Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 23:57

Sans vraiment les collectionnerDSC04855.jpg, j'ai un certains nombres de compilations de titres d'Elvis Presley contenant souvent des titres de ses début (mais à partir de 1956 le plus souvent et allant jusqu'au 1970's). Une des première que j'ai posséder est le double lp Elvis Forever 32 hits and the story of a king (RCA PJL 2 - 8024) le premier disque rassemble quelques un des meilleurs titres RCA du king des fifties soit My baby left me, heartbreack hotel, Blue suede shoes, Hound dog, Love me tender, Got a lot o' livin' to do!, (Let me be your) Teddy bear, I'm all shook up, Don't, Hard headed woman, King Creole, Jailhouse rock, A big hunk o' love, I got stung, One night et Stuck on you, en effet nous trouvons une trés grosse majorité de rock n' roll rapide que du bonheur!!. Le second disque commence au début des sixties pour s'achever au début des seventies, et ici même si on n'est pas fan de ces pèriodes du king, le choix des titres est plutôt bon et se second disque est également superbe avec Fever, It's now or never, Are you lonesome tonight?, Wooden heart, Surrender, Wild in the country, Rock-a-Hula baby, Can't help falling in love, Good luck charm, Return to sender, You're the devil in disguise, Crying in the chapel, Guitar man, In the ghetto, Suspicious minds et There goes my everything.

Le double lp Les 40 plus grands succes originaux Elvis Presley Le roi du rock n'roll de K-tel DSC06440.jpginternational (EP 001) compile comme le précédent les morceaux des fifties sur le premier disque avec quelques titres de rockabilly de chez Sun comme Mystery train, Good rockin' tonight et des classiques RCA dont assez peu de doublons avec le double album précédent soit Heartbreack hotel, I got a woman, Money honey, My baby left me, Tutti Frutti, Shake rattle and roll, Too much, Ready teddy, Hound dog, Don't be cruel, Rip it up, All shook up, Mean woman blues, Blueberry hill, One night, Loving you, Treat me nice et Baby i don't care pour notre plus grand plaisir ici aussi l'accent est mis sur les rocks rapides, le second disque compile des titres des fifties avec d'autres des sixties soit Jailhouse rock, Wear my ring around your neck, Trouble, King creole, I need your love tonight, Ain't that loving you baby, I got stung, A mess of blues, It's now or never, Blue suede shoes, I feel so bad, His latest flame, Little sister, Good luck charm, Return to sender, bosa nova baby, Devil in deguise, Memphis tennessee et Blue river.

Le 33 tour Elvis Presley Volume 3 programme plus RCA Impact (824088-1) compile des titres plus rares, moins connus que sixties mais aussi à mon goût  moins interressant si ce n'est le génial Return to sender (mais également présent sur les disques précédemment cités nous trouvons Where do you come from, Bossa nova baby, Marguerita, Spring Fever, Girl Happy, Kissin' cousins, Tender feeling, Scratch my back, This is my heaven, Hey little girl et Mirage.

De la série Impact - RCA  (6993 070)on peut également parler DSC06439.jpgdu coffret qui compile 3 lp sortis séparemment à la même époque nous trouvons du trés bons et du moyens, au niveau des petits perles nous trouvons C'mon everybody (rien n'a voir avec le titre d'Eddie Cochran), A little less conversation, Long legged girl, Flaming star, Too much monkey business, Tiger man et Peace in the valley puis d'autres titres plus ou moins rock et dont certains sont carément de la variété soit A whistling tune, I'll be there, I love only one girl, Easy come, easy go, Santa Lucia, Tonight is so right for love, Guadlajara, Angel, Follow that dream, Wonderful world, Night life, All i needed was the rain, Yellow rose of Texas, The eyes of texas, She's a machine, Do the vega, You'll never walk alone, Who am i?, Let us pray, We call on him, I believe, It is no secret (What god can do), Sing you children et Take my hand, precious lord.

 

 

 

 

DSC06443.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elvis Presley - Teddy bear
.
Elvis Presley - Heartbreack hotel

