Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 07:49
Ballard and the Midnighters DSC04952.jpgest le groupe phare du label King/Federal durant les 50’s et le début des 60’s. C’est Johnny Otis en 1951 qui découvre la formation "The Royals", grâce à lui ils enregistrent en 1952 sur King "Every beat of my heart" qui devient un hit . Le chanteur leader de l’époque Lawson Smith quitte le groupe pour son service militaire, il est alors remplacé par Hank Ballard. Dés 1953 le groupe obtient un premier hit national avec "Get it", suivit en Avril 1954 d’un énorme tube national avec "Work with me Annie" (le style du groupe est déjas présent : instrumentation rhythm and blues de grandes qualitée soutenue par des accompagnements vocaux exeptionnels le tout sur un rythme soutenu rock n’roll). Cette année là les hits se succédent "Sexy Ways" (plus rock dans l’esprit mais également plus médium dans le rythme), "Annie had a baby" (avec une mélodie qui inspirera le génial "Finger Poppin time" quelques années plus tard) et "Crazy Lovin’". Le groupe domine donc les charts en cette année 1954,en 1955 pas de hit et pourtant ils enregistrent la ballade blues "It’s love baby" et un rock n’roll dans le style des Five Keys "Rock n’roll wedding". En 1956, ils enregistrent le génial rock noir " Tore up over you" (qui sera repris par Ray Campi en rockabilly durant les 70’s). Charles Sutton quitte le groupe pour être remplacé par Lawson Smith en 1957 et ils enregistrent le blues gospel "In the Doorary crying" et le médium rock "Let’em roll". 1958 est une année capitale pour le groupe, DSC04951.jpgSonny Woods quitte les Midnighters et se trouve remplacé par Norman Thrusher, et surtout ils enregistrent "The Twist" (une composition qui sera un des plus gros hit de l’histoire mais pas interprété par eux, mais par Chubby Checker"). King publiera le titre en face B du trés beau slow "Teardrop on your letter", ce titre sera encore un méga tube pour les Midnighters en 1959, de même que "The twist" (mais sans comparaison avec le succés de la reprise de Chubby Checker en 1961), ils enregistrent aussi en 1958 une reprise de "Kansas city" de Lieber et Stroller. En 1960 ils enregistre une véritable perle de doo wop sixties avec instrumentation rhythm and blues "Finger poppin’ time". En 1960 et 1961 Les Midnighters font de nombreux hits comme "Let’s go, let’s go, let’s go" (avec une petite intro de guitare au son Rockabilly), "Hootchi hootchi koo", "let’s go again", "The float"... En dehors de cette série de gros tubes, les Midnighters enregistrent deux reprises de grande qualité avec "Beep blue sea" des Dominoes et surtout la version rhythm and blues du rockabilly écrit par Rusty York sur Chess "Sugaree"(un noir qui reprend de la musique blanche !!)
Au niveau lp j'ai acheté l'album The One and Only Sing 674 qui contient les titres: Kansas city, I'll keep you happy, I'm crying mercy, mercy, She's got a whole lot of soul, I'll pray for you, Move, move, move, Sugaree, Rain down tears, Cute little ways, house with no windows, everybody does wrong some time et So good to be home, album sortie en 1959 et contenant des enregistrements datant de Novembre 1958, Mars 1959 et Mai 1959.
Je me suis également procurer l'indispensable album Charly CRB1090 What you get when the gettin' gets good qui permet d'entendre 16 de ses tubes mettant en évidence le génie de Hank. On trouve Work with me Annie de (Janvier 1954), Sexy ways (Avril 1954) Don't change your pretty ways (Mars 1955), Rock n'roll wedding (Juin 1955), Open up the back door (Decembre 1955), Rock, granny, roll (Decembre 1955), Tore up over you (Mars 1956 repris par Ray Campi dans les 80's chez Rollin rock), Is your love for real? (Mai 1957), The twist (Novembre 1958), Teardrops on your latter (Novembre 1958), Kansas city (Novembre 1958), Sugaree (Mai 1959), Finger poppin' time (Mars 1960), Let's go let's go, let's go (Juillet 1960), What is this i see? (Mars 1961), et I'm gonna miss you (Mars 1961)
Je n'ai pu résister à la tentation d'acheter le ep français Odéon SOE 365  (label qui distribue en france les enregistrement King records) qui compile 4 des gros tubes de Hank Ballard et ses Midnighters soit The Twist (évidemment), Continental walk, Hoochi coochi coo et Sugaree.
 
