Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 21:47

L'énorme hit de 1962 Hey Paula sera le premier single du duo Paula (Jill Jackson) et Paul (Ray Hildebrand) il rentrera même au top Ten rhythm and blues au côté des enregistrement motown de l'époque.
Hildebrand et Jackson sont étudiants à l'Howard Payne college, Hildebrand interprette avec Jackson sa composition la chanson Hey Paula lors d'une soirée de lutte contre le cancer.
On les pousse alors à enregistrer un disque. Ils passent une audition fin 1962 pour le label du Major Bill Smith Lecam records (à Forth Worth), ce label vient d'obtenir un énorme tube national avec Bruce Channel.
Le titre est trés rapidement un énorme tube aux USA.  En effet le disque se vendra à plus de 2 millions d'exemplaires début 1963.
En 1965, Ray hildebrand quitte le duo pour continuer ses études, tandis que Jill (Paula) se marie avec son manager et se lance dans une carrière solo. Dans les années 80 le duo se reforme pour quelques concerts.
En lp le 33 tours Philips PHM 200-078 Young Lovers compile quelques uns des plus belles ballades de teen rock du début des sixties avec évidemment Hey Paula, mais aussi une reprise du tube de Bruce Channel Hey Baby, une reprise des Fleetwoods Come sofly to me, mais également Two people in the world, Sweet baby, Blue roller rink, Young lovers, My happiness, All the love, Gee baby, Don't let it end et Ba-hey-be.
Si vous ètes comme moi convaincu par le talent de ce duo on peut également acheter le lp Philips PHS 600-089 We go together avec les titres We go together, Oh what a love, The beginning of love, Flipped over you, We two forever shall be one, Stepping stone, Average boy and average girl, So fine (reprise de Johnny Otis), Love come once, You send me (reprise de Sam Cooke), Something old, something new et Pledding my love (l'énorme tube de Johnny Ace).
Comme souvent à cette époque le style est plus proche des chansons guimauves du début des sixties que du rock n'roll sauvage des années cinquantes, mais cela n'enlève rien à la qualité vocale et mélodiques de leurs enregistrements.










Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Teen Rock
commenter cet article
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 22:42

Barry Mann est l'un des jeunes compositeurs les plus brillant des sixties, non seulement il écrit le génial Rock doo wop Who put the bomp dont il fera un gros tube. Mais également des classiques pour d'autres artistes comme On Broadway et Only In America coécrit avec Leiber et Stroller, mais aussi une suite de classiques de la pop musique des isxties comme WE Gotta Get Out Of This Place, I Love How You Love Me, Blame It On The Bossa Nova, Kicks, Hungry, He's Sure The Boy I Love, Walking In The Rain, Soul And Inspiration, I Just Can't Help Believing et Rock And Roll Lullaby.  Mais comme souvent les grands compositeurs travaillaient en duo, ici Barry concevait la musqiue et les paroles était l'oeuvre de sa compagne Cynthia Weil.
Leur carrière de compositeurs à succés continua durant les décennies suivantes.
Ce qui nnous interresse ici ce sont les enregistrements réalisé par Barry au début des sixties.
S'est au lycée que Barry se lance dans la musique en tant que compositeurs, il continu parallèlement ses études d'architectures, Il réalise des démos qu'il envoie à des producteurs de disques indépendants Nevins et Kirchner.  Ces derniers décident alors de lancé le jeune Barry à l'assault du Show business. Ils arrivent à lui faire signer un contrat chez Abc Paramount. C'est lors de sa seconde session pour paramount qu'il enregistre son fameux Who put the bomp ( in the bomp-bomp-bomp) Le morceau sera un gros tube vendu à plus de 250 000 exemplaires, et qui permet à Barry d'obtenir un disque d'or.
Comme souvent on ne peut limiter l'oeuvre d'un artiste à son plus gros tube, à l'écoute de l'album Abc Pramount ABC.399 on peut profiter plus pleinement du talent de Barry. Dans l'ensemble les titres sont plutôt des réussites mais quelques un  semblent manquer de saveurs. Cela dit ce lp reste pour moi un disque à posséder  rien que pour les morceaux rapides qui sont réellement de la dynamite.
Who put the bomp, I love how you love me, The way of the clown, Sweet little you, Bless you, The millionaire, Hey baby i'm dancin', Like i don't love you, War paint, Happy birtday broken heart, Countin' teardrops, Footsteps, Find another fool, Love true love, Little miss usa et  Teenage has been.



