Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 21:46

C’est en 1985 (évidemment Eddie étant mort en 1960!!!) que sort ce double album 25th-Anniversary-Album-front.jpgsur Liberty distribution Pathé Marconi (PM 281).Il contient que des titres indispensables pour tout amateur de bonne musique qui se respecte. Les titres sont Summertime blues son plus gros hit qui sort sur le simple Liberty 55144 le 11 Juin  1958, et est enregistré au Goldstar studio le 28 Mars 1958, ici pas de présence de l’écho qui est présent en général sur ce titre, car ce dernier à été ajouté par Jerry Capehart au titre pour The memorial album (LRP 3172), Cochran est à la guitare et Capehart fait le rythme avec les claquements de mains. Teresa sort à l’époque  sur le simple Liberty 55138 est enregistré au studio liberty de Los Angeles le 3 Mars 1958, avec entre autres Cochran à la guitare et Connie « Guybo » Smith à la basse. Weekend est édité sur le simple Liberty 55389 et enregistré au United recording de Los Angeles le 23 Avril 1959 avec Cochran à la guitare, Smith à la basse et Earl Palmer à la batterie, il existe également une version stéréo de ce titre.  Teenage Cutie est édité pour le première fois sur le legendary master album (UAS 9959) et provient d’un scéance d’enregistrement au Goldstar Studios en 1958 avec  entre autre Cochran à la guitare et Smith à la basse (reprise d’un titre de Nick Todd). Never est publié sur un simple Liberty (LIB 10049) qui ne sortira qu’en Grande Bretagne, et est enregistré en 1957 durant les mêmes sessions que l’album Singing to my baby (LRP 3061) avec Earl Palmer à la batterie, Smith à la basse et Perry Botkin à la guitare. Completely sweet est un titre qui ne sort qu’en Grande Bretagne sur le simple London (HLU 8433) qu’il ne faut pas confondre avec le titre présent sur l’album Singing to my baby, il est enregistré à Los Angeles en Octobre 1956, Conie Smith est à la basse, Cochran à la guitare et Jerry Capehart fait le rythme sur une boite, grandiose !!.Sittin’ in the Balcony le premier tube d’Eddie qui se vend à 1 million d’exemplaires en quelques mois et fait de lui une vedette nationale et internationale, il sort sur le simple Liberty 55056 en Mars 1957, il est enregistré aux studios Capitol à Los Angeles accompagné entre autres de Smith à la basse . Think on me version jusqu’alors inédite du titre écrit par la fiancé de Cochran Sharon Shelley et sortie précédemment en deux autre version avec des différences légères au niveau du texte sur un simple Anglais et un album français, il est enregistré à United recorders en Avril/May 1959. Hallelujah ! i love her so c’est l’adaptation très personnelle de Cochran du succès de Ray Charles (une de ses idoles musicale)il s’agit ici de la version brute de studio du titre seulement avec la guitare d’Eddie, par la suite il sera commercialisé avec l’ajout d’autres instruments comme un saxophones, piano, batterie et basse, il date d’Aout 1959 et enregistré au Goldstar studio. Am i blue est la seconde face du simple Drive in show (Liberty 55087) et qui possède la même instrumentation que Never. My Love to remember, version inédite de ce titre de Cochran qui a déjà été édité sous 4 autres versions sur 4 albums différents, il est enregistré au Goldstar Studios de Los Angeles le 31 Aout 1959. Three Steps to heaven incontournable premier succès posthume d’Eddie dans une prise mono il est accompagné par the Kelly Four sur cet enregistrement du 10 Juillet 1959 au Goldstar studios de Los Angeles qui sera mis en boite en même temps qu’un autre classique d’Eddie Boll Weevil. Eddie’s blues instrumental enregistré au studio Goldstar le 25 Aout 1959 et édité pour la première fois sur l’album My Way on trouve Gene Ridgio à la batterie, Connie Smith à la basse et Jim Styvers au piano. Little Lou est un titre qui apparaît également sur l’album My way et nous trouvons les même musiciens que sur Eddie’s blues, il est