movies


The Paris Sisters-I Love How You Love Me


Bobby Vee with The Crickets - Peggy Sue (1962)

Sandy Nelson - Let There Be Drum

Maybelline~ Johnny Rivers on IR (Imperial)

The Cadets - Stranded In The Jungle (45)

Repost 0
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 01:33

Le lp Kings of Rock n'roll - Rock top 16, (milan  MI 160)DSC06374.jpg compile 16 enregistrements originaux des années cinquantes de quelques unes des plus grosses pointures de l'époque. Nous trouvons Blueberry Hill et Walking to New Orleans de Fats Domino (le maitre du rock manière Nouvelle Orléans), C'mon everybody et Somethin' Else d'Eddie Cochran (deux archétype et incontournable du rock blanc), Save the last dance for me (classique des Drifters), Great balls of fire, High school confidential  et Whole lotta shakin' de Jerry Lee lewis (4 chef d'oeuvre du killer Jerry Lee lewis), Blue suede shoes et Matchbox de Carl Perkins (deux incontournables classiques du Rockabilly sortis chez Sn records), Tutti Frutti et Long tall Sally de Little Richard (deux rock explosif sortie chez Speciality), Mona Lisa par Carl Mann (Rock sortie sur Philips international filiale de Sun), Flyin' Saucers Rock n'roll par Billy Lee Riley (Rockabilly sauvage sortie chez Sun) et Wirlwind par Charlie Rich (sortie chez Phillips international)
Il s'agit d'une sélection efficace de titres rapides qui est une trés bonne entrée en matière pour un débutant, j'ai acheté ce disque juste par ce qu'à un vide grenier cela m'a fait de la peine de le laisser dans son bac pour les 2 € que le vendeur en demandé, en effet il n'a pas de valeur collection il s'agit d'un disque type "Nice price" mais rare au niveau mondial car n'existant que dans une édition française sur un label français que je ne connaissais pas.


Fats Domino: Blueberry Hill b/w Honey Chile


Fats Domino-Walking To New Orleans


LITTLE RICHARD - 'Tutti Frutti' - 1957 78rpm


LITTLE RICHARD - 'Long Tall Sally' - 78rpm 1957


Eddie Cochran "Somethin' Else"


Eddie Cochran - C'mon Everybody


Jerry Lee Lewis - Great Balls Of Fire


BILLY LEE RILEY - FLYING SAUCER ROCK'N'ROLL


Charlie Rich - Whirlwind


Carl Mann - Mona lisa
Repost 0
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 17:09

Le lp Original Nashville rock DSC06373de Musidisc du début des années 1970 (30 CO 1377)  est une compilation de quelques un des meilleurs rockabilly et rock n'roll de chez Sun Records. Ce qui est amusant de remarquer c'est que Sun records est un mabel de Memphis et non de Nashville, donc le disque aurait du s'appeller Original Memphis rock!!!
Nous trouvons les deux premiers énormes tubes de Jerry Lee lewis Whole lotta shakin' going on et Great balls of fire, de Carl Perkins le maxi tube Blue suede shoes et son autre petit chef d'oeuvre Honey don't, pour Roy Orbison les incontournables rocks sauvages Rockhouse et Ooby dooby, tout aussi sauvage nous avons aussi le Red Hot de Billy Lee Riley, Charlie Rich est présent avec son medium rock Lonely weekends comme Carl Mann avec sa reprise rock de Mona lisa, Warren Smith interprette étonement un titre de Johnny Cash Rock n' roll ruby (à la place d'un de ses inombrables classiques du rockabilly!!)  enfin deux artistes moins connus Carl Mc Voy avec sa version de You are my sunshine (dont Gene Vincent fit aussi une fabuleuse version) et Bill Justis avec l'instrumental western Raunchy.
Ce disque est important historiquement il est probablement la première compilation de rockabilly française.

Jerry Lee Lewis - Great Balls of Fire


CARL PERKINS - 'Blue Suede Shoes' - 78rpm 1956


Roy Orbison - Rock House, 78rpm, SUN


Bill Justis - Raunchy & The Midnight Man 78 rpm!


Carl Mann - Mona Lisa


WARREN SMITH - ROCK 'N' ROLL RUBY SUN #239 78 RPM
Repost 0
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 15:23

La compilationDSC06372.jpg Cruisin' 20 classics tracks(Pickwick SHM 3068) avec une pontiac 1958 cabriolet en dessin sur la pochette, réunie essentielmlement du teen rock, du surf et du Doo wop de la fin des années 50 et début des années 60.  Nous trouvons 2 des tubes de Ritchie Valens La Bamba et Donna, le gros tube de Frankie Ford le rock rapide de 1958 Sea cruise, en doo wop nous trouvons le tube sixties des Coasters Poison Ivy, le tube fin fifities des Clovers Love potion number 9, le doo wop blanc des Cascades Rhythm of the rain et Cherish des Association, en Girls group les incontournables titres He's a rebel par The Chrystals et My boyfriend's back par The Angels, au niveau du surf chanté nous trouvons The Beach boys avec  Surfer girl, Jan & Dean avec Surf city, et  Little Honda par The Hondels puis 2 instrumentaux surf  Wipe out des Surfaris et Pipeline des Chantays, enfin nous trouvons des incontournables du Teen rock comme Let's dance de Chris Montez, Venus in blue jeans de Jimmy Clanton, Come sofly to me des Fleetwoods, The night has a thousand eyes par Bobby Vee, Runaway par Del Shannon et le rock sixties Louie louie par The Kingmen.  Cette compilation fait revivre l'époque charnière et la plus nostagique pour les américains des début du rock n'roll c'est à dire la fin des fifties et début sixties, ici pas de rhythm and blues ni de rockabilly mais vraiment du rock oldies, c'est excellent mais pas du sauvage ou du déjanté.


Jimmy Clanton - Venus In Blue Jeans

The Chantay's - Pipeline (Lawrence Welk Show 5/18/63)

The Crystals - He's a rebel (1962)


Frankie Ford - Sea Cruise
Repost 0