Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

6 août 2010 5 06 /08 /août /2010 09:40

Le rock n'roll des années 1960'sDSC06298.jpg a vu la naissance d'un genre descandant direct du white rock sauvage de la fin des fifties est du black rock n'roll déjanté c'est le garage rock. L'un des meilleurs représentant du genre est The Sonics  une formation formé par Gerry Roslie (Orgue et leadeur vocal), Andy Parypa (basse), Bob Lind (Saxophone) Larry Parypa ( guitare solo) et Bob Bennett (batterie) et originaire de la côte Nord ouest des USA (Tacoma).

En 1964 sort le simple The Witch (véritable chef d'oeuvre du genre) couplé à une cover de Little Richard Keep a knockin', en 1965 sort un second simple avec leur meilleur titre le fabuleux et ultra violent Psycho (couplé à The Witch ou Keep a knockin'!!), ils sortent jusqu'en 1967 14 simples (45 t) et 4 lp (33t)

C'est en 1965 que sort leur premier album Here are the Sonics (référence ultime du rock garage) qui contient un ensemble de chef d'oeuvres comme Psycho et The Witch mais également Boss Hoss et Strychnine. Leur second album incontournable est The Sonic Boom au son presque punk!!. On peut aussi rajouter deux autres albums un mini album de noël fin 1965 et en 1967 Introducing the Sonics.

Au niveau stylistique leurs influences sont loin de la pop des Beatles, du folk de Bob Dylan ou de la surf music des Beach Boys, Front.jpgsans aucun doute il faut les chercher dans Link Wray et son white rock sauvage mais également dans des chanteurs fin fifties comme The Phantom avec Love Me et également auprés de Screamin' Jay Hawkins, Little Richard ou Larry Williams avec leur rock 'n roll noir hurlant.  Le rock des Sonics se caractérise par des amplis réglés à fond proche de la saturation et un chant plein de violence et de hurlements.

Lorsqu'ils ne composent pas, ils enregistrent des covers de rock américains des fifties d'artistes comme Bo Diddley.

Au niveau des vinyls je possède le lp espagnol Un clasico de los '60 original Northwest Punk The Sonics qui parrait sur First American (31-0007) qui contient les deux classiques The Witch (1964) et Psycho (1965), mais aussi d'autres compositions originales comme You've got your head on backwards (1966),  On the road again, Love lights (1966), I'm going home, I'm a rolling stone, Like no other man (1966) et Maintaining my cool (1966) et la cover du classique de Bo Diddley I'm a man (titre lui même inspiré par Hootchie coochie man de Muddy Waters).

 

Je me suis également procurer le fabuleux cd Psycho-Sonic de Big Beat (CDWIKD 115) qui contient 29 titres de 1965   leurs meilleurs compositions comme Witch (avec en plus une version live et une version studio différente), Psycho avec en plus une version live), Don't be afraid of the dark, He's waitin', Boss Hoss, Shot Down, The Hustler, Cinderella et Strychnine et des covers de rock 1950's et early 1960's Do you love me (The Countours), Roll over Beethoven (Chuck Berry), Money , That's what i want (Barnett Strong), Walking the dog (Rufus Thomas), Good Golley Miss molley (Little Richard), Skinny Minnie (Bill Haley & the Comets), Let the good time roll (Shirley and Lee), Don't you just know it (Huey Piano Smith), Jenny jenny (Little Richard), Louie louie (de Richard Berry repris début 1960's par  The Kingsmen), Keep a knockin' (Little Richard), Have love will travel (Richard Berry), Durty Robbers (The Fabulous Wailers), Night time is the right time (écrit par Leroy Carr et popularisé par Ray Charles), Since i fell for you (Ballade jazz de 1945 de Buddy Johnson repris avec succés en 1963 par Lenny Welch), Hitch Hike (Marvin Gaye) et It's Alright (Chris Andrews)

 


 

 


 

 

 

 


 

 

 

 

 

 


 
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Sixties Rock n' roll
commenter cet article
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 18:57

Le lp Dames de Rock de laDSC06388.jpg série Let's dance to the Wolfman Jack Collection - Sixties Memories (KT 220) sur K tel compile des titres de rock, soul, teen rock du début des sixties. Nous trouvons que des gros classiques de la fin des fifties et du début des sixties qui mérite d'être connu même si ils s'éloigne du pur rock n'roll.

