Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 20:47

Arthur Smith est le créateur guitarsmith.jpgd’un des instrumentaux les plus célèbres du XXeme siècle Guitar Boogie, titre absolument incontournable pour tout amateur de guitare qui se respecte.

C’est le 1er Avril 1921 que Smith né à Clinton (Caroline du Sud) (né le 1er Avril 1921) , il est le fils de Clayton Seymour Smith qui est professeur de musique et leadeur d’un groupe à Kershaw (Caroline du Sud). Le premier instrument de Smith et le cornet et avec ses frères Ralph et Sonny ils forment un combo de dixieland The Carolina Crackerjacks qui passe sur le radio de Spartanburg, comme leur succés en jazz reste limité ils se tournent vers la country musique ce qui leur permet d’obtenir une popularité locale. Arthur part pour Charlotte (Caroline du Nord) et fait partie des musiciens réguliers des shows lives du WBT Carolina Barndance, après la seconde guerre mondiale il devient membre du WBT Briarhoppers band.

Après son sevice militaire dans l’US Navy, il retourne à Charlotte ou il est rejoint par ses frères,  sa femme Dorothy et le chanteur Roy Lear. Il obtient son propre show sur WBT. Puis en 1951 il anime le premier show live de WBTV The Arthur Smith Show, qui durera 32 ans.

Son nouveau groupe Arthur Smith & his Crackerjacks obtient grâce à la télévision une popularité nationale.

En 1955 compose un instrumental au Banjo Feudin’ Banjos qu’il enregistre avec le musicien de Banjo Don Reno. (Sa composition apparait dans le film Delivrance de 1972 joué en duo par Eric Weissberg et Steve Mandel.

Smith est un incroyable compositeur qui signe plus de 500 titres joué par un grand nombre d’artiste comme Chet Atkins, Glen Campbell, Johnny Cash, Willie Nelson, Roy Orbison etc…

Smith fonde son propre studio d’enregistrement à Charlotte, dans lequel il enregistre lui-même avec ses Crackerjacks mais aussi d’autres artistes comme James Brown avec le titre   Papa’s got a brand new bag. Il produit lui-même un programme de radio dans lequel se produisent des artistes comme Johnny Cash, Chet Ztkins, Richard petty, James Brown etc…

Dans les années 1970’s il continue à produire des Prorammes TV de country music tel que des shows live d’artistes country.

The Crackerjacks seront composés tout au long de leur carrière de différents artistes dont on peut noter entre autres Don Reno, Jim Buchanan (futur membre du duo Jim & Jesse) au violon, David Dees ,Carl Hunt et Jeff Whittington au banjo, Ray Atkins à la guitare et George Hamilton IV au chant.

En 2006 Smith se retire et laisse à son fils Clay Smith la gestion de sa compagnie de production.

Vous me direz et Guitar Boogie dans tout ça en fait cette composition absolument géniale que Smith enregistre en 1948 et qui atteint la tête des charts country cette même année, deviendra un immense succés mondial lorsque Frank Virtues and the Virtues (qu’il rencontre lors de son service dans la navy) en fait un tube rock n’roll sous le nom Guitar Boogie Shuffle, et c’est par le succès national de cette cover que les enregistrements de Smith ressortent distribués par MGM ( et CBS/Monument) dans le monde entier sous forme de simples, eps et album 33 tours. Le Guitar Boogie devient célèbre dans le monde entier plus de dix ans après sa création. Au niveau de ses tubes on peut également noter Banjo Boogie en 1948, Boomerang en 1949, Tie my hunting dog down, Jed en 1963 et Battling Banjos Polka en 1973.

 

Je possède la réédition sorti chez Steson (HAT 3025) de l'album de Arthur (Guitar ) Smith de 1964 contenant les titres Guitar Boogie, I love you so much, Golden river, Sioux city sue, Darling meet me somewhere in your dreams, Little baby, In ashanty in old shanty town, Dream, My blue heaven, Tumblin' tumbleweeds, Stompin' at the Savoy et My happiness.  

 

 

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Surf and instrumental
commenter cet article
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 11:56

