Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 17:35

Arne Jacobsen est un architecte et designer Danois (né à Copenhague en 1902)

 

appartenant au courant fonctionnaliste (qui compte également des personnescomme Le Corbusier ou Walter Gropius) qui prone une architecture ratinelle et fonctionnelle. Son design a posé les bases du modernisme scandinave, sit des formes simples élégantes et fonctionnelles associées à des matèriaux naturels.

Arne_Jacobsen_The_Egg_Chair_3me.jpg

  De formation de maçonnerie il sort en 1927 diplomé d'architecture de l'Académie Royale Danoise des Beaux Arts. Entre 1927 t 1929 il travaille pour lebureau d'architecture de Paul Holsoe. En 1930 il fonde sa propre agence, il obtient sa renomée en 1933 et 1934 par l'immeuble d'habitation de Bellavista à Klampenborg (banlieue de Copenhague).

Au niveau design l'un de ses immense classique est la chaise Ant (fourmi) de 1952 avec un dossier et une assise en contreplaqué et des pieds en fins tubes d'acier, meuble qui sera produit à 5 millions d'exemplaires. Ses autres grands classiques sont sa chaise Egg (Oeuf) et Swan (Cygne) de 1958 et 1960.  Il reçoit en 1954 le Diplôme d'honneur de la X eme triennale du Design de Milan. Durant les sixties il réalisera ses couverts de la série Cylinda line (1967) et sa chaise Oxford. Il laissera également des architectures au Danemark et en Allemagne.

 

 

The Egg chair

 

 

fauteuil-swan-chair-orange-arne-jacobsen.jpg

Fauteuil Swan chair

 

fauteuil-sofa-swan-chair-jacobsen.jpg

Fauteuil Sofa Swan Chair

 

Arne_Jacobsen_Series_7_Chair_a1m.jpg

Series 7 Chair 1955

 

VB0060_1_arne_jacobsen_400.jpg

La chaise fourmi

 

VB0188_1_arne_jacobsen_400.jpg

Chaise 1946

 

b_a_table_arne_jacobsen.jpg

Table salle à manger 1955

 

arne-jacobsen-2-lg--gt_full_width_landscape.jpg

Station service Texaco 1936

 

arne-jacobsen-9-lg--gt_full_width_landscape.jpg

Lampe 1958

 

arne-jacobsen-10-lg--gt_full_width_landscape.jpg

Intèrieur Sas Royal Hotel 1960 (Copenhague)

 

arne-jacobsen-12-lg--gt_full_width_landscape.jpg

Extèrieur Sas Royal Hotel 1960

 

797px-Arne_jacobsen-2C_S-C3-B8holm_I-2C_1946-1950.jpg

Maisons Copenhague 1946-1950

 

2690819526_77aa0cf963.jpg

"ved bellevue bugt", klampenborg, 1961

 

AAAAAjT7KfwAAAAAADLsKQ.jpg

Series 3300 Chairs and Sofas

 

arne-jacobsen-drop-chair-for-restauration.jpg

Drop chair

 

2315569312_4cde5fc17c.jpg

Sas Royal Hotel 1955 - 1960

 

ArticlePicture.jpg

Oxford Chair 1960's

 

objet02940img2.jpg

Lampadaire 1958

 

objet00033img2.jpg

Table Oeuf 1950

 

 

arne jacobsen g

Repost 0
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 16:48

Les modèles de Télévision de la marque Predicta furent produites par Philco à la fin des années 1950's. Le design particulièrement extravaguant fait de ces  télévision un exemple représentatif du style de design "Space age".

Certain voit dans les Predicta une similitude avec la forme des pompe à essence ou avec les robots des film de Science fiction contemporains au modèle et d'autres à un cyclope futuriste. La marque Philco produira un grand nombre de modèles différents de prédicta, mais toutes ont en commun un écran orientable et une table de télé contenant les boutons et les hauts parleurs faisant partie de la télé faisant de celle ci un meuble à part entière. De nombreuses Predicta seront prouite pour la chaine d'Hôtel Holiday Inn.

 

.

pholiday.gif

The Philco "Holiday", 1958

 

 

ppedestal.gif

 

 

 

The Philco "Pedestal",1958

 

 

ptandem.gif

 

 

THE PHILCO "PENTHOUSE", 1958

 

pprincess.gif

The Philco "Princess", 1959

 

 

pcontinental-copie-1.gif

 

 

The Philco "Continental", 1960

predicta_meteor.jpg

 

 

Predita Meteor

Predicta-Telstar.jpg

 

 

Predicta Telstar

predicta1a.jpg

 

 

 

predicta-tv.jpg

 

 

 

 

PredictaFamily.jpg

 

2KidsPredPic.jpg

 

 

De nombreux liens sur le sujet pour en savoir plus:

http://www.mztv.com/newframe.asp?content=http://www.mztv.com/predicta.html

http://www.predicta.com/index.shtml

http://www.nappepin.com/predicta/predicta.htm

http://50spredicta.com/

 

 


 
Repost 0
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 16:01

Billy Bridge (Jean Marc brige) DSC07193.jpgest originaire de Cherbourg (Manche), au début des 1960's Kurt Mohr des disques Odéon le remarque. En 1962 il enregistre avec son groupe les Mustangs 12 titres pour le label qui sorte sous la forme de 4 ep 45 tours et 6 simples ce sont les titres Surboum, Triple twist,  Viens twister avec moi, Mon coeur est dans votre main, Le grand M (1ère et 2ème partie), Ça, c'est l'madison, En twistant le madison, Madison flirt, Ce qui me vient de vous, Quand je suis loin de toi, Petite Catherine, La main du diable,  Rinky dink,  Sur la plage et 1-2-3-4 (Les Mustangs). Dans ses enregistrements on peut noter la présence du guitariste Mickey Baker, son plus grand succés sera Le grand M qui importe la danse américaine le madison en France, cela lui vaudra le surnom de "Petit prince du madison". on peut noter que Billy & les Mustangs font  première partie en 1962 des Shadows à l'Olympia, et l'année suivantye il apparait dans le film américain Just for fun. En 1963 il sort 3 ep chez CBS et en 1964 2 nouveaux Ep.

Il disparait ensuite de la scène jusqu'à 1971 ou il réapparait sous le nom de Black Swan pseudo avec lequel il obtient au gros tube au hit parade anglais avec Echoes of Rainbow.

Il finit sa vie en chantant sous son premier pseudo des succés du début de sa carrière.