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 21:22

J'ai déjas chroniqués un 25 cm de Flying Saucers et deux 25 cm de Crazy Cavan & the Rhythm DSC05767.jpgRockers enregistré lors de ce légendaire concert au Picketts Lock Sports Centre le 15 Mai 1976 organisé par Stuart Colman et Geoff Barker. le lp 33 tours Rock n' roll is still alive Charly records (2445 211 B) complète les 3 disques précédemment cités, les photographies mettent en valeurs le public presque entièrement composé de teddy boys. On peut noter sur la photo recto la présence de Sunglasses légende aujourd'hui disparu du mouvement teddy Boys (J'ai été photographié avec lui durant le début des 1990's lors d'un concert à Bourges). Nous retrouvons donc le rock n'roll des excellents Flying Saucers  formation originaire de Londres formée par Sandy ford au chant et guitare rythmique, Nigel Owen à la guitare solo, Pete Pritchard à la basse,  Terry Earle à la batterie et Jacko Buddin au saxophone et piano. Ils interprettent Piano Nellie (Bobby Brant), Apron Strings (popularisé par Cliff Richard), Good Golley Miss Molly (Little Richard), Fabulous (Charlie Gracie) et I'm goin' home (Gene Vincent) dans leur style particulier de rock n'roll trés pêchu avec Saxphone. La seconde formation est The Hellraisers ou nous retrouvons au chant Graham Fenton (auparavant chanteur des Houseshakers et qui  deviendra célèbre en rejoignant les Matchbox) , Terry Clemson à la guitare, Dave Taylor au piano (qui deviendra une personnalité du piano rock n'roll durant les années 80 dans un style Jump and Jive), Paul Oldnall à la basse et John Hollywood à la batterie, ce groupe s'est fait un nom en accmpagnant lors de tournées en Grande Bretagne des stars des fifties comme Gene Vincent, Jerry Lee Lewis et Chuck Berry, cet album contient les seuls enregistrements que je connaisse de cette formation avec leurs compositions Dim light boogie, et Rock the joint (de Bill Haley & Comets), Right Behind you Baby (Ray Smith) et Whole lotta shakin' goin' on (Jerry Lee Lewis). Enfin nous trouvons des titres live des Crazy Cavan & the Rhythm Rockers qui déjas à cette épôque est la formation N° 1 du Rockabilly revival en Grande Bretagne, ils sont originaires du Pays de Galles et formés par Cavan Crogan (au chant), Lyndon Needs (guitare solo), Terry Walley (guitare rythmique), Don Kinsella (basse) et Mike Coffey (batterie). Les Crazy Cavan sont plus Rockabilly que Rock n'roll et ont un style vraiment nouveau qui renouvelle complètement le genre plein de hargne avec de trés nombreuses compositions dont Rock-a-billy star, Nobody else like you, Stompin' shoes et She's a one to blame et 2 reprises The Alabama shake (Gene Summers) et Big Blonde Baby (ppularisé par Jerry Lee Lewis). Dés ce disque là le style de Cavan est déjas là est c'est quand même vraiment trés trés bon. En conclusion 1-2-3-4-5 Rock n'roll is still alive!, 1-2-3-4-5 Listen to the Teddy boy roar!!

 

 


 
Crazy Cavan - Big blonde baby
Repost 0
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 18:18

The Bloomin' Brothers est unbloomin-.jpg quatuor de Rockabilly de style authentique Japonais (Tokyo), qui depuis les années 1990's a su se faire connaître sur le plan international par la qualité de ses enregistrements, participant à des festivals dans le monde entier comme The Rockabilly Rave (en Grande Bretagne).

Le but de ce quatuor n'est pas de renouveler le genre mais bien de perpétuer le son et le style du rockabilly des fifties avec un goût particulier pour les enregistrements  fait dans les studios de Sun records.

L'album CD Feel cool  sur 1+2 / Barn homes records (1+2 CD 010) est un exemple du style sans failles du groupe avec de bonnes compositions comme Motor bike gang, Fire Engine red, Never come back again, Cue ball kat et Bad memories, et des covers irréprochables Spin the bottle (Benny Joy), Uranium rock (Warren Smith), Johnny Valentine (Andy Anderson), Cast iron arm (Peanuts Wilson), All i can do is cry (Wayne Walker), Ghost riders in the sky (instrumental classique repris par un trés grand nombre d'artiste), Mad man (Jimmy Wages) et Gone gone gone, Honey don't tout deux des covers de Carl Perkins  présentes sur la compilation d'hommage à Carl Don't you step.. de Rockhouse réunissant que des formations japonaises.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 17:24

C'est à la fin des années 1980'go-cat-go.jpgs que se forme le groupe de rockabilly authentique Go cat go, style qui est moin d'être majoritaire dans le monde du rock n'roll revival en effet nous sommes en plein dans la mode du Néo rockabilly et du psychobilly. C'est à la fin de l'été 1989 que le groupe commence à se faire connaître par des concerts de grandes qualités dans des petits clubs.

Le groupe est formé de Bill Hull (Guitare solo), Darren Spears (Chant et guitare rythmique), Lance Le beau (batterie) et Brian Freeman (Contrebasse). En 1990 ils s'autoproduise sur une cassette audio Out of Control avec six compositions de Darren Who was the cat, Forever's much to long, Time to rock, Please mama please, Toll the cool cats cry et 10 ways to rock qui sont de véritables perles du genre.

En 1991, ils enregistrent 6 autres compositions tout aussi fabuleuse sur un 25 cm au vinyl rouge de Rock-a-Billy Records (R-301-LP) soit Little baby doll, I've got my eyes on you, Can't tie me down, Big train, Other side of town et Lonesome Road, ils enregistrent également cette même année deux autres titres qui ne sortiront pas en dique à l'époque Other side of town et I've got my eyes on you.