En 1958 le jeune chanteur de Rock n’roll Cliff Richard DSC05302commence à se faire un nom avec son groupe The Drifters (rien n’à voir avec le groupe de doo wop américain), formé de lui-même soit Harry Web au chant, Ian Samwell et Norman Mitham aux guitares et Terry Smart à la batterie. Comme on peut le remarquer The Drifters nn’ont pas de bassiste, Ian Samwell écrit le premier tube du groupe Move it qui devient Cliff Richard and the Shadows.  Sur la session de Move it et Schoolboy crush  on peut noter la présence de musiciens de studio comme le bassiste Frank Clark et de guitariste Ernie Shear. Le producteur Norrie Paramor signe un contrat à Richard, tandis que le producteur de tv Jack Good signe de son côté The Drifters pour son émission Oh Boy !. Paranor demande alors à Foster de rechercher un meilleur guitariste, ce dernier se rend au 2i’s Coffee bar de Soho (Londres) et repère le guitariste qui accompagne sur scène Tony Sheridan un certain Hank Marvin qui porte des lunettes semblables à celles de Buddy Holly. Hank commence sa carrière musicale dans un groupe skiffle qu’il forme à l’école avec son ami Bruce Welch, c’est avec  ce dernier que Hank par pour Newcastle afin de gagner de l’argent et se faire connaître. Lorsque Foster propose à Hank de l’engager, ce dernier accepte à condition que Welch soit lui aussi engagé,  le nouveau manager place Hank et Welch en guitare solo et rythmique, du coût Ian Samwell devient bassiste avant d’être remplacé à son tour par Jet Harris, et le batteur Terry Smart est ensuite remplacé par Tony Meehan (sur les conseils de Harris). Cette fois ci les Drifters définitifs sont au complet. Et ce sont eux DSC07204que l’on trouve sur les séances d’enregistrement des deux simples Feelin' Fine / Don't Be A Fool With Love et Jet Black / Driftin', le premier est un simple avec chant tandis que le second est instrumental. Ils enregistrent ensuite un nouveau simple avec chant Saturday Dance / Lonesome Fella, mais également un nouvel instrumental Chinchilla qui sortira sur le eps de Cliff Richard and the Shadows Serious Charge réalisé début 1959 pour le film du même nom. C’est durant l’été 1959, que le groupe américain The Drifters fait un procès aux Drifters anglais lorsque le simple Feelin’ line est exporté aux USA, le second simple Jet black est alors exporté sous un nouveau nom temporaire the Four Jets. Le nouveau nom définitif du groupe the Shadows sera trouvé par Jet Harris. Et c’est au sixième 45 tours de Cliff Richard Travellin’ light que les Drifters deviennent officiellement les Shadows.  En 1960 le groupe enregistre  l’instrumental Apache (composé par Jerry Lordan)  qui est numéros 1 des charts britaniques durant 5 semaines. A partir de ce premier gros tube the Shadows devient une des plus célèbre formation de rock n’roll instrumental qui au Canada et aux USA devient un sérieux rival des Ventures et Surfaris classant leurs titres dans les hit parade du monde entier. On peut également noter d’autres hits comme Wonderful land (autre composition de Lordan) qui reste 8 semaines au sommet des charts, Kon tiki six mois plus tard qui devient lui aussi numéro 1. Ils obtiendront  un total de 7 gros hits. En Octobre 1961 Meehan est remplacé par Brian Bennett, et en Avril DSC07225.jpg1962 Harris est remplacé par Brian Locking. Ces deux nouveaux Shadows se connaissent déjas faisant partie du groupe d’accompagnement du Rocker Marty Wilde au 2I’s The Wildkats ety enregistrent sous le nom des Krew Cats des instrumentaux. Harris et Mehan de leurs côté commence des carrières solos pour Decca Records. Ils obtiennent avec cette nouvelle formation deux autres gros hits avec Dance On et Foot tapper. Brian Locking sera remplacé à la fin des 1960’s par John Rostill qu’ils rencontre en 1963 et qui les impressionne déjà par son jeu. Ils apparaissent avec Cliff Richard dans les films The Young Ones, Summer HolidayWonderful life et  Finger keepers, mauis aussi sous forme de marionnettes dans le film Thunderbirds are go de Gerry Anderson. On peut noter également leur participation à un film humoristique Rhythm 'n Greens qui donnera nissance à un livre musical et un 45 tours EP. En 1964 ils font un concert en pantomime au London Palladium Alladin and his Wonderful lamp Richard est Alladin et The Shadows sont Wishee, Washee, Noshee et Toshee. Même si dans The Young Ones ils ne compose qu’un des titres dans  Finders Keepers  de 1966 ils composent la totalité des titres de la bande Originale.

 

