Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 22:35

Vince est probablement le rocker anglais le plus violent de son temps (1958-1964) à la fois par sa musique, son look et surtout son jeu de scène. Brian Maurice Holden est né dans la banlieue de Londres, aprés guerre (1946) lui est sa famille partent pour les Etats Unis. Ils habitent dans un pemier temps dans le New Jersey, puis en californie. Passionné d'aviation Vince passe un brevet de pilotage, puis sous l'influence du succés d'Elvis Presley au milieu des fifties, il se lance dans la musique, participe à des show amateur avec succés. Doucement il passe au statut de professionnel faisant des concerts dans des brs et night clubs locaux. Accompagné par son beau frère devenu son manager Joe Singer ils partent pour Londres. Au 2 I's Coffee bar de Old Campton Street dans lequel se réunissent tout les fans de rock n'roll de Londres et sa région, il fait la connaissance de la première star de rock n'roll en Grande Bretagne le talentueux Tommy Steele.
Rapidement il met en place sa première formation des Play boys (avec le batteur Tony Mehan qui fera partie par la suite des Shadows) et le bassiste Tex Makins.Joe Singer décide de rebaptiser Brian Holden en Vince Taylor (hommage à l'acteur Robert Taylor).
Les Playboys définitifs seront Bobbie clarke à la batterie, John Vance à la basse, Alain Le Claire au piano,  et Tony Harvey à la guitare. Vince Taylor devient alors une des figures du Rock n'roll outre manche, passant trés souvent sur la scène du 2 I's , faisant de nombreux concerts et des passages télévisées aux émissions tv du producteur Jack Good comme Oh Boy.vince2.jpg
En Novembre 1958 sort le premier simple de Vince I like love / Right behind a baby dans un style particulièrement hargneux par rapport aux enregistrements de son ami Tommy Steele. Rapidement sort son second simple l'incontournable composition de Vince Brand new cadillac (un des chef d'oeuvre du rock n'roll violent des fifties, qui sera même repris par les Clash!!) avec en face A une reprise de la ballade Pledding my love de Johnny Ace.
Brand new Cadillac est un tube nationale pour Vince, mais pas assez pour son label Odéon Parlophone qui rompt le contrat.
Il change alors de label pour Palette et sort en Aout 1960 l'excelent simple I'll be your hero / Jet black machine ce disque sera le plus gros tube de Vince en Grande Bretagne. Mais le haut des charts est pris par le moins déjanté Cliff Richard et ses Drifters (futur Shadows). Il sort également pour palette un second single Whatcha gonna do / Move over your tiger.
Lors d'un concert en France à l'Olympia consacré au rock anglais avec Wee Willie Harris en vedette et d'autres chanteurs comme Duffy Power, Dave Sampson et Vince Eager entre autres, Vince Taylor décide de suivre son groupe les Play boys qui accompagnent alors Duffy Powers.vince.jpg