 

Le lp Billy Bridge Rock twist et Madison (CBS 80556) est un assez bon disque de rock sixties français avec quelques titres vraiment bon comme Surboom par exemple, la qualité musicale n'est sans doute pas étrangère à la présence sur la majorité des titres du guitariste américain Mickey Baker. On trouve des titres de 1962 sortis sur Odéon comme SurboomViens twister avec moi (deux titres trés rock présent sur son premier ep, ) Ca c'est le madison,  En twistant le madison et Le Grand M (les trois titres de son second ep) associés à des titres CBS Un lettre pour vous , Fachée , Ne la fait pas souffrir et Donne moi cette nuit soit son avant dernier ep CBS de 1964  Quand tu danse contre moi , Bye bye Johnny  et Demain tu pars en vacance trois titres de son dernier ep CBs de 1964.

 

 

Billy Bridge & the Mustang - Le Grand M
Billy Bride & the Mustang - Surboom
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans French rock twist
commenter cet article
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 15:50

Freddy Cannon est souvent abusivement classé dans les Teenage Idol,mais en réalité il est un rocker dont la carrière commence à éclater en même temps que l’ère des Tennage Idol.DSC05455

Freddy Picariello est né à Revere (Massachusetts), son père conducteur de camion est dans ses loisirs trompettiste dans un orchestre local. Freddy s’interresse surtout à la musique au travers des disques de rhythm and blues d’artistes comme Big Joe Turner ou Buddy Johnson et commence à apprendre la guitare. Début 1955 au sein des Spindrifts (groupe dans lequel il chante et joue de la guitare il obtient un hit local avec Cha-cha-do. Il est guitariste solo dans la session de Ka-Ding Dong des G-Clefs (un groupe de Rhythm and blues Vocal) qui se classe 24 au Billboard Hot 100 de 1956. Puis il fait son service national, se marie et devient père.

Inspiré par les grands rockers noirs Chuck Berry et Little Richard, il forme son propre groupe Karmon & the Hurricanes qui se fait une sérieuse réputation dans la région de Boston, ce qui lui permet de passer régulièrement au dance show de la TV locale le Boston Ballroom. En 1958, il signe un contract avec le Disc Jockey de Boston Jack McDermott qui devient son manager.

Son premier tube Thallahassie Lassie (dont les paroles sont écrites au départ par la mère de Freddie) s’appelle au départ Rock and roll baby, elle est arrangée  et partiellement réécrite par le duo de compositeurs et producteurs Bob Crewe et Frank Slay. OOn peut noter le fabuleux solo de guitare du musicien de studio Kenny Paulson. Le titres est dans un premier temps rejeté par quelques maisons de disques, puis elle est écoutée par le présentateur TV Dick Clark qui a des part dans la compagnie de disque Swan records. Clark propose d’augmenter en studio le son de la batterie et de rajouter des claquements de mains afin de rendre le titre encore plus exitant. Le simple sort sur Swan records, dont le président Bernie Binnick suggère à Freddy un nouveau nom « Freddy Cannon ».DSC05454.jpg

Le titre devient rapidement un hit local dans la région de Boston et Philadelphie, et en 1959 il devient un hit national atteignant la 6 eme place du Bilboard Hot 100 et la 13 eme place dun hit parade R&B, en Grande Bretagne il atteint la place 17 du hit parade. Il obtiendra par la suite 22 titres se classant dans le Billboard.

 Durant les 5 années que Freddy restera chez Swan records, il devient « Boom Boom Cannon », et fera de nombreuses apparitions dans le programme TV. American Bandstand (110 apparitions).

Son second simple Okefenokee (se classera 43 eme dans les charts), suivi de Way down in New Orleans (qui est une version rock d’un titre de 1922)  se classe 3 eme des pop charts aux USA et en Grande Bretagne. Devant se succés Freddie fait une tournée en Grande Bretagne, et en Mars 1960 son album The Explosive Freddy Cannon est le premier album d’un chanteur de rock n’roll à rentrer dans  le hit parade des albums britannique. Dans ses autres tubes on peut noter par exemple Chattanooga Shoe Shine Boy, Muskrat ramble (de Louis Armstrong), Twistin’ all night long (enregistré avec Danny and the Juniors et Frankie Valli and the Four Seasons), Palisades park (qui se classe à la troisième place du hot 100,  à la 15 eme place des charts R&B et 20 eme au hit parade britannique.

Il apparait dans le film Just for fun (au côté entre autres de Johnnie Tillotson et Bobby Vee), en 1963 il signe chez Warner Bros. records, avec qui il obtient de tube au hit parade US Abigail Beecher et Action, il quitte en 1967 Warner et enregistre ensuite sur de nombreux labels. En 1981 il revient dans les hit parades avec Let’s put the fun back in rockn’roll qu’il enregistre avec The Belmonts pour Miasound records, et en 1982 il apparait dans un film indépendant The Junkman. En 2002 il enregistre un Christmas album Have a boom boom Christmas.

 

Au niveau des lp 33 tours je me suis procurer l'album de 1960 Explosive! Freddy Cannon (Top Rank - Swan  25/018)  qui ne contient que du rock (et qui fut cette année là classé n° 1 au hit parade des albums en Grande Bretagne). Nous trouvons les titres Boston (my home town), Kansas cty, Sweet georgia brown, Way down in new orleans, St louis blues, Indiana, Chattanoogie shoe shine boy, Deep in the heart of texas, California, here i come, Okefenokee, Carolina in the morning et Tallahassee lassie. En tout 12 rocks avec une instrumentation s'inspirant du rhythm and blues avec cuivres et piano et des mélodie trés entrainantes dont des covers de Sweet Georgia brown, Kansas city, St Louis blues qui mettent en évidence le goût pronocé de Freddy pour la musique noire, et des rocks absolument incontournable comme le rapide Tallahasse Lassie et le médium Way down in new orleans.

