Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

22 décembre 2009 2 22 /12 /décembre /2009 22:53

Les Houseshakers est un groupe DSC05903de Rock n'roll et rockabilly britanique qui se forme en 1969, grâce à des prestations de qualité la formation se fait rapidement remarqué. Ils participent à des concerts au côté de rockers des 1950's comme Buddy Knox ou  Marty Wilde. Ils accompagnent également Gene Vincent lors d'une tournée en Grande Bretagne et en France. Le groupe est formé par Graham Fenton (chant), Terry Clemson (Guitare), Jimmy Walls (Basse), Les Warren (Batterie) et John Earl (Sax), par la suite Graham Fenton & Terry Clemson (alias Terry Gibson) forment The Hellraisers, enfin Graham Fenton deviendra leadeur des Matchbox à partir du second lp du groupe Settin' the wood in fire (voir l'articlle sur ce blog sur la carrière 1970's des Matchbox). On peut également noter leur prestation au Wembley Rock n'roll revival en 1972 au côté de Chuck Berry, Jerry Lee Lewis, Bo Diddley, Screamin' Lord Sutch, Little Richard, Heinz, The coasters etc...
C'est ebn 1972 que le groupe enregistre pour Contour le trés bon lp The Demolition Rock (2870 160), aucune composition mais des reprises particulièrement dynamiques de classiques du Rock n'roll et Rockabilly des années 1950's, le son n'est pas sans rappeller celui de leurs contemporains The Wild Angels mais en plus rockabilly. Nous trouvons du rock n'roll blanc Sea Cruise (Frankie Ford), Baby Blue & Wild cat (Gene Vincent) et My Way (Eddie Cochran), du Rockabilly  Miss Froggie (Warren Smith), Henrietta (Jimmy Dee),  Red Hot & Flyin' saucers rock n'roll (Billy Lee Riley) et Honey Hush (Joe Turner puis Johnny Burnette & r n'r trio),  du Rock n'roll noir Light out (Jerry Byrne) et  Bye bye Johnny (Chuck Berry) et du Britich Rock n'roll Brand new cadillac (Vince Taylor).


baby blue - the houseshakers
Repost 0
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 23:00

Dans un autre article, je parle des débuts DSC06220de Ray Campi et de ses faces immortelles des années 1950's sur TNT records (play it cool & it ain't me) en 1957, puis Domino records (My screamin' mimi & The ballad of Donna & Peggy Sue) il fait aussi partie des Slades(du doo wop rock), écrit pour Jim Lowe etc.... Aprés quelques faces durant les années 1960's, il devient professeur d'anglais à San Fernando (Californie), Il rejoint ensuite le Hollywood Rock n' Roll Fan Club de Ronnie Weiser et en enregistrant certains des premiers morceaux du label, il devient un des créateurs du "son" Rollin' rock, en effet sur ces premières faces, Ray joue de tout les instruments. Il connait alors non seulement une redécouverte de son art, mais aussi une seconde carrière plus importante que durant les 1950's qui lui permet d'enregistrer des albums solos et de se faire connaître avec des ventes conséquentes dans le monde entier.
Ray comme cela enregistre des lps jamais répétitifs et sans bouche troue, avec que du rockabilly aux rythmes rapides, il est sans doute l'une des personnalités DSC06221majeurs de la redécouverte du rockabilly de l'autre côté de l'atlantique.
Le lp 33 tours Rockabilly rebel P.006 est un exemple frappant de la qualité des premiers enregistrements de Ray Campi sur Rollin' rock, il y joue de tous les instruments, sauf l'harmonica qui est tenu par Johnny Lee Malson, ils sont tous enregistrer puis remixer dans le salon de Ronnie Weiser. Ce lp rassemble des compositions trés réussie de Ray comme Rockabilly rebel, Sack of love, A 50 dollar upright, The rip off, Cincinnati Cindy, Goodbye Hello et You sick out in pretty places, puis des covers trés personnelles de I let the freight train carry on des Delmore brothers, Doin my time de Jimmie Skinner, Rockin & Rollin' de Tommy Scott, Jungle fever de Charlie Feathers et When i saw your face in the moon de Webb Pierce.