Nous trouvons donc Mary Wells  avec My Guy, The Crystals avec Then he kissed me, The Chiffons avec He's so fine, The Angel's avec My boyfriend's back, The Shirelles avec Soldier boy, Lesley Gore  avec You don't own me, Melanie avec Lay down, Martha Reeves avec In the midnight hour, Vicky Laurence avec The night the lights went out in georgia, Sur Thompson avec Sad movies, Timi Yuro avec Hurt et Wanda Jackson avec Right or wrong.

Le son de ces titres et typique du début des sixties et s'inspire souvent des enregistrements de Phil Spector (que l'on peut entendre ici avec The Crystals) et du style si attachant des girls groups dont nous pouvons entendre deux des formations pionnières du genre The Chiffons et The Shirelles.

Si vous n'aimez ni le son des sixties ni les voix féminines passez votre chemin, pour les autres ce disques par son choix intelligent de titres ne peut que séduire et vous transporter sur la plage arrière d'une Chevrolet Corvair un soir d'été 1964 avec vu sur le Pacifique.

Mais des titres sont  quelque peu pénibles le grandiloquent et kitsch titre de Melanie, le progressif  country Vicki Lawrence,

 

 

Découvrez la playlist Dames de Rock avec The Chiffons
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Sixties Rock n' roll
commenter cet article
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 23:36

Le 25 cm  DSC05290.jpgLittle Richard The Modern sides de Ace records ( 10 CH 28 mono), compile dix titres enregistré par Richard au milieu des années soixantes (1966) pour Modern records. On n'y trouve de nouvelles versions de ses chef d'oeuvres des fifties enregistré chez Spéciality  comme Lucille, Slippin' and slidin', Send me some lovin', Jenny jenny jenny et Long tall Sally en medley et Miss Ann associés à d'autres titres comme Don't you want a man like me (qui fut un succés pour B.B. King) et trois nouvelles bonnes compositions originales de Richard Holy mackerel, Directly from my heart et I'm Back.

Sans être indispensable comme les faces Speciality de Little Richard, ses titres Modern mérite largement d'être découvert et sont evidemment indispensables pour les inconditionnels du chanteur.

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Sixties Rock n' roll
commenter cet article
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 23:28

Cet enregistrement live du killer du 5 Avril 1964, DSC04865.jpgest probablement l'un des meilleurs live de l'histoire du rock, c'est une véritable dynamite sur chaque titre ne laissant à l'auditeur aucun moment de répis, l'album d'un véritable démon dont la fureur et le son est même supèrieur au Live at the Apollo de James Brown et ce n'est pas peu dire!!! en effet James se laisse allé à deux slow, le killer lui n'enchaine que des rocks sauvages, en un mot un moment d'anthologie pour tout passionné de rock.

Les titres sont Mean Woman blues et Hound dog popularisés par Elvis Presley, High school confidentiel, Great balls of fire et Whole lotta shakin' goin' on les trois immenses classiques du killer, Money popularisé par Barnett strong, Matchbox de Carl perkins, What d'I say de Ray Charles qu'il rend encore plus pêchu que l'originale ce qui n'est pas une mince affaire,  Lewis boogie une de ses compos, Good golley Miss Molley et Long tall sally de son seul véritable rival Little Richard et Your cheatin' heart d'Hank Williams.

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Sixties Rock n' roll
commenter cet article
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 19:38

Anthony Esmond DSC06296.jpgSheridan McGinnity est comme souvent la plupart des jeunes anglais fan de musique de l'époque fasciné par les rockers américains et particulièrement Buddy Holly, il apprend la guitare et rejoint les formations de jeunes rockers anglais comme Marty Wilde, Vince Taylor mais aussi Cliff Richard.