enregistré au début de 1958, ce titre est peut être à l’origine une démo pour la version  de John Ashley du simple Capehart 5006. Cut across Shorty est un chef d’œuvre moin connu d’Eddie qui est enregistré au Goldstar studios le 8 Janvier 1960, voici la version mono avec Connie Smith à la basse, Sonny Curtis à la guitare rythmique, et Jerry Allison à la batterie les deux légendaires membres des Crickets de Buddy Holly. Long Tall sally version sauvage du déjà sauvage classique de Little Richard enregistré en 1956 avec Smith à la basse et Capehart battant le rythme sur une boite, version différente de celle présente sur l’album My Way c'est-à-dire sans la guitare rythmique rajouté par la suite en studio. C’mon everybody est l’un des méga classique du maître enregistré au studios Goldstar de Los Angeles en 1958 avec Connie Smith à la basse Jim Styvers au piano et les autres instruments joué par Eddie lui-même et remixé en studio. Ce titre qui est édité sur le simple Liberty 55166 est en fait la prise 15 d’un autre titre d’Eddie Let’s get together qui est le même titre avec une différence au niveau du texte. Mean when i’m mad est la seconde face du simple Liberty 55070 avec en face a One Kiss il est enregistré en 1957 durant la même session que Never et Am i blue, nous trouvons Earl palmer à la batterie et The Johnny Mann Singer. Pretty girl version inédite jusque là de ce titre qui est sortie début 1958 sur le simple liberty  55138. Rock n’roll blues est enregistré en Janvier 1959, il parait sur un simple Liberty LIB 10088 réservé au marché de Grande Bretagne, la version présente ici est mixé différemment de celle du simple. Milk cow blues est enregistré le 25 Aout 1959 avec entre autres Earl Palmer à la batterie et Connie Smith à la basse au Studio Gold star de Los Angeles, il s’agit d’une version plus bluesy du classique Rockabilly de Presley chez Sun. Boll Weevil song est enregistré au Goldstar studios le 23 Juin 1959 avec Connie « Guibo » Smith à la basse et Gene Ridgio à la batterie, il s’agit de la seconde face de Somethin’else du simple Liberty 55203. Somethin’ Else il s’agit de la prise 14 sur 20 de ce classique de Cochran enregistré le 23 Juin 1959. Teenage heaven est une chanson qu’Eddie interprète dans le film Go Johnny Go et qui sort sur le simple Liberty 55177, il est mis en boite au studios Goldstar de Los Angeles avec en backing vocal The Kelly Four. Twenty flight rock encore un chef d’œuvre incontournable d’Eddie qu’il interprète dans le film The Girl can’t help it, il est enregistré en Octobre 1956 avec Connie Smith à la basse et Jerry Capehart qui sort en premier sur un simple London HLU 8386 avec en face B  Completely sweet. En 1957 Eddie réenregistre le titre qui sort sur le simple Liberty 55112 avec Cradle baby en face B. Love again est une ballade qui est enregistrée début 1958 et sera la face B de Summertime blues du simple Liberty 55144. Jeannie jeannie jeannie est un rock qui sera repris entre autres par les Stray Cats sur leur 1er album, et qui est enregistré avec entre autres Eddie à la guitare et Connie à la basse et qui est enregistré le 12 Janvier 1958 pour le simple Liberty 55123. Cherished memories sera enregistré avec Jerry Allison à la batterie (Crickets) et Connie Smith à la basse un soir de Janvier 1960 après un concert de sa fatale tournée anglaise. Little angel est enregistré le 26 Aout 1959 au Goldstar studio et sort sur le simple Liberty 55217. Sweety pie est enregistré au Goldstar studio lors d’une session qui met aussi en boite Teenage Cutie, il sera couplé avec  Lonely sur le London HLG 9196. My way est enregistré au Goldstar Studio le 17 Janvier 1959 avec Earl palmer à la batterie, Ray Johnson au piano et Plas Johnson au saxophone, et I Remember qui sera la seconde face de Teenage Heaven (Liberty 55177)et est enregistré en même temps que ce dernier en Janvier 1959 au Goldstar studio avec en backing The Kelly Four.