Le lp Ray Campi & his Rockabilly rebels Born to rock (Rollin' rock LP 011)  est tout aussi pêchu mais cette fois ci il ne joue plus seul à la guitare solo nous trouvons Jerry Sirkorski (ou John Blair)DSC06222 à la rythmique Colin Winski et à la batterie Steve clark. L'album est enregistré en 1977 nous y trouvons 2 reprises de Johnny Horton I'm coming home et Honky tonk man, 2 de Johnny Cash Get Rhythm et Folsom prison bluesLost Higway écrit par Leon Payne et chanté entre autres par Hank Williams,  Steel guitar rag de Merle Travis  comme dans le disques précédent , Ray nous prouve ici aussi son talent pour s'approprier les titres des autres. Ensuite nous entendons le classique medium rock Red cadillac & black mustache avec au chant Colin Winski qui interprette aussi Whole lotta shakin' (popularisé par Jerry Lee Lewis), Born to rock et  Hillbilly cat (composé par lui et Sirkorski) , Jerry Sirkorski de son côté chante sur Backseat boogie (composé par lui et Colin Winski) et sur Eager beaver baby (popularisé par Johnny Burnette).

Sur le lp 013 Rollin rock Rockabilly rocket DSC06218lui aussi de 1977 Ray Campi y joue de tout les instruments sauf le piano tenu  par Steve Fodor sur 2 titres et par Bob Long sur 1 et John Blair tient la guitare sur You don't rock n'roll at all et Don't get pushy. Sur ce lp nous avons droit à d'autres bonnes compositions de Ray comme Second story man, Separate ways, Little young girl,  et Jimmie skins the blues en hommage à son idole Jimmie Skinner. Au niveau reprise c'est aussi bon Chew tobacco rag (de Billy Briggs), You don't rock n'roll at all et Don't get pushy sont composées par le guitariste John Blair (présent sur les deux enregistrements), Ruby Ann (de Marty Robbins), I don't know why you still come around (composé par John Emery pour Ray), Running after fools (composé par Leroy Preston pour Ray),  Cravin de Bobby Roberts, How can i get on top composé pour ray par Gene Snowden et i'm gonna bid my blues goodbye de Hank Snow qui sera chanté par Elvis Presley dans le Million Dollar Quartet.

Le lp Rockabilly Music DSC06217(Rollin rock lp - 023) de 1980 Ray joue avec les Rockabilly rebels qui en fait sont à la batterie Poppa Jim Durbin, au sax Mike Henderson, au piano Rip Masters et Steve Roosh et aux guitares Jimme Lee Malson, Richard Bennett et Kirk Browne.  Nous trouvons des compositions de Ray comme Lucky to be in love, Once is ebnough, Sweet mama baby, et She don't belong to me associé à Rockabilly music (un classique de Jackie "Lee" Cochran), Boo Hoo (de Little Richard), The Will i love (chanté entre autres par Tooter Boatman), I've Been around (de Fats Domino), You early lose your mind (de Ernest Tubb), Do what you did (de Thurston Harris), My heart's on fire (de Wairly Fairburn) et Right back where we started qui est une composition du pianiste de ces sessions Steve Roosh. Ici Ray rend hommage à ses influences musicales variées d'un côté le rhythm and blues et le black rock n'roll, de l'autres le Hillbilly et la country music  avec  biensur le Rockabilly. Mais avec Ray Campi les titres deviennent du Ray Campi.

Rockabilly Rebellion DSC06219de 1981 (Rollin' rock BRP 2001) compile des titres encore inédits oubien des versions différentes de titres de Ray chez Rollin Rock. Deux compos de Ray Dual wheels no brakes et Eager beaver boy, une nouvelle version du Jungle feather de Charlie Feathers, Tore up (de Hank Ballard un classique du R &B vocal), Georgia Slop (de Jimmy Mac cracklin' du black rock n'roll), Rockin' & rollin' towards tennessee de Tommy scott, des nouvelles versions du You don't rock n'roll at all et du Don't get pushy  du guitariste John Blair, une nouvelle version de Pinball millionnaire, Ballin' keen un rockabilly de crest records composé par Bobby & Terry Caraway, One part stops where the other begins, et california motorcycle rockabilly stomp (des rockabilly endiablés composés pour Ray Campi),

Enfin le lp Rockin' at the Ritz (Rounder records 3046) compile des faces Rollin' rock de la grande époque dont des titres déjas cités Pan American boogie, Eager boy, Tore up, I let the freight train carry me on, mais d'autres non présent sur les lps cités précédemment comme le génial Rockin' at the Ritz,  (une composition de Ray) tout comme When two ends meet, Wrong wrong wrong, Don't give me your heart to a rambler (de Jimmie Skinner), Rattlin' daddy de Bill carlisle) et Everybody's movin' de Glen Glenn.


