Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 22:01

Relic dans son vfolder-copie-6.jpgolume consacré à Fargo Records nous permet de découvrir des formations moins connues comme the Aquatones dont le style est caractérisé par la voix aigue sa chanteuse dont on peut entendre 3 ballades You au rythme medium, Crazy For You à la trés belle mélodie et la plus ennuyeuse My Darling, mais c'est le génial rock 'n' roll vocal She's The One For Me dont la voix est masculine qui est sans aucun doute le plus interressant titre du groupe. The Dreamtones ont également droit à 4 faces deux ballades  A Lover's Answer au style Platters et Praying For A Miracle à la mélodie plus interressante et personnelle, et surtout deux rock 'n' roll rapide Jelly Bean aux sonorités jive et Mean Man dans le style des Coasters. Ricky & The Vacels sont aussi une bonne découverte avec ses 4 faces Bubble Gum dans le style doo wop blanc proche des premières faces rythmée du duo Jan and Dean à l'image du vraiment bon au solo de guitare et piano rock 'n' roll un classique méconnu du genre, His Girl  une ballade teen rock vraiment bien réussie, Don't Want Your Love No More est un bon teen rock rapide dans le style de Del Shannon et Lorraine est une ballade mélancolique à la mélodie doo wop classiques mais ou le style doo wop blanc surf rdonne une vrais originalité.  Nous trouvons ensuite des formations n'ayant enregistré qu'un simple pour le label comme Bobby Maxwell & The Exploits  avec le teen rock medium Stay With Me et la ballade doo wop You're Laughing At Me, the Execs avec le doo wop lent Walking In The Rain et le trés original Palladium aux sonorités rumba,  the Impaks avec le medium Make Up Your Mind et l'assez réussi teen rock aux sonorités sixties Climb Up On Your Rocking Chair, the Sundowners avec le trés bon white rock vocal (qui n'est pas sans rappeller certains des meilleurs titres de Dion en solo) Such A Lovin'  et  la décevante ballade Someone To Care et deux inédits d'un groupe non identifié You Must Pay un doo wop medium aux sonorités rhythm and blues soul et la ballade moins interressante I'm Not Alone. L'album nous permet enfin d'entendre l'original How Still The Night des Chord R Notes et le rock 'n' soul Won't You Count On Me des Choralettes.

 


 

 


 

 

 

 

 

 

 

 


 


Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Doo Wop
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 23:57

Holiday records est un petit label folder-copie-11.jpgfondé par Danny et Bobby Robinson qui ne durera que 2 ans, et qui pourtant marquera l'histoire de la musique grâce au succès des Bop Chords l’excellent doo wop rapide Castle In The Sky qui en toute logique est le premier titre du disque, il réunit également le reste des 3 simples du groupes pour Holiday soit les doo wop rapides et géniaux So Why et When I Woke Up This Morning, le medium I Really Love Her,  et les ballades My Darling To You et  Baby.
Le reste du disque présente les autres formations du label qui ont également enregistré quelques perles du genre soit The Love Notes avec leur classique le très bon rock ‘n’ roll vocal Don't Go (qui sera un petit tube), et le reste de ses deux simples soit le blues vocal United , le medium Tonight et la ballade mélancolique  If I Could Make You Mine, The  Harmonaires avec leur génial doo wop et classique Come Back (qui se classera au hit parade) et la ballade plutôt réussie Lorraine,  Jimmy Jones & The Pretenders interprète le medium I Love You So et la splendide ballade  Tonight ,  the Ladders  avec le rapide est excellent Counting The Stars  et la ballade  I Want To Know, et the Thunderbirds  avec le doo wop medium Mary et le bon rock ‘n’roll vocal In My Thunderbird .

Ce disque est une grande réussite en effet il semblerait que le petit label Holiday n’ai fait que des perles du doo wop et c’est tant mieux pour nous.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Doo Wop
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 23:33

