Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 20:06
Hayden est né à Booneville passionné de musique depuis son enfance il écoute aussi bien de la country music que du rhythm and blues. C'est à 15 ans qu'il forme son premier groupe,  il a alors l'occasion de voir jouer Johnny Burnette, Charlie Feathers, Eddie Bond et Elvis Presley au Von Theatre de Booneville. En 1956 le groupe d' Hayden passe une audition chez Sun avec Jimmy Hill à la guitare; Bill Hurst à la basse et Bil Gunner à la batterie. Ils enregistrent alors quelques fabuleux rockabilly Blues blues blues, Fairlane rock, You are my sunshine et Mother Goose is rockin'. Aprés la disolution de son groupe, il fait pourtant une nouvelle session fin 1956 mais avec Roland James à la guitare, Marvin Pepper à la basse et James Van Eaton à la batterie, il en ressort deux petites perles rockabilly Love my Baby et One broken heart (qui sera publié sur phillips international en 1957).  Hayden Thompson au côté de Roland james enregistrera d'autres Rock n'roll au Sonic studio de Memphis jusqu'en 1964 notons The four reasons of life, I need a breack, Lonesome for my baby....
Les faces Sun sont présente sur de nombreuses compilations Sun records,  nous trouvons You're my sunshine, Fairlane rock, Love my baby et Mama, mama mama  sur le 25 cm Rockabilly Jamboree  et  Blues blues blues sur le 25 cm Rockabilly Fever tout deux édités chez Charly  records et compilées par le collectionneur français Ding dong. La quasi totalité des faces qu'il réalise abec Roland James entre 1856 et 1964 dont de nombreux inédits sont présentes sur l'album "You ain't nothin but a hound dog".


Love my baby - Hayden Thompson




Hayden Thompson - live in Rhythm riot 2006 UK
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Rockabilly
commenter cet article
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 18:41

Dean est originaire de Santa Anna (Texas), il est un pianiste chanteur de Rockabilly en enregistrant deux single sur le label Fox en 1955 ( Red Rover, Sing sing, sing). Et en 1957 il fait ses premières bandes pour Sun records des fabuleux  rockabilly  Rock around the town, Don't lie to me, Long time gone (plus bluesy), le violent Rakin' and scrapin' , I need your love et What can i do, étonnement Sam Phillips ne sortie pas ces titres à l'époque il faudra attendre les 70's et 80's pour enfin pouvoir en profiter sur des compilations. Rakin and scrapin'  se trouve sur le volume5 Rebel rockabilly de la série Sun-The roots of rock de Charly records Long time gone sur le volume 9  More rebel rockabilly de la même série, on trouve également ces deux titres sur le 25 cm The Swingin' Blast , Rock around the Town et Don't lie to me sont présent de leur côté sur le 25 cm  Rockabilly jamboree(deux disques faisant partie de  l'indispensable série compilée par le collectionneur français Ding dong) toujours pour Charly records. Il enregistre ensuite pour Edmoral (dont certaines sont rééditées sur Atlantic). En 1958 et 1959 il rejoint le groupe Instrumental the Champs. L'album Rakin' and scrapin' de Revival records compile les faces Edmoral dont 3 versions de Rakin' and scrapin', des splendides  rockabilly et Rocker comme Party party (deux versions), Long time gone, Villa Acuna, Holding on to a memory, Pocketfull of stardust et un teen rocker doo wop superbe Little lover, plus son single rockabilly de 1955 sur Fox contenant sing sing sing et quelques country song.

