Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 11:34

Rock around the clock est le premier vrockaroundtheclock.jpgéritable film de rock n'roll, ayant pour sujet plus vraiment l'intrigue en elle même mais plutôt les prestations musicales qui ici sont en live (et non en playback comme se sera le cas dans certains passages musicaux d' autres film du genre). Ici c'est évidemment Bill Haley & his Comets qui est l' artiste central du film (avec Rock around the Clock, See your later alligators,Rock a beatin' boogie, A.B.C Boogie, Razzle Dazzle, R.O.C.K., Happy baby, Mambo Rock et Rudy's rock) , agrémenté de trés beaux passages de danse rock n'roll, on peut aussi voir Freddie Bell & the Bell boys (avec Teach you to rock et Giddin' up a ding dong) et the Platters (avec The great pretender et Only you). Au niveau de l'intrigue, elle raconte comment le rock n'roll va conquérir les états unis puis le monde entier grâce à la clairvoyance d'un manager et le talent de Bill Haley (qui n'a vraiment rien d'historique), tout cela avec une intrigue ammoureuse en fond entre le manager et la danseuse qui fait le lien entre musique rock et joie de danser et de s'amuser (en opposition avec l'image du rock associée à la violence et à la délinquence qui a été faite lors de l'utilisation du titre Rock around the clock comme BO du film Graine de violence (Blackboard jungle). On peut y voir pour la première fois au cinéma le Disc Jockey Alan Freed.

 

 

 

 

14052.jpg

 

3689134266_dd8ddcf3cb.jpg

 

3448.jpg

 

3449.jpg

 

3450.jpg

 

3451.jpg

 

9204.jpg

 

9205.jpg

 

 

 

 


 

 


 

 

 


 
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Cinema
commenter cet article
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 10:38

Disc Jockey Jamboree est le titre jamboree.jpgdu film pour le marché européen son titre aux USA est Jamboree.

L'histoire n'est pas trés originale elle raconte l'hitoire d'un couple de jeune chanteur Pete Porter (Paul Carr) et Honey Wyn (Freda Holloway) romantiques dont l'ydille subit les disputes de leurs managers respectifs joués par Kay Medford et Bob Pastine.

Comme de nombreux films de ce type se sont les passages musicaux qui sont absoluments incontournables, ils sont habillement mise en scène dans des studios d'enregistrements ou lors d'un show tv musical qui nous fait traverser les show des Usa et nous permet de voir en plus des artistes les fameux animateurs de l'époque et particulièrement Dick Clark. On peut voir Frankie Avalon avec un rock (Teacher's pet), Carl Perkins (Glad all over), Jerry Lee Lewis (Great balls of fire), Lewis lymon & the Teenchords (Your last chance), Buddy Know (Hula love), Jimmy Bowen (Cross over), Charlie Gracie (Cool baby) et Fats Domino (Wait and see).

 

 

 

 

 

-571231_Fats_Domino_1957_Jamboree_02.jpg

Fats Domino qui chante Wait and See

 

800px-Jamboree_Carl_Perkins.jpg

Carl Perkins qui interprette Glad al over

 

jamboreelc8a.jpg

Les deux personnages principaux du film 5pete & Honey)

 

JamboreeSceneCG.jpg

Charlie Gracie qui chante Cool babe

 

P1011913.jpg

Jimmy Bowen qui chante Cross Over

 

JamboreeBWdcGrp.jpg

Photo de promo du film avec Dick Clark et Charlie Gracie


Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Cinema
commenter cet article
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 09:30

Go Johnny Go est comme Rock rock rock 196581.jpgun film de type Juke Box produit par le disc jockey Alan Freed. Mais sur celui ci, même si le scénario n'est pas d'une profondeur extraordinaire, il demeure supèrieur à celui de Rock Rock Rock. Le film nous raconte une histoire d'amour entre une chanteuse (Sandy Stewart) et un chanteur Johnny Melody (joué par Jimmy Clanton) et les difficultés de vivre leur histoire en même temps que leurs carrières. Evidemment ce film est absolument indispensable pour ses passages musicaux qui nous permettent de voir Eddie Cochran, Chuck Berry, Ritchie Valens (le seul clip connu du chanteur), The Cadillacs, Jo-Ann Campbell, Jackie Wilson, Harvey Fuqua (le chanteur des Moonglows) the Flamingoes, Sandy Stewart et évidemment Jimmy Clanton.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0.jpg