Ember Records n’est pas un petit label indépendant folder-copie-3.jpgcomme les autres en effet il est arrivé à faire monter en haut des hit parades deux de ses formations, la premières les Silhouettes font un gros tube avec leur rapide Get a job, devenant un des classiques du genre et présent sur la Bande Originale du film American Graffiti, la seconde the Five Satins remporte deux  énormes succès avec les ballade In the Still of the night et To the Aisle. Relic consacre au label Ember deux volumes à ses enregistrements doo wop  Le premier volume commence en toute logique par le tube Get a Job un titre irréprochable, parfait, génial que dire il est accompagné de 3 autres titres du groupe  I Am Lonely (une ballade lente mélancolique aux sonorités gospels), Bing Bong (un doo wop medium ) et Miss Thing (un doo wop medium avec piano), The Five Satins sont également présent avec leur tube (ayant lui aussi grimper au hit parade national et également présent dans la BO d’American Graffiti ) le très beau slow To The Aisle,  il est au côté d’une ballade dans le style des Platters Love With No Love In Return, de Our Anniversary une ballade un peu mièvre dispensable,  ce premier volume nous permet également de découvrir d’autres formations moins connus voir inconnus comme  the Boptones  avec Running After You  (un doo wop rapide assez réussi qui ravira les amateurs), Be My Pussy Cat un doo wop jive, folder-copie-4.jpget la ballade mélancolique inédite Betty Jean, The Barries  font un doo wop rapide vraiment bien vu Mary Ann dans le style de Rama lama ding dong et un ballade medium Why Don't You Write Me, The Fabulons font un rock ‘n’ roll vocal avec Give Me Back My Ring et une ballade mélancolique  avec Smoke From Your Cigarette, the  Marktones font une ballade de rhythm and blues vocal avec Hold Me Close et un titre plus relevé et franchement blues avec Talk It Over, the Starlarks font une ballade mélancolique avec Fountain Of Love et un doo wop plus rapide au son début 1960’s Send Me A Picture Baby, the Camelots font un remarquable doo wop medium Pocahontas , the Colonairs  font une ballade inédite peu excitante Devil's Angel , the Corvairs font un assez original doo wop rapide avec True True Love, the Embers  font une ballade lente un peu ennuyeuse Paradise Hill,  Roger & The Travelers  font un doo wop medium People Call Me Little Boy qui malgré son originalité et son style  teen rock ne m’a pas convaincu , the Skarletone font un slow lent est assez indigeste Will You Dream , the Smoothtones  font un sympathique doo wop medium avec Dear Diary . Ce premier volume est dans l’ensemble plutôt réussi mais certains titres restes quand même dispensables.

Le second volume commence par le génial   In The Still Of The Night des Five Satins présent aussi avec le mélancolique mais assez réussi Tell Me Dear et la bonne ballade mélancolique Wishing Ring, nous retrouvons The Silhouettes avec le très original et lent Voodoo Eyes  mais qui manque d’une bonne mélodie  et le très bon rock ‘n’roll vocal Headin' For The Poorhouse.  Nous retrouvons des formations découvertes lors du premier volume comme the Barries avec l’excellent Tonite Tonite, the Boptones avec la bonne ballade I Had A Love,  the Fabulons avec deux inédits les mediums assez agréables Little Miss Muffet et I Want A Girl aux sonorités teen rock, Roger & The Travelers  font une ballade mélancolique et  insipide avec You're Daddy's Little Girl  et the Skarlettones font un bon doo wop rapide Do You Remember . Ce volume 2 nous fait également découvrir de nouvelles formations n’ayant sortie qu’un simple comme  the Colonaires  avec le jive rapide Sandy et la ballade beaucoup moins excitante Can't Stand To Lose You , the Concords  avec l’ennuyeux slow I'll Always Say Please  mais le très très bon rock ‘n’ roll vocal Satisfied With Rock & Roll, David Clowney & Group font un blues lent avec Soft Lights,  the Illusions interprète le doo wop medium  How High Is The Mountain et la ballade dispensable Can't We Fall In Love, the Mifflin Triplets font deux bonnes ballades mélancoliques avec I Do et  The Voice Of An Angel, the  Paramonts font une ballade grandiloquente et peu convaincante avec In A Dream et un excellent doo wop rapide aux sonorités 1960’s (un classique méconnu dans le style des Countours) Shedding Teardrops , The Starlites est sans doute la grande découverte de ce volume avec ses très bons rock ‘n’ roll vocal Boom Chicka Boom, et  Pretty Brown Eyes et sa ballade tout aussi réussies  Tears Are Just For Fools et sa seconde ballade moins réussi  They Call Me A Dreamer et enfin  the Wonders avec le rapide et bon doo wop  I'll Write A Book dont on ne  peu que apprécier l’accompagnement blues et le medium  et original Hey Senorita.

Comme le précédent ce second volume compile du très bon voir de l’excellent avec du plus insipide, mais c’est probablement dans la volonté du Relic que de donner une vision la plus juste et exhaustive possible des productions de Ember .


 

 

 


 

 


 

 

 

 


Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Doo Wop
commenter cet article
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 10:13

Le volume de Golden era of Doo wops folder-copie-2.jpgconsacré à Club records nous permet de découvrir les Willows avec le fabuleux Don't Pull, Don't Push Don't Shove un rapide rock ‘n’ roll vocal et rapide et This Is The End un slow de style classique, le simple de Jay Saunders and the Duval comprenant 2 ballades mélancoliques les titres  I'm Still In Love With You se caractérisant par un amusante et bien pensé accompagnement de cuivres très crooner swing et le nonchalant  Heaven Have Mercy, Pat Cordel & The Crescents  dans le style des groupes classiques du milieu des fifties tel que Frankie Lymon & Teenagers avec la bonne ballade My Tears  et le très bon Doo wop rapide Darling Come Back, le simple des Duvals comprend I Wanna Be Free un doo wop jive entre swing et crooner avec un beau solo de sax et surtout le rhythm and blues vocal médium plutôt réussi Yes I Do, les Pageants Tender Love avec font du doo wop lent dans le style des Platters, les Relations interprettent avec Burying Ground un gospels doo wop en accapella,  When We Get The Word  et un assez réussi doo wop medium de style stroll twist et  All Night Long un rhythm and blues rapide toujours teinté de twist et stroll, les Cherlos font du doo wop soul début sixties avec les rapides Little Little et Tell It Like It Is, un amusant rhythm and blues vocal medium à la belle instrumentation Bluesy  avec 99 1-2 Won't Do, et un doo wop lent et mélancolique avec Cry Fool,  Little Freddie & The Gents font une ballade doo wop de style classique avec Betty mais c’est le doo wop twist dans le style des Countours Push, Kick And Shout qui mérite surtout le détour. En conclusion les quelques titres de Doo wop de cette compilation font un tour des différents style de doo wop allant du gospel rythmé au Stroll twist.