Barry Mann - Who Put The Bomp

Barry Mann - Find Another Fool

Footsteps - Barry Mann

Barry Mann - Bless You






Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Teen Rock
commenter cet article
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 21:03

Curtis Lee fait partie des Teenage idol se palçant entre le Rock n'roll blanc et le doo wop à l'image de Dion ou Ernie Maresca. Il laisse sa place dans l'histoitre du Rock n'roll surtout pour deux trés bons titres Pretty Little angel eyes et Under the moon of love.
Lee enregistre 3 titres sur de petits labels, Ray Peterson (créateur du classique Tell Laura i love her) qui vient de créer son propre label Dune, propose à Curtis de l'enregistrer. Ce dernier vient à New York à la fin de 1960 il met en boite 2 bons titres Special love et surtout Pledge of love qu'il coécrit avec son ami Tommy Boyce. Lorsque Ray entend la demo de Pretty Little angel eyes, il décide de faire appel à son ami Phil Spector qui a produit son premier gros tube national (sa reprise de Corrine corrina). Ce dernier travaillera beaucoup sur le chorus et le style général rappelant le son du doo wop de la fin des fifties. Le résultat est un véritable petit chef d'oeuvre qui rentre au top ten.
En 1961 Lee et Boyce refont un tube avec Under the moon of love toujours avec ce style partyiculier entre doo wop et rock n'roll. Si on détaille l'ensemble des enregistrement de Curtis Lee de l'époque, il s'avère que son duo de ciompositeur avec Boyce s'avèrent réellement talentueux, ils sont tous véritablement réussit et créatifs. Pretty Little Angel Eyes est pour de nombreux amateurs de rock l'un des meilleurs premiers exemples du son Phil Spector.

Le lp Duners DU 2000 Pretty Little angel eyes est une véritable perle de rock n'roll doo wop fin fifties et début soixante, tout est bon voir trés bons, on trouve des titres qui dans un premier temps sont dans le style de Ricky Nelson, puis dans un style proche du doo wop fin fifties et début sixties. on trouve les titres Gotta have you, I never knew what i love culd you, Pure love, with all my heart, Under the moon of love, does he mean that much to you, Beverly jean (splendide), Pretty little angel eyes, Gee how i wish you where here, The wobble, Pickin' up the pieces of my heart, mr Mistaker (autre perle méconnue), Just another fool et Night at daddy gee's.

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Teen Rock
commenter cet article
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 19:11

Neil Sedaka est l'un des meilleur compositeur de Teen rock de la fin des fifties et du début des sixties. Neil est né à Brooklin (New York), son père est chauffeur de taxi d'origine Turc Juive et sa mère est une dexcendante de Juifs polonais.
Rapidement son talent pour la musique est indéniable, il prend alors des cours de piano. En 1947 il entre dans l'école de musique de Juiliard, dans la section réservée aux enfants. A 13 ans lorsqu'il joue chez lui du piano il se lie d'amitié avec son voisin Howard Greenfield agé de 16 ans désirant devenir compositeur de musique.
Le duo Sedaka Greenfield sera une véritable machine à tube avec the Diary en 1958(14 eme place), Oh Carol (l'un des plus beau slow de l'histoire) en 1959 (9 eme place), You mean Everything to me en 1960 (17), Calendar girl en 1960 (4), Stairway to Heaven en 1960 (9), Run Samson Run (1960), Little Devil en 1961 (11), Happy birthday sweet sixteen (1961), Breacking up is hard to do (1962) et Nexty door to angel en 1962 (2). L'ensemble de ses tubes du début des sixties sont de véritables perles du teen rock pleine de créativité musicale et mélodique. Oh Carol est écrit en hommage à la petite amie de Neil la chanteuse Carole King.  On peut également noter que Neil et Howard sont aussi les auteurs du gros classique du rock n'roll de la fin des fifties Stupid cupid qui sera un succés pour Connie francis (14 eme place des Charts) et qui sera repris aussi avec génie par Wanda Jackson.
On peut aussi noter l'excellent Rock n'roll I go ape qui sera repris par l'anglais Wee Willie Harris.
Son succés déclina avec l'arrivée des groupes anglais, et quitte RCA en 1967, il se concentre alors sur sa carrière de compositeur. Il écrit alors les tubes We had a good thing pour Patti Drew et Workin' on a groovy thing   pour the 5 th Dimension en 1969.
Il continu durant les décénnies suivantes comme cela à composant avec succés pour des artistes comme Elton John et pour lui même, on peut noter aussi Love will keep us Together qu'il coécrit avec Greenfield pour Captain et Tenille (N° 1 au hit parade). De la même manière il écrira de nombreux autres succés pour différents artistes et écrira les paroles du mini opera Billy the Mountain sur l'album de Frank Zappa Just another band from L.A
Il parait difficile si on s'interresse au rock de ne pas avoir un best of de Neil contenant l'ensemble de ses titres de la fin des fifties et du débiut des sixties. J'ai acheté le Best of de chez Everesty records CBR 1010 qui contient les versions originales de Breaking up is hard to do, The Diary, Happy birthday sweet sixteen, Little devil, Sweet little you, sweet little you, You mean everything to me, Next door to an angel, Oh Carol, King of clown, Stairway to heaven (rien n'à voir avec le titre de Led Zeppelin), Run Samson Run et Calendar girl.
J'ai complète ce Best of par l'album Sedaka the 50's & 60's de chez RCA cpl 1-2254 qui contient également de trés bon titres moins connus comme let's go steady agauin, We can make it if we try, All the word in the world, Walk with me, Crying my heart out for you, The dreamer, You gotta learn your rhythm and blues (un excellent rock), I hope he breaks your heart, Let the people talk, Nobody but you, Alice in wonderland et Forty winks away.
Enfin j'ai acheté l'album Neil Sedaka and the Tokens and the Coins sur Crown records CST - 641 trés réussis qu'il interprette avec l'accompagnement de groupes de doo wop du début des sixties on trouve les titres: While i dream, The taste of a tear, Come back Joe, Don't take me for granted, Mary G, I love y baby, Never till now, Born to be a loser, Lay some kisses on me et Run don't talk.
Enfin je me suis procuré le ep RCA 75.581 contenant Oh Carol mais aussi 3 autres petites perles de 1958 Going home to Mary lou, The girl for me et I ain't hurtin' no more.



