Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 09:00

C'est en 1993 que se forme Jesse James and the Outlaws, DSC05241.jpgils font dans un premier temps le concerts  en Grande Breatgne et dans toute l'Europe. Et c'est lors de leur prestation à la première Rockabilly Rave à Londres, qu'ils sont remarqué par Jerry Chatabox, Tom Ingram, le Dj Cosmic keith et enregistrent dans les compilations Raucous records Riverside Rockabillies, et c'est en 1997 que parait leur 25 cm Jesse James and the Outlaws sur Raucous records (RAUCLP025) avec ine note de pochette de la légende du white rock des fifties Gene Maltais. Ce disque enregistré dans les studios de Riversides à Blackpool sur du matèriel vintage et réunis 10 titres de rockabilly et white rock sauvages comme The Raging sea (cover de Gene Maltais), Where did you stay last night, Sweet caroline, Little girl (autre cover de Gene Maltais), Touch me (cover de Johnny Burnette & rock n'roll trio), Twistin' & turnin', Geraldine, Can't do without you, Little miss Ivy et Thunder.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 23:59

Le 25 cm Sleepy La Beef and friends de DSC05287.jpgAce records ( ACE 10 CH 16) compile quelques des faces fifties de La Beef une des légendes du rockabilly que nous aurons souvent l'occasion de revoir dans des articles de ce blog. Les 4 faces présentes ici ont été enregistrées en 1957 sur deux simples pour Starday records soit All the time / lonely (STARDAY 71119x45 ) et All alone / I'm through  (STARDAY 45-292) enregistrements dans lesquels on peut signaler la présence d'une autres légende du label à la guitare Hal Harris. Nous trouvons également d'autres artistes comme Danny Reeves et son simple  Bell hop blues (un rockabilly blues) / I'm a hobo (un rockabilly slappé juste se qu'il faut) mis en boite pour D records en 1961 (SP D 1206), Doug Sanford avec son Sadie également enregistrés pour D records, Dee & Patty est le fabuleux Gee whiz qui parait sur une filiale de Starday Dixie records (DIXIE 45-2006), Jimmy and Johnny avec le trés bon I can't find the Doorknob (un rockabilly à deux voix) mis en boite pour D records ( D 45-1004) et Benny Barnes avec sa cover de Johnny Cash I walk the line (titre qui était jusque là crédité à La Beef).

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Compilations rockabilly 1950's
commenter cet article
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 11:16

Un article est consacré au débutDSC05931.jpg de Matchbox durant les 1970's qui s'arrête avec leur gros tube Rockabilly Rebel'squi correspond à leur passage pour le label Magnet records. Stylistiquement ce changement de label va être capital stylistiquement pour le groupe qui va passer du Rockabilly Teddy boys des débuts vers un néo rock n'roll directement inspiré de musicien comme Dave Edmunds.

Le premier album de cette pèriode est le Midnite Dynamos(Magnet 2473 919) sort en 1980, les Matchbox so,nt alors formé de Graham Fenton en leadeur vocal, Steve Bloomfield au chant, guitare solo, Mandolin et harmonica, Dick Callam en guitare solo, Fred Poke à la basse, Gordon Scott à la guitare rythmique et Jimmie Redhead à la batterie. contenant une suite de titres particulièrement réussis et moderne du au talent de Steve Bloomfield comme le tube Midnite Dynamos bien sur, mais aussi Shocked 'n' shattered, Checkin' out, Back-Row Romeo, Sweet Lolita, Jerry roll et Stranger in Nevada, on peut également noter d'autres compositions écrites pour le groupe comme Back her in Boston et Southern boys, associés à des covers de titres 1950's et début 1960's avec une production 1980's mais relativement réussi et créative comme C'mon let's go(de Ritchie Valens), Marie Marie (le tube des Blasters), Sixteen Chicks(un rockabilly de Link Davis et When you ask about love des Crickets (sans Buddy Holly). Cet album se vend trés trés bien de même que des 45 tours reprenant des titres issus de ce lp, Matchbox estDSC05932.jpg un groupe incontournable de la scène Rock anglaise du début des 1980's,