.....................

Jay Saunders & The Duvals - I'm Still In Love With You

 ........................

Pat Cordel & The Crescents - Darling Come Back

..............................

the Cherlos - Little Little

 

 

 


 

 

 


Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Doo Wop
commenter cet article
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 09:55

folder-copie-1.jpgLa compilation Relic consacrée aux faces  doo wop du label Chex met en avant The Volumes avec du doo wop  stroll rapide au son début sixties comme  I Love You (Dans l’esprit des Four Seasons on trouve également une version différente du titre), Come Back Into My Heart (dans le style des Marcels), County Jail (dans le style des Olympics avec une bonne guitare blues), du doo wop mélancolique avec le parfait The Bells et le génial Dreams, du teen rock avec le medium The La La Song, on peut noter les titres accapella le medium Angel, le gospel  I Wanna Be Your Man et l’incroyable ballade Miss Silhouette , le rapide  Roly Poly et surtout le rapide et strollant You Put A Spell On Me absolument génial !! Rien que les faces des Volumes méritent l’achat de ce disque un groupe méconnu du genre. Nous retrouvons The Volumes avec le chanteur Donald Richardssur 2 titres medium I Cried For Your Love et Hello Operator. Le second groupe particulièrement présent sur l’album sont The Majestics avec du doo wop rapide de type classique vraiment bon comme Gwendolyn, Unhappy And Blue (dont le leadeur est dans la lignée de Jackie Wilson), Shoppin' And Hoppin' (très rock ‘n’ roll), des ballades avec So I Can Forget et Lonely Heart (doté d’une très grande émotion) et certain titres sonnent très sixties comme la balladeBaby, le rhythm and blues Treat Me Like You Want To Be Treated et le twist Teach Me How To Limbo. Ici aussi un groupe a connaître.
Nous trouvons d’autres artistes comme The Bohemians avec un simple de bonne facture avec les ballades Some Happy Day et Say Sweet Things (dans le syle de Johnnie and Joe), Tony & The Technics  avec un simple contenant  le teen rock insipide Ha Ha He Told On You  et le bien plus réussi rock vocal Workout With Your Pretty Girl enfin nous trouvons une très belle ballade mélancolique Come To Me interpretté par Othea George assez classique mais bigrement réussie.

..............

Donald Richards & The Volumes - Hello Operator

 .......................

The Volumes - I Wanna Be Your Man

 ..............................

The Majestics - Gwendolyn

 

 

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Doo Wop
commenter cet article
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 08:22

Progressivement Celeste---27-front.jpggrâce aux compilations Relic records nous allons découvrir les enregistrements de Doo wop mis en boite sur une multitude de labels indépendants durant les 1950's et au début des 1960's. Nous allons scommencer par Celeste Records dont le groupe majeur est The Mellows qui enregistre 7 simples pour le label, le groupe est ici présent avec Lucky Guy, You've gone (accapella), I'm Yours, When the lights go on again (accapella), My darling, I call to you (accapella), Sweet lorraine, Lucky Guy (outtake), Ain't she got nerve, My darling (accapella), I'm gonna pick you teeth et une autre version de Sweet Lorraine c'est à juste titre que ce groupe est été de nombreuse fois  enregistré par le label le style est parfait rythmée dans un style "Doo wop classic mi fifties logique étant donné que les enregistrements tournent autour de 1956 et 1958, autre groupe important du label The Four sounds qui enregistre au moins 2 simple répertorié pour le label ici présent avec You stole my heart et Afraid deux ballade mélancoliques, Noisy clock (un bon doo wop rapide) et Tall Lanky Papa (un rockin' doo wop avec  de trés bon riffs de guitare), nous trouvons également The Minors avec un seul simple ici présent Jerry et Where Are You (dont une seconde version outtake) qui sont 2 ballades mélancolique, The Bill Down quartet Love Me, Kiss Me, Thrill Me (ballade vocal assez ennyeuse),  Find Me True ( Rhythm & Blues vocal avec orgue),  This Is The Real Thing Now (ballade mélancolique) et The Hi-Liters terminent ce tour d'horizons du label avec leur unique simple Undecided (rhythm & blues vocal rapide) et Ain't Giving Up Nothing (un trés bon rockin' doo wop).

............

The Hi-Liters - Ain't Giving Up Nothing

................

The four sounds - Noisy clock

 ......................