Le 25 cm est un succés ils apparaissent alors en 1992 sur la compilation Run wild records Big D.C. Jamboree Volume 2 (RW - 303), le 12 Aout de ils enregistre au studio Sun Please Mama Please, 'Til the Cool Cats Cry, Who Was That Cat, , Honey Don't (de Carl Perkins), Blue Days Black Nights (Buddy Holly),  Flyin' Saucers Rock 'n' Roll (Billy Lee Riley) et That's all right mama (d'aprés la cover d'Elvis sur Sun du titre d'Arthur Cruddup).

En 1993 ils font une tournée en Californie, au Texas ils jouent au côté d'artistes majeur du genre comme Big sandy ou the High Noon. Le groupe par la qualityé de ses enregistrements se fait connaître en Europe,  le groupe doit faire une tournée pour l'été 1994, mais Darren le 14 Septembre 1993 est assassiné par des teenagers qui ont volé une arme.

L'ensemble des titres enregistré par le groupe et d'autres inédits sont présent sur l'indispensable album CD Let's heart it once again for... Go Cat Go de Vinylux (CD V0002) dont les 25 titres sont réellement excellent d'une maitrise et d'une qualité incroyable l'un des plus fascinant album des 1990's.

Nous trouvons les titres Good rockin' tonight, Little baby doll, Please mama please, Mystery train, Flyin' saucers rock n'roll, 'Til the cool cats cry, Just because, Can't tie me down, Blue days black nights, I've got my eyes on you, Time to rock, Forever's much to long, Who was that cat, Milkcow blues boogie, Reconsider baby, Lonesome road, Big train, Ten ways to rock, Drugstore rock n'roll, Hot rod man, Stockin' and shoes, Blue Moon of kentucky, Pink and black et Tell me why.

 


 

 


 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 16:51

Flatfoot Shakers est une formation flatfoot.jpgde Rockabilly authentique Australienne (Melbourne) qui se forme en 1997 par Kieron McDonald (chante et guitare rythmique), Phil Jones (Guitare solo), Jamie Vancam (Batterie) et Carl Baker (contrebasse).

En Septembre 1999, ils sortent leur premier album sur Preston records, et grâce à ce dernier se fait connaître à l'étranger et tourne dans des festivals majeurs comme The Rockabilly rave en 2001 et Viva Las Vegas en 2001 et 2005.

Le premier album du groupe sur Preston records (PEP 5071) contient 13 titres de rockabilly au son fifties dont 8 sont des compositions du chanteur Kieron Mc Donald soit les rockabilly rapide et médium My little baby's (goin' boppin' tonight), Heart breackin' mama, Chicka boom, Yonder comes the devil, Stutterin' Sue, You ain't so big (to be Littlin' me), I wonder if et  Lonesome (un petit chef d'oeuvre) et Bad luck blues, l'instrumental Phils boogie de son côté est une composition du guitariste Phil Jones, au niveau des covers nous trouvons Whenever your ready (Dorsey Burnette), Jitter bop baby (Hal Harris), I wonder if (Jimmy Kirkland) et Tag along (Rocket Morgan).

Un album d'une grande qualité musicale qui raviera l'amateur de rockabilly authentique qui sur certains titre laisse également entrevoir des influence hillbilly et western swing

 

 

 

 

 

 

 

 
Repost 0
26 juin 2010 6 26 /06 /juin /2010 10:02

 

B. B. King de son vrais nom Riley B. Kingest DSC06417.jpgné le 16 Septembre 1925 à Itta Bena (Mississippi) est l’un des guitaristes de blues les plus connus de l’histoire essentiellement grâce à sa « guitare chantante » et son vfameux vibrato qu’il réalisé avec ses doits sur les cordes. Le magazine Rolling Stones le classera N° 3 des 100 artistes les plus important de l’époque. C’est à 12 ans qu’il achète sa première guitare pour 15 $. En 1943 il part pour Indianola (la ville la plus proche)  pour travailler comme chauffeur de camion. Puis en 1946  il part voir son cousin Bukka White à Memphis (Tennessee). Il commence à travailler dans une radio locale de rhythm and blues WDIA comme chanteur et Disc jockey. C’est à cette époque qu’il rencontre T bone walker, en 1948 il  joue dans le programme radio de Sonny Boy Williamson sur KWEM (Arkansas). Il devient alors une célébrité locale également grâce à ses passages de 10 minutes sur la légendaire radio  WDIA de Memphis. En 1949, il enregistre ses premiers disques pour RPM records sous la direction du producteur Sam Phillips (qui va fonder quelques années plus tard le label Sun Records ou enregistrent entre autres Elvis Presley, Carl Perkins, Roy Orbison, Johnny Cash et Jerry Lee lewis), puis signe pour Bullet records pour qui il obtient son premier tube avec Miss Martha King.

