Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

23 juillet 2008 3 23 /07 /juillet /2008 07:01
Marty de son vrais nom Reginald Smith est né à Greenwich au sud est de Londres. C'est à cause de la facination qu'il éprouve face au succés et à la musique de Tommy Steele qu'il achète une guitare d'occasion et se consacre assidument à la musique. Comme Tommy Steele l'a fait avant lui Reg (Marty) joue tout les soirs dans des night clubs et coffee bars de Soho. Larry Parnes partenaire de John Kennedy (le découvreur de Tommy Steele) se rend au Condor ou joue Reg, pour voir ce nouveau chanteur qui séduit les teenagers londoniens. Parnes est impressionné par son talent est le signe à la fin de la semaine, Reginald Smith devient Marty Wilde. Josephine Douglas voit chanter Marty au Winston et décide de le faire passer au 6,5 spécials tv show qu'elle coprésente. Marty y interprette sous les conseils de Joséphine "Honeycomb" (titre du rocker us Jimmy Rodgers) Johnny Franz producteur pour Philips records lui signe un contrat. Ses premiers enregistrements sont en 1957 Honeycomb, Wildcat, Afraid to love, Love bug crawl, I'm falling in love et sing boy sing (titres qui sortiront en singles et 4 sur un ep) déjas ses enregistrements se partages entre morceaux rock n'roll et ballades.





C'est en 1958 qu'il obtient son premier gros tube avec Endless sleep titre qui se retrouvera sur un simple avec Her hair as yellow et en ep avec ce dernier et des titres de 1957 (I'm falling in love et Sing boy sing). 1959 est l'année de Marty il classe 4 chansons dans le hit parade Donna (reprise de Ritchie Valens qui sera couplée avec Love-a love-a love-aA teenager in love (reprise de Dion and Belmonts qui sera couplé avec Danny popularisé aux usa par Fabian) Sea of love (magnifique slow de Phil Philips énorme succés cette année là aux usa qui sera couplé avec Teenage tears) et surtout le petit chef d'oeuvre de médium rock   Bad boy (composé par Marty qui sera même repris par des chanteurs américains) et qui est couplé avec It's been nice hors un eps qui compile ses succés de l'année sort son 1er lp "Wilde about Marty on peut y entendre une majorité de solide rock qu'il emprunte aux maîtres du genre (Buddy Holly, Gene Vincent, Elvids Presley, Jerry Lee Lewis...)comme down the line,Blue moon of kentucky, I flipped, You've got love, Mean woman blues/ High school confidential, Splish splash et So glad you're mine...En 1960, il obtient son dernier trés gros tube avec le vraiment trés bon et original Johnny Rocco. Mais il aura quand même 7 autres titres qui rentreront dans les hit parades jusqu'en 1962. En 1960 sortira son deuxième lp Marty Wilde Showcase qui compile ses gros succés de 1959 et 1960 en live . On peut noter comme titres marquant Rubber ball (reprise de Bobby Vee) en 1960, When does it get to be love et One last kiss en 1961 et Little Miss hapiness en 1963 . Afin d'avoir un panel étendu du talent de Marty pourquoi ne pas se procurer les deux lps qui se complète  aisément le Bad Boy! de Philips et le Wildcat Rocker de Jan.   
Teenager in Love - Marty Wilde
Cliff Richard & Marty Wilde - Early in the Morning (1959)
Cliff Richard, marty Wilde, Dickie Pride - Three cool cats

Cliff Richard & Marty Wilde - When the Saints Go Marching In
marty wilde bad boy

Marty Wilde - Rubber Ball (1961)

