Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 21:57

The Bop cat est un trio de DSC05911Rockabilly canadien formé de Dave Green (leadeur vocal et batterie), Mick Thompon (Guitare) et Ray Harrison (Basse), ils sortent un lp 33 tour Rock n'Roll Graffiti en 1981 sur Magnum force MFLP-001.
Le style est complètement dans le style Teddy Boys des groupes comme Riot Rockers (sans le côté Skiffle) Crazy Cavan (avec un son plus rock n'roll) & Flying Saucers.
C'est trés bien fait on trouve des reprises de titres fifties souvent repris par les groupes de ce style comme Tennessee border (de Jimmy Work), Washing machine Boogie (de Bill browning), Good Rockin' boogie (de Roy Brown celui ci peu repris par d'autres groupes), Tore up (Ray Campi), Rockin' daddy (Sonny Fisher) et Down the line (roy Orbison).
Dave Green compose 5 titres dans ce style Rockabilly Rock n'roll teddy boy comme Rock it boogie, Bopcat boogie, Night Riding, Doofle eye Bopbop et Doctor rock n'roll (bien dans le style de Shotgin) et tous ensemble compose M.T's Boogie.

Repost 0
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 15:58

Claudia Colonna est la première représentante du Rockabilly revival en France. Elle est d'origine italienne DSC06262elle suit des cours de théâtre et des cours de chant durant 2 années à Rome, avant de rejoindre à 16 ans son frère à Paris. Elle rejoint ensuite le petit conservatoire de Mireille.
En 1971 elle réalise son premier 45 tours Un Clown Qui Sourit / Blues Dans La Nuit suivi de deux autres, mais n'ayant rien n'a voir avec le Rockabilly. C'est en 1982 qu'elle enregistre son premier 45 tours Rockabilly avec sa formation Les Guépards Be My Baby / Vespa, ce dernier est suivi l'année suivante d'un premier lp  BOOP HOOP A DOOP avec les titres Teddy Boy / 20ème Etage / Mes Belles Chaussures Bleues / Les Anges Endiablés / Je Reviendrai / Dimmi Dimmi / Le Rock Des Amis / Mais Alors Dis Lui / Il Ribelle  et Le Frimeur.
 
En  1987 commence une suite de nouveaux 45 tours Crazy man crazy / Rockabilly à la télé / Mon nid d'amour, en 1989 Ba da ba boom ba / Ce soir j'ai le blues  et en 1990 I'm a little lady / Un garçon rock n'roll.
L'ensemble de ces enregistrements des années 80 suivant le premier lp sont présents sur le second lp Cocktail rock n' rol l33 tours sur Crazy Cat CC 0025, c'est ce dernier que je possède. La totalité des titres recoivent la patte de Claudia, que se soit les versions francaise, italienne (ou Franco/italienne) de titres en anglais ou les compositions, I'm a Little Lady (une composition rockabilly en Francais et italien), Un Garçon Rock 'n' Roll  (reprise en français du Flying saucer Rock n'roll  version Billy Lee Riley), Love Me (Reprise également trés réussi du Love me un white rock du Phantom, à noter sur ces 2 titres la trés bonne instrumentation sauvage), Mary Lou (est une composition de style country rock), On Se Retrouvera est une trés belle adaptation française de I guess you'll never know des Keytones , Ces titres présents sur la première face se caractérisent par un son et une instrumentation particulièrement réussi les musiciens de ces sessions sont Marc Daenen et Grégoire Garrigues aux guitares, Freddy Meyer à la contrebasse, Patrick Meyronnin à la batterie et Jean François Giorgetti sur Un garçon rock n'roll.
Ba Da Ba Da Boum Ba  (est un rock n'roll en français alternant partie lente et rapide) avec les mêmes musiciens que sur les sessions précédentes mais avec en plues à l'Harmonica Thierry Menesclou, Rockabilly en Télé (est un rockabilly avec un bel accompagnement et un bon rythme mais avec une mélodie) Crazy Man Crazy (reprise en italien du classique de Bill Haley & Comets qui est assez bien faite mais étrange en italien) et Mon Nid D'Amour ( est un slow trop kitsh à mon goût) sont d'une session antèrieur avec Marc Daenen, à la batterie Grégoire Garrigues et à la contrebasse François Ribeau, (on peut noter Fred Pierrre Gustave à la guitare sur Mon nid d'amour) Ce Soir J'Ai Le Blues  (est comme son nom l'indique, un blues)                                