 

 



Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Teen Rock
commenter cet article
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 18:03

Ernie Maresca est un des compositeurs à succés de Doo wop /et de rock n'roll du dévbut des sixties. On lui doit
 quelques un des plus gros hits de Dion comme Runaround Sue, The Wanderer, Lovers who Wander, A lover's prayer et Donna the prima donna, mais aussi Runaround pour les Regents, Whenever a teenager Cries pour Reparata & Delrons, Party girl pour Bernadette Carol et Child of clay pour Jimmie Rodgers.
En 1962 il se lance enfin comme chanteur et enregistre un trés bon album pour Seville Records qui lui permet d'obtenir un gros tube avec le titre phare Shout shout knock yourself out. Ce titre vraiment excellent n'est pas sans rappeller le Runaround sue qu'il a écrit pour Dion, rappelions la reprise des Chaussettes noires au début des années soixantes et celles des forbans qui obtiennent avec un méga tube en france au début des années 80 sous le titre Chante chante (et met tes basquettes).
Ce titre est aussi dans la mouvance rock des groupe comme Joey Dee and the Starlighters, il arrivera à la 6 eme place des charts. Ernie continu ensuite à enregistrer jusqu'en 1965 pour Seville, puis pour Laurie records.
Dans les années 1970's il passe à la tête du département publicité de Laurie Records, puis devient consultant pour Emi Records.
Le 33 tours Shout! shout! (Knock yourself out) de 1962 pour Seville records SEL 3, rééditté en 1982 est indispensable pour tout amateur de solides rock teinté de Doo wop. il contient: Shout! shout!, Some day you'll change your ways, They don't know, I don't know why, Down on the beach, Crying like a baby over you, Mary jane, What good is living, How i cry, I'm gonna make it somehow, Subway blues et  Can't forget about you.

Ernie Maresca - Shout! Shout! Knock yourself out

Ernie Maresca- Down On The Beach


Ernie Maresca - Can´t forget about you


Ernie Maresca - I don't know why



Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Teen Rock
commenter cet article
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 16:31