A 18 ans il joue de la guitare pour des show tv de la télévision britanique comme par exemple derrière Eddie Cochran.

Ensuite Tony part pour l'Allemagne ou il se produit avec succés dans des clubs, son groupe de l'époque Tony Sheridan and the Jets se fait un nom grâce à leurs prestations régulières au Kaiserkeller d'Hambourg.

C'est à cette même pèriode qu'une autre jeune formation se fait remarquer par ses prestations en Allemagne the Beatles. Et c'est à partir de 1961 que Bert Kaempfert les remarque lors de leurs passages au Top Ten club et leur propose de jouer derrière Tony Sheridan. Les 22 et 23 Juin Tony et les Beatles font des sessions d'enregistrements pour Polidor records. Seront mis en boite  My Bonnie (Lies over the Ocean), The saints (When the saints go marching in) deux traditionnels adaptés en rock par Tony, Why (une composition de Tony),  Cry for the Shadow (une composition de George Harrisson et John Lennon), Ain't she sweet (un titre de 1927 et popularisé par de trés nombreuses reprises dont en 1956 par Gene Vincent), Take out some insurance on me baby et Nobody's childSweet Georgia brown (un classique de Ray Charles deux versions existe), What d'i say (le tube de Ray Charles), Ruby baby (des Drifters et tube pour Dion), If you love me baby (écrit par C. Singleton et W. Hall) , Yaya le rythm and blues twist énorme succés de Lee dorsey) et Nobody's child (un traditionnel arrangé en rock par Tony).

Le premier simple qui sortira est le "My Bonnie"/"The Saints" (Polydor NH 24-673) qui sortira en Octobre 1961 sous le nom "Rock" et en Janvier 1962 sous "Twist". C'est Brian Epstein le mananger du groupe en Octobre 1961qui  vendra le stock de 100 premières copies du simple. Suite à la réédition du simple Tony obtient un tube, ce qui lui permet de sortir en Juin 1962 son premier album de Tony My Bonnie (as Polydor LPHM 46-612 [mono] and Polydor SLPHM 237-112 [stereo]). En Avril 1962 Decca est interressé par la formation et édite le simple My Bonnie sous leur marque et le distribue aux USA sous le nom de Tony Sheridan and the Beat Brothers (Decca 31382), mais le succés ne sera pas au rendez vous avec seulement 600 exemplaires réalisés. Il sort également un autre 45 tours Polydor avec Ya-ya et Sweet Georgie Brown  et le simple My Bonnie reddort en 1963 devant le succés des Beatles en solo qui viennent de signer chez Parlophone. Ce ep sortira alors sous différentes formes en Allemagne et en France.

Avec le méga succés  des Beatles avec I Want to Hold Your Hand MGM rachète les bandes et édite My Bonnie, The SaintsWhy et Cry For a Shadow. Peu à peu  les titres de ses sessions de Tony Sheridan et les Beatles sortent sous différentes formes. Je possède l'album The Beatles first de Triumph records (distribué par Polydor (240011) avec Ain't she sweet, Cry for a shadow, Let's Dance (Succés de Chris Montez), My bonnie, If you love me, baby, What'd i say, Sweet georgie brown, The saint's (when the saints go marching in), Ruby baby, Why, Nobody's child et Ya ya.

 

.

 

Un article trés complet sur ces enregistrements

http://www.friktech.com/btls/tony/tony.htm

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Sixties Rock n' roll
commenter cet article
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 23:31