 




Ray Campi Tore Up

Repost 0
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 23:12

Dans la lignée des deux 25 cm dont j'ai parlé précédemment d'enregistrement live de Crazy Cavan & the Rhythm Rockers au Picketts locks sports centre en Mai 1976, voici un 25 cm consacré à Flying Saucers.
Ce groupe est une autre pointure de la scène Rock n'roll et rockabilly dans le royaume unis de la fin des seventies, la grande popularité du groupe auprés des plus purs et durs des teds et Rockers vient du talent de Sandy Ford (leadeur chanteur) et de son groupe Nigel Owen (guitare solo), Terry Earle (Batterie), Pete Pritchard (Basse) et Jack Buddin (saxophone et piano) qui on su associer Rock n'roll et rockabilly dans un style trés particulier et unique. En effet ce 25 cm Charly records Recorded at the Picketts lock de 1983 (CFM 104) met en évidence l'éclectisme du groupe qui interprete du jump de Bill Haley R.O.C.K. du black rock n'roll sauvage de Little Richard Good Golley Miss Molley au côté de rockabilly classique comme Miss Froggie de Warren Smith chez Sun, ou Washing Mashine Boogie de Bill browning tout cela en gardant un son et un style très particulier. Ils reprennent également You're my sunshine (un traditionnel archi repris par des rockers ou des chanteurs de folk), Apron Strings (petites perles du rock nroll rapide de la fin des fifties qui sera repris par Elvis et Cliff Richard), I'm Goin' home (qui sera transcendé par l'interprétation qu'en fit Gene Vincent ), Rock n'roll boogie un rock n'roll de Bobbie Poe(Big Al Downing), Flea brain un autre classique de Gene Vincent,  et Hey bop a rebop un excellent jump blues qui sera interpretté par Wynonie Harris.
Un disque qui ravira tout amateur de rock n'roll bien trempé.

Repost 0
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 20:56

Au début des seventies et à la fin des sixties la musique psychédélique et le hard rock naissant n'arrive pas à faire oublier les "happy days" de la fin des fifties et début des sixties. En effet aux états unis Shanana obtient des ventes conséquentes et fait une prestation remarquée au festival de Woodstock. En Grande Bretagne le pendant deShanana est sans doute Showaddywaddy. Leur look Teddy Boy : Creepers double & triple semelle, drap jacket et chaussettes raillées multicolores cela semble le look incontournable des fans de rock n'roll au début des seventies, tout y est sauf la pompadour (la coiffure banane). Il ne faut pas oublier qu'en Grande Bretagne avant l'avènement des groupes comme Crazy Cavan, Flying saucers ou Riot rockers les teddy boys écoutaient aussi bien du Eddie Cochran que du Teen rock ou du doo wop, il faut attendre la fin des seventies pour que les Teds écoutent plutôt du rockabilly.
Revenons au groupe, l'histoire commence en 1973 à Leicester le groupe est né de l'union de deux formations de rock n'roll Choise at Golden Hammers.De Choise viennent Dave Bartram, Trevor Oakes, Al James et Romeo Challenger, des Golden hammers viennent Buddy Gask, Russ Fieldn, Rod Deas et Malcom Allured.
Trés rapidement ils deviennent célèbre et passe à la télévision nationale au show tv "New Faces" sorte de télé croché qu'ils remportent. C'est alors que de nombreuses maisons de disques leur font des propositions, ils finissent par signer pour Bell records.(le label de Gary Glitter et des Bay city rollers).
En Avril 1974 leur premier 45 tours le trés original Hey Rock n'roll atteint la seconde place des charts de Grande Bretagne. Le style de ce titre se place entre le Rock des fifties est le glam rock typique de l'époque. Le groupe obtiendra quand même 22 hits nationaux dont 10 ateignant le top ten et 1 numéro 1 cela jusqu'à la fin de l'année 1982.
On peut noter dans leurs gros tubes deux reprises de rock des fifties Three steps to heaven d' Eddie Cochran et Heartbeat de Buddy Holly qui seront des tubes pour le groupe en 1975.
Même si il me semble incontournable de connaître ce groupe ayant une importance dans l'histoire du rock n'roll, nous sommes loin du rock n'roll sans concession des faces de Shakin' Stevens and the Sunsets de l'époque, en effet même si l'influence est le style est plutôt influencé par le rock n'roll de la fin fifties et début sixties, le son et certaines compositions sont également proches du glamrock de Gary Glitter, Slade ou Suzy Quatro.
Afin de parfaire ma curiosité je me suis procurer deux albums du groupe:
la compilation Crepes & drapes  arista (ARTV 3) de 1974  contient Sweet little rock n'roller (une de leur compos pas vraiment rock n'roll fifties gros succés de ) Sea Cruise (reprise de Frankie Ford), Just a country boy, Lost, That's rock n'roll, Twist and shout (reprise des Isley brothers repris par les Beatles), A night at daddy gees, Come on let's go (reprise de Ritchie Valens), That's alright with me, I appreciate the job, Win your heart et Remember then (doo wop des Earls)
Et la compilation Showaddywaddy  Pickwick de 1981 contenant Hey Rock n'roll (à mon goût leur meilleure composition) et Pretty little angel eyes (reprise de Curtis Lee) Somethin' Else (reprise d'Eddie Cochran), A night at daddy gees, I'll never over you, Dancin' party, It's only make believe (reprise de Conway twitty), You got what it takes, That's rock n'roll, When (reprise des Kalin twins), Sweet little rock n'roller, (You've got) Personnality (reprise de Lloyd Price), Twist and shout (reprise des isley Brothers) et C'mon let's go (reprise de Ritchie Valens)