Marty Wilde - Endless sleep

MARTY WILDE SINGS DANNY Live

Marty Wilde - Teenage Tears 78RPM


Marty Wilde - Johnny Rocco - 1960
Repost 0
22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 23:16
Jan Berry et Dean O Torrence se connaissent depuis  la Jr High School de l'ouest de Los Angeles, dont il font partie de l'équipe de football, déjas ils forment un groupe qui reprend les tubes Doo Wop de l'époque Get a Job des Silhouettes, At the Hop de Danny and Juniors etc...
A force de répétitions leur groupe s'améliore Jan est la basse,  Arnie est  le premier ténor, Wally Yagi le second ténor, Chuck Steele le leadeur, John Sagi Saligman le second ténor, Bruce Johnson joue du Piano et Sandy Nelson (pas encore célèbre) de la batterie. Ils écrivent tout deux leurs première chanson Jenny Lee (qui sera reprise par Moon Mullican) qui devient n° 3 au hit parade national pour le label Arwin. En 1958,  sous l'influence de leur producteur et ami Lou Adler il écrivent un deuxième titre " Baby talk"qui se classe 7 eme des ventes nationales en 1959, il suit alors plusieurs autres hits comme Clementine qui se classe 40 au hit parade national, White Tennis sneackers that are black" tout ses titres sortent sur le label Dore records.
 En 1961 ils signent chez Challenge records et sorte "heart and Soul", puis en 1962 enregistrent pour Liberty Tennessee qui se classe dans le Top 10. Jusque là ils font une sorte de Doo wop blanc trés rythmé à deux voix de trés grande qualité. Mais en 1962 avec leur reprise de Barbarra Ann des Regents et leur Linda en 1963 ils trouvent un nouveau son. C'est une réussite Linda est un gros tube qui arrive en même temps que la vague surf enmenné par les Beach boys. Leur trés bonne relation avec Brian Wilson leur permet de travailler avec lui. Ils écoutent leurs Surfin safari et enregistre leur Surf city dans un style proche de ces derniers, ce titre est numéro 1 national en 1963, ils enregistrent alors d'autres classiques cette année là comme Honolulu lulu, et surtout le trés bon Drag city. En 1964 dans le haut de la vague surf ils font encore un gros tube avec  "The new girl in school" (écrit par Brian Wilson)et l'excellent Dead man's curve.  Ils reécrivent aussi le "To catch a wave " des Beach boys en "Sidewalk surfing" enfin  ils enregistrent Little old lady et Ride in the wild surf pour le film du même nom. Malheureusement en 1965 Jan a un trés grave accident d'auto duquel il ne se remettra jamais et qui va éloigné le duo des charts.
L'album indispensable est le "Jan and Dean Anthology Album" d'United artists qui compile leurs trés nombreux his de 1958 à 1966. On passe agréablement à l'écoute de ce double album du Doo wop blanc de la fin des fifties au surf d'anthologie des sixties, pour finir par une face live.
Vous pouvez aussi vous procurez un best of de leur pèriode Surf le Surf City de Exact production  qui regroupe les hits surf du duo avec en plus la reprise du classique des Beach boys "I get around" mais qui malheureusement ne contient aucun titre de leur formidable pèriode doo wop.










Jan & Dean - Surf City (Live, 1963)

jan & dean - sidewalk surfin'

Jan & Dean - Theres A Girl

Ride The Wild Surf - Jan and Dean

Jan & Dean - Honolulu Lulu



Jan & Dean - Little Old Lady From Pasadena


Jan and Dean - The New Girl in School


jennie lee jan and arnie
Tennessee by Jan and Dean 
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Surf and instrumental
commenter cet article
22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 16:17

 En 1956  Al Contrera  se joint au groupe vocal de son quartier de Brooklyn (New York) les Overons, par ce que leur basse les a quitté. Les autres membres sont Al Cracolici (Bariton), Joe Stroble (Leadeur) George Galfo (second ténor) et Bob Ferrante (premier tenor). Mais au départ de Joe c'est le frère de Al,  Phil Cracolici qui devient leadeur. En 1958, ils changent de nom pour les Mystics et signent chez Laurie records. Leur premier titre enregistré sera Adam & Eve. Doc Pomus et Morty Shuman écrivent pour les Mystics "Teenager in love", mais Gene Shwartz de Laurie sentant le hit potentiel donne la chanson à Dion and the Belmonts qui en feront le megatube que l'on sait. Gene demande alors à  Pomus et Shuman d'écrire un titre dans le style du gros tube des Elegants "Little star" qui sont dans le même style vocal que les Mystics. Morty et Doc reviennent chez Laurie avec "Hushabye" qui deviendra l'immense succés des Mystics. L'album ace "The  complete Mystics" réunit les six singles du groupes + 4 inédits (dont une trés belle version de Over the rainbow) Le style des mystics est du doo wop de ballade particulièrement maitrisé, Again et Goodnight mr blues ce détachent de l'album par leur tempo rapide et rhythme soutenu.