Mais Vince remplace le premier soir Duffy Powers qui à du retard, son look de cuir avec chaine et son jeu de scène sauvage font un tel effet que Vince devient la tête d'affiche du second soir.
Bruno Coquatrix alors propriétaire de l'Olympia prévient Eddie Barclay le producteur des disques Barclay de la performance de Vince. Eddie Barclay propose alors à Vince un contrat d'excusivité,  Sont alors faite des scéances de photos pour les futurs pochettes de disques, et carte postales promotionnelles sous la direction d'Herman Léonard.Il s'en suivra évidement les premiers enregistrements avec Bob Steel à la guitare et non Tony Harvey qui pourtant parait sur les photos.
Entre Septembre et Décembre 1961 sort 3 eps contenant des étonnantes reprises de rock violent américains de Eddie Cochran, Little Richard,Chuck berry et Elvis Presley et un 25 cm de 10 titres.
Le 1 er contient Sweet litle sixteen de Chuck Berry, Love Me, et deux Cochrans Twenty flight rock et C'mon everybody.
Le second contient deux succés d'Elvis comme So glad you're mine, et Baby let's play house associé à Lovin up a storm et le Long Tall Sally de little Richard, le 3 eme Eps contient de son côté une trés bonne reprise du génial succés de son compatriote Johnny Kidd Shakin' all over, associé à Don't ever let me go, à Endless sleep de jody Reynolds et Don't leave me know chanté par Elvis Presley.
Son 25 cm le bien nommé Le rock c'est ça compile ces eps sauf Endless sleep et Shakin' all over.
En même temps que son 25 cm sort un eps contenant There's a lot of twistin going on (version du whole lotta shakin' goin' on succés de Jerry Lee Lewis), Reddy Teddy de Little Richard et Dance to the Bop de Gene Vincent.DSC04972.jpg
En Janvier 1962 sort un eps contenant une reprise en 2 partie du succés de Joey Dee Peppermint twist, une version du Rip it up de Little Richard et du Mean women blues chanté par Elvis Presley.
En Mars 1962, sort un nouveau eps avec son premier rock en français Mimi (en fait un teen rock), Have i told you lately that i love you, My babe (un blues repris aux usa par Gene Vincent) et Big Blon Baby (popularisé par Jerry Lee Lewis).
Cette année Parlophone ressort avec succés ses 2 simples de la fin des fifties dans un magnifique eps.

En Février 1964, (soit deux ans plus tard) que sous l'influence des lecteurs des revues Disco revue et Bonjour les amis Vince fait un comeback avec le eps avec Memphis Tennessee (reprise de chuck Berry) , A Shot Of Rythm And Blues de Johnny Kidd, le titre en français Jour Après Jour (reprise du It's all in the game de Nat king cole) Tu Changeras D'Avis (aussi en français titre écrit par Billy J Kramer). Vince est accompagné par the new play boys soit le groupe de Johnny Halliday les Showmen.

 

 

On peut noter que Vince fit à cette pèriode une tournée française et une première partie triomphale des Rolling Stones à l'Olympia. En 1965 Vince enregistre un lp du même nom Vince..!DSC04973.jpg

Il contient que des reprises particulièrement variées, dans un style plus moderne, il y est accompagné par Bobbie Clarke à la batterie, Johnny Taylor à la guitare rythmique,  Ralph Danks à la guitare solo, Alan Bugsby à la basse et Bob Garcia à la trompette et aux cuivres.  On y trouve une reprise extraordinaire du Trouble qu'Elvis Presley interprette dans le film King Créole, Clank (instrumental trés immaginatif avec un solo de batterie légendaire), High hell sneakers (avec un vocal déjanté et un style presque Psychobilly), My baby left me (classique d'Elvis Presley chanté dans un style tout aussi déjanté), My Babe (classique du blues, repris en rock n'roll et rockabilly par Gene Vincent par exemple durant les fifties) Jezebel (le même titre que celui chanté par Gene Vincent mais dans une version assez surprenante il faut écouter!!) Summertime de Gershwin (repris aussi durant les fifties par Gene Vincent, mais ici une interprétation d'une originalité et une qualité remarquable) The men from el paso (un titre mexicano country ), et une reprise rockabilly du Long tall Sally de Little Richard.

Il sortira une première fois avec un faux public, mais ensuite réédité en 1972 sans ce dernier sous le nom Vince is alive, well'n rockin' in Paris.

Ce lp aura un véritable succés. Mais lors d'un concert de Mai 1965 à la locomotive Vince Taylor pète les plombs sur scène cassant  tout ce qui s'y trouve.

Aprés une véritable descente aux enfers entre asiles psychiatriques et concerts minables, il est  sauvé par ses fans encore trés nombreux, il remonte la pente ert fait la première partie du film Le Roman d'Elvis au Palace accompagnée par le groupe de Rockabilly anglais Matchbox.

Parallèlement Barclay ressort une compilation des eps début sixties sur le lp L'épopée du Rock avec un inédit de l'époque une bonne version du Hello Mary lou popularisé par Ricky Nelson durant le début des sixties.