Des idoles pour adolescents qui inondent les hit-parades à la fin des années cinquantes et au début des années soixantes, Jimmy Clanton est sans aucun doute celui dont l'influence du rhythm and blues est la plus marquée. 
Jimmy est né à Baton Rouge en Septembre 1942, dés son premier groupe en 1956 the Dixie cats, il est nétement influencé par la musique noire de Fats Domino, Little richard et Johnny Ace. Il rejoint ensuite les Rockets le groupe du pianiste Dick Holler (auteur plus tard de Abraham, Martin et John) en 1957 le combo rencontre à la nouvelle orléans Cosimo matassa. Matassa voit en Jimmy un trés bon chanteur de rhythm and blues qui chante avec son coeur, il le signe et devient son mananger et grâce à ce drnier Jimmy enregistre en Septembre 1957 pour le label Ace records.
Au départ Jimmy chante dans le style de la grosse vedette du Label le pianiste Huey Piano Smith, puis doucement trouve son style, il obtient son premier gros tube avec la ballade Just a dream qui arrivera au sommet des hit parades Pop et rhythm and blues début 1958.
Sa soudaine grande popularité lui permet de participer à l'émission de télé American bandstand de Dick clark, et d'être la vedette du film de Alan Freed Go Johnny Go (avec entre autre Chuck Berry, Eddie Cochran, Jackie Wilson, Jo Ann Campbell, Flamingeos, Cadillacs et Ritchie Valens) il y interprette le trés bon rock au style noire It take a long, long time, le medium Ship on the stormy Sea et la ballade My love is strong. Il réalise ensuite le simple Letter to an Angel (dans le style du Pledding my love de Johnny Ace) couplé avec Part of me. Mais c'est avec My own true love qu'il revient dans les hit parades (interprétation personnelle d'un air du film Autant en emporte le vent)..
Il revient dans le top ten en 1960 avec le trés bon médium rock Go Jimmy Go écrit par Doc pomus et Mort Shuman. En plein boom des teenage idols Jimmy laisse pour un temps le rhythm and blues pour le teen Rock.
Il fait ensuite sn service militaire et en 1961 sort des singles interressants comme don't look at me et Because i do (reprise de Dr Johns), ces rock plus rapides sont nétement marqué par une influence du son de la Nouvelle Orléans.
En 1962 il obtient un nouveau tube national avec l'excellente ballade Venus in blue jeans (N° 7 au hit parade), puis obtient son dernier tube avec Darkest street in town Il continu ensuite sur d'autres labels comme Phillips, Mala, Laurie et Imperial. Mais l'invasion des groupes anglais du milieu des années soixante le cahssera temporairement du monde de la musique. Il devient disk Jockey durant les années 1970, se tourne vers la religion dans les années 1980's et refait de la scène dans les festival Oldies dans les années 1990's.

L'un des meilleurs album de Jimmy est son premier album    LP-1001 - Just A Dream -  [1959]  Just A Dream/Take Her Back/No Greater Love/Part Of Me/It's All Over Now/Land Of Tomorrow//Letter To An Angel/It Takes A Long Long Time/My Love Is Strong/Losing The One I Love/Angel Face et Ship On A Stormy Sea
 


Jimmy Clanton as a long long time
envoyé par beatnickbandit. - Clip, interview et concert.

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Teen Rock
commenter cet article
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 15:03