The Mystics - HUSHABYE Live 2006
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Doo Wop
commenter cet article
22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 15:33

Les Treniers n'ont pas eut de mégatubes durant les fifties, et pourtant ils furent un des groupes les plus populaires participant à de trés nombreux films de Rock n'roll comme Don't knock the rock ou the Girl can't help it.  A l'origine de ce groupe de frères jumeaux Claude et cliff Ternier.  C'est au college en 1940 que Claude forme son premier groupe, comme à cause de la guerre la plupart des membres partent se battre Claude rejoint le groupe de Jimmie Lunceford's, les deux frères pour des raisons de santé ne feront pas le guerre donc ils enregistrent avec l'orchestre de Lunceford quelques titres pour Decca/Coral. C'est en 1945, que Claude et Cliff forment les Treniers avec Eddie Beal (piano) Red Callender (bass) at Zutty Singleton (batterie), ils chantent sur Weird Nightmare enregistré par Charlie Mingus sur le label Excelsior. Ils partent ensuite pour Los Angeles,  les Treniers font rapidement partie du spectacle de la revue de Johnnie Otis.
 En 1947 -48 ils enregsitrent 15 titres pour mercury dont Hey Sister Lucy et Buzz buzz buzz. Il écument  alors les clubs les plus en vue de Los Angeles comme attraction musicale (Morocco club, Swannee Inn, Tuttle house, Lincoln Million-dollar et l'Orpheum theatre). Leur célébrité commence à s'étendre dans tout le pays, ils joue alors au Ciro's de Miami en 1952 et au riviera hotel de Las Vegas en 1954. En 1953 le Daily News de New York  considère les Treniers comme le groupe le plus exitant de l'année. En 1956 Les Treniers ont conservé leur place prépondérable dans le circuit de la musique aux USA cela malgrés l'arrivée massive des jeunes rockers. Ils participent souvent à des programmes TV comme celui de Jackie Gleason et de Red Skelton.
ils participent également à deux films Don't knock the rock et The Girl can't help it.

On peut noter la trés bonne prestation du groupe dans le premier film cité qui interprette Rockin' On Saturday Night.

A la fin des fifties ils font la tournée avec Jerry Lee lewis en Grande Bretagne. Avec l'arrivée des teenage idol au début des sixties, les treniers partent dans le circuits des concerts à Végas et Atlantic City. Durant une pèriode Screamin' Jay hawkins sera bariton dans la formation. 

Leurs succés à Las Végas fut immense et ils continuèrent jusque dans les années 80.

 

L'album que je conseille compile les faces faite par le groupe entre 1951 et 1955, soit 15 titres pour le label Okey et une de 1955 pour Epic. On y entend quelques un des leurs plus gros classiques comme Rockin is our bizness (1953), Rock a beatin boogie (1954), Rockin on Sunday night (1952), Hey little girl (1951) et "The Moon dog" (1952). L'ensemble des faces nous montre de quel manière le groupe a pu influencer les groupes de jump/jive blanc comme Bill Haley and the Comets ou Freddy Bell and the Bell boys.

J'ai également le ep RCA 75.336 intitulé Rock n'roll n°3 (rappelons qu'un ep d'Elvis est sortie dans cette série) avec 4 bon rock n'roll comme Cool it baby (du film Teen Age rebel) Rock n'roll president, Lover come back to me et Sorrento.

 

Je possède un second ep contenant 2 titres des Treniers compilés avec 2 titres de Lillian Briggs, malheureusement je n'ai pas la pochette d'époque, ce dernier fait partie d'une autre collection appellée Rock n'roll et celui ci est le N°1 les titres sont Good rockin' tonight et Rock n'roll call et est distrubué par Philips 426 020 BE.