En 1981 sort le lp Flying Colours ( Magnet 2473 949) avec un drapeau sudiste sur la pochette, ce lp met en évidence la modernisation du style des Matchbox, mais les membres du groupe sont exactement les mêmes que sur le disque précédent. Steve Bloomfield toujours aussi talentueux compose des titres à la fois rock n'roll et moderne comme Angels on sunday, Lonestar dreamer, Whiplash, Babe's in the wood (qui est un tube), Wish that i had never (said hello) et Arabella's on her way, nous trouvons une composition écrite par le producteur et animateur radio Mike Reads pécialement pour le groupe 24 hours,le reste est comme sur le disque précédent des covers modernisé de rock fifties comme Love's made a fool of you (un autre tube pour Matchbox) de Buddy Holly, Bonaparte's retreat (un titre de hillbilly complètement revue de Pee Wee King), Don't let the stars get in your eyes une ballade fifties de Slim Willet et poularisé à l'époque par Skeet Mc Donald (et même chanté par Perry Como) qui est ici reprise avec beaucoup d'inventivité,  et You're the one (un autre titre de Buddy Holly écrit avec Waylon Jennings le guitariste qui l'accompagne à la fin de sa carrière).

 

L'album suivant de 1982 Crossed Line (Magnet MGL 5052)est un DSC07408.jpgtournant dans l'histoire du groupe, Steve Bloomfield  et Fred Poke deux membres légendaires des premiers Matchbox ne sont plus là mais Brian Hodgson devient le bassiste et producteur de cette album, en effet il ne contient que des compositions de ce dernier si ce n'est Rollin' on (un néo rockabilly composé par le groupe tout entier) tout les titres sont assez réussis mais le style est cette fois ci clairement néo rock n'roll avec production 1980's (sorte de pontr entre Shakin' Stevens et Dave Edmunds) avec les titres One more saturday night, I ain't taking no prisoners, Crossed line, Mad bad & dangerous, I want out, Riding the night, Gate crashing, Hot loving, Dreamers sometime do, Mean 'n' evil et Ain't much fun.

 

Enfin nous terminons par l'album Going down town (Disc AZ 493) dans la lignée du précédent  mais Gordon Scott quitte à son tour le groupe remplacé par Gerry Hogan. Ici aussi que des compositions dans un style rock n'roll avec une production 1980's avec les titres Get up and get out, Going down town, Stealing hearts, Nothing to do but, Rock n'roll all day, She's hot, Can't get over you, Roller skating Sally, Flip flop Floosie, Shooting gallery, Think you took my loving and run, Hot love et This is where i'm getting off.

 

La pèriode suivante du groupe va être un retour au rock n'roll et rockabilly de style plsu conventionnel mais cela est une autre histoire.

DSC06869.jpg

 

Découvrez la playlist Matchbox chez Magnet avec Matchbox

 

 

 

 

 

 

 

 

Matchbox - C'mon let's go
Matchbox-Babes in the wood
Repost 0
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 22:32

Cet article est consacré DSC04836au premier album de Buddy Holly publié sous son nom (le précédent ayant été sorti sous le nom de son groupe The Crickets) il est tout simplement baptisé du nom de son auteur, je possède ici le pressage original en édition anglaise (Coral records LVA 9085).

Un album d'une qualité artistique extraordinaire, on peut noter trois covers transformées par le talent de Buddy comme Valley Of Tears (Janvier 1958) de Fats Domino et You're so square (Baby i don't care) (Janvier 1958) écrit par Mike Stroller et Jerry Leiber et popularisé par Elvis Presley dans la Bande du film Jailhouse rock et Ready Teddy (Janvier 1958) devenu déjas un classique du rock n'roll explosif et sauvage par Little Richard.

Le reste des titres est fait de compositions originales comme I'm gonna love you too (Septembre 1957) de Norman Petty et Joe Mauldin (le contrebassiste), Peggy Sue (Aout 1957) un des rocks classiques par exellence écrit par Norman petty et Jerry Allison (le batteur), Listen to me, Everyday (Aout 1957)  et Little baby (Janvier 1958) de Norman Petty et Buddy Holly, Look at me (Janvier 1958) de Buddy Holly , Norman Petty et Jerry Allison, Words of love de Buddy Holly, Rave on (Janvier 1958) véritable petit chef d'oeuvre du rock sauvage écrit par la même équipe que Oh boy (présent sur l'album précédent The Chrirping Crickets) et Mailman, bring me no more blues (avril 1957) de Ruth Roberts, Bill Katz et Stanley Clayton.

L'album suivant sera publié par Decca et compile des titres enregistrés en 1956 qui ne sont pas sorties à l'époque.

