Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 07:45

Hasil Adkins est un artistehasil2.jpg hors norme, il puise son inspiration dans la country (Hank Williams est l'une de ses références artistique majeure) et le blues et ses réalisations sont une sorte de rock n'roll et rockabilly complètement déjanté, qui font de lui une référence pour certains artistes aussi différent que The Cramps, Mothorhead, Marilyn Manson et quasiment tout les groupes de garage et une grande partie des formations de Psychobilly. Il est né le 29 Avril 1937 prés de Madison (Virginie) ou il résidera tout au long de sa vie jusqu'à sa disparition le 26 Avril 2005.

Son style est particulièrement originale car il est un homme orchestre, il ne fait pas que joué de tout les instruments qu'il remixe ensuite comme Hank C Burnette ou Al robert Junior quoi qu'il possède son studio d'enregistrement personnel, mais il en joue en même temps de guitare, batterie et harmonica comme un homme orchestre (un One man band).

Au niveau su style la grande majorité de ses morceaux sont des rockabilly et des white rock joués comme des improvisations (à la manière de certains artistes de blues ou de jazz) mais avec en plus un côté délirant plein de cris, de hurlements et de bruits divers.

Il est plutôt créatif composant plus de 7000 chansons, aux textes souvent délirant presque dadaistes dont les sujets tournent autour du gore, des extraterrestres et des poulets. On lui doit quelques classiques comme She said (parlant de l'acte de pénétration sexuelle), Chicken walk (un titre afin de promouvoir une danse de son invention inspiré de la démarche du poulet), hasilhazeadkins.jpgThe Hunch (une autre danse tout aussi étrange) et No more hot dog (texte dans lequel il décapite sa fiancé pour l'empêcher de manger plus de hot dog).

La grande majorité de ses classiques date du début des 1960's et son premier disque (une démo) date de 1958, mais continu à enregistrer tout au long de sa vie sur des labels comme Star-light records, ARC records, Feasible records, Hub records, Roxie records, Avenue records, Jan records, Dee Jay Jamboree records et Norton records.

L'amateur de rock n'roll qui aime la qualité vocale d'Elvis Presley ou la technique du jeu de guitare de Cliff Gallup risque d'être un peu surpris avec Hasil Adkins, il sagit de rock n'roll vraiment décalé!!!

Pourtant son inspiration musicale il la puise chez des artistes comme Jimmy Rodgers (le country singer), The Carter Family et Fats Domino.

Je possède les 2 Lps plutôt décoiffant parus chez Dee Jay Jamboree le premier  Chicken Walk (DJ-LP 2043) contenant les titres Shake that thing, Ugly woman, let's slop tonight, Chicken walk, She's mine, Tell me baby, If you want to be my baby, Big fat mama, Get out of my car, Donnio boogie, Walk and talk with me, I need your haed, Roll roll train et I don't want nobody the way i want you, et le second Rock n'roll tonight (DJ-LP 2044) contenant les titres I could never be blue, I want some lovin', jenny lu, let me go, Rock the blues, I don't love you, Rock n'roll tonight, Shake with me, Miami kiss (ce titre est encore plus délirant que les autres et ce n'est pas peu dire), The hunch, Duncens, no more hot dogs, Truly ruly et Is that right.

J'ai complété ces lps par deux simples le Unreleased 1956 Rocker avec les titres She's mine / The chicken walk (Jan 45-030) et The One man band avec les titres She said / Truley ruley ( Dee Jay LC 8959)

 

DSC07464.jpg  DSC07463.jpg

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 


 
 


 


 

 

 

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 22:59

Le lp  On the Air d'Eddie Cochran DSC04818.jpg(United Artists Records UAS 29380) nous permet d'entendre l'artiste lors de ses deux passages au show de la Télévision britannique  Boy meets girls du producteur Jack Good. Show dans lequel Eddie comme son ami Gene vincent sont les vedettes au côtés de chanteurs de rock anglais comme Joe Brown, Billy Fury et Marty Wilde, il ne faut pas oublié qu'ils sont en europe d'immense vedette en 1960 tandis qu'aux USA leur popularité à baiser le temps est au Teenage Idol et au twist.