 

Et afin d'avir une vision plus large de l'oeuvre de Freddy Cannon je me suis procurer la compilation Freddy Cannon Sings his hits de Gunshot records (GUN 001) qui contient des rocks toujours avec l'instrumentation rappelant le rock noir et le R & B, certains étaient présents sur son 1er album comme Tallahassie Lassie (1959), Way down yonder in new orleans(1959), Chattanooga shoe-shine boy (1960), California here i come(1960), Boston my home town  et  Okefenokee (1959) (on peut noter la présence d'une version alternative de Tallahassie Lassie), nous trouvons également d'autres rock rapide comme le génial Buzz buzz diddle it (de 1961repris à la fin des 1970's par le groupe anglais Matchbox), Pallisades park (1962), Transistor sister(1961), Teen queen of the week (1962), For me & my girl (1961), Abigail Beecher (1964)et Beechwood city et des medium rock comme Jump over(1960)The Urge (1960), Action (1965)et I f you were rock n'roll records (1962) des titres plus rock sixties comme The dedication song (1966), Muskrat ramble (1960) et Happy shades of blue  (1960)

 

 

Freddy Cannon - Buzz buzz a diddle it
Freddy Cannon - Maverik flat
Freddy Cannon - What do i hear?
Freddy Cannon - Palisades Park

Freddy Cannon - Action
Freddy Cannon - Dedication song
Freddy Cannon - Tallahassee Lassie (1988 live)
Freddy Cannon - Way down in new Orlean
Freddy Cannon - Thallahassee lassie
Freddy Cannon - Palisades park
Freddy Cannon - Abigail Beecher
Freddy Cannon - Chattonooga shoe shine boy

Freddie Cannon - If You Were A Rock And Roll Record

 

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Teen Rock
commenter cet article
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 13:50

Robert James Byrd est né en 1934 à Forth Worth (Texas), DSC05464.jpget part pour Los Angeles (Californie) à 15 ans, à 16 ans il devient membre  du groupe de rhythm and blues vocal The Hollywood Flames, ou il utilise déja le nom de Bobby Day en concert et sur les disques.  Le groupe enregistre 2 simples en 1951 et 1952 pour Fidelity records, ils obtiennent des tubes régionaux me ne dépassant pas la côte ouest comme le très bon Buzz, Buzz, Buzz (Ebb 119) début 1958 le titre devient un succés national atteignant la 11 eme place des charts R & B. De son côté Bobby signe parallèlement à sa carrière au sein des Hollywood Flames comme artiste solo chez Class records et enregistre le simple Come seven / So long baby (Class 207) ou il est accompagné par The Maxwell Davis Orchestra.  Bobby fera également partie du duo Bob and Earl (avec Earl Nelson un autre membre des Fabulous Flames) qui obtient un tube avec Harlem Shuffle. En 1957 il enregistre son second simple Class avec son immortel titre  Little Bitty Pretty One mais sous le nom de the Satellites (le titre est un tube qui atteind la place 57 des Pop Charts, tandis que la cover qu'en fait Thurston Harris pour Alladin la même année atteind la 6eme place des Pop charts et N° 5 des R & B charts). Il eut une reconnaissance en tant qu’interprète  avec son plus gros tube Rockin’ Robin écrit par le fils de Leon Rene le directeur du label Class records mais également ami de Bobby, le titre atteint la seconde place du Billboard hot 100  et la première place des charts R & B en 1958, il se vend à plus d’un million d’exemplaire et permet à Bobby d’obtenir un disque d’or.  La seconde face Over and over devient également un tube se classant à la place 41 des charts la même année, on peut aussi noter que le titre sera de nouveau un gros tube en 1965 la reprise qu'en fait cette année là the Dave Clark Five. Bobby enregistre par la suite 6 autres simples pour Class records qui se classe également dans les charts comme The bluebird, The Buzzard & the Oriole (place 54), That's all i want (place 98) et Gotta new girl (place 82). Sur les enregistrement Class nous trouvons des musiciens de renom comme Plas Johnson, Earl Palmer, Googie Rene et Either Rene Hall ou Barney Kessel à la guitare.  En 1960 Leon Rene vend Class à Rod Pearse le label devient Rendezvous records, pour ce nouveau label Bobby enregistre 7 simples dont de nouvelles versions de Rockin' robin et Over and over. Entre 1957 et 1962 Bobby avec The Hollywood Flames enregistrent 16 simlples pour les labels Ebb, Atco, Chess, Coronet et Goldie. En 1963 Il sig,ne un contrat avec RCA ou il enregistre 4 simples, puis enregistre pour Jama records I'm just a Postman (sorte de réponse au tube des Marvelettes Please Mr Postman), en 1965 il enregistre When i started dancing pour Class records qui a été brièvement réactivé par Googie Rene. Durant le reste des 1960's Bobby tourne beaucoup dont des tournée en Australie et Nouvelle Zélande. Il décède en 1990 d’un cancer.

 

Au niveau des albums le lp Rockin' Robin Bobby Day d'Ace records (CH 200) est absolument indispensable mais se concentrant que sur les faces Class records de l'artiste soit que du trés bon mais qu'une partie de l'oeuvre importante de l'artiste nous trouvons les titres: The bluebird, the buzzard & the oriole, Over and over, Come seven, Honeysuckle baby, My blue heaven, I don't want to, When the swallows come back to capistrano, Beep beep, Rockin' robin, Ain't gonna cry no more, Little bitty pretty one, life can be beautiful, That's all i want,  Mr & Mrs rock n'roll, Sweet little thing et Three young rebs from georgia.

 

 

Bobby Day - Rockin robin
Bobby Day - The bluebird, the buzzard & the oriole
Découvrez la playlist & Bobby Day avec Bobby Day
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Black Rock n'roll
commenter cet article
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 10:58

Ruth Alston Weston est originaire de Porsmouth DSC05493.jpg(Virginie) et fait ses étude à la I.C. Norcom High School (l’Historique université noire américaine). Son père dirige l’église noir locale, mais Ruth est plus attirée par chanter dans les night clubs que dans les églises.

Ses références artistiques sont Sarah Vaughan, Billie Holiday et Dinah Washington. En 1945 Brown va s’installer avec son mari le trompettiste Jimmy Brown , et commence à chanter dans les bars et les clubs dont 1 moi durant lequel elle est accompagné par le Lucky Millinder’s orchestra, puis part pour Washington.

Arrivé sur place Blanche Calloway (la sœur de Cab Colloway) permet à Brown de faire un concert dans un night-club de Washington le Crystal Caverns, cela lui permet de rencontrer son future manager, Willis Conover un disc Jockey ayant une renommée nationale. C’est Willis qui recommande Brown aux Patrons des disques Atlantic soit Ahmet Ertegün et Herb Abramson.

C’est en 1948 que Ertegün et Abramson viennent écouter Brown chanter dans un club de Washington, cette dernière à pour répertoire essentiellement des ballades, les deux patrons d’Atlantic records sont convaincu du talent de Brown, mais Ertegün convainc cette dernière de rajouter  du rhythm and blues à son répertoire.