Lisez la bonne critique de cette album sur le blog PlanetGong:

http://planetgong.over-blog.com/article-l-indispensable-buddy-holly-2-3-49758743.html

 


Buddy Holly - Peggy Sue

 

 

Découvrez la playlist Buddy Holly first avec The Rockabilly Broadway Cast
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 21:02

C'est en novembre 1957 que sort The Chirping Crickets  DSC04840le premier album de Buddy holly sous le nom de son groupe The Crickets. Je ne possède qu'une réédition de 1987 de chez MCA records (255 147-1) mais sort à l'époque chez Brunswick sous les référence  54038 au USA et LVA 9081 en Grande Bretagne. C'est un des meilleurs album de Rock n'roll de l'histoire enregistré en 1957 dans les studios de Norman Petty. Sur cette session les musiciens sont Buddy Holly leadeur vocal et guitare, Niki Sullivan à la guitare (surtout rythmique), Joe Mauldin à la contrebasse et Jerry Allison à la batterie. Ce lpn'est composé que de rock rapides et médiums, si ce n'est la fabuleuse et poignante ballade mélancolique Last nightécrite par Norman Petty et Joe Mauldin et enregistré le 12 Mars 1957 (à la mélodie proche du I was the Onechanté par Elvis Presley). On peut noter quelques covers complètement transformées dans le style trés original de Holly et les Crickets comme It's too late de Chuck Willis enregistré en Juillet 1957, You've got love et An empty cup deux titres écris par Norman Petty et Roy Orbison enregistré le 28 Septembre 1957, Send me some lovin' écrit par Lloyd Price et popularisé par Little Richard enregistré  en Mai 1957. Les autres titres sont des compositions originales et de véritables merveilles Oh boy (écrit par Sonny West et Norman Petty) de Juin 1957, Not fade Away (écrit par Norman Petty et Buddy holly) qui emprunte le fameux jungle beat de Bo Diddley de Mai 1957, Maybe baby (écrit par Buddy Holly et Norman Petty) de Septembre 1957, That'll be the day (écrit par Jerry Allison, Buddy holly et Norman Petty qui sera leur plus gros tube) de février 1957, I'm looking for someone to love (écrit par Buddy holly et Norman Petty) de février 1957 et Rock me Baby (écrit par Shorty long et susan Heater). On peut noter la présence de vocaux qui ont été rajouté ensuite par Petty aux bandes originals afin de se rapprocher des enregistrements de l'époque qui souvent font appel à un groupe vocal comme Elvis Presley et ses Jordanaires ou Jack Scott et ses Chantones par exemple.

Voici un article du blog PlanetGong sur ce disque que je recommande:

http://planetgong.over-blog.com/article-l-indispensable-buddy-holly-1-3-47296866.html

 


The Crickets (With Buddy Holly) - Maybe Baby

 

 

Buddy Holly - That ll Be the Day

 

Découvrez la playlist the chirping crickets avec Buddy Holly
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 23:51

The Buddy Holly Story DSC04837.jpgest le nom de deux compilations classiques et posthumes éditées par Coral records (le label original des plu célèbres titres enregistrés par Buddy) qui rassemblent quelques uns des plus belles perles musicales mis en boite par Buddy Holly durant sa courte carrière.

Petit rappel biographique Buddy Holly (Charles Hardin Holley) est né le 7 septembre 1936 à Lubbock (Texas) et meurt le 3 février 1959 à Clear Lake dans L'Iowa. En 1949 il forme un duo avec un ami de collège Bob Mongomery. En 1955 aprés quelques tournées au Texas l'année précédente le groupe passe à 4 membres avec Don Guess à la basse et jerry Allison à la batterie. Le groupe fera ses premiers enregistrements pour Decca lors de 2 scéances en 1956 avec Sonny Curtis à la guitare solo (Blue Days, Black Night, Midnight shift, Love me, Rock around with Olie Vee, 1er version de That'll be the day etc...) qui sont du pur rockabilly (un article est consacré à ses titres sur ce blogue).

C'est en 1957 que Buddy Holly forme ses légendaires Crickets soit Jerry Allison à la batterie, Larry Wellborn à la basse et Nicky Sullivan à la guitare rythmique. C'est la même annnée au studio d'enregistrement de Norman Petty (Clovis - Nouveau Mexique) que sont mis en boite sous la direction de Petty certains des plus grands tubes de Buddy Holly and the Crickets comme la seconde version de  That'll Be the Day (3 eme place des charts, Maybe baby, Peggy Sue, Oh Boy, Rave On, Early in the Morning, It's All right, Maybe baby, Everyday,  Not fade away etc...