Hank Ballard and the Midnighters - Let's go, let's go, let's go

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Black Rock n'roll
commenter cet article
24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 07:44

Le lp bear family Rock, roll jump & jive renferme toutes les faces rockabilly de Curtis Gordon enregistrées entre 1955 à 1957 pour Mercury Records dans les studios d’Owen Bradley. On peut noter sur les sessions de 1956 et 1957 Chet Atkins à la guitare. Curtis avoue qu’il a fait du rockabilly devant le succès remporté par Elvis suite à ses premiers enregistrements Sun. C’est ce qu’il fait avec un immense talent, ces 16 titres allant du rockabilly rapide classique aux ballades rock sont tous parfait. Les quatre perles en matière de rockabilly rapide sont l’incontournable « Draggin’ » racontant les courses de dragster avec une intro de moteurs de 1956, « Rock , Rock, Jump and Jive » un peu moins rapide mais superbement conçut, « I’m sittin’ on top of the world » (1957) et « Mobile Alabama »(1956) (2 très solides Rockabilly). Très belle ballade rock n’roll (proche du rhythm and blues ) avec « Cry cry », « Sixteen » est un medium rock avec riff bluesy et backing vocal, « Please, baby please » et « I wouldn’t » (1957) sont d’excellents rockin’ blues. La seconde face est plutôt consacré au country et hillbilly , par exemple nous trouvons des Western swing entraînant avec steel guitar et violons comme “PLay the music louder” et « Baby, please come Home », un hillbilly rock « So tired of crying », des ballades country « Too young to know », « Out to win your heart » et« one blue moon, one broken heart »,et du hillbilly classique avec « Don’t trade » et « Hey mister sorrow ».

 

 

 
curtis gordon :rock roll jump and jive

 


Curtis Gordon Draggin' Mercury#70861 "No Echo" Rockabilly

Curtis Gordon & the Ragtime Wranglers - Rompin' & Stompin
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Rockabilly
commenter cet article
24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 07:39

Comme le nom l’indique le lp d'Eddie Bond Original early Recording de white label regroupe les premiers enregistrements de Eddie Bond. En 1955 Eddie et ses stompers auditionne chez Meteor et King mais sans succés, il finit par enregistrre dans la succursale du label Ekko de Memphis (en effet la maison mère du label est basée à Los Angeles), dans cette session nous trouvons Hank Garland à la guitare, Jerry Byrd à la steel guitare, Eddie Hill à la guitare rythmique, Floyd chance à la basse et Murray Harmon à la batterie, il en ressort 2 singles « Double Duty Lovin’ » avec « Talking of the wall » et « love makes a fool » et « Your eyes » Les titres sont plutôt country, même si « Talking of the wall « est un rock plutôt convaincant avec sa sonorité blues. Après une pèriode de tournées et passages radio, Eddie enregistre chez Mercury en mars 1956 ses deux premiers véritables Rockabilly « Rockin’ daddy » (reprise de Sonny Fisher) et « I ‘ve got a woman » (reprise du mega tube de Ray Charles) le premier est dans le style de Sun records, un rythme rapide et une production la plus authentique possible, le second est une interprétation très réussie du morceau rhythm and blues de Ray avec une sonorité rockabilly. Le single se vendra relativement bien, mais pas assez pour rentrer au hit parade national. La seconde session nous donnera des enregistrements encore plus excitants « Slip slip slippin in » , « baby, baby, baby » en Juin, et en Septembre Eddie met en boite « Flip flop mama » et le superbe « Boppin’ Bonnie » (écrit par Jody Chastain et jerry Huffman qui font partie du groupe de Charlie feathers. Eddie se fait alors une place dans le monde du rockabilly en étant sur la même affiche que Ernest Tubb, ou Carl Perkins, il passe également au Big ‘d’ Jamboree. Ses enregistrements suivant de Février 1957 « You’re the part of me » et « They say we’re to young » sont clairement country, comme “blacksliddin’” issue de la même session.Enfin la dernière session pour Mercury de juillet 1957 nous laisse de très bons médium rockabilly avec « Lovin’ you, Lovin’ you », « Herchey bar » et surtout l’extraordinaire « Love, love, love ».