Sandy Stewart en enregistrement

 

73906793.jpg

Chuck Berry

 

74171198.jpg

The Flamingoes avec leur jeux de scène exeptionnel

 

3209028.jpg

Chuck Berry, Sandy Stewart et Alan Freed sur cette photo de promo

 

74299596.jpg

Ritchie Valens dans saloge lors du tournage

 

83513137.jpg

Alan Freed en pleine action

 

Go_Johnny_Go_CBerry_SStewart_AFreed_JClanton_JPEG_for_Web-3.jpg

Autre photo promotionnelle avec Chuck Berry, Sandy Stewart, Alan Freed et Jimmy Clanton

 

xn3s5gdz.jpg

Document trés interressant en effet Eddie Cochran est avec la guitare dans le même lieu et les mêmes filles que Ritchie Valens, mais cette scène n'est pas dans le film, Eddie y est visible sur scène et non ici.

Est ce que cette scène existe (ou n'est ce qu'une photo promotionnelle???)

 

kr9tkxor.jpg

 

REELNROCK.jpg

 

Go_Johnny_Go_Cover-203x374.jpg

 

 


 
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Cinema
commenter cet article
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 00:53

Why do fools fall in love nous189677.1020.A.jpg raconte la vie du chanteur Frankie Lymon ,véritable icône du Doo wop des fifties, qui obtient de nombreux  tubes avec son groupe les Teenagers. Le traitement de ce film biographique est particulièrement original, en effet nous vivons l'histoire de ce chanteur légendaire par les dépositions des trois femmes du chanteur qui se disputent les royalties de l'énorme succés de Frankie Why do you fall in love. Ici les passages musicaux sont d'une qualité parfaite, et on peut noter la trés bonnes prestation de Little Richard dans son propre rôle.

3 femmes trois histoires d'amour et trois parties de vie pleine de joie, d'espoir et de tristesse, une de ses femmes est Zola Taylor la chanteuse des Platters. Beaucoup d'humour mais également des scènes dramatique et tragique,. L'ensemble est assez impressionant, même si sa forme de film "procés" (un type courant dans le cinéma américain) et le grand nombre de passage dans la salle d'audience sont quelques fois un peu long.

Les 4 acteurs principaux soit Lymon (Larenz Tate), Zola Taylor (Halle Berry) et Emira Eagle (Lela Rochon) et Elizabeth Waters (Vivica A. Fox) sont époustouflant et trés convainquant.

 

 

 

 

 

 

10.jpg

Frankie et ses Teenagers devant leur futur producteur

 

wdffil11.jpg

Frankie à l'église avec sa troisième femme

 

0.jpg

Little Richard

 

007674_27.jpg

Frankie et Zola en Mustang

 

halle_berry8.jpg

Frankie et Zola sa seconde femme

 

whydofools.jpg

Frankie et Elisabeth sa première femme dans la piscine de Zola

 

 


 
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Cinema
commenter cet article
8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 22:28

The Stargazers est la première formation de l'histoire à jouer du Swing DSC05214.jpg-jive revival, à une pèriode ou la Grande Bretagne danse au son du Rockabilly des Crazy Cavan & the Rythm Rockers ou du Rock n' roll de Shakin' Stevens and the Sunsets. Le groupe est formé de Ricky Lee Brawn, Peter Davenport, Anders Janes, John wallace, Marc Breman et Danny Britain.

Leurs influences sont aussi bien les pionniers du rock n'roll  du jump rock comme Bill Haley and the Comets et Freddie Bell & the Bell Boys que des grands noms du jazz  Django Reinhardt et Charlie Christian,du Rhythm and blues des 1940's comme Louis Jordan et des artistes crooner jump comme Louis Prima.

Le groupe, par son style unique à l'époque se fait rapidement remarqué par Muff Winwood (membre fondateur du Spencer Davis Group)  qui est producteur  pour CBS et Epic records. On lui doit aussi la découverte d'autres talents comme Dire straits, Sparks, Shakin' Stevens et Paul Young.