B.B. King qui est maintenant une vedette locale qui joue déjas avec sa fameuse guitare Lucille se produit maintenant avec sa propre formation composée de Calvin Owens et Kenneth Sands (trumpettes), Lawrence Burdin (saxophone alto), George Coleman(saxophone tenor), Floyd Newman (saxophone bariton), Millard Lee (piano),George Joyner (basse), Earl Forest et Ted Curry (batterie).  Commence alors des tournées nationales pour King et son groupe qui se produisent dans des salles prestigieuses de Washington, Chicago, Los Angeles, Detroit et St Louis, mais aussi dans des Juke Joint ou petits clubs du sud des USA.

 

Durant les années 1950’s B.BDSC06416.jpg. King devient l’une des plus importantes stars du rhythm and blues amassant un grand nombre de hits comme You Know I Love You, Woke Up This Morning, Please Love Me, When My Heart Beats like a Hammer, Whole Lotta Love, You Upset Me Baby, Every Day I Have the Blues, Sneakin' Around, Ten Long Years, Bad Luck, Sweet Little Angel, On My Word of Honor  et Please Accept My Love.

Son succès est tel qu’en 1956 il fait 343 concerts.

 

En 1962 il signe un contrat pour ABC-Paramount records (qui est ensuite racheté par MCA records), en Novembre 1964 il enregistre le Live at the Regal (un théâtre de Chicago). Avec le titre The Thrill is gone il obtient un Grammy awards et rentre aussi bien dans les charts R&B que Pop. La revue Rolling Stones classe la chanson à la place 183 des 500 Greastest songs of all time. On peut noter en 1969 qu’il fait la première partie de la tournée américaione des Rolling Stones, et dans les 1970’s il obtient deux nouveaux tubes avec To Know You is to Love You et I Like to Live the Love. B.B.King obtient un très grand nombre de reconnaissances artistique dont son introduction en 1980 dans le Blues Hall of Fame et en 2004 il reçoit l’International Polar Prize en reconnaissance de sa contribution à l’histoire de la musique.

Dans les années 1980’s grâce à sa carrière active et ses nombreux passages Tv dans des show ou des séries touche une nouvelle génération de fans et obtient à nouveau un tube avec When love comes to town. Il travaille avec des stars de l’époque comme U2 sur l’album Rattle and Hum et Eric Clapton sur le disque Riding with the King, et en 1998 il apparait dans le film The Blues Brothers 2000.

 

On peut noter en 2006 sa tournée européenne dans laquelle il est accompagné par le guitariste Gary Moore qui se termine par un concert à Wembley. Qui est suivit par de nombreux autres festivals comme le festival de jazz de Montreux, une tournée en Amérique du sud, le Crossroads Guitar Festival (2007), Monterey Blues Festival (2008) et une tournée européenne en 2009.

Au niveau des albums, je me suis procuré The best of B.B. King (Ace records CH30) qui contient les principaux succés enregistrés par l'artiste entre 1953 et 1955 pour Modern records et plus précisement sur sa filiale RPM soit You know i love you et 3 o'clock blues (1952),  Woke up this morning, Blind love et Please love me (1953), You upset me baby (1954), Ten long years et Everyday i have the blues (1955), Sweet little angel, Did you ever love a woman, Bad luck et Crying won't help you (1956). En résumé une compilation de classiques du blues des 1950's, magnifique.

Afin de compléter ce dernier je conseille le B. B. King One night blues (Ace records CHD 201) qui présente d'autres face de l'artiste pour RPM soit That ain't the way to do it et She's dynamite (1951), I gotta find my baby et Boogie woogie woman (1952), Past day (didn't have to cry) et Highway bound (1953), When my heart beats like a hammer, Whole lot of love, Bye bye baby et Everything i do is wrong (1954), des inédits comme Low down dirty baby, Whole lotta meat  et I'm so glad, et des prises alternatives de Please love me, Blind love et Woke up this morning.

 

 

 

 

Découvrez la playlist b.b. king avec B.B. King

 

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Rhythm and blues
commenter cet article
26 juin 2010 6 26 /06 /juin /2010 01:46

Hiram King "Hank" Williams160962 est sans aucun doute l’artiste de country and western qui influencera le plus l’histoire du rock n’roll évidemment des artistes blancs mais également des artistes noirs (comme Ray Charles & Louis Armstrong)

C’est le 17 Septembre 1923 que Williams voit le jour à Mount Olive (Alabama), le père de Hank employé des chemins de fer sera hospitalisé 8 ans à cause d’un aneurisme cérébral, en 1931, Lillie Williams (la mère de Hank) installe la famille à Georgiana (Alabama) et doit faire plusieurs travails car le père est absent et que la crise économique pointe son nez. En 1933, Williams par pour Foutain (Alabama) vivre son oncle et sa tante. C’est cette dernière qui initie Hank à la guitare. En 1934, la famille Williams déménage à Greenville (Alabama), en Juillet 1937 Hiram devient Hank et décide de devenir chanteur de country music. C’est en jouant avec sa guitare Silvertone  devant les studios de la radio WSFA, qu’il attire l’attention des producteurs de la station, qui lui propose de jouer occasionnellement sur les ondes.