Paul Anka est sans doute le premier chanteur de teenrock de l'histoire du Rock n'roll, de ce fait ses plus gros succés sont plutôt des chansons langoureuse que du Rock n'roll sauvage. Paul Anka est né au Canada, et dés 14 ans il enregistre son premier titre I confess. Il se produit durant l'été 1957 devant Don Costa et d'autres responsable de la nouvelle compagnie de disque Abc Paramount, qui sont impressionnés par le talent de Paul Anka, mais également dans le tube qui someille dans la chanson qui leur interprette Diana. Le titre est alors rapidemment enregistré.
Le 7 aout 1957 il fait sa première apparition TV à l'American Bandstand ou il interprette son titre Diana. Ce titre est un des slow au rythme médium les plus réussi, une trés bonne mélodie, un accompagnement loin d'être soporifique, en résumé un archétype du slow rock. Il composa ce titre pour sa baby sitter Diana Ayou dont il était amoureux. Le succés fut immédiat et Diana devient numéros 1 aux USA, mais aussi à l'étranger. Diana reste toujours aujourd'hui l'un des simples les plus vendu de l'histoire avec 9 millions d'exemplaires.
En Septembre, il fait partie de la tournée Biggest Show of Stars qui se produit dans tout les USA (Theatre Paramounr de New York, Pittsburg, Norfolk, Akron, Cincinnati, Columbus, Chattanooga, birmingham, Nouvelle Orléans et Memphis). Il est à la même affiche que Buddy Holly and The Crickets,  the Everly Brothers, Chuck Berry, the Bobettes, Drifters, Frankie Lymon & the Teenagers, LaVern Baker, Jimmy Bowen, Sam "The Man" Taylor et Clyde McPhatter. Il passe également à l'émission de tv le  Ed Sullivan Show au côté de Jimmy Rodgers et Sam Cooke et fait une tournée européenne. Et de retour aux USA, il repart en tournée au côté de Buddy Holly & The Crickets, Eddie Cochran, the Rays, Royal Teens, Danny & the Juniors, the Hollywood Flames, Mello-Kings, Shepherd Sisters, Margie Rayburn,et  the Tuneweavers , puis part en tournée à Hawaï et en Australie aux côtés des Crickets, Jerry Lee lewis et Jodie Sands. 
En 1958 il fait partie du Alan Freed's Big Beat Show pour 6 semaines de concerts avec Chuck Berry,  Clyde McPhatter and the Drifters, Everly Brothers et Frankie Lymon & The Teenagers et partira même se produire à Tokyo (Japon) .
En 1959, il sera la vedette de l'émition TV the Perry Como showmais aussi d'un Ed Sullivan Show,  et particippe à  plusieurs DICK CLARK'S SATURDAY NIGHT SHOW aux côtés de Dale Hawkins, Coasters, Fabian, Dee Clark, Brenda Lee, Crew Cuts, Bobby rydell et d'autres...
Durant les fifties et sixties il accumulent lles tubes You Are My Destiny, Crazy Love, Put your hair on my shoulder It's time to cry, Puppy love et My home town.
En 1962, il signe chez RCA records quittant Abc Paramount qui a fait de lui une trés grande vedette.
Durant les sixties la popularité de Paul Anka resta à peu prés constante, même s'il se concentre vers une carrière de Crooner son public viellit alors avec lui, il participe toujours à de trés nombreux programmes Tv. Durant les années 1970's jusqu'aux années 2000 il reste une valeur sur de la chanson populaire américaine, continuant à faire des salles combles et des émissions de TV dans le monde entier.
En 1962 on peut noter son apparition dans le film sur Le débarquement de Normandie Le jour le plus long.
Au niveau disque, il vaut mieux se concentrer sur la pèriode Abc paramount (1957-1961) qui contient sans aucun doute ses meilleurs titres.  Les deux best Of du label parues fin fifties et début sixties sont vivement recommandé.
Le Paul Anka sing his Big 15 ABC 323 contient le génial Diana, les classsiques Put your head on my shoulder, Crazy love, Lonely boy et Puppy love, mais aussi de trés bons titres moins connus et plus rapidescomme don't gamble with love,  I love you baby et That's love et des sympathiques titres comme Midnight ou Adam and Eve, mais aussi des titres plus romantiques et moins exitant comme Don't ever let me go, ou carrément un peu trop crooner et pénible comme It's time to cry, My heart sings, I miss you so et You are my destiny. Mais en résumé l'oeuvre de Paul Anka chez Paramount est bien plus interressantes que sirupeuse.
Le second Best of Abc Prarmount Paul Anka sings his big 15 vol.2 ABC 390 contient comme le précédent du trés bon et du moins bon: des classiques comme The story of my love, When i stop loving (that'll be the day), Just young des mediums rocks splendides comme Tell me that you love me, Something has changed me, I love you in the same old way, I'd have to share et surtout Let the bells keep ringing, des titres sympathiques comme My home town et Late last night, des slows un peu sirupeux comme Summer's gone, Your love et  Something happened des titres carrément kitch variété Tonight, my love tonight et Dance on little girl.
Autrement il existe des compilations plus récentes des classiques de Paul Anka comme celle sortie dans la série Let's dance to the Wolfman Jack collection KTEL records elle contient Lonely boy, Just Young, Hello Young lovers, I love you baby, Puppy love, Let the bells keep ringing, Don't gamble with love, Story of my love, You are my destiny, Crazy love, Don't ever leave me, Kissin' on the phone (bon teen rock), My heart sings, cinderella, I miss you so, When i stop loving you, Put your hear on my shoulder et bien sur Diana. Evidemment une telle sélection de titres ne peut que faire apprécier l'oeuvre de Paul Anka et oublier certains de ses titres plus  ennuyeux.
Au niveau des 45 tours Ep Paul Anka en publie un grand nombre je suis loin de tous les posséder

Le classique ABC 45.90.831 Diana , Don't gamble with love, Tell me that you love me et I love you baby.













Le ABC 45.90.839 avec Crazy love , Let the bells keep ringing, Down by the river side et I'm still waiting


Le ABC 45 90.842 avec Just young, So it's goodbye, Your cheatin heart et Jambalaya




















Le Abc 45 90.857 avec Lonely boy, Sing, sing, sing, Your love et Verboten!