Découvrez la playlist Eddie Cochran -Anniversary avec Karaoke - Ameritz
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 21:46

Johnny Rivers sera une trés grosse vedette au milieu des années 1960, DSC04881.jpgen effet en 1964 il est le seul des rockers américain à se classer dans le top ten face à l'invasion des groupes anglais.
Johnny Rivers de son vrais nom John Henry Ramistella est né à New York, mais sa famille part pour Baton rouge (en Louisiane).
C'est en écoutant son père qui chante pour le plaisir des anciens airs italien en s'accompagnant de la mandoline et de la guitare que Johnny décide de faire de la musioque lui aussi. Mais ses influences il les trouve grâce à la radio qui passe des titres de rhythm and blues de Fats Domino, Jimmy Reed et d'autres artistes noirs.
Rapidement Johnny joue comme guitariste dans de nombreuses formations locales de Rock n'roll avant de former la sienne en 1956 The Spades, ils jouent des succés de Fats Domino, Little Richard, Larry Williams ou Bobby Bland, puis aprés l'écoute de Jerry Lee lewis et Elvis Presley ils rajoute du rockabilly à leur répertoire.
Lui et The Spades tournent en Louisiane, au Texas dans le Mississipi, Arkansas et l'Alabama et fin 1956 ils enregistrent Hey Little girl qui sort sur un label local Suede, le titre est d'ailleur un petit hit. En 1957 Johnny s'installe à New York, il essai de rencontrer Alan Freed, Freed et Jack Hooke le reçoivent et l'écoutent Johnny qui lui interprette 4 titres, Hooke convaincu par son talent et le présente à George Goldner des disques Gone et End records.
Alan Freed lui trouve son nom de scène Rivers en pensant au fleuve Mississipi.
En Mars 1958 sort ses premiers enregistrements comme le trés bon rock blanc Baby come back sur Dee Dee records, et l'également trés réussi You're the One en Mars 1959 sur Gyden records.Mais malheureusement sans véritable succés.
Il retourne alors à Baton rouge, et part pour Nashville pour travailer comme musicien de studio au côté de quelues unes des pointures de l'époque (Floyd Kramer, buddy harman, Bob Moore et Hank Garland)
Autour de 1960, il joue derrière Ricky Nelson, et le titre I'll make believe présent sur l'album More Song by Ricky est une composition de Johnny.
En 1961 il part pour Los Angeles, il devient musicien de session pour Capitol records, il enregistre aussi sous la direction du producteur Nick Venet une version rockabilly du hit country de Lefty Frizzell's Long black Veil mais qui ne sortira pas à l'époque.
Il joue ensuite dans un trio de Jazz vers 1963, doucement son style se rapproche de celui d'une vedette du moment Trini Lopez . Mais cela est une autre histoire, pour l'instant ce qui nous importe se sont ses faces de rock n'roll bien trempée qu'il met en boite durant les années &950 et au début des années 1960.
L'album Johnny Rivers Rock n'roll years (sur Suede 5787) compile 16 titres de bon rock n'roll  dont son premier simple de février 1958 (Suede 1401) Two by twoLittle girl , son second de Mars 1958 ( Gone  5026) Baby come back / Long long walk, son troisième d'Octobre 1958 (Guyden 2003) You're the one / A hole in the ground , un titre de son quatrième (Dee dee 239) de Mars 1959  White Cliffs of Dover, puis Everyday de son 5 eme de Septembre 1959 (CUB K 9047), nous trouvons ensuite It's so doggone lonesome de son 10 eme simple (Chancellor C1070)  de Mars 1961, That's someone should be me du suivant (Chancellor C 1096) de 1962, Long black veil de son treizième simple (Capitol 4850) de Novembre 1962 et That's my baby qui est tiré d'un simple de Septembre 1964. plus That's rock n'roll et Oh ! what a kiss (une reprise de Johnny Cash)