Ces émissions seront enregistrées puis retransmisent en Janvier et Février 1960 (peu de temps avant la disparition d'Eddie Cochran). Ce disque est passionnant pour plusieurs raisons,il nous permet d'écouter Cochran en live (ce qui est inédit à la sortie du lp en 1972) et aussi de contenir un duo d'Eddie Cochran avec Gene Vincent sur le titre White Lightning (écrit par The Big Bopper et devenu un tube grâce à la version de George Jones). On trouve comme titre d'Eddie cochran en live  un medley de trois titres contenant Hallelujah, i love her so (cover de son idôle Ray Charles), C'mon everybody et Somethin' else, Twenty flight rock, un second medley avec Money honey (cover des Drifters titre qui ne sera jamais enregistré par Eddie en studio) et Have i told you lately that i love you, un troisième medley avec Summertime blues et Milk cow blues, I don't like you no more et Sweet little sixteen (cover de Chuck Berry titre qui ne sera jamais enregistré en studio par Eddie) et se termine par le duo avec Gene. le tout est enrcoupé de 3 bout d'interview de Marty Wilde.

La face deux nous permet entendre une interview d'Eddie Cochran le 1er Novembre 1957 à l'Hotel Albany de Denver entrecoupé de titres studios datant des fifties et produit par Jerry Capehart à l'époque comme Sittin' in the balcony, Teenage cutie, That's my desire et Hallelujah, i love her so mais surtout le titre Cotton Picker provenant du film Untamed Youth dans lequel Eddie tient un rôle et interprette le titre.

C'es tellement bon que cela ne peut que séduire, du fan à l'auditeur lambda.

57250_Boy02_1_122_1057lo.jpg

 

81314_Boy07_1_122_1121lo.jpg

Sur cette photo de gauche à droite: Billy Fury, Jess conrad, Gene Vincent, Joe Brown, Eddie cochran, Adam Faith et Marty Wilde.

 

10980_Eddie_15_122_796lo.jpg

 

 

Eddie Cochran - Cotton picker

Eddie Cochran - Hallelujah, I Love Her So "On the air

Eddie Cochran - White Lightning (with Gene Vincent)

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 22:32

Cet article est consacré DSC04836au premier album de Buddy Holly publié sous son nom (le précédent ayant été sorti sous le nom de son groupe The Crickets) il est tout simplement baptisé du nom de son auteur, je possède ici le pressage original en édition anglaise (Coral records LVA 9085).

Un album d'une qualité artistique extraordinaire, on peut noter trois covers transformées par le talent de Buddy comme Valley Of Tears (Janvier 1958) de Fats Domino et You're so square (Baby i don't care) (Janvier 1958) écrit par Mike Stroller et Jerry Leiber et popularisé par Elvis Presley dans la Bande du film Jailhouse rock et Ready Teddy (Janvier 1958) devenu déjas un classique du rock n'roll explosif et sauvage par Little Richard.

Le reste des titres est fait de compositions originales comme I'm gonna love you too (Septembre 1957) de Norman Petty et Joe Mauldin (le contrebassiste), Peggy Sue (Aout 1957) un des rocks classiques par exellence écrit par Norman petty et Jerry Allison (le batteur), Listen to me, Everyday (Aout 1957)  et Little baby (Janvier 1958) de Norman Petty et Buddy Holly, Look at me (Janvier 1958) de Buddy Holly , Norman Petty et Jerry Allison, Words of love de Buddy Holly, Rave on (Janvier 1958) véritable petit chef d'oeuvre du rock sauvage écrit par la même équipe que Oh boy (présent sur l'album précédent The Chrirping Crickets) et Mailman, bring me no more blues (avril 1957) de Ruth Roberts, Bill Katz et Stanley Clayton.

L'album suivant sera publié par Decca et compile des titres enregistrés en 1956 qui ne sont pas sorties à l'époque.