J'ai réalisé cette mini biographie à partir de l'article trés complet fait sur le site web de Rock n'roll revue:
http://www.bartemon.net/dossiers/dossiers.php?id_dossier=256

 

Repost 0
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 22:09

The Boptails est un groupe de DSC06256néo rockabilly allemand formé par Johnny Gator (Guitare rythmique et chant), Clever The Smart (Guitare solo), Diddle the Bass (Contrebasse) & Jack (batterie), ils enregistrent 2 lp 33 tours pour Tombstone recors.
Le premier The Boptails Ballroom Baby  (Tomb-disc 673)  de 1989 est une réussite, il alterne compositions et reprises pour le plaisir de l'auditeur. Les compositions Ballroom baby, Tennessean hobo, Wild cats, Crazy rock n'roll, Boptails bop et Lost you se caractérisent par une qualité mélodique tout en restant clairement rockabilly, et une instrumentation (les riffs de guitare) et un rythme rapide (au niveau du slap) plus néo rockabilly qu'authentique.  Les reprises Long Blonde hair (Johnny Powers), Mystery train (Elvis Presley - Junior Parker), Diggin' the boogie (Roy Hall), 16 chicks (Link Davis), Ubangui Stomp (Warren Smith mais inspiré par la reprise des Stray Cats) et Pink & black (Sonny Fisher) sont également assez pêchu et bien faite mais également fidèle aux styles des originaux.
Le second lp Hot Rod Wheels (Tomb-disc 693) de 1991 se caractérise par une instrumentation une production et des mélodies plus abouties. Même si le premier lp est trés bons celui ci est encore meilleur, mais attention pour l'amateur de rockabilly authentique, ici le style est plus moderne et  néo rockabilly sur l'ensemble du disque, mais avec des dégrés différents.
A part Coming home (Johnny Horton) nous ne trouvons que des compositions, certaines sont du rockabilly classique avec un style fifties et juste DSC06255une production un peu plus moderne comme Desperate love,  Bop till you drop (qui est largement inspiré du One cup of coffee de Glen Glenn), Nothing but the blues et Rockabilly law, d'autres se caractérisent par des structures de morceaux, des riffs de guitare et un slapping bass plus modernes typique du néo rockabilly Bad bad rhythm, Hot rod wheels, Whiskey and moonlight et Spy blues, le titre Broken heart est un rockin blues et Going by train est un western néo rockabilly trés original.














Repost 0
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 19:04

The Five Satins est un groupe vocal composé DSC06148de 5 jeunes gens originaire de New Haven (Connecticut) dont le leadeur est Fred Parris. Ils se forment en 1953, et s'appelent The Scarlets sous ce nom ils obtiennent un hit local avec Dear One . C'est en 1954 qu'ils changent de nom pour The 5 Satins, dans le groupe nous pouvons citer Al Denby, Ed Martin et Jim Freeman. En 1955  ils enregistrent pour Standard records I'll Remember" (In the still of the night), le disque est ensuite racheter par Ember records il atteind alors les sommets du Hit Parade durant l'été 1956. Ce premier tube est suivi d'un second en 1957 (toujours pour Ember) avec To the Aisle. Ils sont cette année là l'une des formations les plus célèbre de l'année et apparaissent dans The Fantabalus Show of 1957, passent à l'Apollo Theatre de New York et dans les show tv de Ted Steele et Dick Clark.
Sort également leur seul lp The "5 satins" sing sur Ember (Elp 100), c'est ce dernier que je me suis procurer en édition canadienne soit distribué par Phonodisc.
On trouve les deux tubes incontournables du groupe I'll remember (In the still of the night) et To the Aisle, des ballades mélancoliques I'll get along, Again, Oh Happy day, Wonderful girl, Weeping willow, Moonlight & 1,  et plus joyeux) des ballades plus entrainantes Our love is forever et Our anniversary  mais aussi et surtout quattre doo wop et rhythm and blues vocals rapides I wish i had my baby, Sugar, Jones girl, et  Pretty baby  (plus medium mais avec un trés beau solo de guitare blues).