 

 







Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Teen Rock
commenter cet article
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 18:26

Connie Francis est une des chanteuse américaine les plus populaires de la fin des fifties et début des sixties, elle obtient un grand nombre de gros tube nationaux et internationaux durant cette pèriode avec des titres comme Who's Sorry Now?, Lipstick on Your Collar, Where the Boys Are, Stupid Cupid, Everybody's Somebody's Fool, My Heart Has a Mind of Its Own et Don't Break the Heart That Loves You. Mais bien souvent ses succés sont plus de l'ordre de la chansons de charme que du rock n'roll si ce n'est sa trés bonne reprise de Stupid cupid (même si elle reste infèrieure à la version de Wanda Jackson), mais surtout l'excellent Lipstick on your collar.
De son vrais nom Concetta Maria Franconero, est comme son nom l'indique d'origine italienne et voit le jour dans le New Jersey. C'est à la suite d'une apparition dans le Ford Startime qu'elle change son nom pour Francis. Son premier single Francis obtient en 1955 un certain succés, mais avec les 9 autres simples suivant elle n'arrive toujours pas à obtenir de véritable gros tubes, c'est grâce à l'aide de Bobby Darin qui lui écrit quelques chansons qu'elle finit par se faire remarquer et tourne dans la série tv This is your life.

Lorsque Connie semble complètement décourager par son manque de succés qu'elle enregistre une version d'un titre de 1923 Who's sorry know? pour MGM. En Janvier 1958, elle interprette le titre dans le show tv de Dick Clark l'American Bandstand, et c'est le succés qui vient alors à Connie qui vend trés rapidement plus d'1 million d'exemplaire de son disque, et qu'ellle commence à conquérir le monde en devenant également numéro 1 au hit pararde Anglais.
C'est alors le début de sa série de succés dont certains sont écrit par le duo  Neil Sedaka et Howard Greenfield (Stupid cupid, Fallin et Where the boys are) En 1960 elle devient la plus jeune artiste à se produire en vedette à Las Vegas. Elle obtient 2 nouveau N° 1 au hit parade avec Everybody is somebody fool et My heart has a mind of it's own. En 1961 elle anime son show tv sur ABC télévision The Kicking sound around. En 1962 elle apparait au Ed Sullivan show avec Johnny Halliday dans un show au Moulin rouge de Paris, en 1963 elle chante pour la reine Elisabeth 2 au théâtre de l'Alambra de Glasgow. En 1967 Connie à obtenu 40 hits dont 3 numéros 1.  Elle n'obtiendra plus de gros tubes durant les décennies suivantes, et se tourne vers la country music. 
Pour un amateur de rock n'roll la complète de Connie Francis est dispensable par contre son excellent album Connie Francis sings Rock n'roll million sellers MGM SE 3794 doit être acheté, en effet il ne contient que des rocks. Son style n'est pas explosif mais son talent d'interprette est tel qu'on ne peut qu'adorrer ce lp il contient pour moi le meilleur de Connie soit : Heartbreack hotel, Tweedle dee, I almost lost my mind, I hear you knockin', Just a dream, Don't be cruel, lipstick on your collar, Sincerely, Ain't that a shame, Silhouettes, I'm walkin' et It's only make believe.Elle y interprette avec un grand talent des titres du répertoire d'Elvis Presley, comme des titres de groupes Doo wop ou de Fats Domino.

 

 

 

 




Connie Francis - Stupid cupid

Connie Francis - Sincerely

Connie Francis - Lipstick on your collar

Connie Francis - stupid cupid live 1959

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Teen Rock
commenter cet article
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 08:29

Le Rock n'roll des années cinquantes se everlybestcadence.jpgcaractérisera par différents courants au style vraiment spécifique, les Everly Brothers crairont leur style à part entre Rock n'roll, teen rock et country folk. Il n'y aura que peut de copieur de leur temps si ce n'est les Kalin twins, il faudra attendre particulièrement les sixties et simon and Garfunken pour entendre de véritable déscendant du duo. Ils sont originaire de chicago. Leur frère ainé Ike leur père et leur oncle sont des musiciens de country and western qui se produisent trés souvent dans les clubs de la ville (à Madison et Maxwell streets particulièrement). Ike finit par décroché un travail dans la station de radio KASL à Waterloo dans l'Iowa. Il persuade ensuite ses deux jeunes frère Don et Phil de faire une carrière musicale en commençant à se faire connaître par le biais des émissions de radio. En effet Don et Phil  (agés de 8 et 6 ans)et leurs parents font régulièrement des shows sur les ondes de station de KMA à Shemandoah dans l'Iowa. Leur popularité est tel que l'émission change de nom en 1950 pour "The Everly Family Show". En 1952, la famille accepte un poste à Evansville dans l'indiana pour la station de radio WIKY. La popularité de leur show est telle que en 1953  qu'ils se déplace à Knoxville dans le Tennesse pour auditionner, et sont engager pour le Cas Walker's show pour une somme rondelette la semaine.