Johnny Rivers - Long Black Veil

Johnny Rivers - Oh What A Kiss


Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 21:18

Les deux frères Burnette sDSC04888.jpgont des légendes pour tout amateur de rockabilly qui se respecte et cela grâce aux légendaires qu'ils enregistrent avec Paul Burlison pour Coral records (Voir l'article du blog qui est consacré à ces faces).
Le lp Rockhouse Johnny & Dorsey Burnette 14 newly-discovered demo recordings by the legendary brothers (CEL 6302 distribution en France par CellulOid) contient des faces inédites de démos faite autour de 1960 par les deux frères de leurs succés qu'ils obtiendront en solo, ou de titres qu'ils ont écrit pour d'autres artistes. Le top de ces titres c'est le style dépouillé et minimal du au fait qu'il s'agit de démo, ce qui donne une toute nouvelle approche des gros tubes de Johnny et Dorsey du début sixties qui faisait bien trop Pop rocker de part l'orchestration.
Nous trouvons chanté par Dorsey Burnette: Little ole you (compos de Wayne Walker) avec une steel guitare, Cincinnati Fireball un gros succés de son frère chez Liberty avec simplement un piano, une batterie et une basse électrique en accompagnement, You're sixteen (le plus gros hit de Johnny) avec la même instrumentation minimale que pour le titre précédent, de Johnny nous trouvons I wanna love my baby qui est un sympathique rockabilly, Just keep on A -goin'  (d'Avril 1960), That's a way i feel (Novembre 1960) dans le style de Hank Williams et accompagné par Dorsey à la contrebasse et une  guitare électrique percutante, One-sided love affair et Address unknow sont des titres plus country avec deux guitare et une basse électrique, enfin Baby doll blue eyes, Hey stranger, Cincinnati fireball, Finder keepers et Lovesick blues (de Hank Williams) date de sessions d'avril 1960 avec Johnny à la guitare accoustique, dorsey à la contrebasse et sont particulièrement fabuleux de part leur pureté stylistique, enfin pour couronner le tout nous trouvons un duo de Johnny et Dorsey sur I'm Happy.

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 23:53

l'album Gene Vincent, Eddie Cochran Rock n'roll Heroes Original "saturday club" BBC radio broadcast  qui sort en France chez Big beat records BBR 1001 nous permet de découvrir de fantastiques enregistrements live de Gene Vincent et d'Eddie Cochran réalisés pour la BBC pour l'émission Saturday night qui passèrent le 5 et le 12 Mars 1960. Cette année là Gene Vincent et Eddie Cochran sont en pleine tournée en Grande Bretagne et cela depuis la fin Janvier, ils participent aussi au show tv du producteur anglais Jack Good Boy meets girl . On peut penser que les musiciens qui les entourent en tournée sont les mêmes qui les accompagne sur ces session live à la radio, c'est à dire les musiciens du rocker anglais Marty Wilde, les Wildcats (c'est à dire Jim Sullivan (Guitare solo), Brian Looking (Basse), Tony Belcher (Guitare rythmique) et Brian Bennett (Batterie). C'est durant cette pèriode qu'ils apparaitront dans le show de new musical express dans le cadre des artistes les plus populaires de l'année. Mais c'est lors de cette pèriode qu'Eddie cochran perd la vie le 17 Avril 1960 de retour d'un concert à Bristol.
Gene Vincent nous interprette Say mama, Summertime (reprise de Gershwin), Wildcat, My heart, Rocky road blues et évidemment Be bop a lula, et Eddie Cochran Somethin' Else, Hallelujah ! i love her so (de Ray Charles), What d i say (toujour de Ray Charles une référence artistique d'Eddie), Milk cow blues et Twenty flight rock.
Ce sont de trés bons enregistrements à posséder, quoique trés différent des prises studios américaines, cela bien évidemment par ce qu'enregistrées en live mais aussi par ce que les musiciens anglais ont un son qui leur est propre.