The Mellows - Lucky Guy

 

 

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Doo Wop
commenter cet article
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 07:35

 Randy & the Rainbows Folder.jpgest une formation de Doo wop qui se forme à  Maspeth (New York - USA) en 1962 à partir de l'idée de deux frères Sal et Mike Zero fan de Doo wop rejoint par deux autres frères Frank et Dominick "Randy" Safuto (membres des Dialtones) complété par Ken Arcipowski tous voisin d'un même quartier. Le groupe obtiendra un tube international avec le doo wop stroll à tempo rapide Denise en 1963, le titre monte durant l'été dans le top ten et se classe 18 des charts R & B. Le titre est une composition de Neil Levenson qui compose auparavant de nombreux titres pour Paul Anka. La chanson dont le premier nom est  Pretty Girl,  devient Denise en référence à une jeune fille rencontrée par Neil sur la plage Denise LeFrak. C'est le groupe de doo wop trés populaire à l'époque The Tokens qui recherche un groupe afin d'interpretter le titre et le choix se porte sur la jeune formation de Mathpeth formée par les frères Zero et Safuto du nom de The Encores. Le titre est enregistré part ses derniers dans les studios d'Allegro Sound de New York. Le master est ensuite envoyé à Laurie Records (le label qui a produit Dion and the Belmonts), Laurie est séduit par le titre, mais change le nom du groupe par Randy and the Rainbows. (On peut noter la cover du titre chanté par Blondie sous le titre de Denis).

Le groupe fait alors des tournées nationales aux côtés d'autres stars comme The Four seasons, Dionne Warwick, The Beach boys, The Drifters, Stevie Wonder, Gene Pitney, The Searchers, The Miracles etc....

Ils enchaine un second hit dans la même veine que le précédent Why do kids grow mais à cause de l'assassinat du président Kennedy et le drame national qui s'ensuit le titre n'obtient pas le succés prévu.

Lorsque le traumatisme Kennedy commence à passer au début de 1964, La formation anglaise The Beatles commencent à se faire connaître aux USA et envahi le hit parade.

Le groupe revient en studios fin 1970's et durant les 1980's avec des titres toujours écrit par Levenson comme Minstrel Man et  A Simple Love Song et même un titre disco Hey Look Who's Dancin!!!

Durant les 1980's kle groupe tourne beaucoup et obtiennent un tube avec un tribute au Four Seasons (une autre légendaire formation de doo wop du début des sixties) The Boys From Queens Salute the Jersey Boys qui se classe à la 25 eme place des charts. En 2007 le titre Denise est redécouvert grâce au dernier épisode de la série The Sopranos dans lequel le titre est présent, ce qui permet au groupe de revenir en tournée et en studios.

Groupe qui est scindé en deux firmations homonymes la première Mike Zero's Randy & The Rainbows est formée par Mike Zero, Vinny Carella, Jack Vitale et Jimmy Bense (qui les rejoint en 1990) et la seconde Randy Safuto's Randy & The Rainbows composée de Randy Safuto, Frank Safuto,  Anthony Vara et Charlie Rocco.

Pour en savoir un peu plus je vous conseille d'aller sur leur site web: http://www.randyandtherainbows.com/

Evidemment ce qui va nous interresser ici se sont leurs faces des sixties présentes dans leurs totalité sur la compilation Randy and The Rainbows - Better than ever de Thrust records (R 5059). Nous trouvons leur simple légendaire Denise / Come back  (Rust Records - 5059), qui sortira au Canada  sous l'édition Barry Records - B3191 sur Quality records, en Inde sous la référence Stateside Records 45-5S214 Gramophone et en France sous l'édition Vogue Records ELP 8143 EP. Nous trouvons également leurs 3 simples sur Mike Records de 1965 soit Lovely lies / I'll forget him tomorrow (MK4001), Quater to Three (cover de Gary Us Bonds) / He's a fugitive (MK 4004) et Bonnie's Part of town/ Same (MK 4008) et le simple de 1966  I'll be seeing you / Oh to get away Puppy records (BTP 535);

Mais les faces les plus interressante sont celles enregistés en 1963 et 1964 qui sont du pur doo wop stroll comme comme Why do kids grow up / She's my angel, Happy Teenager / Dry your eyes, Little Star (cover des Mystics) / Sharin' et Joyride / Little hot rod Suzie (un titre surf doo wop dans la veine des Beach Boys).

On peut  noter les faces particulièrement brillantes et antèrieurs enregistré par The Dialtones le premier groupe formé par les frères Safuto trés influencé par Dion and the Belmonts comme Don't Worry , i'm gonna make it (Take it like a man), 'Till i heard it from you et Johnny auquel se rajoute 3 démos dont deux versions différentes de Johnny et 'Till i heard it from you et un titre non édité à l'époque Bohemian Daddy (un doo wop rock n'roll au son fifties assez fabuleux!!)

 Enfin nous trouvons des faces doo wop toujours de 1964- 1965 comme Till i heard it from you, No love, Debbie ( dans le style de Denise), Try it impossible (ballade mélancolique), Trick it rich (avec une production dans l'esprit de Denise) et Angel Face un des meilleurs titres du disque un doo wop rapide dans le style des Marcels, je conclurais en signalant la sympathique et assez différentes version de leur tube Denise réalisée en 1981.