 

Dean Beard - Rakin' and Scrappin'
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Rockabilly
commenter cet article
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 18:15

Bobby Lord est né à Sanford (Florise), il commence sa carrière durant son adolescence en devenant animateur TV d'un show musical The Bobby Lord Homefolks Show. Grâce à sa rencontre avec le célèbre compositeur Bouldeaux Bryant il signe en 1953 un contrât pour Columbia records. C'est durant cette pèriode qu'il enregistrent quelques fantastiques rockabilly, hillbilly boogie et country hits. Il fait également de régulières appartions au show tv The Ozark Jubilee, puis en 1960 il participe au programme du Grand Ole Opry. En 1961 il quitte columbia pour Hickory, laissant le rockabilly au profit de la country music.
Ses grands classiques Rockabilly sur Columbia sont Everybody's rockin' but me, beatiful baby, hight voltage, sack, No more no more, party pooper, what  a thrill et Ain't you ever gonna, des titres allant du medium au wild, tout ses titres plus 6 hillbilly boogie sont présent sur le lp revival 3006








Everybody's rockin but me - Bobby Lord

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Rockabilly
commenter cet article
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 22:59
Bill Browning est un musicien de country hillbilly.  En 1955, il  part pour Cleveland (Ohio) et forme ses Echo Valley Boys,  il passe alors régulièrement au Circle Theatre Jamboree. Mais c'est en 1957 qu'il enregistre avec son groupe pour Island records ses incontournables faces de rockabilly avec washmashine boogie, ramblin' manhula rock etc...
Les 12 titres qu'il fit pour le label sont heureusement réunie sur le lp Esoldun RR 2019. Les 3 titres précédemment cités mais aussi Answer your telephone, sinful woman, love left over, borned with blues, Don't push don't shove, down in the holler where sally lives, gonna be a fire et dark hollow (tous présent sur le lp) sont toutes des compositions de Bill. Elles sont étonantes par leur inventivité mélodique mais aussi représentent un pont réussi entre le hillbilly et le rockabilly.

Bill Browning - Washmashine boogie


Ramblin' man - Bill Browning

Answer your telephone - Bill Browning


Sinful woman - Bill Browning

breacking hearts - Bill Browning

Down in the Holler where Sally lives - Bill Browning


BILL BROWNING - LOVE LEFT OVER



BILL BROWNING - I´M GONNA BE FIRE
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Rockabilly
commenter cet article
20 août 2008 3 20 /08 /août /2008 07:52

Entre le début de sa carrière musicale en 1950 et son méga hit "Battle of New Orleans" en 1959, Johnny Horton sera une des figures marquantes du Country and Western. Les faces qui nous interresse sont surtout celles qu'il réalise entre 1956 et 1959, en effet comme de trés nombreux chanteurs country et hillbilly, l'explosion  du rockabilly à partir de 1954 poussera les chanteurs de ces styles musicaux à s'essayer à ce nouveau genre qui parait alors comme une sorte de Hillbilly Bop accélérée et saupoudré de rythmes et de riffs de Blues. L'album fabuleux de Bear Family "Rockin' rollin'" rassemble tout les titres Rockabilly que Johnny Horton enregistrera pour le label "Columbia" durant la seconde moitier des fifties. En 1956 il enregistre son classique Honky tonk man (un tube pour Horton cette année là), mais aussi I'm Coming home, Sugar Coat baby (qui ne sortira qu'en 1963), et I'm ready if you're willing. En 1957 il met en boite The woman i need, Tell My baby i love (qui ne sortira qu'en 1964), le fabuleux Lover's rock, Let's take a long way home, sa fantastique reprise de Honky tonk hardwood floor avec son intro "killer" et the wild one. Durant les années 1958 et 1959 il enregistrent d'autres rockabilly comme Sal's a sugar lip (inédit jusqu'en 1981 pour la sortie du lp Bear family), The first train heading south et The electrified Donkey. L'album Rockin Rollin Johnny Horton contient également deux Rockabilly de 1960 Ole slew-foot  et Sleepy eyed John.
L'ensemble de ces faces font un pont trés réussie entre le style country et le Rockabilly, elles se caractérisent par des mélodies inventives, un rythme entrainant soutenu par la voix envoutante de Johnny Horton.
Le lp Rockin' rollin' Johnny Horton Vol2 est également trés sympathique mais beaucoup plus hillbilly, country et western swing que rockabilly, on peut entre autres noter les titres Tennessee Jive, Firts train headin' south et Move down the line.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Johnny Horton - The Battle of New Orleans
.

Découvrez Johnny Horton!

 

 

Johnny Horton ~ Honky Tonk Man

JOHNNY HORTON / HONKY-TONK HARDWOOD FLOOR

JOHNNY HORTON - I DON'T LIKE I DID!!