Rapidement les auditeurs demandent à la station d’entendre plus ce jeune chanteur, Hank obtient alors un show de 15 minutes trois fois par semaine. Le succès du show radiophonique de Hank lui permet de commencer sérieusement sa carrière qui maintenant est accompagné d’un groupe the Drifting Cowboys.   Les membres originaux du groupe sont Braxton Schuffert, Freddie Beach, Smith « Hezzy » Adairet et James E. (Jimmy) Porter.

Les Drifting Cowboys partent alors en tournée dans le centre et le Sud de l’Alabama jouant dans des clubs et des fêtes privées. Le succès est tel que Hank quitte l’école en Octobre 1939, pour se consacrer à temps plein à sa carrière musicale. Lille Williams devient manager du groupe négoçiant le sdates, les prix des billets et les conduisant quelques fois en voiture vers les lieux de concert.

A partir de 1941 l’amérique entre en guerre et les membres du groupe son mobilisés, les remplaçant ne reste pas car ils se plaignent  de Hank qui sombre dans l’alcoolisme. En 1943 Audrey Sheppard devient le manager d’Hank, c’est sans doute également au talent de ce dernier qu’il devient une véritable célébrité locale. En 1946 il enregistre deux simples Never Again (1946) et Honky tonk (1947) ces titres sont de petits tubes qui lui permette de se faire remarquer par MGM Records, label pour lequel il réalise Move it on over  qui devient un très grand succès des charts Country.

En 1948, il rejoint le show tv le Louisiana Hayride,  et l’année suivante  il obtient quelques nouveaux tubes comme sa cover du Lovesick blues de Rex Griffin. Il chante cette année là son titre sur la scène du Grand Ole Opry et devient le premier artiste à obtenir 6 rappels consécutifs. Durant cette période les Drifting Cowboys sont formés par Bob McNett (guitare), Hillous Butrum (Contrebasse),  Jerry Rivers (Fiddle) et Don Helms (Steel guitare).

En 1949 Hank et ses Drifting Cowboys obtiennent 7 nouveaux hits dont Wedding Bells, Mind Your Own Business, You're Gonna Change (Or I'm Gonna Leave) et My Bucket's Got a Hole in It.

En 1950,  Hank enregistre des faces religieuses sous le nom de Luke The Drifter, parallèlement il continu à obtenir des tubes avec entre autres My Son Calls Another Man Daddy, They'll Never Take Her Love from Me, Why Should We Try Any More?, Nobody's Lonesome for Me, Long Gone Lonesome Blues, Why Don't You Love Me?, Moanin' the Blues et I Just Don't Like This Kind of Livin'.

En 1951, il obtient un tube avec Dear John mais c’est avec la face b du simple Cold cold heart  qu’il obtient l’un de ses succès majeurs. On peut noter que le titre sera repris par Tony Bennet (qui en fait un tube dans les charts Pop la même année), mais aussi par Guy Mitchell, Casino Steel, Teresa Brewer, Dinah Washington,Lucinda Williams,Jerry Lee Lewis,Cowboy Junkies, Frankie Laine, Jo Stafford et Norah Jones. Il obtient son second gros tube de l’année avec Crazy Heart.

C’est le 1er Janvier 1953 après avoir terminé un concert de Nouvel an à Canton dans l’Ohio,  qu’il décède d’un arrêt cardiaque dans la voiture qui l’emmenait à l’Hôtel. Il est enterré au cimetière d’Oakwood à Montgomery (Alabama), dans lequel on trouve un monument en sa mémoire. Le prémonitoire I'll Never Get Out of This World Alive est son premier succès posthume . En Septembre 1953 sa veuve Billie Jean Jones se marrie avec le chanteur ce country Johnny Horton. Le titre Your cheatin heart que Hank enregistre en 1952 est édité en 1953 est numéro 1 des charts country durant 6 semaines.

On peut conclure en rappellant que Hank obtient 11 numéros un dans sa carrière Lovesick Blues, Long Gone Lonesome Blues, Why Don't You Love Me, Moanin' the Blues, Cold, Cold Heart, Hey Good Lookin', Jambalaya (On the Bayou), I'll Never Get Out of This World Alive, Kaw-Liga , Your Cheatin' Heart et Take These Chains from My Heart et beaucoup d’autres titres qui se classe dans le top ten, ce qui fait de Hank le chanteurs de country ayant obtenu le plus de tube de fans l’histoire.