The Shadows se séparent en 1968, pourtant sort un ten Anniversary album Established 1958  et l’album Shades of Rock. Bruce Welch et Hank Marvin forment alors un trio vocal et guitar Marvin Welch & Farrar, mais ils se reforment en 1973 sous la pression des fans. C’est en 1990 que la formation se sépare encore une fois, mais se reforme régulièrement pour  des tournées en Grande Bretagne et dans toute l’Europe en solo ou avec Cliff Richard. En 2004 ils enregistrent un nouveau titre écrit par Jerry Lordan Life story et en 2009 commence une tournée en Grande Bretagne, Europe qui se continu en 2010 en Auistralie, Nouvelle Zelande et Afrique du Sud. De la pèriode qui nous interresse on peut noter les albums The Shadows (1961),  Out of the Shadows (1962), Dance with the Shadows (1964) , The sound of the Shadows (1965), Shadows Music (1966) et Jigsaw   (1967).
Je me suis procurer l'un de leurs albums originaux de 1964 Dance with the Shadows (Columbia FP 1139) qui contient des compositions du groupes comme Shadoogie, See you in my drums, Theme from a filleted place, Nivram et Big Boy, et les titres Blue star, My resistance is low, Find me a golden street, Gonzales et Sleepwalk (cover du tube de Santo & Johnny) Et deux greatest hits le premier The Shadows 60's (Columbia , Emi Pathe marconi 2 C 062 - 05030) qui fait le tour de leurs tubes des années 1960's avec Apache, Kon-tiki, Perfidia, Shadoogie, Nivram, Frightned city, F.B.I, Shazam, Guitar tango, Sleep Walk, Little B, The rumble, Dakota et Atlantis, le second The Shadows Golden Records (Pathe Marconi 2 C 066-057278) se cantone aux succés des débuts des Shadows soit entre 1959 et 1963 soit de 1959 Driftin et Jet black, de 1960 Apache et Quatermaster's stores, de 1961 Kon-tiki, Nivram, Shadoogie et Frightened city, de 1962 Perfidia, Little "B" et Guitare tango et de 1963 Shazam et Geronimo.

Et grâce aux trés grosses ventes des Shadows durant les 1960's il m'a été facile pour un prix trés abordable de me procurer quelques EPs Columbia originaux du groupe: Le Ep ESDF 1336 avec Apache, Quatermaster's stores, Jet black et Driftn', le ESDF 1357 avec F.B.I, Midnight, Man of mystery et The Stranger, le EDSF 1378 avec The frightened city (du film du même nom), 36 -24 - 36, Kon-Tiki et Back home, le ESDF 1404 avec The Savage et Peace pipe (du film The Young Ones) Wonderful land et Stars dell on Stockton, le EDSDF 1431 avec Guitar Tango, Some are lonely, Perfidia et Tales of a raggy tramline.

DSC07220 DSC07221 
 DSC07217  DSC07218
 DSC07219  DSC07222

 

 

Shadows & Cliff Richard - Apache
The Shadows - FBI
The Shadows - Frightened city
The Shadows - the Savage
The Shadows - FBI in Cliff Show 1961
The Shadows - Wonderful Land

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Surf and instrumental
commenter cet article
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 23:28

Même si dans notre cas nous nous intéresserons exclusivement DSC07205.jpg aux premières années du groupe, il faut noter que The Ventures à l’instar des Shadows est une des rares formations de rock n’roll instrumental à avoir continué à enregistrer jusqu’au années 2000 tout en conservant une véritable popularité aux USA comme au Japon. On leur doit entre autre des classiques incontournables comme Walk don’t run ou Let’s go. Le groupe a obtenu ses lettres de noblesses essentiellement par la virtuosité technique de ses membres, et les ventes conséquentes qu’ils obtiennent qui atteignent 100 millions de disques vendus, leur influence est essentielle dans la surf music du début des années 1960’s influençant des centaines de groupes. En 2008 ils sont introduit avec raisons au Rock n’roll hall of fame.

 

L’histoire des Ventures remonte à 1958 à Tacoma, à la rencontre de Wilson et Bogle (les deux membres fondateurs des Ventures), Bogle à la recherche d’une voiture d’occasion va voir les modèles chez le père de Wilson vendeur de voitures et rencontre alors Wilson. Les deux nouveaux amis ayant une commune passion pour la musique décident de se mettre à la guitare. C’est sous le nom de The Versatones que le duo fait ses débuts professionnel, jouant dans des clubs, bar à bières et fêtes privées, Wilson est à la guitare rythmique et Bogle à la guitare solo.

 