JOHNNY HORTON - I'M COMING HOME

The Wild One - Johnny Horton

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Rockabilly
commenter cet article
24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 07:44

Le lp bear family Rock, roll jump & jive renferme toutes les faces rockabilly de Curtis Gordon enregistrées entre 1955 à 1957 pour Mercury Records dans les studios d’Owen Bradley. On peut noter sur les sessions de 1956 et 1957 Chet Atkins à la guitare. Curtis avoue qu’il a fait du rockabilly devant le succès remporté par Elvis suite à ses premiers enregistrements Sun. C’est ce qu’il fait avec un immense talent, ces 16 titres allant du rockabilly rapide classique aux ballades rock sont tous parfait. Les quatre perles en matière de rockabilly rapide sont l’incontournable « Draggin’ » racontant les courses de dragster avec une intro de moteurs de 1956, « Rock , Rock, Jump and Jive » un peu moins rapide mais superbement conçut, « I’m sittin’ on top of the world » (1957) et « Mobile Alabama »(1956) (2 très solides Rockabilly). Très belle ballade rock n’roll (proche du rhythm and blues ) avec « Cry cry », « Sixteen » est un medium rock avec riff bluesy et backing vocal, « Please, baby please » et « I wouldn’t » (1957) sont d’excellents rockin’ blues. La seconde face est plutôt consacré au country et hillbilly , par exemple nous trouvons des Western swing entraînant avec steel guitar et violons comme “PLay the music louder” et « Baby, please come Home », un hillbilly rock « So tired of crying », des ballades country « Too young to know », « Out to win your heart » et« one blue moon, one broken heart »,et du hillbilly classique avec « Don’t trade » et « Hey mister sorrow ».

 

 

 
curtis gordon :rock roll jump and jive

 


Curtis Gordon Draggin' Mercury#70861 "No Echo" Rockabilly

Curtis Gordon & the Ragtime Wranglers - Rompin' & Stompin
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Rockabilly
commenter cet article
24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 07:39

Comme le nom l’indique le lp d'Eddie Bond Original early Recording de white label regroupe les premiers enregistrements de Eddie Bond. En 1955 Eddie et ses stompers auditionne chez Meteor et King mais sans succés, il finit par enregistrre dans la succursale du label Ekko de Memphis (en effet la maison mère du label est basée à Los Angeles), dans cette session nous trouvons Hank Garland à la guitare, Jerry Byrd à la steel guitare, Eddie Hill à la guitare rythmique, Floyd chance à la basse et Murray Harmon à la batterie, il en ressort 2 singles « Double Duty Lovin’ » avec « Talking of the wall » et « love makes a fool » et « Your eyes » Les titres sont plutôt country, même si « Talking of the wall « est un rock plutôt convaincant avec sa sonorité blues. Après une pèriode de tournées et passages radio, Eddie enregistre chez Mercury en mars 1956 ses deux premiers véritables Rockabilly « Rockin’ daddy » (reprise de Sonny Fisher) et « I ‘ve got a woman » (reprise du mega tube de Ray Charles) le premier est dans le style de Sun records, un rythme rapide et une production la plus authentique possible, le second est une interprétation très réussie du morceau rhythm and blues de Ray avec une sonorité rockabilly. Le single se vendra relativement bien, mais pas assez pour rentrer au hit parade national. La seconde session nous donnera des enregistrements encore plus excitants « Slip slip slippin in » , « baby, baby, baby » en Juin, et en Septembre Eddie met en boite « Flip flop mama » et le superbe « Boppin’ Bonnie » (écrit par Jody Chastain et jerry Huffman qui font partie du groupe de Charlie feathers. Eddie se fait alors une place dans le monde du rockabilly en étant sur la même affiche que Ernest Tubb, ou Carl Perkins, il passe également au Big ‘d’ Jamboree. Ses enregistrements suivant de Février 1957 « You’re the part of me » et « They say we’re to young » sont clairement country, comme “blacksliddin’” issue de la même session.Enfin la dernière session pour Mercury de juillet 1957 nous laisse de très bons médium rockabilly avec « Lovin’ you, Lovin’ you », « Herchey bar » et surtout l’extraordinaire « Love, love, love ».