SHOWADDYWADDY-WHEN (reprise des kalin twins)



Showaddywaddy - I wonder why (reprise de Dion and Belmonts)

Showaddywaddy - Three steps to heaven (reprise de Eddie Cochran)

Showaddywaddy -Pretty little angel eyes (reprise de curtis lee)

Showaddywaddy - Hey Rock n'roll


SHOWADDYWADDY - You Got What It Takes




Repost 0
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 22:23

Crazy Cavan and the Rhythm Rockers est la plus légendaires des formation de british rockabilly des 1970's , de part son style à la fois original et unique à l'époque et particulièrement sauvage (Wild).
C'est sur scène que le talent et la sauvagerie du rockabilly de Cavan et ses Rhythm Rockers sont les plus incroyables. Charly records en 1983 sort  deux 25 cm d'un live de Crazy Cavan au Picketts Lock Sports Center le 15 Mai 1976 (les deux 25 cm 33 tours Recorded live at the picket lock CFM 103 et CFM 105).
Nous retrouvons sur ces titres lives Cavan Crogan au chant, Lyndon Needs à la guitare solo, Terry Walley à la guitare rythmique, Don Kinsella à la basse et Mike Coffey à la batterie. Sur le premier des deux 25 cm nous trouvons quelques des titres classiques du groupe comme My little teddy girl, Wildest cat in town, Teddy boy rock n'roll et Sadie, d'autres titres trés bons mais moins connus comme Nobody Else like you, Teddy Boy blues et Bop Pretty Baby, et des reprises de Charlie Feathers Tongue tied Jill, de Fats Domino Saturday Nite (qui devient par Cavan une véritable dynamite), de Little Richard Long tall Sally et de Carl Perkins Blue Suede shoes, enfin nous trouvons la reprise absolument géniale de Old Black Joe qui est devenu par la suite un des énormes classiques du répertoire du groupe.
Le second 25 cm contient des compositions tout aussi personnelles du groupe comme: Caroline, Rockabilly star, Rockin' at the hard rock cafe, Put on your stompin' shoes le génial She's the one to blame et le ultra sauvage Nervous fella. Au niveau reprise nous trouvons Monkey and Baboon (Eddie Bond), One hand Loose (Charlie feathers), Big Blon Baby (rendu célèbre par Vince Taylor), Watcha gonna do when the creek runs dry (Ronnie Hawkins), Saturday nite (Fats Domino) et surtout la reprise ultra wild du déjas bien sauvage Alabama shake (Gene Summers).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crazy Cavan - Tongue tied jill
Repost 0
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 22:43