Lisez la bonne critique de cette album sur le blog PlanetGong:

http://planetgong.over-blog.com/article-l-indispensable-buddy-holly-2-3-49758743.html

 


Buddy Holly - Peggy Sue

 

 

Découvrez la playlist Buddy Holly first avec The Rockabilly Broadway Cast
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 21:02

C'est en novembre 1957 que sort The Chirping Crickets  DSC04840le premier album de Buddy holly sous le nom de son groupe The Crickets. Je ne possède qu'une réédition de 1987 de chez MCA records (255 147-1) mais sort à l'époque chez Brunswick sous les référence  54038 au USA et LVA 9081 en Grande Bretagne. C'est un des meilleurs album de Rock n'roll de l'histoire enregistré en 1957 dans les studios de Norman Petty. Sur cette session les musiciens sont Buddy Holly leadeur vocal et guitare, Niki Sullivan à la guitare (surtout rythmique), Joe Mauldin à la contrebasse et Jerry Allison à la batterie. Ce lpn'est composé que de rock rapides et médiums, si ce n'est la fabuleuse et poignante ballade mélancolique Last nightécrite par Norman Petty et Joe Mauldin et enregistré le 12 Mars 1957 (à la mélodie proche du I was the Onechanté par Elvis Presley). On peut noter quelques covers complètement transformées dans le style trés original de Holly et les Crickets comme It's too late de Chuck Willis enregistré en Juillet 1957, You've got love et An empty cup deux titres écris par Norman Petty et Roy Orbison enregistré le 28 Septembre 1957, Send me some lovin' écrit par Lloyd Price et popularisé par Little Richard enregistré  en Mai 1957. Les autres titres sont des compositions originales et de véritables merveilles Oh boy (écrit par Sonny West et Norman Petty) de Juin 1957, Not fade Away (écrit par Norman Petty et Buddy holly) qui emprunte le fameux jungle beat de Bo Diddley de Mai 1957, Maybe baby (écrit par Buddy Holly et Norman Petty) de Septembre 1957, That'll be the day (écrit par Jerry Allison, Buddy holly et Norman Petty qui sera leur plus gros tube) de février 1957, I'm looking for someone to love (écrit par Buddy holly et Norman Petty) de février 1957 et Rock me Baby (écrit par Shorty long et susan Heater). On peut noter la présence de vocaux qui ont été rajouté ensuite par Petty aux bandes originals afin de se rapprocher des enregistrements de l'époque qui souvent font appel à un groupe vocal comme Elvis Presley et ses Jordanaires ou Jack Scott et ses Chantones par exemple.

Voici un article du blog PlanetGong sur ce disque que je recommande:

http://planetgong.over-blog.com/article-l-indispensable-buddy-holly-1-3-47296866.html

 


The Crickets (With Buddy Holly) - Maybe Baby

 

 

Buddy Holly - That ll Be the Day

 

Découvrez la playlist the chirping crickets avec Buddy Holly
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 23:51

The Buddy Holly Story DSC04837.jpgest le nom de deux compilations classiques et posthumes éditées par Coral records (le label original des plu célèbres titres enregistrés par Buddy) qui rassemblent quelques uns des plus belles perles musicales mis en boite par Buddy Holly durant sa courte carrière.

Petit rappel biographique Buddy Holly (Charles Hardin Holley) est né le 7 septembre 1936 à Lubbock (Texas) et meurt le 3 février 1959 à Clear Lake dans L'Iowa. En 1949 il forme un duo avec un ami de collège Bob Mongomery. En 1955 aprés quelques tournées au Texas l'année précédente le groupe passe à 4 membres avec Don Guess à la basse et jerry Allison à la batterie. Le groupe fera ses premiers enregistrements pour Decca lors de 2 scéances en 1956 avec Sonny Curtis à la guitare solo (Blue Days, Black Night, Midnight shift, Love me, Rock around with Olie Vee, 1er version de That'll be the day etc...) qui sont du pur rockabilly (un article est consacré à ses titres sur ce blogue).

C'est en 1957 que Buddy Holly forme ses légendaires Crickets soit Jerry Allison à la batterie, Larry Wellborn à la basse et Nicky Sullivan à la guitare rythmique. C'est la même annnée au studio d'enregistrement de Norman Petty (Clovis - Nouveau Mexique) que sont mis en boite sous la direction de Petty certains des plus grands tubes de Buddy Holly and the Crickets comme la seconde version de  That'll Be the Day (3 eme place des charts, Maybe baby, Peggy Sue, Oh Boy, Rave On, Early in the Morning, It's All right, Maybe baby, Everyday,  Not fade away etc...