Le premier disque que sort le groupe est un simple qui contient une composition du guitariste Pete Davenport Groove baby groove qui se vend à 36 000 exemplaires en 2 semaines. La promotion de ce simple sera faite par un trés beau clip tourné au Royalty (un pretigieux théatre de Londres). Il est suivi d'un second simple contenant une cover de Hey Marie de Louis Prima. Julian Temple qui réalise le film Great rock n'roll swindle des Sex Pistols, fait jouer les Stargazers dans le légendaire haut lieu du skiffle durant les 1950's le 2 i's Club de Soho DSC05854.jpgà Londres pour son film Absolute Beginners. Devant cette nouvelle notoriété le groupe part en tournée avec des vedettes comme Shakin' Stevens ou Elton John. La même année sort  Watch this space leur génial premier album, Ce n'est qu'au début 1990's que sort leur second album officiel.

  Au  niveau des disques.on peut parler du 25 cm 45 tours Epic (APC A 13 2422) contenant  Hey Marie leur second tube (cover de Louis Prima) et deux autres titres Scat the Riff (une composition originale de John Wallace) et Go go honey (une composition de Pete Davenport ) au design fabuleusement vintage.
Il faut également parler du fabuleux lp 33 tours Watch this space Epic (EPC 25053) de 1982 contenant tout leurs premiers enregistrements tous d'une trés grande qualité contenant de nombreuses compositions originales  Groove baby groove (Composition de John Davenport), Marcella mania (composition de John Wallace), Swingin' Aye et Follow your heart ( compositions originales de Danny britain), Pretty Senorita, Spin that 45, et Rocketship to the moon (de Anders Janes). et des covers Tossin' and Turnin' (de Bobby Lewis), Hey Marie (de Louis Prima),  Walking the chalk line (de Tiny Bradshow), Hey there you (Freddie Bell),  Perdido /Caravan (Duke Elington), Ain't nobody here but us Chickens (Louis Jordan) et True love (de Cole Porter).

On peut également ajouter le rare lp DSC05855.jpgHello Everybody Jump around (Rockin records 22001) qui est considérré comme un pirate contenant des titres lives et étonnement studios enregistré entre 1981 et 1983. Soit 5 titres studios de 1981 (soit antèrieurs à leur premier simple officiel!!) I Got a baby, Better believe it, LA Rock 'n' roll, Red light, green light et Jump around, 5 titres studios de  1982 soit Tonite's the night, swingin' aye , Caravan, A little Jump et Scat the riff associés à 4 titres live de 1982 Teach you to rock/ American patrol / Hey there you, Ain't nobody here but us chickens, Rocketship to the moon, Ho ho ho et 2 titres live de 1983 Sain'ts rock n'roll et See your later alligator.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 22:26

 

The Chevy Cats Chevy_Cats_Front.jpgest une des formations incontournable de la scène rockabilly de l'Europe Occidentale. Ce trio originaire des Pays Bas formé par Paul à la contrebasse, Hans à la batterie et au chant et Frans à la guitare et au chant. Leurs style était directement influencé par le son des fifties d'artistes comme Johnny Burnette rock n'roll trio, Carl Perkins et le trio d'Elvis Presley chez Sun. Ils se firent une incroyable répputation de groupe en live avec des participations particulièrement remarquées dans de nombreux festivals.
Mais au niveau des enregistrements cela est assez maigre si ce n'est en 1986 un 45 tours avec Don't look back (Andy griffith) et Please don't leave me (Cover du Burnette rock n'roll trio) et un 25 cm de 5 titres contenant Lonesome train et Tear it up toujours du Burnette rock n'roll trio et Jumprope boogie (Cliffie Stone),  Can't find the doorknob (Jimmy & Johnny) et Why oh why (The Cues).
Ces enregistrements de rockabilly authentique d'une trés grande qualité artistique sont aujourd'hui de véritables collectors trés rares et cher.
Heureusement un CD album Chevrolets & Cadillacs qui sort sur Wildcat (WCD003) compile ces enregistrements associée à un live légendaire qu'ils réalisent en 1987 dans  un show radio trés populaire en direct le Live at the Countdown Cafe qui contient d'autres excellents titres du groupe Boppin' the blues (Carl Perkins), Lonesome train (Johnny Burnette rock n'roll trio), Rockin' rollin' stone (Andy Starr), Jumpope boogie (Cliffie Stone), Mambo rock (Bill Haley), I like it (Sid King & the 5 Strings) et Tear it up (Johnny burnette rock n'roll trio).
Ces enregistrements live sont également particulièrements fabuleux et tout particulièrement la cover d'Andy Starr. 
Enfin ce cd ajoute des titres inédits comme Sittin' on top of the world (Curtis Gordon / Bob Wills), Right String baby, But the wrong yo yo (Carl Perkins), Little Red wagon (Sonny Fisher), Cathy Dear (J C Cole) et Cold as ice (Frankie Brent le bassiste de Freddie Bell).A noter sur ces titres un son roots absolument fabuleux.
Le trio se séparre ensuite mais en 2007 ils se reforment, espèrons qu'ils enregistrent de nouveau d'aussi bons titres. 