Lors de sa première ruth-b-copie-1.jpgsession d’enregistrement en 1949 elle met en boite So long qui devient un hit national classé au hit parade R & B.En Septembre 1950 elle enregistre dans les studios newyorkais d’atlantic records Teardrops from my eyes (écrit par Ruy Toombs) qui est le premier hit de Brown avec un rythme soutenu qui place alors Ruth comme une figure importante du Rhythm and Blues. Le disque sort en Octobre devient un tube national  restant N° 1 du Billboard R & B durant 11 semaines.

Sa popularité est telle qu’elle reçoit le surnom  de Miss Rhythm  et devient la reine du rhythm and blues.

Il s’en suit une suite de hit majeur dans l’histoire du R & B féminin comme I'll Wait for You (1951),  I Know (1951),  5-10-15 Hours (1953),  (Mama) He Treats Your Daughter Mean (1953),  Oh What a Dream (1954), Mambo Baby (1954) and Don't Deceive Me (1960).

Elle obtient à elle seule 149 semaines de présence entre 1949 et 1955 dans les R & B charts avec 16 titres qui atteignent le top 10 blues dont 5 numéros 1.
On dira d’elle qu’elle est la « fille ayant une larme dans sa voix »

Durant les 1960’s, elle arrête sa carrière musicale pour se concentrer sur sa vie de famille, et revient à la musique en 1975 et fait quelques rôles comme à la TV dans le Sitcom Hello Larry ou au cinéma dans le film de John Waters Hairspray, elle fait un petit peu de radio devenant la DJ « Motormouth Maybelle », et fait des apparitions dans des comédies musicales de Broadway comme Amen Corner et Blues on Broadway.

Avec ses Royalties elle fonde en 1987 la « Rhythm and Blues Fondation » et en 1993 elle est introduite au Rock n’Roll Hall of fame comme « The Queen Mother of the Blues" (la reine mère du blues), en 1995 elle écrit son autobiographie Miss Rhythm. Elle décède en Novembre 2006, et en Octobre 2007 est organisé un concert en sa mémoire à l’ Abyssinian Baptist Church à  Harlem (New York).

Pour donner une idée plus précise des tubes de Ruth Brown voici la liste : 1949 So long (atteint la place 4 des charts), 1950 Teardrops from my eyes (N°1) et I’ll wait for you (N°3), 1951 I know (N°7) et 5-10-15 hours (N°1), 1952 Daddy daddy (N°3) (Mama) he treat your daughter mean (N°1 aux USA et N°23 en UK), 1953Wild wild young men (N°3 titre qui peut déjà être considéré comme un solide rock n’roll noir), Mend your ways (N°7) et Oh what a dream (N°1), 1954 Mambo Baby (N°1), As long as i’m moving (N°4) et Bye bye Young men (N°13), 1955 I can see everybody’s baby (N° 7), It’s love baby (24 hours a day) (N°4), Love has joined us together (N°8) et I want to do more (N°3), 1956 Sweet baby of mine (N°10), 1957 Lucky lips (N° 6  et N° 25 en UK, un autre grand classique du rock n’roll noir) et This little girl’s gone rockin’ (N°7 et N° 24 en UK un des rares exemples de rockabilly féminin noir qui est sans doute l’un des meilleur du genre aux côté de certains Janis Martin ou Wanda Jackson, on peut noter une version 1950’s de titre par Janice Peters en Grande Bretagne et durant les 1970’s par la formation Teddy Boy Little Tina and Flight 56), 1958 Why me (N°17) et I don’t know (N°5 et N°64 en UK), 1959 Jack ‘O Diamonds (N°23 et N°96 en UK) et Don’t decieve me (N° 10 et N° 62 en UK).

 

Au niveau des 33 tours je me suis procuré la splendide Compilation The Rockin-boppin ladies presents Ruth Brown (be-bop records BB 100) qui contient 18 titres de pur black rock n'roll avec les titres Lucky lips, As long as i'm moving, Mama, he treats your daughter mean, A nedd love, This little girl's gone rockin, Bye bye young men, Sweet baby of mine, Sure' nuff, Just too much, 5-10-15 hours, Jim dandy, Love-love-love, Honey boy, Wild wild young men, Why don't you do right et I don't know

 

J'ai également le cd Ruth Brown R.B. Blues (ARG 001) qui compile des titres plus rhythma nd blues de l'artiste et cela s'avère également trés bon mais sur un rythme plus medium. Nous trouvons les titres It's Raining, So long, Love me baby, I'll get along somehow, Happiness is a thing called Joe, Rocking blues, Someday, Why, It's all your mind, I can dream, can't i, Sentimental journey, Where can i go, Dear little boy of mine, Am i making the same mistake again, Teardrops from my eyes, R B Blues, I know, I don't want nobody, I'll wait for you et Standing on the corner.

 

 

Ruth Brown - Teardrops on my eyes
Ruth Brown - Everytime it rains I think of you

Ruth Brown - Mama he your daughter mean
Découvrez la playlist &Ruth Brown avec Ruth Brown
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Black Rock n'roll
commenter cet article
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 16:57

Etta James de son vrai nom Jamesetta Hawkins est né DSC05647.jpgà Los Angeles (Californie), c’est à l’age de 5 ans  qu’elle commence à chanter au sein de la formation de l’église baptiste de St Paul de Los Angeles sous la direction de James Earle Hines.

En 1950 Jame’s et sa famille part pour San Fransisco, et fait partie d’un trio de doo Wop féminin,  a 15 ans elles sont auditionner par Johnny Otis elles interprette Work with me Annie (le rock n’roll noir de Hank Ballard) mais dans une version adaptée Roll with me Henry. Otis est emballé et fait enregistré au trio le titre pour Modern Records à Los Angeles sous le nouveau titre The Wallflower (Dance with me Henry), le disque sort en 1955 sous le nom the Peaches. Le groupe se retrouve en Février 1955 à la seconde place du hit parade R & B avec The Wallflower, le succés fut tel que le titre sera également repris par la chanteuse blanche Georgia Gibbs pour Mercury Records. The Peaches sont alors des vedettes du R & B et black rock n’roll et font des tournées avec des pointures du genre comme Little Richard.
The Peaches quittent leur compagnie et continuent à enregistrer pour d’autres et font d’autres tubes de Rock n’roll noir féminin comme  Good Rockin’ daddy, Tough Lover et W-O-M-A-N. Elles tournent alors avec Johnny Guitar Watson et Otis Redding (qui dans les 1950’s n’est pas encore l’immense vedette qu’il deviendra durant les 1960’s).