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Jump and Jive
commenter cet article
22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 14:14
Les Eldorados (dont le nom est en référence aux modèles convertible de la légendaire marque Cadillac) est le second vocal group vedette du label Vee Jay spécialiste du style durant cette première moitier des fifties, derrière les Spaniels. Les Eldorados ont un style opposé aux Spaniels, en effet ils sont beaucoup plus des adeptes du rhythm  jump bien relevé et moins spécialistes des mélodies romantiques que les Spaniels.
Les Eldorados se forme à l'école  Englewood de chicago en 1952, Pirkie Lee Moses Jr réunit alors Louis Bradley (ténor) Jewel Jones (Tenor), James Maddox (Bariton) et Robert Glasper (Bass), ils s'appellent alors les Five stars. En 1954 ils signent chez Vee Jay sous le nom des Eldorados et enregistrent leur premier disque:  My loving baby / Baby i need you qui sera un tube régional. Devant l'énorme succés des Midnighters avec "Annie had a baby" Vee Jay fait enregistrer aux El Dorados leur version sous le titre "Annie's Answer" et durant la même session ils enregistrent One More Chance qui sortira couplé avec "Little miss love". C'est en 1955 qu'ils enregistrent leur gros tube et classique "At my front door" (N° 2 dans les charts Rhythm and blues). Ce trés gros succés va leur permettre d'enregistrer leur premier album. Ils enregistrent aussi le simple "I'll be forever loving you / I began to realise et un second qui fera aussi un succés "Rock n'roll for me / Now that you've gone". En 1956 ils enregistrent deux autres simples A fallen tear / Chop ling soon et There in the night / Bim bam boom. Voici l'histoire des enregistrements légendaires des Eldorados sur Vee Jay. Tous sont présent sur l'abum Charly records "Bim Bam Boom"

SPANIELS "EVERYONE'S LAUGHING" EL DORADOS "BIM BAM BOOM


The El Dorados--At my Front Door live 1996
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Doo Wop
commenter cet article
22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 12:22
Bobby Fuller sera célèbre au milieu des sixties en jouant du pur rock n'roll, il aura deux énormes tube Let her dance et I fought the law (reprise d'un morceau de sonny Curtiss membre des Crickets) El Paso (texas) décide
 d'aller faire carrière à los Angeles. Rapidement Bobby et son group se font un nom dans la citée des anges, et font l'ouverture du night club le plus en vue de la ville le "It's boss". C'est Delfi (le label légendaire qui avait découvert Ritchie Valens) qui les signe il en sortira l'excellent album "I fought the law" remplie de rock n'roll avec production sixties avec beaucoup de profondeur, il est remarquer que la quasi totalité des titres sont des compositions de Bobby sauf Julie et I fought the law notons particulièrement A new shade of blue, You kiss me (proche du style de Orbison chez Monument), Fool of Love (trés Buddy Holly) et Saturday night trés proche d' Eddie Cochran période Summertime Blues.  Au sommet de sa carrière en Juillet 1966 il est assasiné. On peut noter à l'écoute de ses titres ses influences indéniables du rock n'roll des fifties (particulièrement des similitudes mélodiques avec Buddy Holly).
 









L'album Eva "I faught the law" est trés interressant car il compile les faces enregistrées a El Paso, avant le départ du groupe pour Los Angeles soit entre 1962 et 1964, ici les titres qu'ils enregistre sont des reprises de Little Richard "Keep a knocking", Eddie cochran "Nervous breackdown", de Buddy Holly Think it over, Love's made fool of you, not fade away ,  et de Roy Orbison chez Sun avec Rockhouse , mais aussi des compositions trés Rock n'roll comme  A new shade of blue, Keep on dancing, King of the beach, linda lu, It's love comme what may, Guess we'll fall in love.




















Enfin l'album Rockhouse "memories of Buddy Holly" complète le lp eva (avec quelques doublons quand mêavec des titres inédits enregistrés eux aussi entre 1960 et 1965, dont une belle reprise de Donna de Ritchie Valens.






