On peut noter en 1974 le lp Rock revival Vince Taylor and Donna Hightower les titres de Vince sont tous des inédits enregistrés lors de répétitions aux studios de l'Aquarium en 1973: Brand new Cadillac 73 (un style vocal et musical proche d'Alan Vega vant l'heure), Say Mama (de Gene Vincent et interpretté vocalement dans son style ), Kansas city, Blueberry hill (de Fats domino), Please don't leave me(titre de Fats popularisé aussi par Johnny Burnette en Rockabilly) , Good Golley Miss Molly (de Little Richard) sur ces titres l'accompagnement est plus hard avec un son de guitare saturé.

On peut noter le single Labrador avec de 1974 avec l'Homme à la moto (version française d'Edith Piaf du Black leather jacket and Motorcycle boots gros succés des Cheers chez Capitol durant les fifties) et Dancin' in a midnight sun. L'année suivante sort le lp Motors Cadillac avec des titres comme Guess-gess, Good golley Miss Molly, l'homme à la moto (du single précédent), It's a lonely night, D'you wanna rock n'roll, Mean women blues, Cadillac, Dancin' in the midnight sun, Move it, Superstar les enregistrements datent de 1973 à l'Aquarium avec le Larry Martin Factory en backing group.

On doit ensuite noter le 25 cm Luv  qui parait 4 ans aprés un live de 1977, contient un ensemble de reprise de rock n'roll comme Money Honey (énorme tube fifties des Drifters de Clyde Mc Phatter), That's all right Mama ( blues d'Arthur Cruddup qui fut le premier single d'elvis), You'll never walk alone (de Gerry and the Pacemakers), Fever (de Peggy Lee repris aussi par Elvis ) Danny (classique du rock fin cinquante souvent repris notons entre autres Marty Wilde), I'm movin on (classique du country rock), Crawfish (chanté par Elvis dans la BO du film King Creole) et Milck cow blues (un des nombreux chef d'oeuvre d'Eddie Cochran). Ici la voix de Vince est fatiguée mais posséde une telle émotion qu'elle ne peut laisser indiférent, il est accompagné entre autres par par Jackie Chalard à la basse, Jean Jacques Milteau à l'Harmonica, Patrick Verbeke à la guitare solo.DSC04978.jpg

Côté de mes disques perso j'ai essayé de posséder la majorité des enre gistrements de Vince, mais sans cherché à posséder les éditions originales. Etant particulièrement fan des photos issues des séances du début des sixties si l'occasion se présente d'acheter à un prix abordable un ep Barclay, je ne résiste pas (mais pas si facile que cela quand même) j'en n'ai deux le "Shaking all over" 70 400, et le "So glad your mine" 70 395 . Ensuite j'ai le lp Vince Taylor mfp  2M046-96857 qui est interressant par ce qu'il compile  les faces les plus exitantes de sa  sa carrière anglaise des fifties soit Brand new cadillac, Pledding my love, I llike love, Right Behind your baby, Move over Tiger et I'll be your hero accompagné d'inédits de 1972 avec en backing group le Bobbie Clarke Connection dont Peggy Sue (de Buddy Holly), Baby blue (de Gene Vincent), Rock island line (popularisé entre autre par Lonnie Donnegan) That's when your heartaches begin (popularisé par Elvis Presley) Tutti Frutti (de Little Richard) et le Brand new cadillac 1973.