Et c'est lors d'une tournée afin de regagner en avion la ville suivante (soit Fargo dans le Dakota du Nord) que Buddy Holly décède au côté de Ritchie ValensDSC04838.jpg et The big Bopper dans l'avion qu'ils loue et qui s'écrase peu de temps aprés son décollage à cause d'une tempête de neige.

 

Le lp The Buddy Holly Story (Coral LVA 9105) qui est édité en Mars 1959 est a première compilation de l'artiste réunis les titres les plus incontournables des sessions réalisées au studio de Norman Petty, on y trouve des rocks rapides comme Peggy Sue (1957), Oh boy (1957), Rave On (1958) et That'll be the day (1957) , des rock médiums comme Think it over(1958), it's so easy (1958), Early in the morning (1958) et It doesnt matter anymore (1959) et des ballades comme Raining in my heart (1959), Everyday (1957) et Heartbeat (1958). Ces 12 titres sont des chef d'oeuvres et aucunes covers que de la composition de Holly et de ses amis.

 

Le second volume The Buddy Holly Story Volume 2 (Coral LVA 9127) qui est édité en Mars 1960 réunis 12 autres chef d'oeuvres de Buddy Holly, mais les titres dans l'ensemble sont moins rock et mettent encore plus l'accent sur la mélodie qui est un des points fort du talent de Buddy Holly. Il contient de nombreux inédits réalisé à partir de démo de Holly et réarrangés postèrieurement à la disparition du chanteur par Norman Petty. Nous trouvons les titres Peggy Sue Got Married (1958), Well … All Right, What To Do (1958), That Makes It Tough (1958), Now We’re One (1958), Take Your Time (1958), Crying, Waiting, Hoping (1958), True Love Ways (1958), Learning The Game (1958), Little Baby (1958), Moondreams (1957) et That’s What They Say (1958).

 

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 22:52

Alan Freed est l'une des personnalité majeure dans la promotionFreed_Alan_1958.jpg du Vrais rock n'roll et du rhythm and blues durant les années 1950. Freed est né le 15 Décembre 1922 à Johnstown en Pennsylvanie. Aprés la seconde guerre mondiale (dont il est vétéran) il commence sa carrière comme commentateur sportif sur WKST (New Castle - Pennsylvanie). Il devient ensuite directeur des programme de WKBN (radio de Youngston - Ohio) et de WIBE(radio de Philadelphie). Après avoir travaillé sur les ondes de WAKR (Akron -Ohio) et de WKEL (Cleveland) il rejoint WJW en 1951.

 

Et c'est sur cette radio qu'il anime son légendaire programme Moondog's rock n'roll party. On attribue souvent à Freed l'invention du mot Rock n'roll pour désigner la musique qui est au centre de ce blog, mais en fait il a surtout récupérer un terme d'argot voulant dire à la fois "danser" et "faire l'amour" souvent utiliser dans les titres de rhythm and blues depuis la fin des 1930's, et c'est probablement par amour de la musique noire qu'il utilise ce terme pour désigner le style de musique qui passe durant son programme.

 

Alan Freed est un véritable fan de musique noire e qui n'est pas si courant au début des fifties chez les DJ's blancs. Dés 1952 il organise ses premiers concerts, qu'il commence à organiser au légendaire Paramount Theatre de Brooklin (New York) à partir de 1954 qu'il retransmet sur les ondes de WABC (un des grandes radio locale). Il sera également l'un des premiers à faire des affiches mixtes mêlant  des artistes noires avec des blancs. Et c'est surtout au niveau du public que le changement de mentalité de la société américaine commence à changer en effet blancs et noires dansent à côtés voir ensemble, ce qui semble aujourd'hui plutôt banal mais au début des années 1950's c'est une révolution.

Go_Johnny_Go_CBerry_SStewart_AFreed_JClanton_JPEG_for_Web-3.jpg

Freed au côté de Chuck Berry, Sandy Stewart et Jimmy Clanton

 

Il anime également un programme Tv et tourne des films ou il fait la promotion de ses artistes préférés comme Rock Around the clock (1956) avec Bill Haley, Freedie Bell et les Platters, Rock rock rock(1956) avec Frankie Lymon, Moonglows, Chuck Berry, Lavern Baker, Johnny Burnette...), Don't knock the rock (1956) avec Bill Haley, Little Richard, Alan dale... ,  Mr Rock n'roll (1957) avec Little Richard, Chuck Berry, Frankie Lymon, Clyde Mc Phatter...,   Go Johnny Go(1958) avec Eddie Cochran, Jimmy Clanton, The Cadillacs, Jackie Wilson, Ritchie Valens etc... 