 

Randy and the Rainbows - Denise

 

Randy and the Rainbows - Angel face

 

 

Randy and the Rainbows - She's my angel

 

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Doo Wop
commenter cet article
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 02:06

La compilation Doo Wop Underground ddoo-wop-underground.jpge 2 cds (Burning airlines - pilot 96) compile des rares faces de doo wop de la seconde moitier des fifties et du début des sixties a été compilé par Mark Lamarr (un comédien, DJ et présentateur TV anglais fanatique de Doo wop). Nous trouvons 56 titres d'une grande qualité artistique par des groupes vocaux peu connus enregistrés sur des labels indépendants ente 1954 et 1964.  Ce qui est assez incroyable c'est que tout les titres sont entrainant faisant un tour d'horizons des différents styles du Doo wop allant du rhythm and blues vocal au doo wop stroll. Nous trouvons de 1954 The Dixie Aires avec I'm not like i used to be (Harlem) et The Hideaways avec Cherie (MGM), de 1955 The Monarchs avec Wanna go home (Wing), The Inspirators avec Three sixty (Treat)et  The Golden tones avec Cryin' the blues (Samson), de 1956 Sonny Brooks & the Savoys  avec Rocka - rolla -rock (Tiptop), The 5 scalders avec If only you were mine (Sugarhill), The Tan Tones avec I love you really i do (Lamp), The Enchanters avec Spellbound by the moon (Stardust) et The Orbits avec I really do (Flair),  de 1957 The Metronomes avec Skitter skatter (Reserve), The Vibes avec Come back baby (ABC), Jimmy Castor & the Junoirs avec The girl of mine (Atomic), The Nobletones avec I'm really too young (Star), The Monitors avec Nita (Circus), The troopers avec Get out (Lamp), Cornell Blalely avec Promise to be true (Fulton), The Vels avec Please be mine (Trebco), The Serenaders avec I wrote a letter (Chockfullofhits), et The Sunbeams avec You've got to rock (Acme), de 1958 Bonnie & the Little Boy Blues avec You better run (Nikkon), The Dadeville's avec Nasty breacks  (Guyden), The Shields avec Nature boy (Tender), The Jaytones avec The Clock (Brunswick), The Noble tones avec I'm really too young (Candy), Artamer James & Group avec Congratulations (Code), The 5 dDelights avec There'll be no goodbye et Okey dokey baby (Newport) et  The Socialites avec King tut rock (Crosstown), de 1959 The Four Bars avec Why did you do it (time), The Tender Tones avec Just for a little While (Ducky), The Superbs avec Beans (Melmar), Joe Lyons & the Arrows avec Shufflin' jive, The Ban Lons avec I like it (Fidelity), Willie Logan & the Equalos avec Patty patty (Mad) et  the Pals avec Baby likes to rock (Turf), de 1960 The Mandells avec Who me (Smart), de 1961 The Hi-lutes avec Walking my baby back home (Record fair), The Chessmen avec Lola (Pac), The Young Hearts avec Do not forsake me (Infinity), The V8's avec Papa's yellow tie (Vibro), The Marvells avec For sentimental reasons et Nat Roman avec Tears from my eyes (Sahara), de 1962 The Hi-Lutes avec Gloria my love (Julia), The Cézannes (featuring Cerressa) avec Pardon me (Markay) et The Fabulous Uptowns avec A new love i have found (Tulip), de 1963 The Avalons avec Begin the beguine (Olimpic), The Ramblers avec Come back home (Trumpet), The Whirlwinds avec Heartbeat (Philips) et Roy Tyson avec Oh what a night for love (Double) de 1964 the Termites avec Give me your hearts et Ernie Farmer & the group avec Things to remember (Young) de date inconnue et Little Henry & the Dewdrops avec What i have i done wrong (label et date inconnus). En résumé l'une des compilations indispensables de doo wop qui ne contient pourtant aucun des classiques du genre.

 

The Metrotones - Skitter Skatter

 

Juniors (1) (Jimmy Castor And The) - This Girl Of Mine

 

Nobletones - I'm Really Too Young

 

The Emares (sitting on top of the world )

 

The Monitors-Nita

 

BONNIE & THE LITTLE BOYS BLUE -YOU'D BETTER RUN

 

Five Scalders - If Only You Were Mine

 

I Love You Really I Do ~ Tan Tones

 

The Four Bars - Why Did You Do It

 

The Chessmen - Lola

 

Shields - Nature Boy

 

Just For A Little While by The Tender Tones

 

The Enchanters - Spellbound By The Moon

 

The Jaytones - The Clock

 

Young Hearts - Do Not Forsake Me

 

Golden Tones CRYIN' THE BLUES

 

The Vels - Please Be Mine

 

Five Delights - Okey Dokey Mama

 

The Ramblers-Come On Back

 

I Wrote A Letter - Serenaders


Socialites - King Tut Rock

 

THE SUNBEAMS you've got to rock'n'roll

 

The Pals - My Baby Likes to Rock

 

The Mandells-Who Me?