The Great Rockabilly Show est une compilation K-tel (KT 220)DSC06387 de la Wolfman Jack Collection, Wolfman Jack est un Disck Jockey américain légendaire spécialisé dans les Oldies (musique des 1950's et early 1960's) qui apparait dans le film American Graffities.
En fait, il ne s'agit pas d'une compilation de rockabilly, en effet aucun titre de rockabilly sur le disque, nous trouvons essentiellement du teen rock et du doo wop sixties!!!
Mais cela n'empêche pas ce lp d'être particulièrement réussi, nous trouvons Down by the station un titre de doo wop pop des Four Preps, le trés bon medium teen rock Seven little girl de Paul Evans, l'incontournable Doo wop sixties Alley Oop des Hollywood Argyles, la folk song Tom Dooley du Kingston trio, la ballade moins existante de Skeeter Davis My last date with you, l'excellent rock sixties Bottle of wine de Jimmy Gilmer, le fantastique doo wop sixties Blue Moon par les Marcels, le trés bon rock Hello Mary Lou (popularisé par Ricky Nelson) par Bobby Lewis, la ballade skiffle My old man's a dustman par le maître du genre Lonnie Donegan, la balade doo wop Mr Blue par The fleetwoods, le seul titre proche du rockabilly le rock blanc Party Doll de Buddy Knox et l'un des meilleurs doo wop du début des sixties Denise par Randy and the Rainbows (repris par Blondie début 1980's, sous le nom Denis)


Four Preps - Down By the Station - 45 rpm


Alley oop - Hollywood Argyles


Denise by Randy & The Rainbows


J. Gilmer & The Fireballs - Bottle Of Wine


The Kingston Trio - Tom Dooley
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Sixties Rock n' roll
commenter cet article
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 10:52

Lonnie Mack est un de ses guitar heroes que l'on oubli DSC06268.jpgsouvent et qui pourtant ont un talent incroyable.
de son vrais nom Lonnie Mc Intosh est originaire de l'indiana, et dés ses début combine rhythm and blues et hillbilly sans pour autant faire du rockabilly mais un style bien à lui. En 1958 avec sa guitare Flying V Gibson (eh bien nom ce n'est pas une guitare de hard rock!!!) il fait le tour des clubs de l'Indiana, l'Ohio et le Kentucky au côté d'n autre guitariste de légende Robert Ward. Au début des années soixante ont le retrouve sur des sessions légendaires d'artistes noirs comme Hank Ballard, freddy King et James Brown.

En 1963 il signe chez Fraternity records chez qui il met en boite une version personnelle et instrumentale du Memphis Tennessee de Chuck Berry sous le nom de Memphis.
Le titre devient trés rapidement un énorme tube national atteignant le top five du hit parade Pop. Cela lui permet d'enregistrer le fabuleux et indispensable lp Wham (Fraternity F-1014) qui est un fantastique album de rock n'roll pur du début des sixties contenant évidemment Memphis,  le rock instrumental surf rapide Wham!, la ballade rhythm and blues chantée avec sonorités gospel Where there's a will, la magnifique ballade rhytm and blues (chantée) de Hank Ballard I'll keep you happy, le rock instrumental à sonorités sixties et blues de Jimmy Reed Baby that's wrong (qui sera également un hit début 1963), le country rockin' blues chanté Down and out, le blues instrumental Satisfied, version instrumentale trés personnelle du  medium rock Suzie Q (de Dale Hawkins), Why un slow soul chanté et Down in the dumps un rock n' roll avec sax instrumental.
Sur cet album il est accompagné par Marv Liberman, Ron Grayson, Wayne Bullock, Truman Field et Irv Russotto.
Il signe ensuite chez Electra, et participe aux sessions de l'album des Doors Morrison Hotel avec particulièrement le solo de Roadhouse blues.

Découvrez la playlist Lonnie mack avec Lonnie Mack




Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Sixties Rock n' roll
commenter cet article
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 00:37