Pour posséder l'ensemble des ses légendaires eps Barclay du début des sixties je me suis procuré le Stars of Rock n'roll VOL.10 Barclay contenant Rocky road blues , Endless sleep, Don't leave me now, Mimi, Don't ever let me go, Love me, Peppermint twist, Rip it up, Have i told you lately that i love you, Baby let's play house, tu changera d'avis, Big blond baby, A shot of rhythm and blues, My Babe,  et There's a lot twisting going on.
Et je l'ai complété par le double Barclay réunissant le lp L'Epopée du Rock contenant les faces issus des eps non présentes dans le lp précédent plus l'inédit de l'époque Hello Mary lou soit Sweet little sixteen , Twenty flight rock, Shaking all over, Blue jean bop, Mean women blues, C'mon everybody, Ready teddy, Long tall sally, Lovin up a storm, So glad your mine et Memphis Tennessee et l'album de 1965 Vince is alive, well and rocking in Paris (sans le faux public) sortie une première fois sous le nom Vince..! (voir détail des titres plus haut)

Ensuite afin de suivre la carrière de Vince j'ai le  lp Rock Revival Mfp avec Vince sur la première face et Donna Hightower sur la seconde, les titres de Vince présent datent de 1973 (détails plus haut), j'ai aussi le 45 tours Labrador avec L'homme à la moto et enfin pour cloturer le 25 cm Luv de 1980 de chez Big beat records.

Enfin pour la collection j'ai finit par me procurer son légendaire 25 cm Barclay de 1961 Le Rock c'est ça! 

 

DSC05540.jpg

Le 45 t ep Mimi Barclay (70 441) contient bien évidemment le titre n français Mimi, mais également Have i told you lately that i love you (Gene Autry), B.B. Baby (en fait Big blon baby popularisé par Jerry Lee Lewis) et My Babe (de Willie Dixon)

 

 

Vince Taylor - jet black machine
.
Vince Taylor - I like love

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vince Taylor Brand new Cadillac 1959
Vince Taylor  - Shakin all over
Vince Taylor - Right behind you baby
Repost 0
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 22:10
Par rapport à Cliff Richard, Tommy Steele, Marty Wilde ou Billy Fury, Terry Dene à tout du mauvais garçon. Terence Williams se fait remarqué dés sa scolarité par son caractère nerveux et bagareur. C'est Elvis Presley qui est sa révélation musicale, et c'est par sa rencontre avec Rory Blackwell que Terry peut faire sa première maquette. Terry aime boire et se battre ce qui le fait quitter le groupe rock de Rory, mais rapidement il commence à se faire connaître au club de Soho le Two i's coffee bar, puis fait des apparitions au show tv de Jack Good 6/5 special BBC.  En 1957, Terry enregistre ses premiers titres pour Decca records, dont le premier  A white sport coat (une reprise de Marty Robbins )rentre dés sa sortie au Top 20, suivi de Star movin' issu de son second single. En 1958, il obtient un nouveau tube avec Stairway of love, et devient la vedette du film The Golden disc il y chante The Golden age, C min and be loved, Charm et Candy Floss Terry est au sommet de sa carrière. Il se marie avec Edna savage (une chanteuse de pop) mais doit également faire son service militaire. Son immense succés et la grande quantité d'argent qu'il gagne cette année là le font sombrer dans une dépression nerveuse. En 1959 il rentre dans l'armée, durant cette pèriode il fait de nouveau une dépression, et en 1961 divorce. On peut noter deux single en 1960 pour Oriole et un en 1963 pour Aral. Ses faces les plus exitente sont sans aucun doute ses enregistrements Decca de 1957, 1958 et 1959.
Le lp Jan London Rock compile 18 titres de cette pèriode nous faisant découvrir certains de ces hits mais aussi un ensemble de trés bon rock n'roll proche de ceux des rockers us de l'époque. Terry à une belle voix, son style est maitrisé et les morceaux balances. Nous trouvons entre autres  Star movin', Green corn, Come and get it et Baby she's gone,  de 1957, C'min and be loves, Stairway of love, Who baby who, Pretty little pearly Candy Floss et This is the night (du 25 cm Stars of 6 , 5 specials) de 1958, et I've  a good thing going, There's no fool loke a young fool, et Thank you pretty baby de 1959



Start Movin' - Terry Dene

TERRY DENE WHO, BABY, WHO


TERRY DENE - 'I've Got A Good Thing Going'


TERRY DENE COME AND GET IT


TERRY DENE ~ THE MAN IN THE PHONE BOOTH


TERRY DENE - GREEN CORN


TERRY DENE - 'Stairway Of Love'