Et c'est lors d'une tournée afin de regagner en avion la ville suivante (soit Fargo dans le Dakota du Nord) que Buddy Holly décède au côté de Ritchie ValensDSC04838.jpg et The big Bopper dans l'avion qu'ils loue et qui s'écrase peu de temps aprés son décollage à cause d'une tempête de neige.

 

Le lp The Buddy Holly Story (Coral LVA 9105) qui est édité en Mars 1959 est a première compilation de l'artiste réunis les titres les plus incontournables des sessions réalisées au studio de Norman Petty, on y trouve des rocks rapides comme Peggy Sue (1957), Oh boy (1957), Rave On (1958) et That'll be the day (1957) , des rock médiums comme Think it over(1958), it's so easy (1958), Early in the morning (1958) et It doesnt matter anymore (1959) et des ballades comme Raining in my heart (1959), Everyday (1957) et Heartbeat (1958). Ces 12 titres sont des chef d'oeuvres et aucunes covers que de la composition de Holly et de ses amis.

 

Le second volume The Buddy Holly Story Volume 2 (Coral LVA 9127) qui est édité en Mars 1960 réunis 12 autres chef d'oeuvres de Buddy Holly, mais les titres dans l'ensemble sont moins rock et mettent encore plus l'accent sur la mélodie qui est un des points fort du talent de Buddy Holly. Il contient de nombreux inédits réalisé à partir de démo de Holly et réarrangés postèrieurement à la disparition du chanteur par Norman Petty. Nous trouvons les titres Peggy Sue Got Married (1958), Well … All Right, What To Do (1958), That Makes It Tough (1958), Now We’re One (1958), Take Your Time (1958), Crying, Waiting, Hoping (1958), True Love Ways (1958), Learning The Game (1958), Little Baby (1958), Moondreams (1957) et That’s What They Say (1958).

 

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 23:57

Sans vraiment les collectionnerDSC04855.jpg, j'ai un certains nombres de compilations de titres d'Elvis Presley contenant souvent des titres de ses début (mais à partir de 1956 le plus souvent et allant jusqu'au 1970's). Une des première que j'ai posséder est le double lp Elvis Forever 32 hits and the story of a king (RCA PJL 2 - 8024) le premier disque rassemble quelques un des meilleurs titres RCA du king des fifties soit My baby left me, heartbreack hotel, Blue suede shoes, Hound dog, Love me tender, Got a lot o' livin' to do!, (Let me be your) Teddy bear, I'm all shook up, Don't, Hard headed woman, King Creole, Jailhouse rock, A big hunk o' love, I got stung, One night et Stuck on you, en effet nous trouvons une trés grosse majorité de rock n' roll rapide que du bonheur!!. Le second disque commence au début des sixties pour s'achever au début des seventies, et ici même si on n'est pas fan de ces pèriodes du king, le choix des titres est plutôt bon et se second disque est également superbe avec Fever, It's now or never, Are you lonesome tonight?, Wooden heart, Surrender, Wild in the country, Rock-a-Hula baby, Can't help falling in love, Good luck charm, Return to sender, You're the devil in disguise, Crying in the chapel, Guitar man, In the ghetto, Suspicious minds et There goes my everything.

Le double lp Les 40 plus grands succes originaux Elvis Presley Le roi du rock n'roll de K-tel DSC06440.jpginternational (EP 001) compile comme le précédent les morceaux des fifties sur le premier disque avec quelques titres de rockabilly de chez Sun comme Mystery train, Good rockin' tonight et des classiques RCA dont assez peu de doublons avec le double album précédent soit Heartbreack hotel, I got a woman, Money honey, My baby left me, Tutti Frutti, Shake rattle and roll, Too much, Ready teddy, Hound dog, Don't be cruel, Rip it up, All shook up, Mean woman blues, Blueberry hill, One night, Loving you, Treat me nice et Baby i don't care pour notre plus grand plaisir ici aussi l'accent est mis sur les rocks rapides, le second disque compile des titres des fifties avec d'autres des sixties soit Jailhouse rock, Wear my ring around your neck, Trouble, King creole, I need your love tonight, Ain't that loving you baby, I got stung, A mess of blues, It's now or never, Blue suede shoes, I feel so bad, His latest flame, Little sister, Good luck charm, Return to sender, bosa nova baby, Devil in deguise, Memphis tennessee et Blue river.