>Ils recrutent le bassiste Nokie Edwards après avoir remarquer dans un night club . Bogle achète l’album de Chet Atkins Hi fi in focus et écoute avec intérêt le titre Walk don’t run, le reste du groupe lui aussi particulièrement emballé par le titre part en studios mettre en boite le titre le batteur Skip Moore vient alors se joindre aux trois membres lors de la session studio. Ler disque une fois pressé DSC07206-copie-1.jpgest  ensuite distribué par plusieurs maisons de disques, au final ce sera le batteur Howie Johnson qui sera le batteur attitré des Ventures.  Walk don’t run est un succés immédiat et le premier tube du groupe. Ils enregistrent comme cela un certains nombres de simple qui souvent se classent au hit parade national. Leur premier album sort en Décembre 1960  Walk Don't Run sur Dolton records,on peut noter que leur cet album est considéré par la revue Guitar Player comme un des 20 essential rock album de l’histoire. La formation avec Bogle, Wilson, Edwards et Johnson  restera sans aucun remaniement jusqu’en 1962. On l’oublie bien souvent mais les Ventures furent des pionniers dans la création d’album concept avec The Colorful Ventures en 1961 , idée qu’ils perpétuent dans les albums suivant dont chaque chanson est sur un thème particulier par album. Les années 1960’s sont aussi l’époque de l’âge d’or de la stéréo, et les Ventures s’amusent à enregistrer  en tenant compte des spécificités du principe, certains instruments ou passages tel que des bridge ou solo se retrouvant à droite et pas à gauche et ainsi de suite, cette idée d’enregistrements peu rependu sera aussi un des éléments essentiel dans la création du son et du style Ventures. En 1961 ils enregistrentDSC07207 en Juillet  le lp The Ventures (Dolton BLP 2004), en Septembre  Another Smash!!! (Dolton BLP 2006)  et en Octobre The Colorful Ventures (Dolton BLP 200) A partir de 1962, Edwards devient guitare solo, tandis que Bogle passe à la basse. En 1962 Johnson quitte le groupe à cause d’un accident d’auto qui lui laisse des séquels ne lui permettant plus de rtester batteur du groupes, il est remplacé par Mel Taylor, ce dernier c’est fait déjas remarquer en étant le batteur de session de titres classiques comme le hit Monster mash de Bobby « Boris » Picket, Alley Oop des Hollywood Argyles et The Lonely Bull de Herb Alpert & Tijuana Brass. Le jeu de ce dernier s’avère être plus agressif et incisif que celui de Johnson et devient alors membre permanent de Ventures. Ils réalisent deux versions de Walk don’t run la première atteint la seconde place des charts et la seconde de 1962 atteint la huitième place.

  En 1962 ils enregistrent Twist with the Ventures (Dolton BLP 2010) aui sera réédité sous le titre Dance avec une nouvelle pochette, en Mai Twist Party, Volume 2 (Dolton BLP 2014) qui sera réédité sous le titre Dance with the Ventures avec une nouvelle pochette , en aout Mashed Potatoes And Gravy (Dolton BLP 2016) qui sera réédité sous le nom Beach Party avec une nouvelle pochette, et en Novembre ils enregistrent Going to the Ventures Dance Party! (Dolton BLP 2017). Durant ses premières années The Ventures jouent sur des guitares Fender Jazzmaster, Stratocaster, et Precision Bass, mais à partir de 1963 c’est le fabriquant de guitare californien Mosrite qui design des nouvelles guitares futuristes pour le groupe. En 1963 ils enregistrent en janvier l’album The Ventures Play Telstar and The Lonely Bull (Dolton  BLP 2019), en avril avec le chanteur Bobby Vee Bobby Vee Meets The Ventures (Liberty LRP 3289), en Mai Surfing (Dolton BLP 2022), en Juin  The Ventures Play the Country Classics (Dolton BLP 2023) qui sera réédité en 1970 sous le I Walk The Line and Other Great Hits sur Liberty, en aout Let's Go! (Dolton BLP 2027) En 1964 ils enregistrent en Janvier The Ventures In Space(Dolton BLP 2027) album ou ils usent d’effets de guitares spécifiques et son le pionnier de l’utilisation du reverse-tracking, soit l’enregistrement de bande passé à l’envers, en Juillet The Fabulous Ventures (Dolton BLP 2029),  en octobre Walk, Don't Run, Vol. 2 (Dolton BLP 2031) réédité en 1970 sur Liberty avec une nouvelle pochette. En 1965 (nous terminerons par cette année) ils enregistrent en Février The Ventures Knock Me Out! (Dolton BLP 2033), et leur 4 albums de méthode d’apprentissage de la guitare et basse Play Guitar with The Ventures (Dolton BLP16501 ), Play Guitar, Vol. 2 (Dolton BLP 16502),  Play Guitar, Vol. 3 ( Dolton BLP 16503) et Play Guitar, Vol. 4: Play Electric Bass (Dolton BLP 16504), en septembre The Ventures A Go-Go (Dolton BLP 2037) et en novembre un album de noël  The Ventures Christmas Album (Dolton BLP 2038) Ils continuent donc durant les décennies suivantes (jusqu’en 2005) à enregistrer avec succès de nombreux albums, on peut noter l’arrivée de Gerry Mc Gee en 1968 en remplacement d’Edwards,  qui revient dans la formation en 1983,  Mel Taylor atteint d’un cancer en 1996 se fait remplacer par son fils Leon Taylor.  En 1963, ils classent 5 lp dans le bilboard top 100, et enregistrent en plus des albums d’apprentissage de la guitare comme Play Guitar with The Ventures et Play Electric Bass with The Ventures., que Nokie Edwards sera un des premier à utiliser la pédale de distorsion sur sa guitare sur le titre 2000 Pound bee. The Ventures est la formation instrumental qui vendra le plus de disque, réalisant pas moins de 36 albums qui se classe au hit parade dont six atteignant le top 40 et trois le top 10. Au niveau des lps je me suis procurer l'indispensable le double Legenday Masters Series (United Artists UAS 29 632/33 XD) qui compile leurs plus grand succés entre 1960 et 1969 (dont certains sont des covers de succés groupes instrumentaux  contemporains des Ventures comme The Shadows, The Surfaris, Santo & Johnny, Bill Justis et the Tornados. Nous trouvons de 1960 Walk - don't run, Torquay, Ram-bunk-shush, Honky tonk , Perfidia, Raunchy et Sleep walk, de 1961 Lullaby of the leaves et bulldog, de 1962 Telstar, The lonely bull, Green onions, Apache et Last night, de 1963 The savage, Let's Go, Wipe-out et Pipeline, de 1964 Out of limits, The cruel sea, Slaughter on tenth avenue et Night Train, de 1965 Caravan et La Bamba,  de 1966 Secret agent man, de 1968 Hawaii five-0 et de 1969 Theme from'a summer place.   Le hasard a voulu que je trouve à petit prix le lp Walk don't run volume 2 (sur Liberty  LN-10188) qui contient des covers instrumetals du House of rising sun (rendu populaire par The Animals), One mint Julep (des Clovers), de Diamond head ( de Dan Hamilton) et du Night Train (R & B de Jimmy Forrest de 1952) des compositions moins connues des Ventures Peach Fuzz, Rap city, Night walk, Pedal pusher, The Creeper et Walk don't Run '64 (nouvelle version de leurs gros tubes)   Puis le lp Beat Guitar genius of The Ventures (Sunset SLS 50058 Z) avec les titres The swingin' creeper, The chase, Rap city, Eleventh hour, Love goddess of venus, Pedal pusher, Peach fuzz, Nutty, The ninth wave et Changing tides.