Eddie Bond And The Stompers - Rockin' Daddy //1956 45 RPM


Eddie Bond - Flip Flop Mama


Eddie Bond - Boppin' Bonnie


Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Rockabilly
commenter cet article
24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 07:23

Le label MGM tout comme Columbia, Capitol, Decca, Roulettes ou Rca loursque le Rock n'roll et le rockabilly
commençaient à s'imposer à chercher des artistes pouvant exceller dans ce nouveau style. Marvin Rainwater d'origine cherokee est avec Conway Twitty le chanteur de Rock n'roll et Rockabilly le plus talentueux de MGM.
L'ensemble des enregistrements de Marvin chez MGM sont réunis sur deux lps Bear family "Rockin' Rollin'" et "Sing with e heart with a beat" ces deux lps nous permet de découvrir un chanteur hors pair et des titres tout aussi bon qu'originaux et diversifiés.
Rockin' Rollin' Rainwater compile un ensemble de titres sortis à l’époque par Rainwater en 45 tours ou 78 tours, ces sessions sont de 1956, 1957, 1958, 1958 et 1959. En 1956 il enregistre « Get off the stool » un hillbilly rock déjanté avec changement de voix suivant les couplets mettant en évidence la très bonne technique vocale de Marvin, « Mister blues » est un véritable petit chef d’œuvre de rockabilly dans l’esprit des titres de Charlie Feathers, je suis fou du solo de guitare à la fois plein d’inventivité et de virtuosité, « So you think you’ve got troubles » est un hillbilly rock rapide dans le style de « Hot rod lincoln », enfin « Hot and cold » est un Rockabilly Sauvage magnifique qui à lui tout seul mérite l’achat d’un disque de Marvin Rainwater. Les sessions de 1957 ont donné des titres comme « Baby Don’t go » un hillbilly rock relevé qui, comme dans de nombreux titres de Marvin se caractérise par une mélodie recherché, « My brand of blues » est un country rockabilly tout à fait inspiré des titres Sun de Johnny Cash mais avec en plus les inventivités mélodiques de Marvin Durant les sessions de l’année 1958, Marvin enregistre « I dig you baby » un très bon rockabilly avec rythmique piano et mélodie remarquable, un petit chef d’œuvre avec des « Yeh » en basse très doowop pour cloturer le titre, « Whole lotta woman » un rockabilly superbe avec des arrêt soutenu par les instruments entre les premiers couplets, le solo piano et guitare est aussi à écouter avec attention, « Moanin’ the blues » est un rockabilly Yodell qui flirte avec le rock n’roll, on peut noter le backing vocal féminin très original 1959 sera l’année de « Late for love » est un hillbilly rock relevé avec une ligne de guitare inventive, « Love me baby » est un bon rockabilly rapide avec une section piano guitare très réussi, « In the Valley of the moon » est un rockabilly avec un rythme proche de la musique traditionnelle indienne (dans le style du « Running bear » de johnny Preston), clin d’œil de Marvin à ses origines Cherokee, « Roving Rambler » est sans hésitation un véritable chef d’œuvre du Rockabilly qui à la fois est influencé par les mélodie country mais en même temps les remanie complètement, « Dance me daddy » est aussi très bon faisant un pont entre rockabilly et rock n’roll noir avec de très beaux passages de sax. Enfin en 1960 Marvin ne sortira que 2 titres : « She’s gone » un rockabilly humoristique de bonne facture et « Hardluck blues » qui n’est pas un blues mais un country rock au rythme relevé.
Sings with a heart with abeat de son côté reprend quasiment à l’identique la pochette d’un album de Rainwater sorti chez MGM durant les 50’s, mais ici se côtoient des sessions de 1956, 1957, 1958, 1959 et 1961, les morceaux ont été enregistrés pour MGM sauf ceux issus de la session de 1961. « Gonna find My a bluebird » est le seul qui date de 1956 il est sortie en simple chez MGM, il s’agit d’une sympathique ballade country avec sifflement durant le solo de steel guitar. « That’s the way i feel », “You my Darling you” en duo avec Connie Francis et “Look for me » date de 1957, mais seulement le duo avec Connie sortira à l’époque, ce dernier est un étonnant duo teen Rock avec des vocaux doo wop et un très beau solo rockabilly, les deux autres sont des inédits « Look for me » est une ballade country avec backing vocal féminin, et « That’s the way i feel » est beaucoup plus intéressant c’est un bon hillbilly-rockabilly à la manière de Johnny Horton avec un solo piano et guitare. En 1958 il enregistre « The last time » un rockabilly rapide de très belle facture avec un riff récurant entre chaque couplet, « A need for love » est également un excellent rockabilly avec une mélodie inventive soutenu par un backing vocal doo wop on peut aussi noter le solo guitare et piano, « Down in the cellar » est encore un très bon rockabilly avec chaque verset entrecoupé de riffs rockabilly et de backing vocal léger à la jordanaires, « Two fools in love » est par contre un duo hillbilly plutôt kitch, « Because i’m a dreamer » un autre duo mais plutôt country sans grand interêt enfin, toujours avec la même chanteuse (Patty) il enregistre « Crazy love » qui est un très bon rockabilly avec Patty au chant et un backing vocal à la Jordanaires une mélody bien trouvé et surtout un solo rockabilly excellent. Pour 1959 nous ne trouvons que « That’s when i’ll stop loving you » qui est un très agréable médium hillbilly rock dans lequel l’inventivité mélodique est à noter. Enfin la séance de 1961 nous fait découvrir « Boo Hoo » un rockabilly complètement déjanté, véritable perle de Marvin Rainwater avec ici aussi une influence des meilleurs Johnny Horton, « I can’t Forget » est un country rockabilly dans l’esprit des titres de Johnny Cash mais avec les solos rockabilly dont Rainwater à le secret, « Tough top cat » est la seconde perle de l’album c’est un excellent médium rockabilly dont le backing vocal est réalisé par des miaulements de chat ( magnifique ), « Honky tonk in your heart » étonnamment par rapport au style des autres titres, est un hillbilly country avec yodel calqué sur le style de Hank Williams le plus authentique.