Le 33 tour Elvis Presley Volume 3 programme plus RCA Impact (824088-1) compile des titres plus rares, moins connus que sixties mais aussi à mon goût  moins interressant si ce n'est le génial Return to sender (mais également présent sur les disques précédemment cités nous trouvons Where do you come from, Bossa nova baby, Marguerita, Spring Fever, Girl Happy, Kissin' cousins, Tender feeling, Scratch my back, This is my heaven, Hey little girl et Mirage.

De la série Impact - RCA  (6993 070)on peut également parler DSC06439.jpgdu coffret qui compile 3 lp sortis séparemment à la même époque nous trouvons du trés bons et du moyens, au niveau des petits perles nous trouvons C'mon everybody (rien n'a voir avec le titre d'Eddie Cochran), A little less conversation, Long legged girl, Flaming star, Too much monkey business, Tiger man et Peace in the valley puis d'autres titres plus ou moins rock et dont certains sont carément de la variété soit A whistling tune, I'll be there, I love only one girl, Easy come, easy go, Santa Lucia, Tonight is so right for love, Guadlajara, Angel, Follow that dream, Wonderful world, Night life, All i needed was the rain, Yellow rose of Texas, The eyes of texas, She's a machine, Do the vega, You'll never walk alone, Who am i?, Let us pray, We call on him, I believe, It is no secret (What god can do), Sing you children et Take my hand, precious lord.

 

 

 

 

DSC06443.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elvis Presley - Teddy bear
.
Elvis Presley - Heartbreack hotel

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 22:08

Dans un article précédent DSC04809.jpgnous avons détaillé les albums originaux de Gene Vincent and the Blue caps sur Capitol, sur celui ci nous allons un peu détailler les deux volumes édités par le Label MFP (Music for pleasure filiale d'Emi records) sur l'oeuvre de l'artiste sous le nom Les plus grands noms du Rock Gene Vincent (2M 026 85117 et 2M 026-81567) le volume consacré essentiellement à la pèriode fifties de Gene contient le classique des classique Rock Blue Jean bop, 4 titres de 1957 l'incontournable médium rock Baby blue, le solide et dansant Rock n'roll Dance to the bop, la reprise du rock de Little Richard Ready Teddy et le Rock sauvage proche du rockabilly Red blue jeans and a pony tail, 4 titres de 1958 Rocky road Blues (reprise d'un titre de Bill Monroe), le rock Rollin' Danny, et deux reprises le Rip it up de Little Richard et le Maybelline de Chuck Berry et deux titres sixties le médium et génial I'm going home de 1961 et le moins connu et pourtant parfait Private detective de 1964.

Le second lp  est exclusivement réservé aux faces sixties de Gene Vincent produites en grande Bretagne par Norrie Paramor et Bob barratt, il s'agit d'une pèriode plus meconnue de Gene et pourtant de part la qualité des titres mérite d'être rédécouverte de 1962 nous trouvons The king of Fools, Be-bop-a-lula (seconde version), Space ship to Mars (du film It's trad, dad ) et Held for questioning,DSC04810 de 1963 Where have you been all my life, You're still in my heart et Temptation baby (composé par Joe Meek) de la bande original du film Live it up, et de 1964 Love'em and Leave'em kinda guy, The beginning of the end, La-den-da-den-da-da et Humpity Dumpity.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gene Vincent and Blue Caps - Dance to the bop
Gene Vincent and the Blue caps - Baby blue
Gene Vincent - Be bop a lula (version 1960's)
Gene Vincent - Space ship to Mars
Gene Vincent - Temptation baby

 

 