C’est en 1960 que Etta James signe un contrat avec le légendaire label Chess Records, ou elle enregistre sur la filiale Argo records, puis sur Cadet records. Elle obtiendra des tubes en duo avec Harvey Fuqua (le chanteur des Moonglows) comme If i can’tDSC05494 have you et Spoonful et en solo avec le fabuleux All i could do is cry (une ballade R & B d’une qualité équivalente aux titres de Sam Cooke) le titre atteint la seconde place des charts R & B en 1960, My Dearest Darling chanson qu’elle interprète la même année la cinquième place. On peut entendre Etta dans les chœurs du Back in the USA de Chuck Berry.

At Last l’autre petit chef d’œuvre d’Etta James donne le nom à son premier lp qui contient ses titres enregistrés entre 1960 et 1961 dont la cover de Stormy Weather de Lena Horne et I just want to make love to you et A Sunday kind of love.

Léonard Chess le génial producteur de Chess Records voit à raison en Etta une fabuleuse interprète de ballades à succès. C’est pour cette raison qu’il rajoute à l’enregistrement de At Last des Violons, le titre se classe très rapidement à la seconde place des charts R & B en 1961, mais également à la Place 47 des Pop charts.

En 1961, elle obtient encore un gros hit avec Trust in me qui fait partie de son second album studio The second time around dont le style se rapproche de la soul music et qui obtient deux autres hits avec  The fool that i want et Don’t cry baby.

En 1962, elle obtient trois gros hits dont Something’s got a hold on me (N° 4 titre avec influence gospel) Stop the wedding  (N° 6).

En 1963 Etta met en boite son premier album live Etta James Rocks the house enregistré au New Era club de Nashville (Tennessee), et obtient un gros tube avec Pushover et deux autres moins important avec  Pay back et Two sides (to Every story)

Sort ensuite son troisième album studio Etta James top ten, elle obtient des gros tubes avec Loving you more each day et Baby what you want me to do.

 

Malgré une addiction à la drogue qui commence à la moitier des 1960’s Etta-James---R-B-Dynamite---Front.jpgdont elle se libère en 1974 elle obtient des tubes en 1967 avec Tell mama, (N°10 avec le guitariste Paul C. Saenz)
Il sort ensuite un nouvel album studio du même nom avec lequel elle obtient un nouveau tube avec sa cover d’un titre d’Otis Redding Security (N°11), en 1971 elle obtient un tube avec Loser Weepers et en 1972 avec I found a love.

En 1973 elle travaille avec des artistes comme Janis Joplin et Steppenwolf pour un de ses album qui sort en 1974 Out on the street again.

A la fin des 1970’s sort les deux derniers album de James chez Chess (malgré la mort de Leonard Chess en 1978) soit Etta is betta than evah and Deep in the night. Elle tourne également avec The Rolling Stones et participe au Festival de Jazz de Montreux.

En 1989 sort son album Seven year itch (pour Island Records) produit par le pianiste Barry Beckett, et chante avec le rappeur Def Jef sur le titre Droppin’ rhymes on Drums.

En 1992 parait son album The Right time suivi en 1993 d’un album hommage à Billie Holiday (l’une de ses influences musicales) Mystery lady : Songs of Billie Holiday (sur Private music).

En 1993 elle est introduite au Rock n’roll hall of fame et en 1994 elle reçoit le Grammy Awards de la meilleure chanteuse de Jazz. En 1995 elle publie ensuite son autobiographie  A Rage to Survive (co écrite avec David Ritz) et un album soul  Time after time (produit par Jerry Wexler) et en 1998 elle enregistre son premier Christmas album Etta James Christmas.

Enfin on peut noter en 2003 son album Blue Gardenia (qui marque son retour à la musique jazz), et un album live Burnin’ down the house : live at the house of blues, et en 2005 l’album Let’s Roll.

En 2008 le film Cadillac Records raconte une partie de la carrière de James sur le label Chess parallèlement à l’histoire d’autres légende du label comme Muddy Waters, Chuck Berry, Willie dixon, Little Walter ou Howlin’ Wolf mais en gardant centrale les personnages de Leonard Chesss et James joué et chanté avec grand talent par la chanteuse Beyonce.

 

Le lp R & B Queen sur Crown records (GEM 005) compile quelques unes des faces de Etta James enregistrées  entre 1954 et 1958 (c'est à dire en solo  chez Modern et Kent records) soit les titres My one and only, The pick up, I'm a fool, By the light to the silvery moon, Come what may, That's all, Tough lover, Dance with me Henry, Tears pf joy, Baby baby every night, Do something crazy et Market Place.Ces douze titres sont absolument géniaux entre R & B et Rock n'roll féminin pur et dur.

Le cd Ace records R & B dynamite compile lui aussi la même pèriode, en rajoutant des titres allant jusqu'en 1961 (avant qu'elle ne signe chez Chess /Argo records). Les 22 titres sont comme sur le lp précédemment cité de pures merveilles, nous trouvons des doo wop rapides, du rhythm and blues rapide, quelques ballades R & B mais aussi de nombreux rock n'roll noir  dont certains particulièrement sauvage. Nous trouvons de nombreuses compositions d'Etta James, mais également des compositions de Richard Berry ou de Berry Gordy. Les titres présent sont de 1955 W-O-M-A-N, Hey Henry, Good rockin' daddy, That's all  et Roll with me Henry (The Wallflower), de 1956 Number one, I'm a fool, Tears of joy,  Tough lover et Do something crazy,  de 1957 The Pick-up et Market place, de 1958 I hope you're satisfied, Sunshine of love et Baby, baby , every night, de 1960 Strange things happening et How big a fool et de 1961 Nobody's loves you (like me), Hickory hickory dock, You knox what i mean et We're in love (dont 3  compositions de Berry Gordy)  


Je me suis aussi procurer l'édition original du troisième lp d' Etta James (qui parait en 1962) avec les titres envoutants Waiting for Charlie to come home, Guess again, A lover's mourn, You can count on me, If i can't have you (composé par Harvey Fuqua et Etta James), Something's got a hold on me, My dear, Nobody but you(composé par Willie Dixon), Let me know (composé par Berry Gordy)et Spoonful (composé par willie Dixon).