Eddie Bond And The Stompers - Rockin' Daddy //1956 45 RPM


Eddie Bond - Flip Flop Mama


Eddie Bond - Boppin' Bonnie


Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Rockabilly
commenter cet article
24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 07:23

Le label MGM tout comme Columbia, Capitol, Decca, Roulettes ou Rca loursque le Rock n'roll et le rockabilly
commençaient à s'imposer à chercher des artistes pouvant exceller dans ce nouveau style. Marvin Rainwater d'origine cherokee est avec Conway Twitty le chanteur de Rock n'roll et Rockabilly le plus talentueux de MGM.
L'ensemble des enregistrements de Marvin chez MGM sont réunis sur deux lps Bear family "Rockin' Rollin'" et "Sing with e heart with a beat" ces deux lps nous permet de découvrir un chanteur hors pair et des titres tout aussi bon qu'originaux et diversifiés.
Rockin' Rollin' Rainwater compile un ensemble de titres sortis à l’époque par Rainwater en 45 tours ou 78 tours, ces sessions sont de 1956, 1957, 1958, 1958 et 1959. En 1956 il enregistre « Get off the stool » un hillbilly rock déjanté avec changement de voix suivant les couplets mettant en évidence la très bonne technique vocale de Marvin, « Mister blues » est un véritable petit chef d’œuvre de rockabilly dans l’esprit des titres de Charlie Feathers, je suis fou du solo de guitare à la fois plein d’inventivité et de virtuosité, « So you think you’ve got troubles » est un hillbilly rock rapide dans le style de « Hot rod lincoln », enfin « Hot and cold » est un Rockabilly Sauvage magnifique qui à lui tout seul mérite l’achat d’un disque de Marvin Rainwater. Les sessions de 1957 ont donné des titres comme « Baby Don’t go » un hillbilly rock relevé qui, comme dans de nombreux titres de Marvin se caractérise par une mélodie recherché, « My brand of blues » est un country rockabilly tout à fait inspiré des titres Sun de Johnny Cash mais avec en plus les inventivités mélodiques de Marvin Durant les sessions de l’année 1958, Marvin enregistre « I dig you baby » un très bon rockabilly avec rythmique piano et mélodie remarquable, un petit chef d’œuvre avec des « Yeh » en basse très doowop pour cloturer le titre, « Whole lotta woman » un rockabilly superbe avec des arrêt soutenu par les instruments entre les premiers couplets, le solo piano et guitare est aussi à écouter avec attention, « Moanin’ the blues » est un rockabilly Yodell qui flirte avec le rock n’roll, on peut noter le backing vocal féminin très original 1959 sera l’année de « Late for love » est un hillbilly rock relevé avec une ligne de guitare inventive, « Love me baby » est un bon rockabilly rapide avec une section piano guitare très réussi, « In the Valley of the moon » est un rockabilly avec un rythme proche de la musique traditionnelle indienne (dans le style du « Running bear » de johnny Preston), clin d’œil de Marvin à ses origines Cherokee, « Roving Rambler » est sans hésitation un véritable chef d’œuvre du Rockabilly qui à la fois est influencé par les mélodie country mais en même temps les remanie complètement, « Dance me daddy » est aussi très bon faisant un pont entre rockabilly et rock n’roll noir avec de très beaux passages de sax. Enfin en 1960 Marvin ne sortira que 2 titres : « She’s gone » un rockabilly humoristique de bonne facture et « Hardluck blues » qui n’est pas un blues mais un country rock au rythme relevé.