The Ventures - Wipe out
The Ventures - Walk don't run
The Ventures
The Ventures - Slaughter On Tenth Avenue

Découvrez la playlist The Ventures avec The Ventures

 

 


Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Surf and instrumental
commenter cet article
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 11:22

  Duane Eddy est un des rockers capital dans l’histoireDSC06469 de la guitare rock au même titre que Link Wray mais en plus soft.

II est né en 1938 à Corning (New York) il joue de la guitare depuis l’âge de 5 ans, sa famille part pour l’Arizona en 1951. En 1954 Eddy rencontre à Coolodge (Arizona) un disc Jockey local Lee Hazelwood qui deviendra durant de nombreuses années son partenaire, compositeur associé et producteur. Tout deux partent pour Phoenix, Eddy forme son groupe The Rebels avec Steve Douglas et Jim Horn, le pianiste Larry Knechtel et le guitariste Al Casey.

En 1957 sort sur Ford records son premier simple Ramrod/Caravan, suivi en 1958 de 4 autres simple pour Jamie Moovin 'N' Groovin'/Up & Down, Rebel Rouser/Stalkin, Ramrod/The Walker et Cannonball/Mason Dixon Lion, il obtient son premier tube majeur avec Rebel Rouser (6 eme place des charts)

Le 9 Janvier 1959 sort le premier album d’Eddy est ses Rebels Have twangy guitar will travel qui atteint la 5 eme place des charts d’album durant 82 semaines. Et son titre  Forty miles of bad road atteint la 9 eme place des charts.

En 1960 le New Musical Express au terme d’un vote des lecteur Eddy est élue « World's Number One Musical Personality », et il enregistre le thème Because they’re young du film du même nom qui sera un énorme succés pour Eddy se classant à la quatrième place des charts. On peut également noter un album entièrement acoustique Songs of Our Heritage. Cette année là la marque de Guitare Guild produisent une édition limité de guitares signature de Duane Eddy (Duane Eddy Models DE-400 et deluxe DE-500) ce qui fait de Eddy le premier rocker à avoir un modèle de guitare signature.

Parallèlement à sa carrière de musicien il fait une carrière d’acteur durant les 1960’s  apparaissant dans A Thunder of Drums, The Wild Westerners, Kona Coast, The Savage Seven et apparaissant à deux reprises dans la série TV Have Gun — Will Travel. Ilm continu avec succés une carrière de musicien et de producteur il obtient un « Grammy award –winning american guitarist » et en 1984 il est introduit dans le Rock and roll hall of fame.