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 21:30

Adriano Celentano originaire de Milan (Italie)DSC07163 est en quelques sorte le Johnny Halliday italien du début des sixties, c'est en 1956 qu'il fonde son premier groupe The Rock boys dont l'un des membre Antonio Ciacci fera lui aussi une grande carrière de rocker en Italie sous le nom de Little Tony. La particularité de celentano est de jouer sa musique en dansant de manière désarticulée un peu à la manière du comique américain Jerry Lewis, le groupe gagne le premier et unique festival de rock n'roll italien de 1957 avec Cia ti diro. Malgrés cela le groupe se séparre, Adriano rencontre Miki Del Prete qui deviendra son parolier, ses premiers titres sont des reprises de rock américains, à partir de 1959 arrivé les premières compositions originales en italiens qui sont les plus interressantes, et c'est en 1961 qu'il met en boite son méga tube 24 000 baci.Et en 1962 il est au sommet de sa gloire avec les milions de disques qu'il commence à vendre.

Le lp Celentano Rock  de Eurodisc (913 176) malgrés sa pochette seventies et ultra kitch  sur laquelle Celentano joue de la guitare en s'éclatant sur une guitare en forme de balais!!! ce disque compile des titres de ses premières années entre 1959 et 1962 . On trouve donc ses  titres originaux de rock n'roll en italien tous assez réussi comme Blue Jeans rock , I Ribelle, 24.000 baci (son plus grand classique qui sera énormément repris par de nombreux chanteur notamment par  Rocky Volcano en France sous le titre 24 000 baisers) et Movimento di rock (qui est un rock énregique trés original et trés bien fait), au niveau des cover nous trouvons Rip it up et Tutti Frutti de Little Richard, Blueberry Hill de Fats Domino, hello Mary Lou de Ricky Nelson (attention en italien et c'est assez étrange, j'imagine un peu l'effet pour un américain des covers en français des classiques du rock) , I love you baby et Tell me that you love me de Paul Anka (grosse vedette en Italie durant les fifties), The Stroll (doo wop des Diamonds), Personalita (version italienne du Personality de Lloyd Price) et Jailhouse rock (d'Elvis Presley).

 

 

Adriano Celentano - 24000 baci
A ndriano Celentano - Ready Teddy (extrait du film de Frederico Fellini la Dolce Vita)
Adriano Celentano - Nikita rock
Adriano Celentano - Movimente di rock
Adriano Celentano - Rock Mato

Adriano Celentano - 24000 Baci festival de San Remo 1961
Adriano Celentano - Preghero (Stand by me en italien)
Découvrez la playlist adriano celentano avec Adriano Celentano
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 01:58

Dans cette article je vais DSC06456m'interresser à trois 33 tours  25 cm d'Elvis Presley sorties durant les années 1950 par RCA records. Le premier est un pressage français Good Rockin' tonight RCA 130.252) la pochette est superbe et contient 8 titres de la pèriode Sun records d'Elvis c'est à dire enregistré entre 1954 et 1955 soit du pur rockabilly à partir de titre qu'Elvis et ses deux compère Scotty Moore (guitare) et bill Black (Contrebasse) refont à leur sauce jusqu'a n'avoir que peu de rapport avec les originaux comme Good rockin' tonight (de Roy Brown), That's all right  ( d'Arthur Crudup), Blue Moon of Kentucky (de Bill Monroe), Baby let's play house (d'Arthur Gunter), Milcow blues boogie (de Kokomo Arnold), You're a heartbreacker (de Jack Sallee), I'm left, you're right, she's gone (écrit par S. Kesler - W. Taylor), et I don't care if the sun don't shine (écrit par Mack David). En conclusion ces huit titre nous montre comment Elvis transforme indifferemment des traditionnels de la musique noire et blanche en un nouveau son le Rockabilly.

Le second est The Best Of Elvis qui est un pressage anglais RCA London (130250) contenant quatre titres plutôt lents dont deux de sa pèriode Sun comme la magnifique cover de la ballade Blue Moon, et I don't care if the sun don't shine et deux autres sont de sa pèriode RCA Any way you want me et Playin' for keeps, le reste est rempli de splendide et incontournables morceaux d'anthologie du Rock n'roll avec Heartbreack hotel (1956), Tutti Frutti (cover de Little Richard de 1956), All shook up (1957), Hound dog (cover méconnaissable de Big Mama Thorton de 1956) Too much (1957) et Don't be cruel (1956) .