Alan_Freed.jpg

La couverture du programme de son 5 eme Show anniverssaire avec The Skyliners, Jo Ann Campbell, Jackie Wilson, Jimmy Clanton, Bo Diddley, Larry Williams, Dion and the Belmonts...

 

Il sera l'ennemie à abattre pour toute la "bonne" société américaine, et son imense popularité commence à décliner à la fin de la décénie, il se fait renvoyer de WABC en 1959, mais en 1960 part pour  Los Angeles pour devenir directeur des programmes de KDAY une radio spécialisée dans le Rhythm and Blues.

marquee.jpg

La facade du Paramount Theatre lors d'un show de rock n' roll organisé par Alan Freed

 

 

Lors du scandale de Payola (ou l'on accuse la plupart des DJ's des 1950's d'avoir touché des pot-de-vins pour passer certains disques) Alan Freed préfère plaider coupable, mais en réalité ne se relèvera pas de ce procès qui se déroule en 1962. Ce n'est pas financièrement l'amende ne se monte qu'à 300 dollars, mais c'est moralement, il décède à l'hôpital le 20 Janvier 1965.

freedwabc-791985.jpg

Le 23 Janvier 1986 Alan Freed est introduit à juste titre au Rock n'Roll Hall of Fame.

 

Pour tout savoir sur lui, télécharger des programmes d'époque et plein d'autres choses le site web qui lui est consacré est absolument incontournable:

http://www.alanfreed.com/

 

FreedStageShow.jpg

Une affiche d'époque d'un festival organisé par Alan Freed

 

medium_freed.jpg

Célèbre photo promotionnel de Freed

 

MONROE_GA.jpg

Sur le plateau de so show tv

 

Rate_the_Record-Jackie_Wilson_JC_Alan_Freed_host_Johnny_Car.jpg

Alan Freed au côté de Jackie Wilson et Jimmy Clanton

 

 

 

Interwiew d'Alan Freed lors d'un TV show des 1950's

 

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Culture Rock n'roll
commenter cet article
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 10:29

Ritual Rock-a-billies (ETCD 2040) est une compilationSans-titre-25.jpg de 2001 du label Espagnol qui commence à monter au début des années 2000 El Toro records. Nous trouvons les Runin' wild (Belgique) avec Killer three stomp (un white rock inspiré par le style de Johnny Cash), How you want it done (un white rock sauvage) Jett Darren & the Doggone Riders (Espagne)  avec Roarin' & rollin' (un rockabilly bien ficellé) et Mad gal (un rockabilly médium), Junior Marvel (Hollande) avec Hi-fly bop (un medium rockabilly), South bound train (un rockabilly primitif rapide), Rockin' rollin' stone (cover de Andy Starr)  Hi Way Ramblers (Espagne) avec Delight full lips (un western swing) et Cherokee Maiden (un hillbilly rock avec sonorités indiennes), Nu niles (Espagne) avec Dark skin (un rockabilly rapide teinté de hillbilly) et Haircut boogie (un bon rockabilly médium), Carlos and the Bandidos (Royaume Unis) avec don't tell me no lies (un white rock rapide) et It's a ball (un rockabilly rapide), The Nitemares (Espagne) avec Teenage vamp (rockabilly inspiré par le second album de Gene Vincent & the Blue Caps) et Wild wild lover (un white rock sauvage et déjanté),  Bryant Trenier & the Dynasonics (USA) avec Kiss me once (un médium rockabilly) et Home ward bound (un rockabilly sauvage dans le style de Gene Vincent 2 eme lp), Katty & the Catbones avec Cry cry cry (Cover avec chanteuse de Johnny Cash) et Don't tell me your troubles (cover de don Gibson) , The Millestones (Espagne) avec Make love to somebody (un rockabilly rapide) et Flamin' Manie (un western swing), The Bop Pills(Espagne)  avec Empty bottle blues (rockabilly rapide) et I never felt like this (cover de Jack Scott) , Cari Lee & the Saddle-ites (USA) avec You're gonna be sorry some of these days (un hillbilly rock rapide) et Stop whistlin' wolf (un hillbilly rock) , Little Boy Arnold & his Western Oakies (Espagne)  avec Big River (cover de Johnny Cash) et Sleep, rock a roll, rock a baby (un trés bon rockabilly rapide), et

(qespagne) avec BCN Hayride (un western swing).

En résumé une compilation composé de 28 titres tous d'une trés grande qualité dont le style est homogène (que de l'authentique) qui met en évidence la qualité des groupe de la scène rockabilly espagnol en 2001.