Je me suis procurer l'excellente compilation de chez London records  Movin' 'n' Groovin' (ZGW 105) qui contient 12 de ses meilleurs instrumentaux comme Peter Gunn, Rebel-rouser, Three - 3 -Blues, Movin' 'n' Groovin, Forty miles of bad road, Shazam!, Some kind-a-earthquake, Only child, blueberry hill, Hard times, The avenger et Because they're young. Vous y entendrez quelques un des plus beaux rocks instrumentaux de l'histoire teinté quelques fois de blues, de country.

 

Duane Eddy - Some kind-a-earthquake

 

 

Duane Eddy - Rebel Rouser

Duane Eddy - Shazam
Duane Eddy - Rebel Rouser (2nd version)

Duane Eddy - Forty miles of bad road
Découvrez la playlist Duane Eddy avec Duane Eddy
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Surf and instrumental
commenter cet article
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 11:49

B. Bumble and the Stingers eDSC06957.jpgst un groupe de rock instrumental du début des 1960's dont on doit l'idée au producteur Kim Folew, ce dernier s'inspire de l'approche du pianiste Jack Fina dans la version swing du Vol du bourdon Fight of the Bumble Bee de Rimsky Korsakov, qu'il compose en 1946,et qui sera enregistré par Freddy Martin et son orchestre pour RCA sous le nom de Bumble Boogie (ce titre  sera utilisé comme bande son d'un dessin animé de Walt Disney en 1948 et monte à la 7eme place des charts cette année là).
Kim s'inspire des arrangements de Fina et met en boite une version rock n’roll de Bumble Boogie, il fait enregistrer le pianiste Ernie Freeman sur deux pistes, une ou Ernie fait la rythmique de piano, et une autre pour des passages de break, sur cette enregistrement  réalisé au Gold Star studios nous trouvons aussi Earl Palmer à la batterie, Red Callender à la basse et Tommy Tedesco.

Le groupe de session de studio B.Bumble & the Stingers obtient avec Bumble Boogie un tube qui atteint la place 21 du billboard en Juin 1961. Mais pour la promotion Kim recrute un groupe de rock de teenagers originaire de Ada (Oklahoma) qui meme si il n’a pas participer à la session d’enregistrement obtient un grand success lors des tournées promotionnelles et les apparitions en public.Les members des B.Bumble & the Stingers sont alors as Fred Richards, Don Orr, et "B. Bumble", le pseudonyme du guitariste R. C. Gamble.

Nut Rocker qui est probablement des meilleurs instrumental rock du début 1960’s avec Apache des Shadows et Walk don't run des Ventures, vient à l’origine  d’une adaptation rock de March of the wooden Soldiers de la Nutcracker suite deTchaikovsky réalisée par le pianiste H.B. Barnum  sous le nom Jack B. Nimble and the Quicks sur Del Rio records. Le titre sera repris par B. Bumble and the Stingers après avoir été découvert par Rod Pierce du label Rendezvous (sur lequel est produit B.Bumble & Stingers) et Kim Folew.

C’est en Février 1962 que se déroule la session d’enregistrement de Nut Rocker par B.Bumble and  the Stingers avec le guitarist René Hall et le pianist Al Hazan, le titre sera un trés gros tube en Grande Bretagne (atteignant la première place des charts) mais aussi aux Usa attteignant la place 23. Même si l’original de Nut Rocker ressort en 1962 sur Dot records devant le succes de sa cover, il ne sera pas un succès.

Le groupe enregistrera quelques autres titres comme Apple Knocker (d’aprés Rossini) et Dawn cracker, mais sans obtenir le succés des titres precedents.

Je Possède de B.Bumble and the Stingers le fameux Ep du groupe contenant leurs 2 gros tubes Nut Rocker et Bumble Boogie avec deux autres titres également interressant Nautilus et School day blues, j'ai le pessage français Pathe Marconi (7 EMF 316)


B.Bumble & The Stingers - Nut Rocker


Bumble Boogie/B.Bumble and the Stingers

B Bumble And The Stingers - Apple Knocker

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Surf and instrumental
commenter cet article
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 16:39

The Surfaris est une formation de surf DSC06955du début des années soixante qui laisse à l’histoire de la musique le fabuleux instrumental Wipe out. Ils sont un des meilleurs exemples du son surf du début des 1960’s en Californie, avant de devenir des vedettes internationales.

Les membres originaux du groupe sont Ron Wilson (batterie), Jim Fuller (guitare solo), Bob Berryhill (guitare rythmique) et Pat Connolly (basse). C’est lors d’une session de 1962 au Pal Studios qu’ils enregistrent le simple qui contient leurs plus gros tubes Wipe Out /Surfer Joe. Wipe out est entre autre célèbre par son fantastique solo de batterie qui introduit le titre, il se vendra à plus d’un million d’exemplaire et sera disque d’or.