TERRY DENE ~ BABY, SHE`S GONE

TERRY DENE ~ THERE`S NO FOOL LIKE A YOUNG FOOL

Repost 0
23 juillet 2008 3 23 /07 /juillet /2008 07:01
Marty de son vrais nom Reginald Smith est né à Greenwich au sud est de Londres. C'est à cause de la facination qu'il éprouve face au succés et à la musique de Tommy Steele qu'il achète une guitare d'occasion et se consacre assidument à la musique. Comme Tommy Steele l'a fait avant lui Reg (Marty) joue tout les soirs dans des night clubs et coffee bars de Soho. Larry Parnes partenaire de John Kennedy (le découvreur de Tommy Steele) se rend au Condor ou joue Reg, pour voir ce nouveau chanteur qui séduit les teenagers londoniens. Parnes est impressionné par son talent est le signe à la fin de la semaine, Reginald Smith devient Marty Wilde. Josephine Douglas voit chanter Marty au Winston et décide de le faire passer au 6,5 spécials tv show qu'elle coprésente. Marty y interprette sous les conseils de Joséphine "Honeycomb" (titre du rocker us Jimmy Rodgers) Johnny Franz producteur pour Philips records lui signe un contrat. Ses premiers enregistrements sont en 1957 Honeycomb, Wildcat, Afraid to love, Love bug crawl, I'm falling in love et sing boy sing (titres qui sortiront en singles et 4 sur un ep) déjas ses enregistrements se partages entre morceaux rock n'roll et ballades.





C'est en 1958 qu'il obtient son premier gros tube avec Endless sleep titre qui se retrouvera sur un simple avec Her hair as yellow et en ep avec ce dernier et des titres de 1957 (I'm falling in love et Sing boy sing). 1959 est l'année de Marty il classe 4 chansons dans le hit parade Donna (reprise de Ritchie Valens qui sera couplée avec Love-a love-a love-aA teenager in love (reprise de Dion and Belmonts qui sera couplé avec Danny popularisé aux usa par Fabian) Sea of love (magnifique slow de Phil Philips énorme succés cette année là aux usa qui sera couplé avec Teenage tears) et surtout le petit chef d'oeuvre de médium rock   Bad boy (composé par Marty qui sera même repris par des chanteurs américains) et qui est couplé avec It's been nice hors un eps qui compile ses succés de l'année sort son 1er lp "Wilde about Marty on peut y entendre une majorité de solide rock qu'il emprunte aux maîtres du genre (Buddy Holly, Gene Vincent, Elvids Presley, Jerry Lee Lewis...)comme down the line,Blue moon of kentucky, I flipped, You've got love, Mean woman blues/ High school confidential, Splish splash et So glad you're mine...En 1960, il obtient son dernier trés gros tube avec le vraiment trés bon et original Johnny Rocco. Mais il aura quand même 7 autres titres qui rentreront dans les hit parades jusqu'en 1962. En 1960 sortira son deuxième lp Marty Wilde Showcase qui compile ses gros succés de 1959 et 1960 en live . On peut noter comme titres marquant Rubber ball (reprise de Bobby Vee) en 1960, When does it get to be love et One last kiss en 1961 et Little Miss hapiness en 1963 . Afin d'avoir un panel étendu du talent de Marty pourquoi ne pas se procurer les deux lps qui se complète  aisément le Bad Boy! de Philips et le Wildcat Rocker de Jan.   
Teenager in Love - Marty Wilde
Cliff Richard & Marty Wilde - Early in the Morning (1959)
Cliff Richard, marty Wilde, Dickie Pride - Three cool cats

Cliff Richard & Marty Wilde - When the Saints Go Marching In
marty wilde bad boy

Marty Wilde - Rubber Ball (1961)

Marty Wilde - Endless sleep

MARTY WILDE SINGS DANNY Live

Marty Wilde - Teenage Tears 78RPM


Marty Wilde - Johnny Rocco - 1960
Repost 0
21 juillet 2008 1 21 /07 /juillet /2008 20:09