Sings with a heart with abeat de son côté reprend quasiment à l’identique la pochette d’un album de Rainwater sorti chez MGM durant les 50’s, mais ici se côtoient des sessions de 1956, 1957, 1958, 1959 et 1961, les morceaux ont été enregistrés pour MGM sauf ceux issus de la session de 1961. « Gonna find My a bluebird » est le seul qui date de 1956 il est sortie en simple chez MGM, il s’agit d’une sympathique ballade country avec sifflement durant le solo de steel guitar. « That’s the way i feel », “You my Darling you” en duo avec Connie Francis et “Look for me » date de 1957, mais seulement le duo avec Connie sortira à l’époque, ce dernier est un étonnant duo teen Rock avec des vocaux doo wop et un très beau solo rockabilly, les deux autres sont des inédits « Look for me » est une ballade country avec backing vocal féminin, et « That’s the way i feel » est beaucoup plus intéressant c’est un bon hillbilly-rockabilly à la manière de Johnny Horton avec un solo piano et guitare. En 1958 il enregistre « The last time » un rockabilly rapide de très belle facture avec un riff récurant entre chaque couplet, « A need for love » est également un excellent rockabilly avec une mélodie inventive soutenu par un backing vocal doo wop on peut aussi noter le solo guitare et piano, « Down in the cellar » est encore un très bon rockabilly avec chaque verset entrecoupé de riffs rockabilly et de backing vocal léger à la jordanaires, « Two fools in love » est par contre un duo hillbilly plutôt kitch, « Because i’m a dreamer » un autre duo mais plutôt country sans grand interêt enfin, toujours avec la même chanteuse (Patty) il enregistre « Crazy love » qui est un très bon rockabilly avec Patty au chant et un backing vocal à la Jordanaires une mélody bien trouvé et surtout un solo rockabilly excellent. Pour 1959 nous ne trouvons que « That’s when i’ll stop loving you » qui est un très agréable médium hillbilly rock dans lequel l’inventivité mélodique est à noter. Enfin la séance de 1961 nous fait découvrir « Boo Hoo » un rockabilly complètement déjanté, véritable perle de Marvin Rainwater avec ici aussi une influence des meilleurs Johnny Horton, « I can’t Forget » est un country rockabilly dans l’esprit des titres de Johnny Cash mais avec les solos rockabilly dont Rainwater à le secret, « Tough top cat » est la seconde perle de l’album c’est un excellent médium rockabilly dont le backing vocal est réalisé par des miaulements de chat ( magnifique ), « Honky tonk in your heart » étonnamment par rapport au style des autres titres, est un hillbilly country avec yodel calqué sur le style de Hank Williams le plus authentique.