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 20:35

Columbia records à trouvé dans Billy Crash Craddock un véritable rocker de talent de la trempe d'un Elvis Presley ou d'un Gene Vincent, mais il arrive trop tard et Billy sera une énorme vedette en Australie!!! Vendant 62 000 exemplaires de son Boom boom baby (cela équivaut à 1 500 000 copie aux USA).
William Craddock est originaire de Greensboro en Caroline du nord. A 11 ans il commence une carrière musicale à jouant dans le talent show de la station de TV locale. Il restera le gagnant du show durant 15 semaines conséqutives.
A 15 ans il rejoint le quartet The Four Rebels, qui passe dans des clubs locaux. Il se fait remarquer et signe un contrat par Columbia records. Il obtient quand même de nombreux tubes qui rentrent au top 40 australien comme Boom boom baby, mais aussi le génial I want that, Well don't you know, Letter of love, One last kiss et Good time billy. En plus de ces supernbes rock il enregistre aussi le classique Ah, Poor little baby une petite merveille!!
En Australie il a la popularité de Elvis Presley aux USA remplissant, les stades et les salles de concert.  Sa popularité sera moindre aux USA, sans doute par ce que son styte vocal n'est pas sans rappeller quelques fois Elvis lui même.
Il prendra sa revanche les décennies suivante rentrant de nombreux titres au hit parade US mais en Country and western. Il rentrent au hit parade country américain entre 1971 et 1972 cinq titres:  Knock Three Times, Dream Lover, You Better Move On, Ain't Nothin' Shakin' (But the Leaves on The Trees),and I'm Gonna Knock on Your Door fleurtant avec le pur rock n'roll des fifties (dont une reprise du succés d'Eddie Fontaine Nothin' shakin'.
Il signe ensuite pour ABC pour qui il fait un tube avec Rub it in en 1974 et un numéros 1 avec Ruby baby une reprise du classique doo wop des Drifters. Au total il obtiendra 18 titres au top ten entre 1971 et 1979
L'album indispensable est le Crash's greatest hits (pressage CBS australien) Klls 1666 qui contient tout ses tubes et d'autres moins connus tout aussi bons: Boom boom bay, Ah poor little baby, I want that, Letter of love, Sweetie pie, Good time billy (is a happiness fool), Heavenly love, One Last kiss, Don't destroy me, Is it true or false? (That i'm in love with you), All i want is you, et Well don't you know.

Billy "Crash" Craddock - Boom Boom Baby

Billy 'crash' Craddock-Heavenly Love

Billy Crash Craddock - Don't Destroy Me

Billy CRASH Craddock - Well don't you know

Billy ''Crash" Craddock - Sweetie Pie (stereo)


Billy Crash Craddock - Ah' Poor Little Baby




 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 19:47

Buzz est un de ces rockers qui au début des années soixante préfère le bon vieux rok n'roll au ballade teen rock, son méga tube Baby sittin' boogie (qui atteindra cette année là le top ten) avec des gazouilli sde bébé en intro est un rock de grande qualité qui aurait pu être enregistré durant les fifties et pourtant date de 1961!!. Ce titre enregistré pour Columbia se vendra à plus d'1 million d'exemplaires. Un tel succés lui permis de nombreux passages à l'émission Tv American Bandstand.
De son vrais nom Resse Francis clifford est originaire de Berwyn dans l'illinois, sa famille déménage  à Montclair lorsqu'il a 5 ans, et vie à Mountain lakes depuis l'age de 11 ans.  C'est à neuf ans lors de son anniversaire que ses parents lui font choisir entre une guitare et un poney, évidemment buzz choisi l'instrument de musique. Il se passionne alors pour la musique et ses premières idoles sont les chanteurs de country and western. Buzz est un grand sportif: il est une vedette locale de l'équipe de football de son lycée, durant un été travail comme cascadeur, mais aussi travaillera dans les travaux publics et même comme garde du corps. C'est à 16 ans qu'il passe dans un concours amateur à Morris county et fait unmalheur. C'est pour cette raison qu'il ne tarde pas à enregistrer en studios. Aprés son énorme succés avec Baby Sittin' boogie, il part en, tournée au côté de deux autres vrais rockers du début des sixties dion et Freddy Cannon. A son retour il passe au Perry Como tv show. Puis sa célébrité diminu et disparait des médias. Il s'installe alors à los Angeles ou il fait une carrière de compositeur pour les labels 20 th Century rcords , Cameo et White whale.
Des vedettes comme Petula Clark, Clyde McPhatter Lou Rawls,  Leon Russell et Kris Kristofferson enregistreront ses chansons. Dan sles années 90 il enregistrera et se produira en live avec David Marks et Gary Moore.
Nous allons nous arrêté plus spécialement sur son premier (et seul lp) pour Bow records 8420 qui contient du trés bon rock n'roll mais aussi des bons médium et pop rocker et même des mélodie doo wop nous trouvons Baby sittin' boogie, mais aussi Golly gosh oh gee, 14 Karat-fool, Pididdle, Moving day, Three little fishes, I'll never forget, I'm in love again (de fats Domino), Shake arttle and roll (de Big Joe Turner), True love, true love, Long tall sally (Little Richard) et Simply because (une compos de Clifford).