 

Whirlwinds - Heartbeat

 

Roy Tyson - Oh what a night for love

 

Ambassadors-Lorraine

 


  Bobby Woods and the Emeralds I Need Your Love

 

Hi-Lites - Gloria (My Darling)

 

Ernie Farmer And Group-Things To Remember

 

Little Henry And Dewdrops-What Have I Done Wrong

 

The Marvells - For Sentimental Reasons

 

Cezannes-Pardon Me

 

Termites-Give Me You Heart


 


Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Doo Wop
commenter cet article
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 18:21

The Shirelles est un girl group fémininDSC07474.jpg de la fin des 1950’s et du début des 1960’s, formé par Shirley Owens (leadeur chant), Doris Coley (leadeur surde nombreux titres dont  Dedicated to the one i love), Beverly Lee et Addie »Micki » Harris. Le quartet se forme en 1958 à Passaic dans le New Jersey, toute sont étudiantes à la Passaic High School, elles gagnent un talent show de leur école en interprétant sous le nom de the Poquellos I met him on Sunday en accapella. Florence Greenberg (la mère d’une de leur camarade d’école) devient leur manager et change le nom du groupe pour The Shirelles et les fait signer un contrat pour Decca records, label pour lequel elles enregistrent I met him on a Sunday qui rentre au hit parade national en 1958. Mais les deux disques suivant n’obtiennent pas de succés, Greenberg les fait alors signer sur un nouveau label Specter Records qui sous la direction du producteur Luther Dixon obtiennent un nouveau son et des arrangements qui seront la signature artistique du groupe.

Les tubes se succèdent alors Dedicated the one i love (en 1959  titre des Five Royales), Tonight’s the night (1960 qui rentre non seulement dans leDSC07475.jpgs charts R &B, mais aussi dans les charts pop), Will you love me tomorrow ? (fin 1960 qui atteint la première place des charts pop et la seconde des charts Rhythm and blues).

 1961 elles réenregistrent  Dedicated the one i love qui atteint cette fois ci le top 5 pop suivi d’autres gros tubes comme  Mama said, et Big John (qui atteint la seconde place), on peut également aussi citer comme tube pour le groupe cette année là A thing of a past (place 41 et 26),  What a Sweet Thing That Was ( place 54) et The Things I Want To Hear (Pretty Words) (place 107), Everybody Loves a Lover (place 19 et 15), .

1962, elles obtiennent leur second N° 1 dans les charts pop avec Soldier boy suivi d’un second avec Baby it’s you. Dixon quitte le label, et les Shirelles obtiennent leur dernier gros hit avec Foolish little Girl ( N°4 des Pop charts et N° 9 des R & B charts), elle obtiennent d’autres tubes plus mineurs cette année là comme Love Is a Swingin' Thing (place 109), Welcome Home, Baby (place 22 et place 20), Mama, Here Comes the Bride (place 104), Stop the music (place 36), It's Love That Really Counts (In the Long Run) (place 102) et Not For All the Money In the World (place 100) .

En 1963, on peut noter quelques tubes comme Don't Say Goodnight and Mean Goodbye (place 26), What Does a Girl Do? (place 53),  It's a Mad, Mad, Mad, Mad World (place 92 issus de la bande original du film du même nom), 31 Flavors (place 97), Tonight You're Gonna Fall In Love With Me (place 57) et Sha-la-la (place 69).

1964 Les Shirelles obtiennent des hits avec Thank you baby ( place 63), Maybe Tonight (place 88), Lost love (place 125) et  Are you still my baby (place 91). 

1965, elles ne classent que 2 titres March (You'll Be Sshirelles.jpgorry) (place 108) et My Heart Belongs To You (place 125) comme en 1966 ou elles obtiennent 2 autres tubes mineurs avec Shades of Blue (place 122) et Don't Go Home (My Little Darlin') (place 110)

On peut aussi noter des covers de leurs titres par des groupes comme Boys par The Beatles et Sha la la par Manfred Mann. Par la suite Dedicated to the one i love sera repris par The Temprees et The Mamas & the Papas, Baby it’s you par the Masqueraders et Will you love me tomorrow ? par Roberta Flack.

En 1967, elles obtiennent un dernier hit avec Last minute miracle. Jackson quitte le groupe pour se consacrer à sa famille, et le groupe continue en trio enregistrant pour Bell records, United Artists et RCA jusqu’en1971.  Elle continu ensuite à se produire dans le circuit des concerts oldies et apparaissent dans le documentaire Let the good time roll.

En 1996, elles sont introduite au Rock n’roll hall of fame, Rolling Stones les place à la place 76 de leur liste des100 plus grand artiste de tout les temps, Will love me tommorrow ? Tonight’s the night se placent respectivement à la 125 eme place et à la 401 eme place des 500 plus grandes chansons de tout les temps.

Je possède l'indispensable premier lp du groupe Tonight's the Night (Specter S-501) de 1961 contenant les titre Tonight's the night, Johnny on my mind, Lover the flame, Will youlove me tomorrow, Doin the rondie, You don'twant my love, Dedicated to the one i love, Boys, The dance is over, Oh what a waste of love, Unlucky et Tonight at the prom.

Je possède aussi  le Greatest Hits Vol.2 Specter  (SRM 560) contenant les titres I met him on a sunday, Boys, foolish little girl, Don't say good-night (and mean good-bye), It's a mad, mad, mad, mad world, Sha-la-la, Thank you baby, What is love, Please be my boy friend, To know him is to love him, Walking along, What does a girl do, Maybe tonight et My heart belongs to you.