Flash Cadillac and the Continental Kids est un groupe de Rock n'roll américain de type "Oldies" originaire dont le répertoire est plus proche du doo wop , et Teen Rock que du Rock n'roll sauvage, white rock ou Rockabilly. Le groupe se forme en 1969 à Boulder (Colorado) avec  Angelo Moe au piano (& orgue),  Spike V. Phillips à la guitare, Butch Knight à la basse,  Wally Stewart à la batterie, Spider Dumas Bement au saxophone et Mick Manresa (alias Fash Cadillac) chant et guitare rythmique. Leur premier concert date de Février 1969, en 1971 Sam McFadin remplace Mick en tant que chanteur (un nouveau Flash Cadillac). Le groupe part ensuite à Los Angeles, passe avec succés à l'émission TV American Bandstand et enregistre un album.
Ils obtiendront une renommée mondiale avec leur apparition dans le film de George Lucas American Graffiti dans lequel ils interprettent At the Hop (Reprise de Danny and Juniors), Louie louie (reprise du traditionnel popularisé par les Kingsmen) et Up on the Mountain un Doo wop des Magnificients. Ils apparaîtront aussi dans un épisode de la série télévisée Happy Days, et joue un titre dans la BO du film Apocalypse Now.
Leur premier album Flash Cadillac and the Continental Kids Epic  (EPC S 65438) de 1972 est produit par Kim Fowley et enregistré au Goldstar studios d'Hollywood. Cet album possède évidemment une production de son époque (début des seventies) mais trés réussie ,de même que la trés belle pochette représentant une caricature d'une Cadillac 1953 flammée. La qualité des titres et l'originalité du style fait de cet album un classique du Rock n'roll du début des 1970's. On trouve des reprises:  Muleskinner blues (traditionnel repris avec génie par le Fendermen au début des sixties)  l'instrumental surf Pipeline,  un tube de 1959 de Bob and Travis Tell him No, Crying in the rain des Everly Brothers et  le white rock Endless sleep de Jody Reynolds.
Nous trouvons les  compositions trés réussies de Kris Moe: bien sur leur tube She's o fine (de la bo d'American Graffiti), mais aussi Teenage eyes et Betty Lou, une composition de Kim Fowley Reputation, une composition de Mc Fadin Nothin' for me, et You gotta Rock.
En 1975, lê groupe sort sur Private stock un second lp Sons of the beach, avec également une belle pochette dessinée représetant le groupe en surfeur avec un Hot Rod Ford 1934 . Cette album est stylistiquement inspiré par le surf du début sixties par le son, les mélodies et les vocaux. Ici aucune reprises que de la composition: Summer means fun, Time will tell, Hot summer girls, It's a summer night, C'mon let's go (rien à voir avec le titre de Ritchie Valens), Good times, Rock n'roll, You sat right there, I wish you'd dance, It's hard (To breack the ice) et Rock n'roll menace. Ce disque quoique moins réussie que le précédent reste un album au style trés personnel et trés agréable à l'écoute.





At The Hop ~ She's So Fine - Flash Cadillac and The Continental Kids from American Graffiti


From Happy Days, the clip of Flash and the Kids singing "Young Blood" - 
Repost 0
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 23:28