Buzz Clifford - Baby Sittin' Boogie (1961)


Buzz Clifford - Moving Day

Buzz Clifford - Three Little Fishes

Buzz Clifford - True Love, True Love


Buzz Clifford - I'll Never Forget





 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 19:26

Même si le nom de Gerry Granaham ne dit pas toujours grand chose à de nombreux amateurs de rock n'roll, il est pourtant l'auteur de nombreux classiques du rock n'roll des fifties comme No chemise please et Short Skirts par exemple.  Il est originaire de Pittson en Pensylvanie. A 17 ans il fait une démos de teddy bear pour Elvis Presley, et Bobby Darin lui fait enregistrer un duo avec Jo Ann campbell pour Eldorado records. En 1957 il fait deux session pour Atco sous le nom Jerry Grant and the Rockabilly, l'année suivante il revient en studio pour Atco pour mettre en boite No chemise please accompagné par l'orchestre d'arnie Golan. Début 1958 il fait un hit (28 eme place des charts) avec Click clack pour Swan records, mais cette fois ci sous le nom de Dickie Doo and the Don'ts, non seulement il interprette plusieurs voix sur le titre mais coécrit le titre. Puis afin de réaliser des tournées Gerry recruteHarvey Davis, Al Ways, Ray Gangi et Dave Alfred (le batteur des rhythm orchids de Buddy Knox) qui devienrt Dickie Doo sur scène. Puis Swan records qui édite No Chemise Please sous le nom de Gerry Granaham le titre atteind la 27 eme place des charts en Mai 1958, puis devant ce succés Gerry enregistre le trés bon Baby wait. Durant cette pèriode il collaborera aussi avec Eddie Fontaine le rocker vedette du label. Début 1959, Gerry  chante sur le tube de 1959 (place 21 des charts) You were win de son ami Lee Reynolds avec son groupe les Fireflies, il écrit et chante en tant que leadeur vocal You were win la seconde face de ce single. Il enregistre ensuite avec Vinnie Rodgers un simple Lido 600 What is thing called love.
Fin 1959 il part pour Gone records ou il enregistre 3 titres sous le nom de Pat Granaham. En 1960 il obtient des tubes avec When irish eyes are smiling et  You'll never walk alone. Il se met ensuite à produire avec succés la chanteuse Linda Scott.  En 1961 il fonde le label Caprice records et y enregistre 2 45 tours dont une reprise de Unchained melody qui rentre au hot 100.  Aprés Caprice records il enregistre d'autres disques pour 20 century fox, Mark et Veep, mais se concentre plutôt sur la production d'autres artistes comme Jay and the Americans, Patty Duke, Ritchie Adams, Phil Flowers et Shirley Ellis. Il participera ensuite à la production pour d'autres labels comme United Artists et A & M, enfin il apparait dans le film Racing fever. Dans les années 1980 il réenregistre des titres dont un contre l'usage de la drogue.  Afin de bien se rendre compte du talent de compositeur et d'interprette de Gerry rien de mieux que l'album Gerry Granaham Hydra records BLK 7712, qui compile un ensemble de titres allant du rockabilly au doo wop en passant par des White rocker: Baby Wait (1958), Unchained Melody (1961), King Size (1959), Flip top box ( 1958), Short Skirts (1961), Dancin' man ( 1961), Nobody else can handle this job (1958), Stella got a fella (1959), No chemise please (1958), Dance girl dance (1961), It Hurts ( 1959), Too big for her bikini (1961), When irish eyes are smiling ( 1960), Nee nee na na nu nu (1958), Click clack (1958) et Completely (1958).