En 1963 sort l’album Wipe Out (Dot 3535) et The Surfaris Play Wipe Out (Decca 4470), on peut aussi noter cette année là Point Panic qui sera le troisième tube du groupe que l’on trouve sur le simple Point Panic / Waikiki Run.,  en 1964 ils partent pour Decca records et sortent les albums Hit City '64 (Decca 4487) et Fun City USA (Decca 4560) et en 1965 sortent leurs derniers albums avant leur séparation Hit City '65 (Decca 4614) et It Ain't Me, Babe (Decca 4683).

Il sont ensuite rejoint par le saxophoniste Jim Plash, et Ken Forssi à la basse lui-même remplacé par Jack Oldman entre 1966 et 1967.Le groupe se sépare officiellement en 1966 avec jusqu’en 2007 des périodes de réformation.

Des Surfaris je ne possède qu'un album Pickwick (SPC-3636)  Wipe out & surfer Joe de 1978 qui contient évidemment leurs 2 classiques Wipe Out et Surfer Joe, mais aussi des classiques instrumentaux de l'époque adaptés à leur style propre comme Green Onions (de Booker T & the MG's), Tequila (Champs), Teen Beat (Sandy Nelson) Walk don't run (The Ventures) Wild Weekend (The Rockin rebel's), Wiggle Wobble (Lee Cooper & the soul Rokers) et Torquay (The firebals)

 

Surfaris - Wipeout

THE SURFARIS - Surfer Joe
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Surf and instrumental
commenter cet article
25 octobre 2008 6 25 /10 /octobre /2008 22:40
Johnny and the Hurricanes fut un des groupes instrumental les plus célèbres des années 1950. Johnny Paris (saxophoniste), Paul Tesluk (organiste), Dave Yorko (guitariste) et Lionel "Butch" Mattice (basse électrique) se sont rencontrer dans leur high school dans la ville de Toledo dans l'Ohio. Par contre le batteur Bill Savitch est de son côté originaire de Détroit. Au début de 1959, leur premier titre sorti sur le label Warwick "Crossfire" est un trés gros tube, rapidement suivi de "Red river rock " (reprise instrumentale d'un air traditionnel) et du trés original "Réveille rock" avec son étonante intro au clairon militaire. Le style de Johnny & Hurricanes est particulierement réussi, chaque instrument y trouve sa place et se caractérise par une grande inventivité mélodique.
Même s'ils font d'autres tubes durant le début des sixties comme "The Beatnick fly" en 1960, leur plus gros succés reste Red River rock . Ce titre  sera en 1959, non seulement un mega tube aux USA , mais aussi le single le plus vendu en grande bretagne, un disque d'or en Nouvelle Zélande, et rentrera dans le top ten de cette même années en Australie, Allemagne et Afrique du Sud.
Côté LP le "Reveille Rock" sur Vygson renferme tout leurs tubes, plus d'autres trés bon titres comme Happy time, Cut out , Bam boo et Rock-cha.
L'album Stormsville sur teldec permet d'entendre d'autres titres du groupe moins connus comme milk shake, rockin "t", hot fudge, catnip au côté de l'incontournable red river rock.

Johnny & the Hurricanes - Red river rock


JOHNNY & THE HURRICANES - REVEILLE ROCK

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Surf and instrumental
commenter cet article
23 juillet 2008 3 23 /07 /juillet /2008 12:06

Link Wray est originaire de Caroline du Nord, et descendant d'indien. Comme souvent sa carrière musicale commence dans l'église locale ou il joue de la guitare. En 1950 Link et ses frères Vernon et Doug forment un groupe de Country music. Link part en Corée pour son service, il tombe malade et durant sa convalescence à l'hôpital il se concentre sur la guitare. A son retour il reforme un groupe avec ses deux frères Lucky Wray and the palomino ranch hands (avec Vernon à la basse et Doug à la batterie). Ils partent pour Norflok en Virginie, l ils y écoutent les musiciens locaux et particulièrement Gene Vincent qui comme les frères Wray passe dans les show radios. En 1955 ils partent pour Washington ils enregistrent alors trois titres pour Starday sous Lucky Wray and the ranch hands (It's music says, Whatcha say honey et Teenage cutie on leur ajoute pour les séances Bud Isaacs à la steel guitar). Wray retombe malade, mais contre l'avis du mêdecin reprend sa carrière musical, et Shorty Horton les rejoint pour faire la basse tandis que Vernon Wray passe au clavier.  En 1958 ils passent dans les concerts du DJ local Milt Grant, dont il finisse le show par un instrumental au son nouveau. Milt Grant comprenant qu'il tenait quelque chose appelle Archie Bleyer des disques Cadence. Ce dernier  les fait enregistrer l'instrumental "Rumble" , qui devient immédiatement un hit énorme.
Devant cet énorme succés, ils enregistrent des titres country à Nashville, mais qui ne seront pas édité. En 1959 ils signent chez Epic records ils enregistrent d'autres instrumentaux comme "dixie doodle" de Duane Eddy avec en face B "Rawhide" c'est ce titre qui passera dans le show tv American bandstand de Dick Clark. Rawhide devient leur second hit, ils enregistrent ensuite d'autres titres comme Comanche, Slinky, Trail of the Lonesome Pine et un album. En 1960 ils quittent Epic pour créer leur propre label rumble records et enregistrent leur première version de jack the Ripper. Mais bne décrochant pas de hit ils signent alors chez Swan records pour qui ils réenregistrent Jack the ripper qui devient leur troisième gros hit Ils enregistrent ensuite d'autres titres pour Swan comme "the Batman thème" et "Ace of spades" L'album Ace "early recording" étonnement ne contient pas les faces Epic de Link Wray mais les faces Swan de 1963 et 1964 qui sont d'ailleurs particulièrement sauvages et excellente.