Le Rockabilly est un style quelques peu oublié dabns son pays d'origine au début des seventies. En effet l'amérique des 1970's  n'a gardé de la musique des fifties que les tubes des pionniers du Rock n'roll (Elvis Presley, Buddy Holly, Chuck Berry, Little Richard et Fats Domino) associé aux chansons des idoles de la fin fifties (comme Paul Anka, Frankie Avalon ou Fabian) et aux groupes vocaux (Platters, Clovers, Drifters, et Coasters). Les groupes de l'époque qui jouent encore du rock style 50's (comme Shanana ou Flash Cadillac) empruntent leur répertoire aux styles et artistes précédemment cités , mais pas au Rockabilly. 
  Ronnie Weiser sera le premier durant les seventies à s'interresser de nouveau au rockabilly, il recherche des artistes de l'époque mais aussi des jeunes formations branchées par le style. Il décide ensuite de fonder son label Rollin' Rock afin de promouvoir ce style musical resté dans l'ombre durant une décennie.
Ronnie a eut une enfance itinérante allant de pays en pays avec ses parents (il va en Italie, Australie et Egypte). En Australie il découvre la musique américaine comme celle de Louis Armstrong et les Platters, mais pas à proprement parler du rock n' roll, c'est en 1959 en allant voir au cinéma en Italie le film Loving You qu'il devient accros à cette musique en voyant Elvis y chanter.
Il décide alors de s'habiller en chemise western, jean Levis et cheveux gominés, parallellement Ronnie commence à se procurer des disques de Rock n'roll d'Elvis biensur mais aussi Fats Domino, Gene Vincent, Little Richard et Ronnie Self et là nouveau choc lorsqu'il écoute du pur rockabilly. Entre 1963 et 1965 Ronnie traverse et voyages dans tout les USA complètement fasciné par la culture du pays ou est né le rock n'roll!. (Il est alors agé de 17 ans).
En 1969, il presse le premier ep Rollin' rock qui est une réédition de titres de rockabilly oubliés des fifties interpréttés par Jimmy Patton (Yeh, I'm Movin', Let me Slide, Love Come Back To Me et You Aint Shuckin) ce premier 45 tours sera pressé en 500 exemplaires qui se vendra comme des petits pains essentiellement par les fans de Rockabilly européens.  Il économise durant 3 ans et peut se procurer un magnéto à bandes Akai pour 135 $ sur lequel il enregistre ses 1" premiers albums Rollin' Rock. En effet ce n'est pas une légende, les premiers albums absolument sublimes de Rollin' rock ont été enregistrés dans le salon de Ronnie.
C'est le début de l'histoire de ce label légendaire avec les somptueux albums 70's de Mac Curtis, Ray Campi et Johnny Carrol, mais également des Magnetics, Jimmy Lee Malson etc....
Dans cet article je vous présente les formidables 3 compilations lp de Rollin' Rock compilant  nouvelles faces de Rockers fifties et nouveaux artistes de rockabilly cela avec la production si étonante et authentique du label du au talent de Ronnie.
Les pochettes sont des faites de mise en page de dessins de Ronnie  associé à des montages photos réalisé par lui ou sa femme (comme sur tout les premiers albums du label) même si à leur de l'infographie et de Photoshop cela peut paraître étrange, le résultat est fait plutôt convainquant donnant une véritable marque de fabrique graphique aux premier lp de Rollin' rock. En 1976 sort le lp The Rollin' Rock Vol.1 LP 009, nous trouvons le Tribute to Gene Vincent ; Black leather rebel de  Johnny Carroll, Rollin' the rock, Are you hep to it et Three D Daddy par Martin Margulies alias Johnny Legend, Pinball Heaven, Bad Boy et Say when par Billy Zoom, Jungle Rock (le classique de Hank Mizzell) par Ray Campi, She won't see me cry anymore par Alvis Wayne, Drinkin' wine par Sid King (le rocker des fifties qui reprend un de ses succés des 50's) avec Johnny Carroll à la batterie, Boogie woogie country girl par Chuck Weiss (qui deviendra une légende de la musique roots aux USA comme Tom Waits) il est accompagné entre autre par Willy Dixon à la contrebasse (le légendaire contrebassite des fifties chez Chess records, qui sera présent par exemple sur des nombreuses sessions fifties de Chuck Berry, mais aussi souvent auteur de classiques du blues, ce titre ne sera pas enregistré dans le salon de Ronnie) et Colin Winski qui interprette en live Hoy hoy hoy (un rockabilly sauvage des fifties des Collins kids)
Le lp The Rollin' Rock Vol.2 California rockabilly LP012 est enregistré en 1977, nous trouvons California rockabilly et Let's get goin' par Johnny Legend, Rockabilly Music et West memphis blues par Jack Waukeen Cochran (une autre star du rockabilly fifties que Ronnie fait enregistré de nouveau), It's Great to have an idol par Cort Murray, Alligator come accross par Jerry Sikorski et Colin Winski, That aint nothin but right par Mac Curtis,  Graphite fever et Born to be happy par Ray Campi, You're right, i'm left, she's gone par Don Sawyer et Kevin Olson, Callin' loud par Chuck Weiss et Silling grades par John Blair.
The Rollin' Rock Vol.3 More American Rockabilly LP 015 sort en 1978, nous trouvons Rollin' rock rock par Mac Curtis et Ray Campi en duo, How long will it take par Mac Curtis, Hello Big man et Accepting application par Sarah Harris(du rockabilly féminin), The Way et Rockabilly Lilly par Cort Murray, Something smells fishy, Love train et Out of my head in my bed par Jimmy Lee Malson, Waukeen et Workin' for the bossman par Tony Conn (un rocker des fifties que Ronnie fait enregistré) et Teenage sweetie par Johnny Carroll.
Ces 3 lps sont des réussites absolues, aucun bouche troue que du trés bons rockabilly qui bouge avec un son qui va bien même trés bien, merci encore Ronnie.