Enfin je me suis procurer une compilation Cd compilant leurs plus gros tubes The Great Shirelles (GLD 63108) contenant les titres Will you love me tomorrow, Dedicated to the one i love, What a sweet thing that was, Baby it's you, Soldier boy, Welcome home baby, Stop the music, Everybody loves a lover, Don't say goodnight and mean goodbye, What does a girl do ?;, Love is a swingin' thing, Blue Holiday et Maybe tonight.

 


The Shirelles / Will You Still Love Me Tomorrow

 


 

 

Découvrez la playlist the shirelles avec Shirelles
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Doo Wop
commenter cet article
5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 10:40

The Drifters est avec The Platters clydedrifters.jpget The Coasters l’une des formations les plus célèbres et les plus représentative du Doo wop. Il jouira entre 1953 et 1962 d’une très grande popularité  obtenant un grand nombre de tubes au niveau national et international.

Comme souvent dans les formations Doo wop les membres sont changeants durant leur histoire (The Drifters n’échappent pas à cette règle en étant formé de 60 membres différents tout au long de leur histoire).

Mais communément on classe la carrière du groupe sous trois périodes distinctes. La première formation appelée communément et à juste titre « The Original Drifters » ou « The first Drifters » formé par Clyde Mc Phatter (issu de Billy Ward & the Dominoes) qui durera entre 1953 et 1955 sous sa forme originale, la seconde « The new Drifters »avec Ben E King en chanteur leadeur sera de courte durée entre 1958 et 1960 et communément considérer comme son âge d’or, et la troisième commence au début des sixties The Drifters même s’ils continuent à obtenir des hits leurs changements de membres devient vraiment complexe.

On peut y ajouter leur période 1970’s durant laquelle ils ne sont plus chez Atlantic records et ou ils obtiennent des gros tubes en Grande Bretagne.

L’histoire des Drifters commence le 7 Mai 1953 lorsque Mc Phatter qui a quitté The Dominoes, propose à Ahmet Ertegün (d’Atlantic records) son nouveau groupe formé à partir d’anciens chanteurs de gospel soit William “Chick” Anderson (tenor), David Baldrifters1dwin (baritone), James “Wrinkle” Johnson (bass), et David “Little Dave” Baughan (tenor).

La première session du groupe du 29 Juin 1953 permettra l’enregistrement de 4 titres qui sortiront en simple.

Pour la seconde session du groupe de Septembre 1953 McPhatter modifie complètement les membres du groupe c’est à Gerhart Thrasher est le second ténor, Andrew Thrasher est le bariton (ancien membre du groupe de gospel the "Thrasher Wonders"), Bill Pinkney (ancien membre des Jerusalem Stars) est le haut ténor, Willie Ferbee est basse, et Walter Adams est à la guitare.

C’est lors de cette seconde session qu’ils obtiennent leurs premier gros tubes Money Honey, nouveau remaniement due aux aléas de la vie Ferbee victime d’un accident peu après cette session quitte la formation et Adams décède, seulement Adam sera remplacé par Jimmy Oliver. Ce qui entraine des modification au sein des membres restants Gerhart Thrasher devient premier ténor, Andrew Thrasher est maintenant un bariton, et Bill Pinkney deviendra basse.

Avec cette nouvelle formation le groupe obtient de nouveaux gros tubes nationaux Such A Night en Novembre 1953, Honey Love en Juin 1954, Bip Bam en Octobre 1954, White Christmas en Novembre 1954 et What'cha Gonna Do en Mars 1955.  Ce sera le dernier tube du groupe avec Clyde Mc Phatter qui commence alors avec succès une carrière solo ou il obtiendra 16 titres classés dans les charts R & B et 21 titres dans les charts Pop.

Mc Phatter vend ses droit sur le groupe a George Treadwell manager et trompettiste de jazz mais aussi marie de la chanteuse Sarah Vaughan. C’est David Baughn qui remplace McPhatter à cause de sa similitude vocale avec ce dernier et que l’on trouve sur la première session des Drifters sans leur leadeur historique. Mais en fin d’année Baughn quitte le groupe pour former The Harps et se trouve remplacer par Johnny Moore (membre de The Hornets). Ils obtiennent alors de nouveaux gros tubes avec Adorable et Streamboat en 1955, Ruby baby et Goin’ to get myself a woman en 1956.

Après le remplacement comme baryton d’Andrew Thrasher drifters2(qui forme The Flyers) par Charles Hughes, The Drifters  obtiennent en 1957 un nouveau gros tube avec Fools fall in love.

Début 1958, restructuration majeure dans la composition des membres du groupe nous trouvons Bobby Hendricks (ténor leadeur), Gerhart Thrasher (premier ténor), Jimmy Millender (bariton), Tommy Evans (basse) et Jimmy Oliver (guitare) et on peut noter en Avril 1958 leur tube Drip drop.