 

 


 
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 


Repost 0
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 16:35

The Bricats bricats.jpgest un trio allemand de jump and jive qui se forme au début des années 1990's  avec Günter  Öller (guitare et chant) Herbert Öller (contrebasse et chant) et Neven Klacic (Batterie et chant). Dés le début de leur formation ils font des concerts dans american 50's diner et de fêtes. Leur style fait un cocktail détonant et particulièrement brillant de rhythm and blues, Jive et rockabilly ils appellent eux même leur style du Swing o billy.

On peut noter non seulement la qualité indéniable des compositions du groupe et de l'instrumentation, mais également les vocaux doo wop d'une maitrise parfaites. En 1998 ils enregistrent un EP suivi en 1999 d'un album Biggestits sur Part records  (PARK-CD 628.002).

Et en 2002 ils enregistrent un second album Welcome to Bricatannia. mais sans Neven qui les quitte en 2001 remplacé par  Toby Grill.

L'album Biggestist contient de trés bonnes compositions dont Girls'farst ("les Pets des filles" qui témoigne d'un humour potache), de même que Don't drink and jive, B.R.IC.A.T. Boogie, My baby, Bricat baby, Bricat love, When i look into your eyes et Redlight. Les covers présentes sont parfaitement adapté au style personnel du groupe  comme The walk (Jimmy McCracklin), You're sixteen (Johnny Burnette), The chicken and the bop (lloyd Price), Googoo munk (The Cramps), Tired and Sleepy (the Cochran brothers), Don't be angry (Nappy Brown), Jump, jive an' wail (Louis Prima), Think it over (Buddy holly) et Easy (de Lionel Ritchie si si!!!)

Ce cd est une véritable réussite en faisant un concentré de bonne humeur et de rock n'roll

 

 


 

 


 

 

 

 

Repost 0
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 16:03

Les Aces Wild est un groupe ace-wild.jpgde néo rockabilly de Dublin (Ireland) qui se forme en 2009 et sort cette même année l'excellent album Get Gone contenant des compositions originales particulièrements dynamiques et personnelles avec une production moderne tout en restant fidèles aux rockabilly des fifties.

Nous trouvons sur ce disque les titres High n'dry, Get gone, Outta my mind, I lose it, Hypnotised, Rock it, Ice cold lady, Down n' durty, Kittens got claws, Breackdown blues, destination you, Eye on you et Cuss n' Moan.

Un trés bon disque qui raviera toute personne qui aime le rockabilly quand il donne envie de partir dans un bop de folie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 


 

Repost 0
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 14:10

Ce drame se dérouletricheurs-grand.jpg autour d'une bande de jeunes gens Parisiens passionné de Jazz et de blues passant leurs soirées dans des fêtes ou alcool danse rock n'roll et sexe sont au centre et des clubs de jazz de Saint Germain des prés. Ces jeunes sont en opposition au monde des adultes et toutes les règles qu'il représente comme la morale, le travail et qui mettent en avant l'amour libre et des idées d'extrème gauche.