Repost 0
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 22:27

Le groupe se forme en 1971, mais c'est en 1976 sur le nouveau label de Bert Rockhuizen Rockhouse que Matchbox enregistre leur premier lp 33 tours  Riders in the sky (cr 30157). Ce premier album est l'un des meilleurs exemples du Rockabilly revival qui va envahir l'europe durant la fin des 70's en Europe. Sur ce premier album les membres du groupe sont Wiffle Smith au chant, Steve Bloomfield à la guitare , Rusty Lupton au piano et guitare rythmique, Fred Poke à la basse et Bob Burgos à la batterie (ancien batteur des Wild Angels). Sur les 18 titres nous trouvons 6 composition du talentueux Steve Bloomfield: All the boys (love my baby), Only wanna rock, Crying heart, Let's go crazy, Undeclared et Steelabilly. les autres titres sont essentiellement du rockabilly des fifties comme Matchbox (Carl Perkins), Washmashine boogie (Bill browning), Three alley cats (Roy Hall), Baby let's play house (Elvis Presley / Arthur Cruddup), Teenage boogie (Webb Pierce), Make like a rock n'roll (Don Woody), du Rock n'roll américain 1950's Race with the devil (Gene vincent & Blue cats), It's only make believe (Conway twitty), It don't take a few minutes (Chuck Berry), un rock anglais début sixties Please don't touch (Johnny Kidd & Pirates) et deux instrumentaux In the Mood (Glenn Miller) et (Ghost) riders in the sky.
En 1977 Graham Fenton (ancien leadeur des Houseshakers) remplace Wiffle Smith au chant, et en 1978 les Matchbox enregistrent leur second lp 33 tours pour Ace records (Chiswick records) Settin' the woods on fire WIK.10. il est enregistré au Spaceward Studios à Londres. Sur ce disque nous trouvons donc Graham Fenton au chant, Steve Bloomfield à la guitare solo, Fred Poke à la contrebasse et Bob Burgos à la batterie. Nous trouvons ici que 4 reprises Settin' the wood on fire (Hank Williams), Who can i count on (Patsy Cline), Circle Rock (Cowboy copas) et Cruisin' (Gene Vincent and Blue Caps), les autres titres sont des compositions trés réussies de Steve Bloomfield : Feel so bad ( composé avec l'aide de Bob Burgos), Put the blame on me, Gunning for a dog, My life - my love, Troublesome bay (superbe titre), Lets start all over again, While i'm away et Nightfall.
Même si ces deux premiers lps sont de trés bonnes ventes pas encore de tube se seya le cas avec leur troisième lp Matchbox qu'il sortiront sur la major Magnet (2393 263 POL 350) en 1979. Il est enregistré dans les studios de Wessex studios et produit par Peter Collins. Nous retrouvons Graham Fenton au chant, Steve Bloomfield à la guitare solo, et Fred Poke à la contrebasse qui sont rejoint par Gordon Scott guitare rythmique et  Jimmy Redhead à la batterie. Ils obtiennent un énorme tube avec Rockabilly rebel un véritable chef d'oeuvre signé Steve Bloomfield, cet album quoique moins puriste que les précédents est d'une qualité incroyable que du trés bons. Les autres compos de Bloomfield Hi-fly woman, Love is going out of fashion, Poor boy, Hurricane et Everybody needs a little love sont également d'une rare perfection que des tubes en puissance. Au niveau des reprises nous trouvons Buzz buzz a diddle it (Freddie Cannon), Seventeen (Boyd Bennett), Tell me how (Buddy Holly), Rockin at the Ritz (Ray Campi) et Lord Mr Ford (Jerry Reed). Mais on sent déjas qu'une production plus Pop 80's se met en place ce que nous verrons dans un article sur Matchbox durant les 80's.

