 

Etta James - Tough Lover 
.
Etta James - At last

Etta James "Wallflower" Modern 947

 

 

Etta James & Harvey Fuqua - I can't have you
Etta Jame - Good rockin' daddy

 


Découvrez la playlist Etta James avec Etta James

 


Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Black Rock n'roll
commenter cet article
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 11:56

En 1958 le jeune chanteur de Rock n’roll Cliff Richard DSC05302commence à se faire un nom avec son groupe The Drifters (rien n’à voir avec le groupe de doo wop américain), formé de lui-même soit Harry Web au chant, Ian Samwell et Norman Mitham aux guitares et Terry Smart à la batterie. Comme on peut le remarquer The Drifters nn’ont pas de bassiste, Ian Samwell écrit le premier tube du groupe Move it qui devient Cliff Richard and the Shadows.  Sur la session de Move it et Schoolboy crush  on peut noter la présence de musiciens de studio comme le bassiste Frank Clark et de guitariste Ernie Shear. Le producteur Norrie Paramor signe un contrat à Richard, tandis que le producteur de tv Jack Good signe de son côté The Drifters pour son émission Oh Boy !. Paranor demande alors à Foster de rechercher un meilleur guitariste, ce dernier se rend au 2i’s Coffee bar de Soho (Londres) et repère le guitariste qui accompagne sur scène Tony Sheridan un certain Hank Marvin qui porte des lunettes semblables à celles de Buddy Holly. Hank commence sa carrière musicale dans un groupe skiffle qu’il forme à l’école avec son ami Bruce Welch, c’est avec  ce dernier que Hank par pour Newcastle afin de gagner de l’argent et se faire connaître. Lorsque Foster propose à Hank de l’engager, ce dernier accepte à condition que Welch soit lui aussi engagé,  le nouveau manager place Hank et Welch en guitare solo et rythmique, du coût Ian Samwell devient bassiste avant d’être remplacé à son tour par Jet Harris, et le batteur Terry Smart est ensuite remplacé par Tony Meehan (sur les conseils de Harris). Cette fois ci les Drifters définitifs sont au complet. Et ce sont eux DSC07204que l’on trouve sur les séances d’enregistrement des deux simples Feelin' Fine / Don't Be A Fool With Love et Jet Black / Driftin', le premier est un simple avec chant tandis que le second est instrumental. Ils enregistrent ensuite un nouveau simple avec chant Saturday Dance / Lonesome Fella, mais également un nouvel instrumental Chinchilla qui sortira sur le eps de Cliff Richard and the Shadows Serious Charge réalisé début 1959 pour le film du même nom. C’est durant l’été 1959, que le groupe américain The Drifters fait un procès aux Drifters anglais lorsque le simple Feelin’ line est exporté aux USA, le second simple Jet black est alors exporté sous un nouveau nom temporaire the Four Jets. Le nouveau nom définitif du groupe the Shadows sera trouvé par Jet Harris. Et c’est au sixième 45 tours de Cliff Richard Travellin’ light que les Drifters deviennent officiellement les Shadows.  En 1960 le groupe enregistre  l’instrumental Apache (composé par Jerry Lordan)  qui est numéros 1 des charts britaniques durant 5 semaines. A partir de ce premier gros tube the Shadows devient une des plus célèbre formation de rock n’roll instrumental qui au Canada et aux USA devient un sérieux rival des Ventures et Surfaris classant leurs titres dans les hit parade du monde entier. On peut également noter d’autres hits comme Wonderful land (autre composition de Lordan) qui reste 8 semaines au sommet des charts, Kon tiki six mois plus tard qui devient lui aussi numéro 1. Ils obtiendront  un total de 7 gros hits. En Octobre 1961 Meehan est remplacé par Brian Bennett, et en Avril DSC07225.jpg1962 Harris est remplacé par Brian Locking. Ces deux nouveaux Shadows se connaissent déjas faisant partie du groupe d’accompagnement du Rocker Marty Wilde au 2I’s The Wildkats ety enregistrent sous le nom des Krew Cats des instrumentaux. Harris et Mehan de leurs côté commence des carrières solos pour Decca Records. Ils obtiennent avec cette nouvelle formation deux autres gros hits avec Dance On et Foot tapper. Brian Locking sera remplacé à la fin des 1960’s par John Rostill qu’ils rencontre en 1963 et qui les impressionne déjà par son jeu. Ils apparaissent avec Cliff Richard dans les films The Young Ones, Summer HolidayWonderful life et  Finger keepers, mauis aussi sous forme de marionnettes dans le film Thunderbirds are go de Gerry Anderson. On peut noter également leur participation à un film humoristique Rhythm 'n Greens qui donnera nissance à un livre musical et un 45 tours EP. En 1964 ils font un concert en pantomime au London Palladium Alladin and his Wonderful lamp Richard est Alladin et The Shadows sont Wishee, Washee, Noshee et Toshee. Même si dans The Young Ones ils ne compose qu’un des titres dans  Finders Keepers  de 1966 ils composent la totalité des titres de la bande Originale.

 

The Shadows se séparent en 1968, pourtant sort un ten Anniversary album Established 1958  et l’album Shades of Rock. Bruce Welch et Hank Marvin forment alors un trio vocal et guitar Marvin Welch & Farrar, mais ils se reforment en 1973 sous la pression des fans. C’est en 1990 que la formation se sépare encore une fois, mais se reforme régulièrement pour  des tournées en Grande Bretagne et dans toute l’Europe en solo ou avec Cliff Richard. En 2004 ils enregistrent un nouveau titre écrit par Jerry Lordan Life story et en 2009 commence une tournée en Grande Bretagne, Europe qui se continu en 2010 en Auistralie, Nouvelle Zelande et Afrique du Sud. De la pèriode qui nous interresse on peut noter les albums The Shadows (1961),  Out of the Shadows (1962), Dance with the Shadows (1964) , The sound of the Shadows (1965), Shadows Music (1966) et Jigsaw   (1967).
Je me suis procurer l'un de leurs albums originaux de 1964 Dance with the Shadows (Columbia FP 1139) qui contient des compositions du groupes comme Shadoogie, See you in my drums, Theme from a filleted place, Nivram et Big Boy, et les titres Blue star, My resistance is low, Find me a golden street, Gonzales et Sleepwalk (cover du tube de Santo & Johnny) Et deux greatest hits le premier The Shadows 60's (Columbia , Emi Pathe marconi 2 C 062 - 05030) qui fait le tour de leurs tubes des années 1960's avec Apache, Kon-tiki, Perfidia, Shadoogie, Nivram, Frightned city, F.B.I, Shazam, Guitar tango, Sleep Walk, Little B, The rumble, Dakota et Atlantis, le second The Shadows Golden Records (Pathe Marconi 2 C 066-057278) se cantone aux succés des débuts des Shadows soit entre 1959 et 1963 soit de 1959 Driftin et Jet black, de 1960 Apache et Quatermaster's stores, de 1961 Kon-tiki, Nivram, Shadoogie et Frightened city, de 1962 Perfidia, Little "B" et Guitare tango et de 1963 Shazam et Geronimo.