 

 

 

 

HI-WAY RAMBLERS - George's Play House (1999)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 09:05

The Flying Saucers est un des groupes légendairesDSC05878.jpg de la scène Teddy Boys des années 1970's et début 1980's.

C'est en 1972 que se forme le groupe avec Pete Pritchard (Basse), Terry Earl (batterie), Nigel "Niggsy" Owen (guitare) et Jacko Buddin (Saxophone). Le chanteur est à l'époque Alan Jones qui en 1975 est remplacé par le légendaire Sandy Ford.

Le groupe jouera lors de la légendaire Marche des Teddy Boys en 1976 à Londres pour obtenir une radio consacrée au rock n'roll des fifties sur la BBC. Ils font des prestations live pendant plusieurs années dans le show radiophonique "It's Rock n'roll" du Samedi aprés midi présenté par les DJ's Stuart Colman et  Geoff Baker. Ils passent lors du concert de Mai 1976 au Picketts Lock Sports Centre qui est immortalisé par le lp Rock n'roll is still alive (déjas chroniquer) et un 25 cm live du groupe (également chroniqué).

Ils obtiennent un énorme succés en Grande Bretagne mais également en Europe. Leurs premier Lp Planet of the Drapes rentrera au hit parade Allemand durant plusieurs semaines, et sa sortie coincide avec une tournée en Allemagne dans tout les clubs majeurs du pays qui leur permettra d'obtenir une trés grande popularité dans le pays.

Je possède évidemment cet album capital dans l'histoire du rock n'roll mais en pressage français sur Stil records (distribution Sonepresse LP 114) il est composé de 17 titres dont une majorité de covers de titres des 1950's repris avec talent et beaucoup d'originalité: My Babe (un rock de ron Holden), Diggin the boogie (rockabilly de roy Hall), Sugaree (un médium rockabilly de Marty Robbins), Oakie Boogie (un titre western swing de Johnny Tyler qui sera repris par Ella mae Morse et rockabillisé DSC05877.jpgdurant les fifties par Hank Swatley), Rockabilly boogie (de Johnny Burnette & the Rock n'roll trio), Mean little mama (Rockabilly de Roy Orbison chez Sun records), Wildcat (Gene Vincent ), Rocky road blues (de Bill Monroe mais plus influencer par la version rock n'roll de Gene Vincent) et Alabama shake (rock sauvage de Gene Summers), au niveau des compositions c'est particulièrement bon aussi nous trouvons Be bop a boogie girl, Letter of boogie et What will be done, will be done composés par Sandy Ford,  Rockin' chair rock et Adam et Eve composés par Pete Pritchard, Get it all screwed on et Motivatin' composé par Jacko Buddin et Rock with the sugar composé par Terry earl. Je me suis également procurer la réédition du disque sur Rockhouse (LP 8703) qui à une nouvelle pochette photo mais est emputé des deux compositions de Pete Pritchard donc ne contenant que 15 titres!!!.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sandy ford sans le reste du groupe interprétant en 2010 Wildcat titre présent sur le lp Planet of the Drapes.

 

 

 

 

 

Repost 0
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 00:19

Big Jay McNeely est un des grand saxophoniste du rhythm and blues des années 1950's, il s'inspire de Illinois Jacquet et Lester Young, et commence sa carrière avec Johnny Otis. Il obtient son premier hit en 1949 avec The Deacon's hop, et à l'inverse de nombreux autres artistes de rhythm and blues c'est durant l'ère du Rock n'roll qu'il obtient le sommet de sa popularité (1950's et début 1960's) obtenant de trés nombreux hits en ayant su s'adapter au son on peu évidemment noter la ballade Is something on your mind (1959) avec Little Sonny Warner au chant.

Revenons au 78 tours (de la collection d'André Bette) l'instrumental Jay's Rock sort en Mars 1955 sur un en face B sur un 78 tours ( 55-245) avec en face A The Delegates et le titre The Convention (remake de Texas Turkey), disque qui est réédité en 1956 en 45 t (Vee Jay 212). L'édition du disque en question sur Moonglow est un export pour le marché belge  (Moonglow 5016) ou l'on peut voir sur le centre du disqueles références du disque américain Vee Jay).

big-jay-mac-nelly.jpg

 

bigjaymcneely1951losangeles.jpg

Célèbre photo de Big Jay McNeely en concert qui donne une idée de la sauvagerie de ces prestations live!!

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans 78 tours
commenter cet article