La second pochette du 1 er LP



 

 
Découvrez la playlist matchbox 1 er liste avec Matchbox
Repost 0
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 21:13

Les Riot Rockers revendiquent et sont sans aucun doute le groupe de référence de la culture teddy boys des années 1970, non seulement musicalement rockabilly et skiffle mais aussi le look drape jacket gilet, patte longues sur les joues, cheveux long peignés en banane (ducktail en anglais) bagues de combat et tatouages.
Le groupe est originaire de Londres, Johnny Fox le leadeur forme un premier groupe Johnny and the Blue cats, Ray Firth est déjas le guitariste soliste et John Scargall le bassiste (sur basse électrique), ils n'ont pas encore trouvé de batteur régulier et souvent Johnny Fox prend la batterie en concert, il est aussi noublions pas le chanteur du groupe , mais aussi le saxophoniste et joue du washboard (de la planche à laver que l'on gratte en rythme c'est un instrument classique du Skiffle). C'est en 1975 qu'ils sont rejoint par le jeune batteur John Wittingham. Leur style trés particulier est à mi chemin du rockabilly des 50's et du Skiffle anglais sorte de skifflebilly (avant les Shakin pyramids) en 1977 ils enregistrent leur fabuleux album Riot Rockers Rockhouse 7702 ont trouve sur ce lp des compositions réussis de Johnny Fox comme le classique It's saturday night, Hey mr Phillips, Eatbound train, Road of steel, You make me mad, Sweet Cindy Lou et Boddy Shack. Au niveau des reprises nous avons Boppin' the blues (Carl Perkins), Gone gone gone (Carl Perkins), Rock n'roll ruby (Johnny Cash), Honey hush (Johnny Burnette & rock n'roll trio et Joe Turner), Tongue-tied Jill (Charlie feathers) et Cast iron arm (Peanuts Wilson) qui sont des classiques du rockabilly américain, et nous trouvons Streamline train, Don't you rock me daddy-O, 6.5 Special, Puttin on the style et Wasbash cannonball (de Lonnie Donegan le roi du skiffle) qui sont des classiques du Skiffle. On peut noter que les Riot Rockers accompagneront leur idole Lonnie Donegan fin 1975.


The Riot Rockers - Boppin' the blues
The Riot Rockers - It's saturday night
The Riot Rockers - Hey Mr Phillips
Repost 0
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 20:11

Little Tina et ses Flight 56 est un des groupes légendaires du britisch rockabilly des seventies, dont le premier lp Charly/Rockhouse This little girl is gonna rockin' sera une grosse vente, ce qui explique les nombreuses réédition de cet album durant les 80's et 90's et la version cd sur Rarity records.
Le groupe se forme en 1971, mais il faut attendre 1975 pour que la chanteuse Tina Dawes les rejoigne. L'année suivante Bert Rockhuizen les contacte pour enregistrer leur 1 er album sur son nouveau label Rockhouse, lors de leur tournée de 1976 le groupe comprend au piano Dave Taylor( un ancien du groupe The Hellraisers et qui va se faire un nom au début des 1980's). C'est en Janvier 1977 que le groupe enregistre avec Dave Taylor ce légendaire premier album en Holland, il sera distribué en France par Carrere CA 641. On trouve Little Tina au chant et guitare acoustique, Dave Taylor au piano et choeur, Jerry Kelk à la guitare solo et choeur, Nick Barnes à la batterie et choeurs et Lesly Bailey à la batterie. On peut noter que Dave Taylor est leader vocal sur 12o Clock rock (une composition de Dave)de même que Nick Barnes sur Twenty flight rock . Au niveau des compositions on peut noter aussi Don't ever go (composé par Dave Taylor), Can't help loving you, Cupid, Need a little lovin' et  He's gone (composé par Tina) et Who else but me (composé par Nick Barnes et Jerry Kelk). Les reprises sont des classiques du Rock n'roll et rockabilly féminin des fifties et début sixties This little girl gone rockin (Etta James), My Boy Elvis (Janis Martin), Everlasting love (Barbarra Pittman), Let's have a party (Wanda Jackson) Let's jump the Broomstick (Brenda Lee) et Frankie composé par Neil Sedaka pour Connie Francis, mais aussi des rockabilly et rock n'roll rapide comme Ooby Dooby (Roy Orbison) Twenty flight rock (Eddie Cochran) Let's Elope Baby (Buck Griffin) et un traditionnel Honky tonk train blues et une étonnante version du doo wop de frankie Lymon Why do you fools fall in love ?.

Par la suite Tina jouera avec les Sunsets le groupe de Shakin' Stevens et épouse le batteur des Riot Rockers Paul Wittingham.

 

 

Little Tina and Flight 56 - Let's Jump the Brunswick
Little Tina and Flight 56 - This little girl gone rockin'
Little Tina & Flight 56 - My boy elvis

 

 

Little Tina and Flight 56 - Let's have a party au Shake Rattle & Roll Weekend
at Great Yarmouth on Saturday 12th April 2008

Repost 0