Dance Girl Dance - Gerry Granahan


Gerry Granahan - King size


Gerry Granahan - Unchained Melody


Love Those '45's (2) Nee Nee Na Na Na Na Nu Nu


Dickie Doo & Donts-Click Clack

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 18:54

Les Bell Notes est une des formation de Rock n'roll blanc les plus interressantes de la fin des années cinquantes. Elle est originaire de New York, plus précisément Long Island formé de Carl Bonura chant et saxophone, joh Casey à la batterie, Ray Ceroni chant et guitare, Lenny Giambalvo à la basse et Peter Kane au piano. C'est grâce au disk Jockey Alan Frederick de Long Island qui les fait jouer dans un de ses Record hop qu'ils se font remarquer et qu'ils signent un contrat pour  Time records. Trés rapidement obtiennent un gros tube en mars 1959 avec l'excellent rock I've had it (N°6 dans les charts). Puis ils enregistrent d'autres trés bons simples comme You're big girl know, Old Spanish town et White Buckskin sneakers dont certains se classeront dans les charts. 

Ensuite ils signent chez Autograph records en 1960 ou ils enregsitre un simple Little Girl in Blue .
Ils signent ensuite chez Madison records ce qui leur permet d'avoir de nouveau deux tubes avec Shortnin' bread  et Friendly Star.
Ce trés bon groupe de Rock n'roll, aujourd'hui méconnu mérite d'être redécouvert, et l'achat de l'album I've had it Time record TLP - 202 compilant la quasi totalité de leurs enregistrement de 1958 et 1959  sur Time records soit Shortnin' bread, no dice, White bucksin sneakers, She went that away, Old spanish town, Don't ask me why, You're a big girl now, I've had it, be mine, Betty Dear, That's right, Dream street et A sad guitar.

 


The Bell Notes - No Dice 1959


The Bell Notes I've Had It

The Bell Notes - Buckskin Sneakers And Checkerboard Socks


Bell Notes - Shortnin' Bread


Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 20:53

L'histoire des Crickets commence en Avril 1957 lorsque Jerry Allison, Joe B Maudlin et Niki Sullivan  signent le contrat d'enregistrement pour That 'll be the day. Le leadeur du groupe est à l'époque Buddy Holly, mais comme il a déjas enregistré le titre pour Decca antèrieurement, sous son nom et qu'il serait illégal de le réenregistrer avec le même nom pour un autre label, de ce fait tout les titres de cette session sortiront sous la forme d'un lp au nom des Crickets et non de Buddy Holly. Cet album légendaire sera composé de classiques du rock n'roll comme Maybe baby, Oh Boy et bien sur That'll be the day ecrits par Buddy et ses Crickets. 
Lorsque Buddy Holly quitte les Crickets pour une carrière solo, Ils sont rejoint par Earl Sink (qui a participé dans le passé à des formations country comme celles de Tommy Aslup ou de Ferlin Husky). En Février 1959 (avant l'accident tragique de Buddy) Les 4 Crickets signent dans les studios de Norman Petty à Clovis (Nouveau Mexique) Love's made a fool of you (reprise d'un succés de Buddy Holly) et Someone someone (deux excellents pop rocker). En Mai 1959 ils font deux sessions dans les studios de Decca de Los Angeles d'ou sortiront l'énorme classique du rock  I fought the law du début des sixties (repris entre autre par Bobby Fuller) mais également A sweet love, Time will tell et When ask about love (d'excellents pop rockers), à la fin du moi ils enregistrent dans le Bell sound studio de New York 4 autres petites perles du rock n'roll fin fifties comme Deborah, Just this once, Ting a ling (reprise d'un classique qu'ils interpretté avec Buddy au début de leur carrière) et Why did you leave.
En Novembre 1959 ils repartent en studio pour mettre en boite en deux sessions Great balls of fire (reprise stylisée par le style particulier des Crickets de Jerry Lee lewis) Rockin' Pneumonia (reprise de Huey Piano Smith) et les trés bons Smooth Guy et After it's over. On peut noter que dans les sessions à partir de Mai 1959  Sonny Curtiss s'imposecomme nouveau  leadeur, les sessions de Mai se verront agrémentées du pianiste Duddley Brooks. Mais Curtis doit partir pour 2 ans de service militaire.
En Aout  1960 ils enregistrent sans Curtis leur dernière session pour Coral dans les studios Liberty  de Los Angeles, il en sortira le trés bon  Donchka know, et une reprise  de Buddy holly Peggy Sue got a married. Cette session verra l'adjonction de David Box (vocal et guitare) et Ernie Hall à la guitariste solo.  On peut noter aussi que Allison participera fin 1959 et début 1960 à des sessions légendaire comme celle du Three steps to heaven d'Eddie Cochran, et du Dreamin de Johnny Burnette.
Ils classeront dans les charts quelques titres comme Loves made a fool of you, When you ask about love et Baby my heart. Les Crickets sortiront à l'époque le lp In the Style with the Crickets
La totalité des enregistrements Coral des Crickets sont présent ssur le lp Charlie CR 30226
After it's over, Smooth guy, More that i can say, Baby my heart, So you're in love, Someone someone, Great balls of fire, A sweet love, Time will tell, Just this once, I fought the law, When you ask about love, Donchka know, Peggy sue got a married, Rockin pneumonia, Deborah, Ting a ling, Love's made a foll of you, Smooth guy et Why did you leave?