Au centre de cela une histoire d'amour qui tourne mal entre Bob (Jacques Charrier ) un jeune fils de bourgeois qui est entrain de finir sa licence,  qui cotoie ce groupe de jeunes extraverti qui remet en cause toutes ses valeurs culturelles et Mick (Pascale Petit) une jeune fille d'une famille plus modeste qui est un des piliers du groupe et dont le frère mécanicien (Roland Lesaffre) auto fait déjas partie des Amortie (ceux don' l'age se place entre 30 et 40 ans) qui a fait l'Indochine et est complètemet intègré dans la société.

Cette histoire tourne au drame à cause d'un jeu de la vérité dans lequel les deux personnage se mentent par fierté par rapport au groupe et à leurs valeurs.

Deux autres personnages sont important Clo (Andréa Parisy)une jeune fille isue d'une famille noble qui refuse sa classe tout en profitant de ses avantages qui à cause de ses excés se retrouve enceinte et pour sauver la face devra épouser une personne convenue, et surtout Alain (Laurent Terzieff) qui a abandonné normale sup vit au crochet de ses camarades et joue avec sa vie et celle des autres mettant en péril l'amour naissant des deux protagonistes principaux.

On peut noter aussi dans la bande Lou (Jean-Paul Belmondo dans son premier rôle) et Nicole (Dany Saval).

Ce film a sa place dans ce blog pas vraiment pour la musique qui est essentiellemnt du jazz be bop, même si on peut entendre Fats Domino et les Champs (et voir Bob prendre un album des Platters), mais ce sont les parties de danse rock n'roll totalement débridée sont totalement en adéquations avec celles visibles des films américains comme Rock, rock, rock ou Rock around the clock et le juke box Seeburg est filmé de la même manière que dans les film de Teenagers et de Rock n'roll américains. Une référence forte est faite dans le film à la culture américaine apr le film que va voir la bande qui oppose James Dean et Rudolphe Valantino (le premier symbolisant le monde de ces jeunes et le scond celui de leurs ainés).les_tricheurs.jpg

La jeunesse refusant la société adulte semble la même que celle filmée dans les série B de Teenagers américaine, mais dans le film de Marcel Carné, nous trouvons une volonté d'explication du phénomène par des valeurs plus ou moins emprunté à l'existentialisme ou au nihilisme qui est complètement absente des films d'outre atlantique, dans ces derniers ces jeunes en marge de la société sont montrés comme des délinquant voir des gangsters, cette vision de  jeunes délinquants rejetant le monde des adultes arrivera dans la société française avec l'arrivée en force du rock en France et des blousons noirs l'année suivante (1959) . Il est probable que pour le plus grand nombre de personnes à l'éqoue lorsque la révolte quitte les beaux quartiers et la bourgeoisie pour atteindre les banlieux et les classes prolétariennes il ne s'agit plus de révoltes phylosophiques mais de délinquence.

Enfin ce film nous permet de nous replongé dans la fin des années cinquantes avec ses 403, Aronde, scooters Lambretta et Vespa et une Jaguar cabriolet capitale dans l'intrigue, mais également avec des appliques murales de Serge Mouille.

 

 

 

dp-lestricheurs-recto.jpg

 

les-tricheurs-affiche_57967_1859.jpg

 

tricheurs0.jpg

Première scène du film avec des jeunes habillé comme des teenagers américains devant le Juke box Seeburg

 

0.jpg

Une des soirées dans laquelle l'alcool coule à flots

 

081.jpg

La Jaguar symbole de vitesse, de liberté et qui représente également la mort.

 

Image_2_777.jpg

Bob au début du film on peut remarqué les fabuleuses appliques murales

Les_Tricheurs_01.jpg

Mic et Alain

 

tricheurs-1958-01-g.jpg

Bob et le frère de Mic lorque cette dernière est entrain de subir une opération

 


 

 


 


 

Les deux EP envoyés en illustration par Andre Bette

les-tricheurs-1.jpg

 

 

BOF-20Les-20Tricheurs.jpg

 

mon-film-1.jpg

 

 

mon-film-2.jpg

 

paul-anka-005.jpg

La revue Mon film spécial Les Tricheurs envoyé par Andre Bette

 


Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Cinema
commenter cet article
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 13:50

Le label anglais Charly records se met à distribuer durant les 1970's et au début des 1980's les DSC06075.jpgenregistrements du label Sun records réalisés durant les fifties et le début des sixties. Ils choisissent de refaire découvrir toute ces petites perles des début du rock n'roll sous la forme de compilations rassemblées en série aux noms évocateurs dont Sun - The roots of rock est l'une d'entre elles.