Five Satins - In the Still of the Night


THE JONES GIRL by The Five Satins on Ember label 78 rpm record

The Five Satins - To The Aisle.


The Five Satins - Wish i had my baby 78RPM


THE FIVE SATINS - I'LL GET ALONG

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Doo Wop
commenter cet article
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 16:18

L'histoire commence avec WalterDSC06151 "Dootsie" Williams est un trompettiste professionnel qui entre autre joue dans l'orchestre de Roy Milton The Solid Senders. En 1949 il se consacre à la production d'artiste, il travaille pour Blue Records (une nouvelle  filiale de MGM consacré à la musique noire) et signe Big Joe Turner (jump blues), Johnny Taylor(blues), Bruce Collins (golspel)  et Hattie Noel. En 1953 voyant la popularité des groupes vocaux (comme The Flairs et The Lamplighters) auprés des teenagers et décide de créer son propre label Dootone records.
Le premier groupe qu'il produit sont the Medallions, et en 1954 il signe les Penguins.
Le groupe est un quartet formé par Curtis Williams (basse qui est un ancien membre des Flamingos, des Hollywood flames) Cleve Duncan (tenor), Bruce Tate (Bariton) et Dexter Tisby (second tenor). Le groupe enregistre tout dabord en backing vocal du bluesman Willie Headen There ain't no news today (DooTone 345), puis fin 1954 ils enregistrent dans la même session Hey Senorita et Heart Angel. 
 En Décembre 1954, Hey Senorita (Dootone 348) atteind le haut du hit parade R & B, et en Janvier 1955 Earth Angel atteint le Top Ten des Charts pop nationaux et devient un des gros tubes de l'années 1955. On peut noter des covers dont la trés célèbre du groupe blanc The Crew Cuts qui obtiendra elle aussi un trés gros succés. Les Penguins enregistrent d'autres trés bons simples mais leur manager Buck Ram qui vient de découvrir The Platters, se consacre plus à cette nouvelle formation au dépend des Penguins. En peut noter que c'est Ram qui fait signer The Penguins chez Mercury, mais en 1956 ils quittent Mercury pour Atlantic durant une brève pèriode avant de revenir chez Doo tone en 1957, Curtis Williams est remplacé par Teddy Harper. En 1959 sort leur lp The cool, cool penguins mais la formation finit par se séparrer à la fin des années 1950.
L'album Ace  (CH 249) de 1988 compile la majeur partie des enregistrements Doo wop et rhythm and blues vocal du group  soit Earth angel (will you be mine), Hey senoita, kiss a fool goodbye, Ookey ook, love will make our mind go wild, Baby let's make some love, lover no fool, Do not pretend, If you're mine, be my lovin' baby, Cold heart, Sweet love, Let me make up your mind, butterball, money talks, Heart of a fool, Want me et That's how much i need you.


The Penguins - Earth Angel


The Penguins " Earth Angel" and " Hey Senorita


THE PENGUINS - EARTH ANGEL live
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Doo Wop
commenter cet article
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 14:35

The Heartbeats est une formation DSC06150Doo Wop de la seconde moitier des fifties, la formation s'appelle dans un premier temps The Hearts, mais change de nom lorsque un Girls group homonyme obtient un hit au Bilboard, le chanteur leadeur James "Shep" Sheppard rejoint ensuite le groupe. Ils obtiennent en 1956 et 1957 un gros hit avec la ballade A thousand miles away. On peut noter la sortie d'un trés bon lp, puis la formation se séparre en 1959 en laissant quelques classiques du doo wop comme par exemple Crazy for You et Darling How Long.
Le groupe changera souvent de label durant sa courte existence passant de Hull, Rama, Roulette, Gee et Guyden. En 1961 l'ancien leadeur forme un trio de doow op Shep & the Limelites qui obtiendra deux hits Daddy's home et Our anniversary.
L'album A thousand miles away sur Emus records (ES-12033) est un album de doo wop type classique qui alterne slow et doo wop plus rapide avec des titres comme A thousand miles away & Crazy for you (sont effectivement deux splendides ballade doo wop et Crazy For you n'est pas s'enn rappeller mélodiquement  Ten commandement of love popularisé par les Moonglows), One day next year & After new year's eve (Is over) sont deux titres dans la veine des Flamingoes, Everybody is somebody's fool et Lonely lover rappelle plutôt le style des Platters,Down on my knees & Sometimes i wonder sont deux autres ballades doo wop moins connu quue A thousand miles away mais d'une qualité équivalente et les clouts de l'albums deux trés bon rhythm and blues vocals rapide avec riffs de guitare blues I want to know et found a job.  