i fought the law- the crickets


rockin' pneumonia and the boogie woogie flu- the crickets


The Crickets - Deborah


The Crickets - Ting-A-Ling


The Crickets.....When You Ask About Love


The Crickets - In Style - LP - Part 1
This album was recorded after Buddy Holly died in 1959 and was released in 1960.
A awesome follow-up to THE CHIRPING CRICKETS.
Here´s the Original Tracklist (Part 1 of 3)
1. More Than I Can Say
2. Rockin' Pneumonia And The Boogie Woogie Flu
3. Great Balls Of Fire
4. Ting-A-Ling

 

The Crickets EP 1. Great Balls Of Fire 2. Don´t Cha Know 3. It´s Too late 4. Baby My Heart

The Crickets - In Style - LP - Part 2
Original Tracklist (Part 2 of 3):
5. Just This One
6. Deborah
7. Baby My Heart
8. When You Ask About Love


The Crickets - In Style - LP - Part 3
Original Tracklist (3 of 3):
9. Time Will Tell
10. A Sweet Love
11. I Fought the Law
12. Love's Made A Fool of You




Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 21:50

Jody Reynolds est originaire de Denver dans le Colorado. En Mars 1958, parait pour le label Demon l'exellent et légendaire simple Demon FF- 1507 Endless  Sleep /Tight Capris. Endless sleep sera son plus gros tube se classant à la 5 eme place au hot 100 du Bilboard en Juillet 1958, et se vendant cette même année à plus d'un million d'exemplaires. Le 4 Aout 1958 sort son second simple Daisy Mae/ Fire of love (Demon  FF 1509), et en Novembre 1958 parait son troisième simple Demon Elope with me / Closin' in.
En Janvier 1959 sort pour Sundown records le simple contenant deux instrumentaux sous le nom des Storms Thunder et Tarantula, en Mars sort le Demon FF 1515 Beulah lee / Golden idol, en Août le Demon FF 1519 The Storm / Please remember.  En 1960 paraissent ses deux derniers singles Demon The whipping post / I wanna be with you tonight et Stone cold / Raven hair . En 1961 ressort sur Indigo son 45 tours instrumental Thunder/ Tarentual, en 1963 sort chez Brent le simple Raggedy Ann / The girl from king marie et deux autres chez Titan records A tear for Jesse/ Devil Girl et Stranger in the miror/ Requiem for love, et un simple sur Smash records Don't jump / Stormy.
Une grande partie des enregistrements de Jody Reynolds sont présents sur le lp  Magnum MFLP 066 Endless Sleep. On trouve ses deux premiers simples Demon de 1958 Endless Sleep, Tight capris, Daisy Mae et Fire of love, plus une version alternative de Endless sleep, ces titres au son et au style trés inventif et moderne pour 1958 sont des archétypes de White rock fin fifties. On trouve également son single instrumental sortie sous le nom des storms Thunder, Tarantula est totalement dans le style de Link Wray, et le white rock Beulah lee de 1959,  Nous trouvons aussi ses enregistrements de 1963 The girl from king Marie, A tear from Jessie, Devil girl, Stranger in the mirror et Requiem for love qui ont un son trés rock sixties. On trouve enfin le trés sympatique  probablement inédit Come on twist .

Jody Reynolds - Endless Sleep


Jody Reynolds - Fire of Love


Jody Reynolds - "Black Tarantula" AKA "Tarantula"

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article