DSC04902.jpgLe plus célèbre de leur fan fut l'immense guitariste de country Chet Atkins, qui les découvrit en 1955, c'est par son biais que tout s'enchaine rapidement, ils trouvent un producteur Archie Bleyer et signent un contrat chez Cadence records en 1957. En Avril leur simple Bye bye love (composition de Boudleaux et Felice Bryant) devient un énorme succés montant en haut des classements pop, country and western et rhythm and blues (atteignant la première place des charts country, la seconde place des charts pop et la cinquième des charts Rhythm and blues) ils vendront trés rapidement plus de 1 million de disque. C'est la virtuosité de Don's à la guitare et de Phil aux harmonies vocales (bien que parfaitement soutenu  au chant par Don) qui rend ce titre vraiment unique et véritablement génial.

Dés Aout 1957 il refont un énorme hit avec le rhythmé Wake up little suzie qui atteindra les premières places des hit parades et sera vendu lui aussi à plus de 1 million d'exemplaire. Ils font alors une grande tournée nationale: The Biggest show of stars for 57 au côté de Chuck Berry, Buddy Knox, Fats Domino, Buddy Holly and the crickets, Eddie Cochran, Lavern Baker, Frankie Lymon and Teenagers, Clyde Mc Phatter et le Paul William orchestra.Et en fin d'année ils participent au Alan Freed Christmas show au Paramount Theatre de NeDSC04901.jpgw York .

 

C'est encore à Boudleaux Bryant que l'on doit le génial All i have to do is dream, le titre est enregistré en Mars 1956 par les Everly Brothers. Le titre devient à son tour un énorme succés grippant facilement aux premières places des hit parades, et dépassent lui aussi rapidement le million d'exemplaire vendu.

On peut noter également en 1958 Claudette (écrit par Roy Orbison) qui est la face B de All i have to do is dream  le simple Bird Dog / Devoted to you (sortie en Juillet) et  Problems (d' Octobre). Ils sortent aussi deux lps They're of and rolling (qui contient leurs premiers tubes plus des rock) et Songs our daddy taught us (qui contient un ensemble de reprise de traditonnel de la country et du folk)

En 1959 on peut noter l'excellent simple Poor Jenny / Take a message to Mary (Mars), et ('Til) I'l kissed you / Oh what a feeling (Juillet) et Let it be me / Since you broke my heart (Décembre). Année de sortie de leur premier et incontournable premier Best of le Everly Brother's best.

Ils signent en 1960 un contrat pour Warner Bros pour lesquels ils font encore d'énormes tubes comme Cathy's clown (de 1960) ou Walk right back(de 1961). DSC04904.jpgOn peut aussi noter de cette pèriode le simple So sad/ Lucille (1960), Temptation/Stick with me baby (Mai 1961), Crying in the rain / I'm not angry (Décembre 1961) That old fashioned (1962), I'm afraid (1963),  You're the one i love (Aout 1964) et Gone gone gone (Septembre 1964), ils feront comme cela un grand nombre de simple jusqu'en 1970 se tournant stylistequement souvent  vers la country et la folk musique. En lp on peut noter A date with the Everly Brothers (1960) et the golden hits of the Everly Brothers (1962)

Dans le monde les ventes des Everly Brothers àu début des années soixantes dépasseront tout titres et support (lp, single, eps) confondus les 40 millions d'exemplaire. Ils atteignent une telle popularité qu'il passe en vedette à l'american Bandstand tv show et au Grand Ole Opry.

Entre 1961 et 1962 ils partent faire leur service militaire chez les marines, ils continuent leur carrière musicale jusqu'en 1973, ou le duo se séparre. En 1983 il font un concert triomphale de retrouvaille au Royal Albert Hall de Londre et en 1986 il font un concert tout aussi réussi à Shenandoah, la ville organise une parade en leur honneur et baptise l'avenue "Everly Brothers avenue" le temps de la cérémonie. En 1986 ils rentre au Rock n'roll hall of fame, et en 1997 ils reçoivent le Lifetime Achievement de la Recording Academy, distinction qui sera remise à des artistes comme Fats Domino, Chet Atkins, Rolling Stones, Paul Mc Cartney, Stevie wonder, Bob Dylan et Barbarra Streisand.everlygoldenhits.jpg

Au niveau des lps The Everly Brothers' best Cadence CLP 3025  est à mon avis un des disques à posséder absolument, il compile tout les plus grands titres des fifties enregistrer par les Everly brothers: Bye bye love, I wonder if i care as mush, wake up little Susie, Maybe Tomorrow, This little girl of mine, Should we tell him, All i have to do is dream, Claudette, Bird dog, Devoted to you, Problems, et Love of my life.