 

Marvin Rainwater - Hot and cold
.

 

Marvin Rainwater - Whole Lotta Woman //MGM 45


MARVIN RAINWATER - 'Baby Don't Go' - 1958 78rpm

Marvin Rainwater - So You Think You've Got Trouble

Marvin Rainwater - Tough Top Cat


Marvin Rainwater - Get Off The Stool


Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Rockabilly
commenter cet article
24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 07:11

Les enregistrements Coral des frères Burnette sont considérés à raison comme les plus remarquables du rockabilly à l'intars de ceux d’Elvis Presley  chez Sun. En effet, le Rock n’roll trio formé de Johnny Burnette (chant, rythmique), de son frère Dorsey Burnette (contrebasse) et en guitare solo Paul burlison ont pour le label Coral en 7 séances enregistré quelques des plus beaux exemples de rockabilly sauvage. Le son de ces titres à perdu les influences hillbilly, la guitare de Burlison même s’il est proche du jeu de Scotty Moore (guitariste de génie derrière elvis) tend vers le Jazz avec toute les subtilité et le délié du style, mais il ne faut pas croire qu’il sagit de titres académiques, en effet les morceaux sont soutenu par un slapping bass et un rythme général débridé, et la sauvagerie du chant dans les titres les plus rapides accompagné de cris les rendent uniques. Ces séances légendaires date du 7 Mai 1956, 2, 3, 4 et 5 Juillet 1956, et du 22 Mars 1957, Dés le début de 1956 les 3 boxeurs apparaissent au Ted Mack amateur show à la télévision, de part leur impact lors de leur premier passage ils continuent d’y apparaître régulièrement. Leur célébrité régionalement naissante, intéresse des labels comme Capitol records, mais ils préfèrent Coral records, les premières séances sont enregistrées au studio Decca de New York, ils enregsitrent leurs premiers chef d’œuvre « Tear it up » (un des plus impressionnant rockabilly de l’histoire de la musique) , « You’re undecided », « Oh baby babe » (version personnelle de « Baby let’s play house » interprété chez Sun par Elvis) « Midnight train » (très bon medium rockabilly), et « Shattered dreams ». Les scéances de Juillet 1956 seront réalisé à Nashville dans les studios d’Owen bradley Ils sont rejoint par le batteur Buddy Harman et Owen bradley au piano sur certains titres ( « Chain’s of love », « I just found out » (excellente ballade rockabilly), « My love you’re a stranger » sur ces deux derniers on notera également la présence en guitare rythmique de Grady Martin. Durant ces enregistrements sera utilisé l’effet Fuzz sur la guitare. Il faut noter cette série de chef d’œuvre incontesté de rockabilly qui se caractérise à la fois par de la spontanéité et de l’exubérance : « The train kept a rollin’ » (rockabilly à partir d’un titre de Tiny Bradshaw), « Blues stay away for me » (rockabilly blues), « All by My self », « Drinkin’ wine Spo-dee-o-dee », « Honey Hush » (réinterprétation complète du titre de Big Joe turner), « Please don’t leave me », « Rock thérapy » (rockabilly complètement déjanté), et « You’re baby blue eyes » Tout les titres de ces deux premières sessions sont superbes l’album que coral sortira de ces sessions est à juste titre l’un des plus exceptionnels de la décénnie, mais aussi comme pour les eps originaux tirés de ces sessions font partie des disques les plus chers du marché du disque de collection. Leur succés grandissant ils participent au tournage du film de Alan Freed « Rock rock rock » aux côtés de Chuck berry, Lavern Baker ou Franky Lymon » à noter que lors du tournage dorsey n’est pas présent et remplacé par Johnny Black. En 1957 ils repartent en studio à Nashville pour mettre en boites « Touch me », « If you want it enough », « Butterfingers », « eager beaver baby », mais le groupe se séparre à l’autome 1957, Paul Burlinson retourne à Memphis et les deux frères burnette se lance dans des carrières solos comme auteur mais aussi interprète mais cela est une autre histoire . Le double album Charly The legendary Johnny Burnette Rock n'roll trio compile la totalité des enregistrements Coral du trio.

 

Johnny Burnette & Rock 'n' roll Tro - All by Myself

Johnny Burnette - Hound Dog live 1956
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Rockabilly
commenter cet article
21 juillet 2008 1 21 /07 /juillet /2008 19:47
Sonny Burgess est le chanteur Sun qui saura le mieux faire un pont entre le Rockabilly du sud le plus sauvage  et le rhythm and blues le plus endiablée, le résultat est quelques unes des plus détonantes faces produites par le label de Sam Philips.
Originaire de l'Arkansas Sonny commence à se passionner par la country music. A partir de 1955 il sa passionne pour le rhythm and blues. Et en 1956 lors de ses premiers singles pour Sun les deux influences sont notables. Son premier simple Red headed woman / Wa wanna boogie est un véritable chef d'oeuvre de rockabilly sauvage soutenu par un saxophone tout aussi fou.
On peut noter que dés ses premiers concerts lorsqu'il interprettait Red headed woman, il se taignait les cheveux en rouge, s'habillait avec un pantalon, une chemise, des chaussettes, des chaussures rouge et jouait sur une guitare fender rouge. Il restera chez Sun jusqu'en 1959 et mettra en boite une série de rockabilly/rock n'roll pas piqués des hannetons comme Restless , Ain't got a thing , We wanna boogie, Feel so good, Y.O.U, My bucket's got a hole in it, Sally Brown et Sadie's back in town. Ces titres plus d'autres titres sont présents sur l'indispensable album Charly "The legendary Sun performers"



Playlist Sonny Burgess chez Sun records


Découvrez Sonny Burgess!




Sonny Burgess / We Wanna Boogie


Sonny Burgess - Ain't Got a Thing live
Sonny Burgess - Sadie's Back In Town


Sonny Burgess -  Red Headed Woman
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Rockabilly
commenter cet article