C’est durant l’été 1958 que Ben E King devient le nouveau leadeur ténor du groupe et parallèlement l’ensemble des membres du groupe est de nouveau remanié avec Charlie Thomas (ténor), Doc Green (bariton), et Elsbeary Hobbs (basse). Durant cette nouvelle période le groupe obtient certains de ses plus gros et célèbres hits comme There goes my baby (1958), DanceWith Me et This Magic Moment (1959), Save the last dance for me et I Count the Tears (1960).

Lorsque Ben E King quitte the Drifters pour sa carrière solo (durant laquelle il obtiendra de gros tubes comme Stand by me) il est remplacé par Rudy Lewis, ils obtiennent en 1961 d’autres hits avec Sweets for My Sweet et Please Stay, et en 1962 avec Some Kind Of Wonderful, Please Stay, Up On The Roof et On Broadway.

Nouveau changements au sein des membres Hobbs fait son service militaire et se trouve remplacé par Tommy Evans (membre des 1erDrifters !!), Green part fin 1962 et remplacé par Eugene Pearson (ancien membre de The Riveleers et The Cleftones), en 1963 c’est Evans qui quitte le groupe et se trouve remplacé par Johnny Terry (ancien membre des Famous Flames).

En 1964 Johnny Moore revient et avec un quintet formé par lui-même et Thomas, Lewis, Pearson et Perry, ces nouveaux Drifters obtiennent leur dernier tube essentiel de leur carrière Under the Boardwalk.

Même si par la suite le groupe continu à tourner et à enregistrer, il n’atteindra plus la notoriété des fifties et du début sixties, même si ils obtiennent des gros tubes en Grande Bretagne au début des 1970’s avec des titres comme Like Sister & Brother et Kissing in the Back Row of the Movies en 1973, Down on the Beach Tonight  en 1974, There Goes My First Love en 1975 et You're More Than a Number in My Little Red Book (1976).

Durant les décennies suivante le groupe continu à tourner mais ne retournera plus en studios.

Arpés de longues recherches  j'ai fini par trouver à un prix abodable le premier lp du groupe avec Clyde Mc Phatter  faisant partie de la légendaire série Rock & Roll de Atlantic Records (Atlantic 8003) nous y trouvons les deux fabuleux rocks Money honey et Such a night, associés aux autres trés bons titres Without love (there is nothing), Someday you'll want me to want you, Treasure of love, I'm not worthy of you, Bells of st. Mary's, White christmas, I make believe, Seven days, Warm your heart , What'cha gonna do, Honey love et Thirty days.  

Etant complétement fan de la première pèriode des drifters j'ai craqué sur le double cd Let the boogie-woogie roll - The Drifters Greatest hits 1953 - 1958 de Rhino records (7567-81927-2) nous trouvons quelques une des plus belles perles du doo wop entre rhythm and blues, rock n'roll et gospel, de 1953 nous trouvons les titres Lucille, Money honey, The way i feel, Let the boogie woogie roll, Gone, Such a night, Warm your heart, Don't dog me et Bip bam, de 1954 nous trouvons What'cha gonna do, honey love, White christmas, Bells of St.Mary's, If i didn't love you like i do, There you go, Someday you'll want me to want you, Try try baby, Everyone's laughing, Hot Ziggety et Three thirty three, de 1955 nous trouvons Honey bee, No sweet lovin', Adorable, Your promise to be mine, Steamboat, Ruby baby (un autre chef d'oeuvre du rock n'roll) et Drifting away from you, de 1956 nous trouvons I should have done right, Soldier offortune, honky tonky, Sadie my lady et  I gotta get myself a woman, de 1957 nous trouvons Yodee y akee, I know, Hypnotized (le même titre qui sera un rockabilly sauvage pour Terry Noland!!) et  Souvenirs, et de 1958 nous trouvons Drip drop (encore un fabuleux et classique rock n'roll) et Suddenly there's a valley.

Afin de posséder l'essemble de l'oeuvre des Drifters je me devais de posséder l'autre double cd The Drifters 1959-1965 All-time greatest hits & more, que du trés bon allant doucement du doo wop classique vers la soul pour les titres les plus les plus réçents.

De 1959 nous trouvons les grands classiques There goes my baby, Dance with me et This magic moment mais aussi Oh my love, Baltimore, Hey senorita, (If you cry) true love, true love et Lonely winds, de 1960 l'incontournable Save the last dance for me et I count the tears, Sometimes i wonder, de 1961 le classique Sweet for my sweet et Please stay, Room full of tears, Some kind of wondeful, Loneliness on happiness, Mexican divorce, Somebody new dancing with you, Jackpot, She never talked to me that way et When my little girl is smiling, de 1962 le splendide Up on the roof et les titres Stranger on the shore, What to do,  Another night with the boys et I feel good all over,  de 1963 nous trouvons le célèbre On Broadway et les titres let the music play, I'll tajke you home, If you don't come back, Didn't it et One way love et de 1964 leurs derniers gros tube Under the Boardwalk et Saturday night at the movies associés à He's just a playboy, I don't want to go on without you, I've got sand in my shoes, At the club et come on over yto my place.

 

The Drifters - Money Honey
.
Découvrez la playlist The Drifters avec Clyde McPhatter
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Doo Wop
commenter cet article