En 2004 la revue Rolling Stones classe Williams n°74 dans la liste des 100 plus grands artiste de l’époque. L’influence d’Hank Williams sur les pionniers du rock n’roll est immense des chanteurs incontournable du genre comme Elvis Presley>, Gene Vincent,Carl Perkins,Ricky Nelson,Jack Scott,Conway Twitty et Jerry Lee Lewis ont enregistré des chansons de Williams.

La liste des artistes qui ont écrit une chanson hommage à Williams est longue on peut citer Joey Allcorn & Hank Williams III, Darrell Scott, Loudon Wainwright III,Luke McDaniel.The Austin Lounge Lizards,  the Bailey Brothers, ;  Tracy Lawrence,Moe Bandy, The Blasters, David Allan Coe, Leonard Cohen, Mark Chesnut, David Church,Guy Clark, Fred Eaglesmith, Tim Hardin, Hawkshaw Hawkins, Alan Jackson, Tex Garrison, >Stonewall Jackson, Johnny Cash, Waylon Jennings, Chris Wall,  Robert Earl Keen, The Waterboys, Kentucky Headhunters, Tim McGraw, Ashley Monroe,  Aaron Tippin, Jim Flynn, Jerry Jeff Walker, Dallas Wayne, Hank Williams, Jr, Charles Manson, The Highwaymen, Bright Eyes, Tim Hus, Neil Young, Billy Joe Shaver, Jimmie Logsdon,Buzz Cason, Henry McCullough, >Grant Lee Phillips, Ry Cooder,  Billy C. Wirtz, David Allan Coe, Justin Moore, David Crowder Band et encore d’autres.

De nombreux artistes ont également enregistré des albums hommage à Hank Williams on peut citer entre autres  Connie Stevens, Floyd Cramer, George Jones, Glen Campbell, Freddy Fender, Moe Bandy, Ronnie Hawkins, Charlie Rich, Del Shannon, Sammy Kershaw, Trio Los Panchos, Johnny Cash, Jerry Lee Lewis et Hank Locklin,.

Enfin, les chansons de Hank Williams sereont repris par un très grand nombre d’artiste dont on peut citer entre autres Townes Van Zandt, Bob Dylan, Leonard Cohen, Beck Hansen, Johnny Cash, Tony Bennett, Patsy Cline, Ray Charles et Louis Armstrong.

 

Au niveau des des disques je possède The Very Best Of Hank Williams (Polydor  SE-4168) qui est absolument indispensable car ne contenant que des chef d'oeuvre comme Your cheatin' heart, Jambalaya, Lovesick blues,half as much, Cold cold heart, Hey, good lookin', Why don't you love me, Weddin' bells, Kaw-liga, So lonesome i could cry, Ramblin' man et Honky tonkin'.

 

Hank Williams - I'm so lonesome i could cry

 

 

 

 


 
 

 

 


 

 

 

Découvrez la playlist Hank Williams avec Drifting Cowboys & Hank Williams

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Hillbilly Rock Country Rock
commenter cet article
26 juin 2010 6 26 /06 /juin /2010 01:40

Elmore James est considéré comme leDSC06419.jpg plus grand guitariste de slide guitare. La slide guitare pour ceux qui ne connaîtrait pas, est unemanière de jouer avec des accords ouvert au moyen d’un cylindre métallique (bottleneck ) qui en étant plaqué fortement sur les cordes et glissé le long du manche fait les accords avec un bruit de glissement entre les positions. Au départ ce cylindre était remplacé par des bouteilles de bière en verre ou un couteau à cran d’arrêt.

James est né en Janvier 1918 à Holmes County (Mississippi),  c’est à partir de 12 ans qu’il commence la musique avec un instrument à une seule corde (Diddley bow ou Jitterbug). A l’adolescence il commence à jouer dans des  salles de dance  sous le nom de Cleanhead ou Joe Willie James. En 1942, il se marie avec Minnie Mae, cela correspond avec le début de sa célébrité, en effet il se fait un nom comme chanteur de l’alcool illicite, des femmes faciles et de la promesse d’une évasion par rapport au travail difficile de l’agriculture, il faut précisé qu’Elmore James est depuis son plus jeune âge amateur d’alcool, de la conduite rapide et du tire au révolver !!

. Elmore James aura comme maître Robert Johnson (avec qui il à peut être jouer avant que ce dernier soit assassiné en 1938) mais sera également influencé par Kokomo Arnold et Tampa Red (dont James fera des covers). Le groupe d’Emore les fameux Broomdusters étaient formés par Little Johnny Jones (piano) et Odie Payne (batterie).

Durant la seconde guerre mondiale il rejoint l’Us Navy, et une fois la guerre terminée il revient dans le Mississippi (à Canton) chez son frère Robert Holston. Elmore qui travaille aux magasin d’ électricté en profite pour utiliser des pièces du magasin afin de modifier DSC06420.jpgles deux micros d’Armond de sa guitare.