 


Link Wray : Trail Of The Lonesome Pine
envoyé par beatnickbandit


Link Wray - Rumble tv show 1978
envoyé par scootaway

Link Wray-Jack the Ripper 


The Swag - Link Wray - 1958 ( Audio )


Link Wray-Rawhide
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Surf and instrumental
commenter cet article
22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 23:16
Jan Berry et Dean O Torrence se connaissent depuis  la Jr High School de l'ouest de Los Angeles, dont il font partie de l'équipe de football, déjas ils forment un groupe qui reprend les tubes Doo Wop de l'époque Get a Job des Silhouettes, At the Hop de Danny and Juniors etc...
A force de répétitions leur groupe s'améliore Jan est la basse,  Arnie est  le premier ténor, Wally Yagi le second ténor, Chuck Steele le leadeur, John Sagi Saligman le second ténor, Bruce Johnson joue du Piano et Sandy Nelson (pas encore célèbre) de la batterie. Ils écrivent tout deux leurs première chanson Jenny Lee (qui sera reprise par Moon Mullican) qui devient n° 3 au hit parade national pour le label Arwin. En 1958,  sous l'influence de leur producteur et ami Lou Adler il écrivent un deuxième titre " Baby talk"qui se classe 7 eme des ventes nationales en 1959, il suit alors plusieurs autres hits comme Clementine qui se classe 40 au hit parade national, White Tennis sneackers that are black" tout ses titres sortent sur le label Dore records.
 En 1961 ils signent chez Challenge records et sorte "heart and Soul", puis en 1962 enregistrent pour Liberty Tennessee qui se classe dans le Top 10. Jusque là ils font une sorte de Doo wop blanc trés rythmé à deux voix de trés grande qualité. Mais en 1962 avec leur reprise de Barbarra Ann des Regents et leur Linda en 1963 ils trouvent un nouveau son. C'est une réussite Linda est un gros tube qui arrive en même temps que la vague surf enmenné par les Beach boys. Leur trés bonne relation avec Brian Wilson leur permet de travailler avec lui. Ils écoutent leurs Surfin safari et enregistre leur Surf city dans un style proche de ces derniers, ce titre est numéro 1 national en 1963, ils enregistrent alors d'autres classiques cette année là comme Honolulu lulu, et surtout le trés bon Drag city. En 1964 dans le haut de la vague surf ils font encore un gros tube avec  "The new girl in school" (écrit par Brian Wilson)et l'excellent Dead man's curve.  Ils reécrivent aussi le "To catch a wave " des Beach boys en "Sidewalk surfing" enfin  ils enregistrent Little old lady et Ride in the wild surf pour le film du même nom. Malheureusement en 1965 Jan a un trés grave accident d'auto duquel il ne se remettra jamais et qui va éloigné le duo des charts.
L'album indispensable est le "Jan and Dean Anthology Album" d'United artists qui compile leurs trés nombreux his de 1958 à 1966. On passe agréablement à l'écoute de ce double album du Doo wop blanc de la fin des fifties au surf d'anthologie des sixties, pour finir par une face live.
Vous pouvez aussi vous procurez un best of de leur pèriode Surf le Surf City de Exact production  qui regroupe les hits surf du duo avec en plus la reprise du classique des Beach boys "I get around" mais qui malheureusement ne contient aucun titre de leur formidable pèriode doo wop.










Jan & Dean - Surf City (Live, 1963)

jan & dean - sidewalk surfin'

Jan & Dean - Theres A Girl

Ride The Wild Surf - Jan and Dean

Jan & Dean - Honolulu Lulu



Jan & Dean - Little Old Lady From Pasadena


Jan and Dean - The New Girl in School


jennie lee jan and arnie
Tennessee by Jan and Dean 
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Surf and instrumental
commenter cet article