 

Je ne possède pas la série complète mais quelques exemplaires, le premier d'entre eux Volume 5 Rebel rockabilly (CR 30105) compile 16 titres de rockabilly enregistré entre 1956 et 1960.

De 1956 nous trouvons une version inédite de Everybody's tryin' to be my baby par Carl Perkins mise en boite le 22 Mars  ou il est accompagné par Jay Perkins (guitare), Clayton perkins (basse) et W.S. Holland à la batterie et Crazy Woman par Gene Simmons un superbe rockabilly inédit jusque là avec Roland Janes à la guitare, Marvin Pepper à la basse et James Van Eaton à la batterie.

De 1957 nous trouvons Lonely Wolf de Ray Harris trés bon rockabilly inédit jusque là ou il est accompagné deWayne Cogswell à la guitare et Billy Riley à la basse, I Wanta rock de Patsy Holcomb un rockabilly féminin rapide avec Martin Willis au saxophone, Roland Janes àla guitare, Billy Riley à la basse, James Van Eaton à la batterie, Rakin' and Scrapin' de Dean Beard classique du rockabilly enregistré en Février, Flatfoot Sam de Tommy Blake, Pearly Lee de Billy Lee Riley enregistré en Janvier avec John "Ace" Cannon au saxophone, Jerry Lee lewis au pîano, Roland Janes à la guitare, Marvin Pepper à la basse et James Van Eaton à la batterie et Rock it de Johnny Carroll un rockabilly sauvage enregistré en Juin avec Bill Bustin au piano, George Jones à la guitare, Jay Salam à la basse et Bill Hennen à la batterie.

De Septembre 1958 nous trouvons I fell in love de Ken Cook avec Billy Riley à la guitare, Jack Clement à la basse et James Van Eaton à la batterie.

De 1959 Dear John de Warren Smith enregistré en Janvier avec Sidney Manker à la guitare, Billy Riley à la guitare, Cliff Acred à la basse et James Van Eaton à la batterie, Hillbilly Music de Jerry Lee Lewis enregistré en mars avec Brad Suggs à la guitare, Cliff Acred à la basse et James Van Eaton à la batterie, Betty and Dupree de Billy Lee Riley (cover de Chuck Willis) avec Martin Willis au sax, Roland Janes à la guitare, Brad suggs à la basse et James van Eaton à la batterie et Sadie's back in town de Sonny Burgess avec Ed Thomas au piano, Roland Janes à la guitare, J.C. Caughron à la basse et James Van Eaton à la batterie.

De 1960 nous trouvons Ubangi Stomp de Carl Mann (cover de Warren Smith) avec Eddie bush à la guitare, Roy Stevenson à la basse et W.S. Holland à la batterie.

Love is my Business de Cliff Gleaves est d'une date d'enregistrement inconnue.

 

Le Volume 6 Sunset soul compile 16 titres de Rythm DSC06072.jpgand Blues du début des sixties nous trouvons Frank Frost un ancien bluesman influencé par les bluesmens du delta est originaire d' Auvergne (Arkansas) il est ici présent avec 4 titres You're so kind, Pocket full of shells, Lucky to be living et So Tired living by Myself enregistrées en 1962 pèriode ou il obtiendra un véritable notoriété qui lui permet cette année là d'enregistré un album, De la même année nous trouvons deux titres de Frank Ballard Trouble down the road et You gotta learn to rock n'roll dans un style de Boogie Woogie rock,  Jeb Stuart avec Just walkin' in the rain et I bet you're gonna like it de 1961 fait deux titres de soul music, Arbree Stidman  qui enregistre depuis 1947, enregistre chez Sun à partir de 1965 de ces sessions nous trouvons ici Please let it be me, my heart belongs to you et You can't live this world by Yourself, Lucky Big Carter qui fait du jump blues au début des fifties ici avec Gonna breack that lock de 1960 nous fait plutôt un titre de soul, Tony Austin fait une version de soul de Blue suede shoes (le titre de Rockabilly de Carl Perkins!!) accompagné par Carl Mann au piano, Billy Adams originaire de Memphis  fait une cover du blues classique Rock me baby en Janvier 1966, The Climates avec James Thomas réalise avec son simple No you for me un classique de la musique soul de Memphis enregistré en 1967 et Brother James Anderson entre Gospel et Soul enregistre en 1962 I'm tired, my soul needs resting