En Janvier 1951, il enregistre son premiers disques pour Trumpet Records (Jackson) avec sur la seconde face Sonny Boy Williamson tout deux accompagné par leur ami commun Willie Love. En Aout lors d’une session Elmore James enregistre le fabuleux Dust my broom et l’année suivante le titre devient un hit des charts Rhythm and blues. Et a partir de là Elmore fait des tournée comme une star devenant la tête d’affiche. Il signe ensuite un contrat avec the Bihari Brothers (Flair records) avec qui il obtient un nouveau hit avec I believe, on retrouve Jamles sur deux des premiers enregistrements de Ike Turner pour le label. Il ennregistrera également pour les labels Meteor, Modern (2 labels appartenant au Bihari Bros), Chess et Chief records. En 1959, il enregistre pour Fire Records (le label de Bobby Robinson) ses plus fameuses faces soit The sky is crying, My Bleeding heart, Stranger blues, Look on yonder wall, Done somebody wrong et Shake your money maker.

C’est en 1963 qu’il disparait à Chicago des suites d’un attaque cardiaque, avant sa tournée européenne dans l’American Folk Blues Festival.

Le style musical d’Elmore est à la croisée des styles de Muddy Waters, Howlin’ Wolf et B B King avec un son de guitare très puissant (annonçant les guitares saturées des décennies suivantes !!)

La grande originalité c’est qu’Elmore jouait sur des guitare accoustique qu’il avait modifier pour leurs donner un son aussi voir plus électrique que les guitares solid body qu’il accentue par son jeu au bottleneck, et son riff d’intro de Dust my broom est l’un des plus célèbre de l’histoire du blues.

A son tour Elmore James influence de nombreux artistes de blues comme entre autres John Littlejohn, Hound Dog Taylor et  J. B. Hutto mais aussi (et surtout) et des artistes de rock comme Brian Jones des  Rolling Stones, Jeremy Spencer de Fleetwood mac, The Allman Brothers Band, Stevie Ray Vaughan and Double Trouble, George Thorogood, Eric Clapton et Jimmy Hendrix et encore beaucoup d’autres.

Au niveau des disques je me suis procuré le lp Charly records One way ticket (Charly R&B CRB 1008)qui compilent les titres légendaires mis en boite par Elmore James durant les fifties et le début des 1960's pour Vee Jay Records et Jewel Records. Nous trouvons des sessions de 1957 à Chicago dans lesquelles nous trouvons une version de Novembre de son classique Dust my Broom (I believe my time ain't loving) et The sky is crying, avec Elmore James (guitare et chant) est accompagné par J.T. Brown (saxophone tenor), Johnny Jones (piano), Homesick James (basse) et Odie Payne à la batterie,  Cry for me baby et Take me where you go ou il est accompagné  de J.T. Brown (saxophone tenor), Eddie Taylor (2nd guitare) Willlie Dixon (Contrebasse) et Fred Below (batterie), The twelve year old boy et It hurts me too,  et  titres ou Elmore James est accompagné de J.T. Brown (saxophone tenor), Jimmy Jones (piano), Eddie Taylor (second guitare), Homesik james (guitare basse) et Odie payne (batterie),  Rollin' and tumblin',  Something inside me et  Can't stop lovin' my baby issus d'une session de New York de 1960,  Snake your money maker, I need you d'une session réalisé à la nouvelle Orléans ou il est accompagné par Johnny "Big Moose" Walker (piano), Bobby Lee Robinson (basse) et King Mose (batterie), Person to person et One way out d'une session de 1961 à New York  avec Danny Moore , Paul Williams (Basse), Johnny Acey (piano), Riff Ruffin ( seconde guitare), Johnny Williams (batterie) et d'autres non identifiés, Talk to me baby (I can't hold out) d'une session de New York de 1961 ou 1962,  et les titres Standing at the crossroads et Coming home.

J'ai également un second lp  Charly Records Come go with me (CRB 1212) il contient Baby please set a date et Bobby's rock de Novembre 1959 ou il est accompagné de J.T. Brown (Saxophone), Johnny Jones au piano, I'm Worried, I can't stop lovin' you et She done moved de 1960 à New York, Strange woman, My kind of woman, So Unkind, My baby's gone et Find my kinda woman de 1961 à New York, Sunnyland train et Mean mistreatin' mama enregistré en 1961 à la Nouvelle Orleans avec l'harmoniciste Sammy Myers et de sa dernière session des nouvelles versions de ses succés de ses débuts pour Flair records en 1953 comme Hand in hand, Make my dream come true et Twelve year old by (enregistré une première fois pour Chief records en 1957).

 

 

Découvrez la playlist  Elmore James avec Elmore James
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Rhythm and blues
commenter cet article
25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 22:18

Le film Blackboard JungleDSC07289.jpg (litéralement la jungle du tableau noir) qui sortira en France sous le nom Graine de violence  est un film sur la délinquance à l’école datant de 1955. Une des raisons de sa célébrité est d’avoir au générique le Morceaux Rock around the clock que Bill Haley and the Comets enregistrent  en 1954.