Le troisième DSC06455.jpgest un pressage Espagnol Elvis Presley RCA (NJ 89821) qui étonnement à traduit sur la pochette tout les titre anglais du disque en Espagnol et donne comme style musical à certains titres Foxtrot!!!!.

Nous trouvons des rock rapide comme Money Honey (Amor interesado) une cover trés différentes de la version doo wop des Drifters, Hound dog (que nous retrouvons ici sous le nom Perro sabueso), just because (un splendide rockabilly sous le nom Porque), Don't be cruel qui devient (No sea's cruel), Blue Moon of Kentucky (qui devient Luna triste de Kentucky) et My baby left me (un rockabilly pèriode sun a partir d'un titre d'Arthur Cruddup cmplètement revue sous le nom Mi nena me dejo), des titres plus médiums comme Milkcow blues boogie (sous le nom Tristezas de la Vaca Lechera), Heartbreack hotel (sous le nom Hotel Nostalgico ) et d'autres plus lent comme l'ncontournable Love me tender (sous le nom Amame tiernamente) et I forget remember to forget (sous le titre Olvide Olvidar)

 

 

 

DSC05295.jpg  

 

Découvrez la playlist elvis 25 cm avec Studio Sound Group

 

 


Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 23:18

Ricky Nelson est pour moi l’un des rockersDSC04879  blancs les plus intéressants de la fin des fifties, il fera aussi bien quelques perles du rockabilly tel que It’s late du rock exceptionnel comme Hello Mary lou que des ballades transcendantes comme lonesome town.

Eric Hilliard Nelson est né en 1940 à Teaneck (New Jersey), Ozzie et Harriet Nelson les parents de Ricky sont des chanteurs, acteurs, dancers. Et à partir de 1935 ont leur propre show de radio  The Adventure  of Ozzie and Harriet, ils onnt deux fils l’ainé David et le petit Ricky (Eric). En 1947 le programme Radio à tellement de succés (20 millions d’auditeur) qu’il passe à la TV sous forme d’un soap opera.

Les intrigues de cette série coïncident avec la réalité de la vie de la famille, et certaines aventures du jeune Ricky lui sont réellement arrivées. En 1956, Ricky qui admire Elvis Presley, décide de se lancer dans le rock, son premier titre sera une cover Rockabilly du I’m walkin’ de Fats Domino, aidé probablement par le succès du programme, le disque se vend 1 million d’exemplaire en 1 semaine le titre se classe à la seconde place des charts et chose rare la face B Teenager romance fait de même.

Le succès est tel DSC04878que la carrière de chanteur de Ricky va supplanter l’acteur, les musiciens qui accompagnent alors le jeune Ricky sont James Kirkland, Joe Osborn et le légendaire guitariste James Burton, ce groupe sera celui de Ricky durant les 7 premières années de la carrière musicale de Ricky.

On peut comme compositeurs de titres de Ricky les incomparables Johnny et Dorsey Burnette ou Baker night. Trente six titres de Ricky rentre au hit parade national entre 1957 et 1961, à 21 ans il a déjas 9 disques d’or pour Imperial records, Travellin man se vend à 2 millions d’exemplaires et arrive à la première place des charts et sa seconde face Hello Mary Lou est un plus gros hit se classant n°1 dans 32 pays et se vendant à 7 millions d’exemplaires

Il aura parallèlement des rôles dans des film comme le western Rio bravo, mais à partir de 1963 avec l’arrivée des Beatles, il perd de la popularité.

Les musiciens qui accompagnent Ricky Nelson durant ses premières années sont James Burton (guitare solo), James Kirkland (basse), Gene Garth (Piano) et Ritchie Frost (Batterie).