 

Le Volume 9 - More Rebel RockabillyDSC06069.jpg compile 16 rockabilly et comme sur le volume 5 de trés nombreux inédits, les enregsitrement s'échelonnent entre 1955 et 1961.

De 1955/1956 date d'enregistrements exactes non connues nous trouvons de Joe Baugh She's a woman et Hula bop ou il est accompagné par Buddy Holobaugh à la guitare, clyde Leoppard à la batterie et Stan Kesler à la steel guitare et High high high de Luke mc Daniels,.

De 1957 nous trouvons All my sins are taken away de Sonny Burgess enregistré en Aout avec Kern Kennedy au piano,  Joe Lewis à la guitare, Jack Nance à la guitare, J.R. Hubbard à la basse et Russell Smith à la batterie, Move baby move de Dick Penner avec Don Gilliland à la guitare, Long time gone de Dean Beard et Your true Love de Carl Perkins (version inédite de son classique) mis en boite en Janvier avec Jerry Lee Lewis au piano, J.B. Perkins à la guitare, Clayton Perkins à la basse et W.S. Holland à la batterie.

De 1958 nous trouvons Don't be runnin' wild (problem child) une cover de Roy Orbison et I was a fool de Ken Cook avec Bill Justis au saxophone, Charlie Rich au piano, Jack Clement à la basse, James Van Eaton à la batterie et sur le second titre se rajoute Roy Orbison au choeur, You better believe it de Tommy Blake, Judy de Rudy Grayzell enregistré en Janvier avec Jimmy Smith au piano, Roland Janes à la guitare, Dick Ketner à la basse et Otis jett à la batterie et Leave it to me de Cliff Thomas enregistré en Septembre avec Ed Thomas au piano, Billy Riley à la guitare, Jack Clement à la basse et Jimmy Van Eaton à la batterie.

De 1959 nous trouvons Swanee River Rock  de Billy Lee Riley enregistré en Janvier avec Martin Willis au saxophone, Charlie Rich au piano, Pat O' Neil à la basse et James Van Eaton à la batterie.

De 1961 nous trouvons It won't happen with me de Jerry Lee lewis enregistré en Juin avec Kelton Herston à la guitare, Wayne Moss à la guitare, Bob Moore à la basse et Buddy Harman à la batterie.

De 1962 nous trouvons This old heart of mine d'Eddie Bond enregistré en Février avec John Hughey à la steel guitare, Jimmy Smith au piano, Gilbert Mickel au saxophone, Toomstone Hawkins à la basse et Morris Tarrant à la batterie.

Fool Proof de Mack Vickery  a été enregistré à une date et avec un personnel inconnu.

 

Le Volume 13 - Rockabilly Sundown contient DSC06073.jpgdes titres de rockabilly s'échelonant entre 1956 et 1970.

De 1956 nous trouvons I done told you par Gene Simmons accompagné de Roland Janes à la guitare, Marvin Ppper à la basse et Jimmy Van Eaton à la batterie, Give me some loving de Conway Twitty  accompagné par Jimmy Luke Pashman, Hey Slim de Jack Earls accompagné de Luther Perkins à la guitare, Bill Black à la basse et Billy Riler à la batterie et Take and ride de Slim Rhodes avec Sandy Brooks au chant, John Hughey à la steel guitare, Brad Suggs à la guitare, Spec Rhodes à la basse.