Et grâce aux trés grosses ventes des Shadows durant les 1960's il m'a été facile pour un prix trés abordable de me procurer quelques EPs Columbia originaux du groupe: Le Ep ESDF 1336 avec Apache, Quatermaster's stores, Jet black et Driftn', le ESDF 1357 avec F.B.I, Midnight, Man of mystery et The Stranger, le EDSF 1378 avec The frightened city (du film du même nom), 36 -24 - 36, Kon-Tiki et Back home, le ESDF 1404 avec The Savage et Peace pipe (du film The Young Ones) Wonderful land et Stars dell on Stockton, le EDSDF 1431 avec Guitar Tango, Some are lonely, Perfidia et Tales of a raggy tramline.

DSC07220 DSC07221 
 DSC07217  DSC07218
 DSC07219  DSC07222

 

 

Shadows & Cliff Richard - Apache
The Shadows - FBI
The Shadows - Frightened city
The Shadows - the Savage
The Shadows - FBI in Cliff Show 1961
The Shadows - Wonderful Land

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Surf and instrumental
commenter cet article
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 08:20

Chris Montez est la troisième rockstar hispanique DSC07224.jpgdes débuts du rock n’roll, après Ritchie Valens et Chan Romero. Il est surtout connu pour son teenrock rapide let’s dance et sa ballade The more i see you.

Chris est originaire de Los Angeles (Californie) et dés son plus jeune âge chante, c’est sous l’influence de Ritchie Valens qu’il admire, qu’il se met à faire du rock n’roll, à partir du collège il compose et interpréte ses propres titres, il est alors signer par Monogram records . Le premier titre  qu’il enregistre All you had to do was tell me devient un hit local.

C’est en 1962 qu’il obtient son premier tube majeur avec l’excellent Let’s dance qui atteint le top 10, cette énorme popularité lui permet de partir en tournée avec des vedettes comme Clyde McPhatter, Sam Cooke, The Platters et Smokey Robinson.

En 1963 il fait une tournée en Grande Bretagne au côté de Tommy Roe dont la première partie de leur concert à Liverpool est un jeune groupe britannique The Beatles. A cette période sort le simple Some Kinda Fun qui devient un tube aux Usa et en Grande Bretagne. En 1965 il change de label pour A&M, Herb Alpert conseille à Chris d’enregistrer des ballades, et c’est un coup de maître car The more i see you, There Will Never Be Another You, Call Me et Time After Time sont tous des succès.

Je me suis procurer l'indispensabel ep London (import du label Us Monogram - RE 10.132 S) qui contient 4 petites merveilles de Rock n'roll fin 1950's et début 1960's dont le génial Let's Dance (rock twist rapide) , You're the one (Ballade dans le style de Ritchie Valens), All you had to do (fabuleuse ballade dans le style des ballades de Ritchie Valens) Love me (trés bon médium Teen rock)

 

 

Chris Montez -let's dance live 1973
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Teen Rock
commenter cet article
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 23:28

Même si dans notre cas nous nous intéresserons exclusivement DSC07205.jpg aux premières années du groupe, il faut noter que The Ventures à l’instar des Shadows est une des rares formations de rock n’roll instrumental à avoir continué à enregistrer jusqu’au années 2000 tout en conservant une véritable popularité aux USA comme au Japon. On leur doit entre autre des classiques incontournables comme Walk don’t run ou Let’s go. Le groupe a obtenu ses lettres de noblesses essentiellement par la virtuosité technique de ses membres, et les ventes conséquentes qu’ils obtiennent qui atteignent 100 millions de disques vendus, leur influence est essentielle dans la surf music du début des années 1960’s influençant des centaines de groupes. En 2008 ils sont introduit avec raisons au Rock n’roll hall of fame.

 

L’histoire des Ventures remonte à 1958 à Tacoma, à la rencontre de Wilson et Bogle (les deux membres fondateurs des Ventures), Bogle à la recherche d’une voiture d’occasion va voir les modèles chez le père de Wilson vendeur de voitures et rencontre alors Wilson. Les deux nouveaux amis ayant une commune passion pour la musique décident de se mettre à la guitare. C’est sous le nom de The Versatones que le duo fait ses débuts professionnel, jouant dans des clubs, bar à bières et fêtes privées, Wilson est à la guitare rythmique et Bogle à la guitare solo.

 

>Ils recrutent le bassiste Nokie Edwards après avoir remarquer dans un night club . Bogle achète l’album de Chet Atkins Hi fi in focus et écoute avec intérêt le titre Walk don’t run, le reste du groupe lui aussi particulièrement emballé par le titre part en studios mettre en boite le titre le batteur Skip Moore vient alors se joindre aux trois membres lors de la session studio. Ler disque une fois pressé DSC07206-copie-1.jpgest  ensuite distribué par plusieurs maisons de disques, au final ce sera le batteur Howie Johnson qui sera le batteur attitré des Ventures.  Walk don’t run est un succés immédiat et le premier tube du groupe. Ils enregistrent comme cela un certains nombres de simple qui souvent se classent au hit parade national. Leur premier album sort en Décembre 1960  Walk Don't Run sur Dolton records,on peut noter que leur cet album est considéré par la revue Guitar Player comme un des 20 essential rock album de l’histoire. La formation avec Bogle, Wilson, Edwards et Johnson  restera sans aucun remaniement jusqu’en 1962. On l’oublie bien souvent mais les Ventures furent des pionniers dans la création d’album concept avec The Colorful Ventures en 1961 , idée qu’ils perpétuent dans les albums suivant dont chaque chanson est sur un thème particulier par album. Les années 1960’s sont aussi l’époque de l’âge d’or de la stéréo, et les Ventures s’amusent à enregistrer  en tenant compte des spécificités du principe, certains instruments ou passages tel que des bridge ou solo se retrouvant à droite et pas à gauche et ainsi de suite, cette idée d’enregistrements peu rependu sera aussi un des éléments essentiel dans la création du son et du style Ventures. En 1961 ils enregistrentDSC07207 en Juillet  le lp The Ventures (Dolton BLP 2004), en Septembre  Another Smash!!! (Dolton BLP 2006)  et en Octobre The Colorful Ventures (Dolton BLP 200) A partir de 1962, Edwards devient guitare solo, tandis que Bogle passe à la basse. En 1962 Johnson quitte le groupe à cause d’un accident d’auto qui lui laisse des séquels ne lui permettant plus de rtester batteur du groupes, il est remplacé par Mel Taylor, ce dernier c’est fait déjas remarquer en étant le batteur de session de titres classiques comme le hit Monster mash de Bobby « Boris » Picket, Alley Oop des Hollywood Argyles et The Lonely Bull de Herb Alpert & Tijuana Brass. Le jeu de ce dernier s’avère être plus agressif et incisif que celui de Johnson et devient alors membre permanent de Ventures. Ils réalisent deux versions de Walk don’t run la première atteint la seconde place des charts et la seconde de 1962 atteint la huitième place.