Bobby Fuller Four - Let Her Dance/Another Sad & Lonely Night


Nervous Breakdown by the Bobby Fuller Four


Bobby Fuller Four - I Fought The Law


Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Sixties Rock n' roll
commenter cet article
22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 10:14

Danny and Juniors est une des référence du Doo wop/rock n'roll blanc, ils seront essentiellement célèbres pour deux mégatubes: At the hop et Rock n'roll his her to stay. Le groupe se forme en 1955 sous la direction de Dave White, qui réunit Danny Rapp, Frank Mafféi et Joe Terry, ils ont tous entre 16 et 17 ans.
 Artie Singer de Singular records entend la formation et leur fait enregistrer en 1957 I feel so lonely, Sometimes et Do the bop, qui deviendra avec les conseils de l'animateur TV Dick Clark At the Hop.
En fin de compte sort du studio le single AT the hop / Sometimes, Danny and the Juniors passent ensuite à l'émition TV de Dick clark et c'est l'explosion tout le monde veut acheter le disque, Abc Paramount sentant l'affaire, rachète le disque à Singular et un moi aprés AT the Hop est numéro 1 en amérique .
En 1958 deuxième gros succés avec Rock n'roll is her to stay couplé avec l'également trés bon School boy romance, ils enregistrent aussi Dottie et Crazy cave des titres dans la même veine que leurs tubes, on peut aussi noter qu'ils tournent même  dans le film Let's Rock.
Mais le succés tel qui l'on connu en 1957 et 1958 est du passé, pourtant les enregistrements des années 60 sont trés sympathiques comme par exemple  Pony Express et Back to the hop en 1961. N'ayant pas sortie d'album à l'époque on peut aheter l'excellent album Singular compilant leurs faces indispensables  "Rock n'roll is her to stay"

 


Rock & Roll Is Here To Stay
envoyé par rocknroll50

 

 


Danny & The Juniors - At The Hop
envoyé par rocknroll50

Danny_and_the_Junior dans le film Let's Rock
envoyé par fabriziodwf
utub

Découvrez la playlist Danny and the Juniors avec Danny & The Juniors
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Doo Wop
commenter cet article
22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 09:28

De 1955 à 1957 les Cadets est l'un des groupes vocaux les plus populaires aux USA. Le groupe se compose de Willie Davis, Aaron Collins, "Dub" Jones, Prentice Moreland (présent que dans les enregistrements studios) et le manageur et baryton Loyld McCraw. Ils ont enregistrer leurs titres sur le label modern, qui fait aussi enregistrer les membres sous le nom de The Jacks (Deux groupes qui n'en sont qu'un!!!)
En 1955 ils enregistrent "Don't be angry" (reprise de Nappy Brown gros hit de l'année), Why don't you write me, I cried qui sera couplé sur un single avec Fine lookin' woman, le second simple réuni  Hey little girl et If it is wrong.
L'année 1956 est capitale pour Modern et les Cadets, c'est celle de leur méga tube "Stranded in the Jungle" (qui est une reprise des Jayhawks réalisé 2 mois avant) c'est un fantastique doo wop rhythm and blues avec ambiance jungle évidemment. Ils profitent du vent favorable pour enregistrer Dancin' dan couplé avec I got loaded, ils enregistre aussi  l'inédit "Memories of you (présent sur l'album relic) et dans le style de Jesse Belvin, I'll be spinning (reprise de Johnnie and Joe) qui sera couplé avec Fools rush in,  et la ballade "Heaven help me".
En Février 1957 sort leur album "Rock and rollin' with the cadets" qui sort sur la filiale Crown records, ils en profitent pour enregistrer Pretty Evey (Evelyn) avec un rhythm Calypso couplé avec Run jamaica run. En Août 1957 ils sortent Hands across the table avec Will "Dub" Jones en bass leadeur qui sera couplé avec Ring Chimes. En 1958 le groupe se séparre mais en nous laissant quelques faces réunissant des influences jump, calypso et ballade rhythm and blues. L'ensemble de ces enregistrements plus d'autres sont présents sur l'album Relic "The Cadets Greatest hits"