Wee Willie Harris est né à Londres, dés son adolescence il s'interresse au boogie woogie, En 1952 il enregistre une maquette de Frankie and Johnny ou déjas son style plein de sonorités rhythm and blues est présent. 
En 1955 il enregistre deux reprises de Rock noir "Riot in cell block N°9" (ecxcellente) et "ko ko mo". En fin d'année 1956 il devient une des coqueluche de Soho quartier dans lequel il se fait une réputation en jouant chaque soir dans un pub différent. Doucement son style se rapproche de celui de Little Richard, avec toute sa frénesie incontrolable.
Le club qui à Londres sera synonyme de Rock n'roll à partir de Tommy steele et Terry Dene est  le 2 "I"'s de Paul Lincoln. Willie commence à se faire une grosse réputation de showmen grâce à ce club dans lequel il arrive habillé d'une veste et d'un pantalon rouge auquel s'ajoute des chaussettes roses. Willie obtiendra d'ailleur un succés avec son rock rapide "Rockin' at the 2"I"s enregistré en Octobre 1957. En 1957 on peut aussi noté son "Snack dab in the middle et Love Bug crawl (2 titres déjantés et excellents), en 1958 il reprend magistralement "No chemise please" qu'il interprette souvent en tenue de Tarzan!!! De 1959 on peut noter surtout sa décapente version du I go ape de Neil Sedaka, et en 1960 sa trés bonne version de "Wild One". Sans doute par ce que Jack Good ne l'as pas fait chanter dans son show tv "Oh Boy"  le trouvant trop décalé, lui préférant  Marty Wilde et Cliff Richard, sa carrière s'arrêta au début des sixties face aux succés de ces deux derniers. Tout les titres étonnants de Wee willie Harris sont présent sur l'album ace "Goes ape!"


WEE WILLIE HARRIS - 'Rockin' At The Two I's' - 1957 78rpm
WEE WILLIE HARRIS & SILVER BULLETS:I GO APE

WEE WILLIE HARRIS - I go ape 

Wee Willie Harris - Love Bug Crawl 

Repost 0
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 17:06

La grande bretagne aux premières heures du Rock n'roll au début des années cinquantes aux USA , avait son style musical plein de rythmes et de fougues et influencer par la musique traditionnelle blanche (country, folk, bluegrass) et le country blues noir, il s'appelait le Skiffle. Le grand maître du genre devant l'éternel est Lonnie Donnegan, mais on peut aussi citer Johnny Duncan.
Johnny n'est pas né en Grande Bretagne, mais dans le Tennessee, durant son enfance il chante du gospel dans la chorale de l'église noire de son quartier.  C'est par ce qu'il se mari en 1953 avec une anglaise lors de son service militaire en Europe  que Johnny s'installe en Angleterre. En 1957 il forme son groupe les Blue Grass Boys, et sort son premier single,  il sagit d'une reprise d'un titre de country  obscure "Last train to San Fernando" le titre est tellement rythmé qu'il pourait trés bien être considérré comme un pur rockabilly. Ce 45 tours sera un gros tube, qui lui donna une véritable reconnaissance qui lui permis d'animer des émissions de radio  Country sur Radio Luxembourg et la BBC. Il continu l'année suivante à faire des tubes avec "Blue blue heartaches" et "Footsprints in the snow" mais le Rock n'roll devient de plus en plus sophistiqué et finit dans les années 60 à partir pour l'Australie.
Bear Family à compilé l'ensemble de ses faces fifties Columbia dont on peut citer l'excellent rockabilly entrainant Rock-a-billy baby deux trés bon medley (un rockabilly et un second sur le chemin de fer), des trés bonnes faces sixties comme My little baby et des inédits fantastiques comme Railroad, steamboat, river and canal.


Johnny Duncan -  Last train to San Fernando

Johnny Duncan - Rockabilly baby 

Repost 0