  En 1962 ils enregistrent Twist with the Ventures (Dolton BLP 2010) aui sera réédité sous le titre Dance avec une nouvelle pochette, en Mai Twist Party, Volume 2 (Dolton BLP 2014) qui sera réédité sous le titre Dance with the Ventures avec une nouvelle pochette , en aout Mashed Potatoes And Gravy (Dolton BLP 2016) qui sera réédité sous le nom Beach Party avec une nouvelle pochette, et en Novembre ils enregistrent Going to the Ventures Dance Party! (Dolton BLP 2017). Durant ses premières années The Ventures jouent sur des guitares Fender Jazzmaster, Stratocaster, et Precision Bass, mais à partir de 1963 c’est le fabriquant de guitare californien Mosrite qui design des nouvelles guitares futuristes pour le groupe. En 1963 ils enregistrent en janvier l’album The Ventures Play Telstar and The Lonely Bull (Dolton  BLP 2019), en avril avec le chanteur Bobby Vee Bobby Vee Meets The Ventures (Liberty LRP 3289), en Mai Surfing (Dolton BLP 2022), en Juin  The Ventures Play the Country Classics (Dolton BLP 2023) qui sera réédité en 1970 sous le I Walk The Line and Other Great Hits sur Liberty, en aout Let's Go! (Dolton BLP 2027) En 1964 ils enregistrent en Janvier The Ventures In Space(Dolton BLP 2027) album ou ils usent d’effets de guitares spécifiques et son le pionnier de l’utilisation du reverse-tracking, soit l’enregistrement de bande passé à l’envers, en Juillet The Fabulous Ventures (Dolton BLP 2029),  en octobre Walk, Don't Run, Vol. 2 (Dolton BLP 2031) réédité en 1970 sur Liberty avec une nouvelle pochette. En 1965 (nous terminerons par cette année) ils enregistrent en Février The Ventures Knock Me Out! (Dolton BLP 2033), et leur 4 albums de méthode d’apprentissage de la guitare et basse Play Guitar with The Ventures (Dolton BLP16501 ), Play Guitar, Vol. 2 (Dolton BLP 16502),  Play Guitar, Vol. 3 ( Dolton BLP 16503) et Play Guitar, Vol. 4: Play Electric Bass (Dolton BLP 16504), en septembre The Ventures A Go-Go (Dolton BLP 2037) et en novembre un album de noël  The Ventures Christmas Album (Dolton BLP 2038) Ils continuent donc durant les décennies suivantes (jusqu’en 2005) à enregistrer avec succès de nombreux albums, on peut noter l’arrivée de Gerry Mc Gee en 1968 en remplacement d’Edwards,  qui revient dans la formation en 1983,  Mel Taylor atteint d’un cancer en 1996 se fait remplacer par son fils Leon Taylor.  En 1963, ils classent 5 lp dans le bilboard top 100, et enregistrent en plus des albums d’apprentissage de la guitare comme Play Guitar with The Ventures et Play Electric Bass with The Ventures., que Nokie Edwards sera un des premier à utiliser la pédale de distorsion sur sa guitare sur le titre 2000 Pound bee. The Ventures est la formation instrumental qui vendra le plus de disque, réalisant pas moins de 36 albums qui se classe au hit parade dont six atteignant le top 40 et trois le top 10. Au niveau des lps je me suis procurer l'indispensable le double Legenday Masters Series (United Artists UAS 29 632/33 XD) qui compile leurs plus grand succés entre 1960 et 1969 (dont certains sont des covers de succés groupes instrumentaux  contemporains des Ventures comme The Shadows, The Surfaris, Santo & Johnny, Bill Justis et the Tornados. Nous trouvons de 1960 Walk - don't run, Torquay, Ram-bunk-shush, Honky tonk , Perfidia, Raunchy et Sleep walk, de 1961 Lullaby of the leaves et bulldog, de 1962 Telstar, The lonely bull, Green onions, Apache et Last night, de 1963 The savage, Let's Go, Wipe-out et Pipeline, de 1964 Out of limits, The cruel sea, Slaughter on tenth avenue et Night Train, de 1965 Caravan et La Bamba,  de 1966 Secret agent man, de 1968 Hawaii five-0 et de 1969 Theme from'a summer place.   Le hasard a voulu que je trouve à petit prix le lp Walk don't run volume 2 (sur Liberty  LN-10188) qui contient des covers instrumetals du House of rising sun (rendu populaire par The Animals), One mint Julep (des Clovers), de Diamond head ( de Dan Hamilton) et du Night Train (R & B de Jimmy Forrest de 1952) des compositions moins connues des Ventures Peach Fuzz, Rap city, Night walk, Pedal pusher, The Creeper et Walk don't Run '64 (nouvelle version de leurs gros tubes)   Puis le lp Beat Guitar genius of The Ventures (Sunset SLS 50058 Z) avec les titres The swingin' creeper, The chase, Rap city, Eleventh hour, Love goddess of venus, Pedal pusher, Peach fuzz, Nutty, The ninth wave et Changing tides.

The Ventures - Wipe out
The Ventures - Walk don't run
The Ventures
The Ventures - Slaughter On Tenth Avenue

Découvrez la playlist The Ventures avec The Ventures

 

 


Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Surf and instrumental
commenter cet article