C’est grâce à ce film et surtout aux différents disques de BO contenant le titre que la musique de Bill Haley se repend dans le monde entier et tout particulièrement en Europe.  Bill Haley est pour de nombreux européen le symbole de cette nouvelle ère musicale qui vient d’Amérique, le Rock n’roll.

Le ep 45 tours CID Rock around the clock du film Graine de Violence (CID 105512 import Decca et plus précisément de Brunswick) est un des disques de rock les plus vendu en France à l’époque, pour moi il représente ma première approche personnelle du genre, en effet ma mère alors jeune adolescente l’avait acheté pour apprendre à danser le rock n’roll dans les bals. Il contient le fameux Rock around the clock par Bill Haley and his Comets  qui sort aussi en simple (US 90504), DSC07285.jpgqui est en réalité le seul titre de Bill Haley de la BO du film. Sur le simple il apparaît avec en face B Thirteen Women, sur le Ep qui nous interresse nous trouvons les deux titres précédent avec en plus Rock a beatin’ boogie et Burn that candle. On peut apprécier le dessin de pochette stylisé dans le style des couvertures des séries noires qui étaient vendues à l’époque dans les gares.

Devant l’incroyable succès du ep sort un album 33 tours 25 cm  baptisé du même nom que le ep Rock around the clock du film Graine de violence  (CID US 223 596).la pochette est elle aussi particulièrement belle avec un dessin  avec une magnifique stylisation géométrique typique du design graphique des fifties de Jean Cavré représentant une Pin up rousse (probablement la professeur) et des personnes  (probablement les élèves) se battant  au couteau dans une classe lieu que l’on situe grâce à des détails comme les bureaux et la corbeille à papiers.

Il contient évidemment Rock around the clock mais aussi DSC07291.jpgShake rattle and roll, A.B.C boogie, Two Hound Dogs, Dim dim the lights, Razzle , dazzle, Birth of the boogie et Mambo rock titres faisant parties (comme ceux du Ep)  du légendaire 33 tours us de Bill Haley and the comets Rock around the clock.

Grande intelligence des importateur de chez Deccad’avoir évité les doublons entre le EP et le 25 cm (si ce n’est évidemment le titre phare Rock around the clock.).

On peut également noter un autre Ep plus récent de chz Brunswick  (10 027) mettant en avant sur la pochette Bill Haley and the Comets  (avec une photo de l’artiste) et en petit marqué Rock around the clock, qui contient d’autres titres que ceux du légendaire ep CID soit Shake rattle and roll, Dim dim the light et Happy baby (les trois premiers sont présent sur le 25 cm CID).

Il existe également le Ep BarclayDSC07287.jpg Graine de violence qui a sur la pochette une scène du film (70015) ou nous trouvons  Peter Allen and his rocking group qui fait une assez bonne version de Rock around the clock associé à un titre sans grand intêret Amour, Castagnette et tango, et Les Blue Stars avec deux titres de variété La danse du baiser et Avec ces yeux -la.

Enfin un ep MGM (EPF mgm 71) Bandes Sonores Originales des films MGM qui contient les titres de deux films  joués par Charles Wolcott avec le MGM studio orchestra Graine de violence avec Rock around the clock et Love theme (un titre de Wolcot) et le Tèmoin silencieux avec Ruby duby du et Leather jacket cowboy (2 compositions de Wolcott) dont on peut noter la pochette assez sympas représentant deux couples entrain de danser devant un Juke Box Seeburg de 1954.

DSC07288

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Bande Originale de film
commenter cet article
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 22:39

Difficile de reconnaitre encore le coupé Buick 1950 qui a servit de base à Bob Metz pour son custom.

 

P9100030-vi

 

Tout à eété remanier, la face arrière recoit des pare chocs en deux parties avec buttoirs de cadillac, ailerons prohiminents fabriquée à la main par Bob, et de nouveau feux arrière rappelants des réacteurs au centre desquelles se place les tubes d'échappements.

 

Bob-metz-1950-buick8.jpg

 La face avant est elle aussi complètement revue avec un pare choc avant dans le style de l'atrrière en deux parties fait de buttoirs de Cadillac surmonté d'une face avant rappelant les Packard de 1956.

 

 P9090067-vi

Le profil lui aussi reçoit son lôt de modification, des ailes avant recevant une renfoncement de type Corvette, des baguettes de Buick 1953 ornent les flancs. Enfin la face avant de l'habitacle est modifier remplçant le pare brise en deux partie et plat de série par un pare brise panoramique semblant provenir d'une Buick de 1958.

P9090068-vi 

 

Bob-metz-1950-buick34.jpg

 

Bob-metz-1950-buick-xm105-23.jpg

 

BobMetzBuick1-vi.jpg

 

V4cO.jpg

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Hot rod & Kustom
commenter cet article