Son oeuvre discographique commence en 1957 avec un série de simples sur Verve en Avril  A teenager's romance / I'm Walkin', en Août You're my one and only love/Honey rock, enrickysingsagain.jpg Septembre Be-bop baby / Have i told you lately that i love you et en Novembre Stood up / Waitin' school. C'est en Novembre également que sort son premier album Ricky sur Imperial (lfp 9048, disque que je possède en réédition 1978 et en pressage original) l'album est un trés bon album de rockabilly et de rock n'roll fait de titre spécialement écrit pour Ricky comme le génial médium rockabilly Be-bop baby, mais également d'autres titres tout aussi brillants comme Have i told you lately what i love you, Teenage doll, I'm confessin'  et  Baby i'm sorry auquels sont associés  de belles reprises  de Rock  n' roll comme Whole lotta Shakin' goin' on (Jerry Lee lewis) et Honeycomb (Jimmy Rodgers), de rockabilly  Your true love, Boppin' the blues (Carl Perkins )et  If you can't rock me ( Andy Starr avec les Strikes), de jazz avec Am i blue (titre déjas repris en rock par Eddie Cochran et rendu immortel par Billie Holliday) et de crooner avec True Love de Cole Porter.

En Juillet 1958 parait le second album de Ricky s'appelant tout simplement Ricky Nelson Imperial (LPF 9050) on peut noter le génial Poor little fool un médium rock écrit par Sharon Sheeley (la fiancé d'Eddie Cochran), le rockabilly Don't leave me this way (écrit par Nelson) mais aussi I'll walk alone, I'm feelin' sorry (écrit par Jack Clement)  et There goes my baby (écrit par le guitariste de Ricky, James Burton)comme sur le précédent album de belles covers comme  le Shirley Lee (Rock n'roll rapide de Bobby Lee Trammell), Someday (medium rock de Eddie Hodges); Good Rockin' tonight (un rhythm and DSC06281.jpgblues de Roy Brown repris chez Sun par Elvis), Unchained melody (une magnifique ballade qui sera reprise début 1960's par les Righteous Brothers), Down the line (un rockabilly sauvage de Orbison chez Sun), I'm in love again (de Fats Domino), My babe (un blues de Willie Dixon repris en Rockabilly),

En Janvier 1959 parait son troisième album Ricky sings again! avec encore des chef d'oeuvres les rockabilly It's late , One of these morning (tout 2 composés par Dorsey Burnette)et Believe what you say (écrit par Johnny et Dorsey Burnette), le fabuleux rock lent Lonesome town (repris par les Cramps), et d'autres titres excellents comme Never be anyone else but you you ter me up, It's all in the game et Be true to me et toujours quelues belles cover Trying to get to you (immortalisé par Roy  Orbison chez Sun), Old enought to love (country song de Merle Kilgore), I can't help it (autre country song de Hank Williams) et Restless kid (de Johnny Cash).

Ces trois premiers albums sont des éléments incontournables de l'histoire du rock

En Septembre 1959 sort son 4 eme lp Songs by Ricky Imperial (LP 12030) plus calme et moins exitant que les précédents il contient des compositions de Dorsey Burnette comme You're so fine et A long vacation, de son frère Johnny Burnette comme Don't leave me, I've been thinkin' et Just a little to much et d'autres titres bien ficelés comme You'll never know what you're missin', That's all, One minute to one, Half bread, Sweeter than you, DSC06280.jpgSo long et I've been thinkin'.

En Juillet 1960 parait son 5 eme album More songs by Ricky que je ne détaillerai pas car je ne l'ai pas.
Et je terminerais par son sixième album Rick is 21 Imperial (LPF 12071) qui contient quelques perles comme  en particulier Hello Mary lou (un rock rapide à sonorités accoustiques écrit par Gene Pitney) et Travelin' man (un médium rock splendide de Jerry Fuller) les autres titres sont dans l'ensemble assez réussis nous trouvons My one desire composé par Dorsey Burnette, Sure fire Bet composé par  Gene Pitney, Everybody but me et Lucky star composés par Dave Burgess le guitariste des Champs, That warm summer night et  Breack my chain composés par Jerry Fuller, I'll make believe composé par Johnny Rivers, Do you know what it means to miss New Orleans, Oh yeah, i'm in love et Stars fell on Alabama.

J'ai complété ces albums du lp compilation Rockin' with Ricky de chez Ace records (CH 85) qui permet en plus de rocks présents sur les albums d'époque permet d'entendre un de ses extraordinaires premiers simples sur Verve le génial avec  Stood up / Waitin' in school.

 

DSC04880.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC06956.jpg

L'édition originale du 1er album

 

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article