Ce lp Super Rock est enregistré DSC06397.jpgen 1968 en pleine pèriode psychédélique par des pointures du rock de l'époque comme Jimmy Page (guitariste de Led Zeppelin), Nicky Hopkins (célèbre pianiste qui accompagne les Rolling Stones), John Paul Jones (Bassiste et clavieriste de Led Zeppelin), Jim Sullivan (qui est un guitariste session man depuis les 1950's avec l'émition Oh boy de Jack Good et devient une référence pour Ritchie Blackmore et Pete Towmsed), Chris Hugues (qui est un Sax ténor célèbre qui joue entre autre sur la'lbum Flower in the dirt de Paul Mc Cartney), Albert Lee (qui joue comme guitariste derrière des artistes comme Emmylou Harris et Eric Clapton) Clem Cattini qui sera le batteur derrière Terry Dene durant les 1950's, puis joue dans le groupe instrumental the Tornadoes, mais jouera ensuite derrière Lou Reed et Engelbert Humperdinck et Keith David de Groot au chant.
Les titres de cette scéance légendaire mise en boite au Olympic Sounds Studios sont  avec Jimmy Page à la guitare Everything i do is wrong (de Charlie Rich),Think it over (de Buddy Holly), Dixie fried (de Carl Perkins), Fabulous (Rock de charlie Gracie),  Lonely Weekend ( de Charlie Rich), Burn up (une autre belle composition de nicky Hopkins) et avec Jimm Sullivan et Albert lee aux guitares  Lovin' up a storm (popularisé par Jerry Lee lewis), Boll weevil rock (d'Eddie cochran), Livin' lovin' wreck (popularisé par Jerry Lee lewis), One Long Kiss (une belle composition de Nicky Hopkins), Down the line (Rockabilly sun de Roy Orbison), Breathless (de Jerry Lee lewis), et Rave on (de buddy Holly). 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Sixties Rock n' roll
commenter cet article
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 00:15

Le lp Rock n'roll de Jimmy Ridding and the Blue shoes DSC06399.jpgqui sort sur Kaleîdoscope (KAL . 19.023) et distribué  par Vogue en france, est interressant non seulement par les covers de Rock n'roll fifties enregistré avec un soucie d'authenticité étonnant pour l'époque des enregistrements (entre 1969 et 1970) et par sa pochette sauvagement Teddy Boy sur laquelle pose 3 teds et 2 teddy girls devant un juke box et l'affiche du film de Alan Freed Mister Rock n'roll.
 De 1969 nous trouvons What d'isay (cover de Ray charles), Ready Teddy et Rip it up ( cover de Little Richard), Oh babe (cover de Ronnie Hawkins) et Blue moon of Kentucky (une cover des enregistrements Sun de Elvis Presley), de 1970 nous trouvons Tutti frutti Lucille et Jenny jenny (covers  de Little Richard), I got a woman (cover de Ray charles), Shake Rattle and Roll (cover de Joe Turner popularisé aussi par Bill Haley) et Baby i don't care (cover d'Elvis Presley periode RCA) et de 1971 Rock around the clock (popularisé par Bill Haley).
Ce disque n'est pas un classique se contentant de covers des fifties, mais comme la qualité et là il mérite d'être écouté.

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Sixties Rock n' roll
commenter cet article
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 01:21

En 1964 Chess sort un lp de 4 titres DSC05477.jpgabsolument indispensable à tout amoureux de la guitare rock Bo Diddley and Chuck Berry - Two Great Guitars (Chess 515023). Il est mis en boite au ter Mar recording Studio de Chicago en Mars 1964.
Nous trouvons sur la face A  Liverpool Drive (avec Chuck seul qui fait de nombreux exercices de style de solo d'une grande beauté), Chuck Beat réuni Chuck Berry et Bo Diddley sur des improvisations dans le style de guitare de Chuck.
La face B est le même principe mais )à l'envers Bo Diddley fait une version trés personnelle du traditionnel When the saints go marching in et Bo's beat réunie Chuck et Bo dans des improvisation dans le style de jeux de Bo Diddley., Les titres en solo de Chuck Berry et Bo Diddley font en gros 3 minutes, par contre les deux morceaux en duo durent 13 minute pour Chuck's beat et 17 minutes pour Bo's Beat et étonnement ces improvisations sur leurs styles respectifs sont tellement géniales que l'on ne les entend pas passées. Un album légendaire et un des rares albums d'improvisations brutes et pures et sans arrangements postèrieure de l'histoire du vrais rock n'roll.

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Sixties Rock n' roll
commenter cet article