A Thousand Miles Away---The Heartbeats


The Heartbeats - Down On My Knees 78 rpm! 1958


The Heartbeats - One Day Next Year 78 rpm! (Roulette) 1958

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Doo Wop
commenter cet article
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 18:55

Je consacre cet article à la période Rockabilly charliefeathers1.jpgde Charlie Feathers c'est à dire essentiellement ses enregistrements sur les labels Meteor et King. Un peu d'histoire tout d'abord, Charlie est originaire de Holly spring (Massachusetts), en 1950 sa famille déménage à Memphis, c'est pour cette raison qu'il peut enregistrer chez Sun records à la même pèriode qu'Elvis Presley mais là ou elvis fait déjas du rockabilly Charlie fait plutôt du Hillbilly bop de grande qualité, mais pas encore ses faces rockabilly (je consacrerai un article sur les faces Sun de Charlie Feathers). Aprés quelques simple pour le label de Sam Phillips, il part pour d'autres cieux chez Meteor et King.
En Juin 1956 sort son légendaire simple Tongue tied Jill / Get with it (Meteor 5032), puis ensuite passe chez King  sort  une suite de simple de rockabilly sauvage en Octobre sort Everybody's Lovin' My Baby /Can't Hardly Stand It  ( King 45-4971),  en Décembre One Hand Loose / Bottle To The Baby ( King 45-4997 ), en Mars 1957 Nobody's Woman / When You Decide (King 45-5022) et en Avril 1957 Too Much Alike / When You Come Around (King 45-5043 ), ensuite il enregistre un dernier simple fifties pour Kay records en Juin 1958 Jungle Fever / Why Don't You (Kay 1001).
Même si les titres de ces sessions sont fantastiques il fait attendre les 1980's pour qu'un lp 33 tours les compile pour notre plus grand bonheur .
Ce lp Jungle Fever sur Kay records (Kay 5045) rajoute aux faces Meteor, King et Kay les simples Wild Wild Party / Today And Tomorrow  qui sort sur Memphis records (M-103) en Octobre 1961, Tear it up (reprise de J. Burnette)/ Stutterin' Cindy  qui sort sur Philwood records ( P-223 ) en Octobre 1968,Uh huh honey /A Wedding Gown Of White (deux titres de Eddie Bond) qui sort sur Pompadour records (Pompadour 231 ) en 1973 et deux titres Rollin' rock That certain female (qui sera dan la B O du film Kill bill Vol 1 de Quentin Tarantino) et She set me free.


 




Tongue Tied Jill - Charlie Feathers


Charlie Feathers - Wild Wild Party


Charlie Feathers - One Hand Loose
envoyé par fredozydeco. - Regardez plus de clips, en HD !


Kill Bill - That Certain Female
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Rockabilly
commenter cet article
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 22:20

En Juillet 1999 est DSC06180enregistré un trés bon 25 cm (qui sortira aussi en format CD abec + de titres) sur Enviken records, il s'agit de 10 titres de purs rockabilly authentique et bien nerveux comme il faut par Sonny Rogers & The Kingpins (Enviken Enrec 3301) contenant que du bon.
Le groupe est formé de Sonny Rogers chant et guitare rythmique, Fredrik rosén à la guitare solo, Ulf Torstensson à la contrebasse et Mattias Erikson à la batterie. Nous trouvons sur cet album les titres Rockin' rythm, Breackin hearts, Get out of my car, black smoke & blue tear, High geared mama, Lizzie Lou, Gotta rockit, Look who's crying now, High speed pursuit et Alone with broken heart. La maitrise de chant rockabilly de Sonny est superbe tout comme le jeu de guitare subtile de Fredrik vintage et cristalin à souhait, le 25 cm nous fait écouter ses 10 titres de rockabilly bop et country rocking puristes avec une facilité déconcertante qui nous fait regreter qu'il n'y ai que 10 titres. 
Sonny Rogers était antèrieurement membre des Tupelo Wildcats qui ont enregistré un Ep sur Tail records.