De 1957 nous trouvons Good lovin' de Dickey Lee accompagné de Marvin Pepper à la basse et Jimmy Van Eaton à la batterie, Vibrate de Mack Self accompagné de Roland Janes à la guitare et Linda et I'm lonesome de Ernie Chaffin accompagné sur le premier par Billy Riley à la basse, Roland Janes à la guitare et Jimmy Van Eaton à la batterie, et sur le second par Pee Wee Maddux à la steel guitare, Ernie Harvey à la guitare et Leo Lodner à la basse.

De 1958 nous trouvons You made a hit et So young de Ray Smith accompagné par Charlie Rich au piano, Stanley Walker et Dean Perkins aux guitares, James Webb à la basse et Gary Diamond à la batterie.

De 1959 nous trouvons Willie Brown de Mack Self avec Martin Willis au saxophone, Charlie Rich au piano, Billy Riley à la guitare, Brad Suggs à la basse et Jimmy Van Eaton à la batterie.

De 1962 nous trouvons Double duty lovin' d'Eddie Bond accompagné par John Hughey à la steel guitare, Toomstone Hawkins à la basse et Morris Tarrant à la batterie.

De 1970 nous trouvons Too much monkey business (cover de Chuck Berry) et Honey Hush (cover de Big Joe Turner et Johnny Burnette & Rock n'roll trio) de Sleepy La Beef accompagné par Jimmy Dempsey à la guitare.

De 1972 nous trouvons Blue moon of kentucky (cover d'Elvis Presley ches sun) avec Jimmy Dempsey à la guitare.

 

DSC06074.jpgLe Volume 10 - Sun Country (CR 30117) compile 16 faces de country rock et hillbilly bop entre 1954 et 1959.

De 1954 nous trouvons Drinkin' wine spo-dee-o-dee de Malcolm Yelvington accompagné par Miles Win à la steel guitare, Reece Fleming au piano, Gordon Mashburn à la guitare et Jake Ryles à la basse.

De 1955 nous trouvons Split personality de Clyde Leoppard Band avec Bill Taylor (Vocal), Joe Baugh (au piano), Stan Kesler (Steel guitare), buddy Holobaugh (guitare) et Clyde Leoppard (basse), Peepin' eyes de Charlie Feathers accompagné de Marcus van Story à la basse, Bill Cantrel au violon et Stan Kesler à la steel guitare, I'd never been so long du Slim Rhodes Band avec Dottie Moore au chant, Brad Suggs à la guitare, Slim Rhodes à la guitare, Spec Rhodes à la basse et Got you on my mind et Someday you will pay des Miller Sisters accompagnées de Stan Kesler à la steel guitare, Quinton Claunch à la guitare, joe Baugh au piano et Marcus Van Story à la basse et sur le second des titres on peut noter la présence de Bill Cantrell au violon et Charlie Feathers aux cuillières.

De 1956 nous trouvons Drunk! de J.R. and J.W. Brown.

De 1957 nous trouvons Two timin' woman de Johnny Cash avec Luther Perkins à la guitare, Marshall Grant à la basse,

Heart of me et Laughin' and Jokin' d'Ernie chaffin accompagné de Pee Wee Maddox à la steel guitare, Ernie Harvey à la guitare et Leo Lodner à la basse et  Settin' the woods on fire (cover de Hank Williams) de Jerry Lee Lewis accompagné par Roland Janes à la guitare et James Van Eaton à la batterie.

De 1958 nous trouvons Jenny de Ken Cook accompagné de Billy Riley à la guitare, Jack Clement à la basse et James Van Eaton à la batterie et Sweet William de Billy Riley.

De 1959 nous trouvons Tell' em off de Onie Wheeler accompagné de Sidney Manker et Billy Riley aux guitares, Cliff Acred à la basse et James Van Eaton à la batterie et Goodbye Mr.Love de Warren Smith accompagné de Billy Riley et Sidney Manker aux guitares, Cliff Acred à la basse et James Van Eaton à la batterie.

 

A l'écoute de ces 5 volumes il est impressionant de constater à quel point toutes ces faces (dont de trés nombreux inédits) sont de grande qualité, et comment Sun à un son est style typique reconnaissable dans des style différent comme le Rockabilly bien sur mais également dans le country rock ou la Soul music.

 

 

Découvrez la playlist 1Roots of rock avec Frank Frost
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Compilations rockabilly 1950's
commenter cet article