The Greatest recording de chez Ace records (qui a rééditer le caralogue de Cadence) reprend la pochette du 1er best of cadence, mais le contenu varie en effet il contient 18 titres au lieu de 12, et nous trouvons certains titres en commun mais aussi d'autres chef d'oeuvres des everly brothers: Take a message to mary, Poor jenny, Like strangers, Hey doll baby, Leave my woman alone, (Til) i kissed you, , Rip it up, When i be loved et let it be me.

 Voici donc la réédition du best Of de 1959 publié par Ace Records mais avec

des des titres supplémentaires:

 

  Pour continuer avec la pèriode Cadence Ace records a publié deux albums ne correspondant pas avec les lp d'époque mais dont le choix des titres est merveilleusement bien trouvé.

Le Pure Harmony  CH118 compile des titres mettant en valeur 14 titres dans lesquels leurs extraordinaires qualités vocales sont mises en valeur avec leurs classiques comme Bye bye love, Wake up little suzie, bird dog, All i have to do is dream, Maybe tomorrow, Devoted to you, (Til') i kissed youLet it be me, Love of my live, Take a message to Mary et des titres moins connus comme Like strangers, I wonder if i care as much et Since you broke my heart.DSC04903.jpg
Le Rip it up CH 64 compile des titres qui se caractérise plus par le rythme que les harmony il contient:Rip it up (de Little Richard), leave my woman alone, hey doll baby, Brand new heartache, problems, Be bop a lula (oui une reprise de Gene Vincent), Poor jenny, This little girl of mine, Claudette, Should we tell him, When will i be loved, keep a knockin' (de Little Richard)

Pour le pèriode Warner le lp A date with The Everly brothers WB 1395 parait indispensable avec sa forme de double lp permetant en désolidarisant le battant du lp d'avoir un cadre photo avec une photo des Everly incluse !.
Au niveau des titres nous trouvons l'ensemble de leurs meikkeurs enregistrements comme Made to love (reprise en français en belles, belles, belles par Claude François!!! mais musicalement nétement supèrieur par les Everly), That's just to much, Stick with me baby, Baby what you want me to do (trés bon médium rock), Sigh, cry, almost die, Always it's you, Love hurts, Lucille, So how come, Donna donna, A change a heart et  Cathy's clown mais attention nous sommes sur ces enregistrements au début des sixties et donc les mélodies sont souvent plus teen rock que rock n'roll (voir rappelant Roy Orbison début sixties)
Le lp Warner WS 1471 The golden hits of the Everly Brothers  est comme son nom nous indique une compilation de leurs tubes de la pèriode donc quelques doublons avec le précédent (Cathy's clown, Lucille ) mais aussi d'autres titres trés réussis That's old fashionned, How can i meet her, Crying in the rain, I'm not angry, Don't blame me, Walk right back, So sad, Muskrat temptation et  Ebony eyes, Ici aussi comme pour le lp précédent le style est proche mélodiquement du teen rock début sixties us mais avec le son et les harmonies spécifiques des Everly.
J'ai évidemment quelques 45 tours des Everly
Le premier est un ep Heliodor  46 3001 pressage allemand Everly Brother's hit parade 4 titres incontournables: All i have to do is dream, be bop a lula, Claudette, Bye bye love ce la bel devait sans doute en Allemagne être l'importateur en Allemagne des enregistrements us de Cadence records.
Le second à la taille d'un 45 tours contient 6 titres mais en réalité il sagit d'un 33t le label est Scoop 33 7sr 5000 il contient Wake up little suzie, Bird dog, ('Til) i kissed you, All i have to do is dream, Problems, et Bye bye love (une sorte de mini best off!!)












 

 

 

 

 

J'ai ensuite deux singles toujours pèriode Cadence mais cette fois ci importé pour la Grande Bretagne donc chez London sous la référence 45- HLA.8554 nous trouvons This little girl of mine avec Should we tell him, et sous le 45- HL - A 8934 ('Til) i kissed you et Oh, what a feeling.


Découvrez The Everly Brothers!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Teen Rock
commenter cet article