Repost 0
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 21:41

Ce trio anglais de Néo rockabilly DSC06188est formé de Alan Wilson chant et guitare, Stephen Whitehouse Contrebasse et chant et Hodge batterie et choeur. Cette formation est l'une des meilleures du courant néo rockabilly, mais qui s'orientera vers le Psychobilly dans la suite de sa carrière.  L'album Nervous records  (NERD 008) est une véritable réussite au niveau des compositions, du jeu des instruments et de la production.
Les titres sont tous de véritables perles d'inventivité de nervosité et de pêche sans jamais s'éloigner du rockabilly, le slap est sublime et les riffs de guitare vraiment efficaces et subtils à la fois.  La grande majorité des titres sont des compositions, si ce n'est la fabuleuse reprise du It's all over now des Rolling Stones qui est entièrement revu pour en faire du pur néo rockabilly, deux titres sont de véritables petits chef d'oeuvre Moonstomp (Do what you want) et I can't stop qui est à mon goût un classique de l'époque d'une qualité comparable à certains titres classiques des Stray Cats ou des Polecats. Les autres titres Skeleton rock, Crazy maybe, Take a razor to your head (un trés bon rockabilly bien speed avec des riffs de guitare et contrebasse d'enfer), Death row (super mélodie entrecoupé de break vengeur), Love bites (une ballade gothique quand même un peu étrange mais je pardonnes le reste est tellement réussi), Short shark shock (un rockabilly bien speed et sauvage), Ruff Stuff (du rockabilly plus classique trés bien maîtrisé), Phantom rockers (un morceau Rockabilly psychotique), Charlie! (Un rockabilly speed vraiment bien vu avec un super solo de guitare), Slipped disc (un rockabilly de style plus classique mais aussi bien sauvage) et Electrifyin'.


The Phantom Rockers Sharks - Short Shark Rock
The Phantom Rockers Sharks - I can't stop


Repost 0
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 20:57

Ronnie & the Jitters  DSC06187est un exemple de ce qu'il pouvait se faire de plus bizarre dans le monde du néo rockabilly durant les 1980's. L'album Roll over sorti en 1984 sur Nervous records (NERD 014)  est là pour en témoigner.
La première fois que j'ai mis ce disque sur la platine, j'ai cru qu'il s'était trompé de disque dans la pochette c'est pour dire!!!
En  fait ce disque est une blague de ces farceurs de Nervous records, du moins j'espère, en résumé le style et la production sont dans l'ensemble vraiment éloigné du néo rockabilly et plus proche du rock des 1980's.
Le groupe est un quatuor formé de Steve Missal chant et batterie, Dave Post à la basse, Ronnie Decal Chant et guitare et Warren Keller au saxophone.
Faisons donc le tour des titres de ce trés "spécial" album 33 tours Roll Over Richard est un rock plutôt moyen avec piano et sax au son lourd pas trés loin du glitter rock de Joan Jett, Wild Weekend est un rock plus agréable avec une bonne mélodie mais le son reste trés moderne et bien lourd mais étonnament le titre est assez réussi grâce à a sa mélodie (proche des Ramones!!!) et ses bons solos de sax, Love somebody new est un médium rock pop  plutôt indigeste trop teinté du son des groupe de rock des 1980's on n'est plus proche de U2 que des Stray Cats!!, She's not a girl est par contre un bon néo rockabilly avec une mélodie à plusieurs facettes trés réussies toujours avec de trés beaux solos et riffs de sax certains break font penser à C'est Lundi de Jesse Garon!!, Black Slax est une version assez sympathique du titre génial des fifties des Sparkletone Black Slacks (avec une faute d'orthographe??) soit le second rockabilly du disque, Truck stop song est un rock moderne assez bien fait dans le style de Dave Edmunds avec des breaks de piano réussis et un solo de guitare bien vu,  Can't fool a woman est une ballade un peu "variétoche" et pénible que l'on n'a bien envie de passer à son écoute, Take me in your arms est un titre new wave pop typique des 80's qui fait rock juste par la présence du saxophone donc vraiment spécial voir pénible, Crazy Place est de nouveau un Rock à la Joan Jett ou Flamin Groovies avec quand même un beau solo de guitare et de saxophone qui rappelle le Rock des 50's, mélodiquement fait penser aux titres contemporains de Dave Edmunds.

Repost 0