Découvrez la playlist The Cadets avec The Cadets
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Doo Wop
commenter cet article
21 juillet 2008 1 21 /07 /juillet /2008 23:12

J. P." Richardson" de son vrais nom, commence sa carrière dans un groupe en 1949, parallèlement il est disck jockey. En 1953 il travaille sur la radio KRTM, fait son service et revient chez KRTM en 1957. Il est un trés bon compositeur par exemple son  titre "White lightning sera un des grand succés de George Jones (N°1 des charts country en 1960), et son "Running bear sera le plus grand succés de Johnny Preston ( N° 1 des Pop charts de 1959). Dans sa carrière d'interprette il enregistre la totalité de ses titres chez Mercury:
 Begar to a king et Crazy blues en 1957, the purple people eater meets the witch doctor ,son immense et génial tube "Chantilly lace" (un des plus gros tube de 1958) , Big bopper wedding, little red riding hood, monkey song et teenage moon en 1958 et Walking Through My Dreams en 1959.Il faut absolument écouter son unique et excellent album "Chantilly lace starring the Big Bopper" . On trouve sur cette album un grand nombre de ses titres antèrieur, plus d'autres Rock n'roll blanc de grande qualité comme Monkey song, It's the truth ruth et son interprétation de son "White lightnin" . Il est aujourd'hui cher par ce que trés recherché malgrés son nombre de copie trés important produite à l'époque), heureusement il a souvent été réédité en vinyl et en cd. Big Bopper décèdera le 3 Février 1959 avec Ritchie Valens et Buddy Holly dans le même accident d'avion, ce jour sera alors appellé "the day of the music died" (le jour ou la musique est morte).

 

 

The Big Bopper - Little red riding hood

 

 

The Big Bopper - Big Bopper's Wendding
.

Big Bopper - Chantilly Lace
envoyé par beatnickbandit
 

Découvrez la playlist Big Bopper avec Big Bopper
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article
21 juillet 2008 1 21 /07 /juillet /2008 20:09

Wee Willie Harris est né à Londres, dés son adolescence il s'interresse au boogie woogie, En 1952 il enregistre une maquette de Frankie and Johnny ou déjas son style plein de sonorités rhythm and blues est présent. 
En 1955 il enregistre deux reprises de Rock noir "Riot in cell block N°9" (ecxcellente) et "ko ko mo". En fin d'année 1956 il devient une des coqueluche de Soho quartier dans lequel il se fait une réputation en jouant chaque soir dans un pub différent. Doucement son style se rapproche de celui de Little Richard, avec toute sa frénesie incontrolable.
Le club qui à Londres sera synonyme de Rock n'roll à partir de Tommy steele et Terry Dene est  le 2 "I"'s de Paul Lincoln. Willie commence à se faire une grosse réputation de showmen grâce à ce club dans lequel il arrive habillé d'une veste et d'un pantalon rouge auquel s'ajoute des chaussettes roses. Willie obtiendra d'ailleur un succés avec son rock rapide "Rockin' at the 2"I"s enregistré en Octobre 1957. En 1957 on peut aussi noté son "Snack dab in the middle et Love Bug crawl (2 titres déjantés et excellents), en 1958 il reprend magistralement "No chemise please" qu'il interprette souvent en tenue de Tarzan!!! De 1959 on peut noter surtout sa décapente version du I go ape de Neil Sedaka, et en 1960 sa trés bonne version de "Wild One". Sans doute par ce que Jack Good ne l'as pas fait chanter dans son show tv "Oh Boy"  le trouvant trop décalé, lui préférant  Marty Wilde et Cliff Richard, sa carrière s'arrêta au début des sixties face aux succés de ces deux derniers. Tout les titres étonnants de Wee willie Harris sont présent sur l'album ace "Goes ape!"


WEE WILLIE HARRIS - 'Rockin' At The Two I's' - 1957 78rpm
WEE WILLIE HARRIS & SILVER BULLETS:I GO APE

WEE WILLIE HARRIS - I go ape 

Wee Willie Harris - Love Bug Crawl 

Repost 0