 

Marvin Rainwater - Hot and cold
.

 

Marvin Rainwater - Whole Lotta Woman //MGM 45


MARVIN RAINWATER - 'Baby Don't Go' - 1958 78rpm

Marvin Rainwater - So You Think You've Got Trouble

Marvin Rainwater - Tough Top Cat


Marvin Rainwater - Get Off The Stool


Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Rockabilly
commenter cet article
24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 07:11

Les enregistrements Coral des frères Burnette sont considérés à raison comme les plus remarquables du rockabilly à l'intars de ceux d’Elvis Presley  chez Sun. En effet, le Rock n’roll trio formé de Johnny Burnette (chant, rythmique), de son frère Dorsey Burnette (contrebasse) et en guitare solo Paul burlison ont pour le label Coral en 7 séances enregistré quelques des plus beaux exemples de rockabilly sauvage. Le son de ces titres à perdu les influences hillbilly, la guitare de Burlison même s’il est proche du jeu de Scotty Moore (guitariste de génie derrière elvis) tend vers le Jazz avec toute les subtilité et le délié du style, mais il ne faut pas croire qu’il sagit de titres académiques, en effet les morceaux sont soutenu par un slapping bass et un rythme général débridé, et la sauvagerie du chant dans les titres les plus rapides accompagné de cris les rendent uniques. Ces séances légendaires date du 7 Mai 1956, 2, 3, 4 et 5 Juillet 1956, et du 22 Mars 1957, Dés le début de 1956 les 3 boxeurs apparaissent au Ted Mack amateur show à la télévision, de part leur impact lors de leur premier passage ils continuent d’y apparaître régulièrement. Leur célébrité régionalement naissante, intéresse des labels comme Capitol records, mais ils préfèrent Coral records, les premières séances sont enregistrées au studio Decca de New York, ils enregsitrent leurs premiers chef d’œuvre « Tear it up » (un des plus impressionnant rockabilly de l’histoire de la musique) , « You’re undecided », « Oh baby babe » (version personnelle de « Baby let’s play house » interprété chez Sun par Elvis) « Midnight train » (très bon medium rockabilly), et « Shattered dreams ». Les scéances de Juillet 1956 seront réalisé à Nashville dans les studios d’Owen bradley Ils sont rejoint par le batteur Buddy Harman et Owen bradley au piano sur certains titres ( « Chain’s of love », « I just found out » (excellente ballade rockabilly), « My love you’re a stranger » sur ces deux derniers on notera également la présence en guitare rythmique de Grady Martin. Durant ces enregistrements sera utilisé l’effet Fuzz sur la guitare. Il faut noter cette série de chef d’œuvre incontesté de rockabilly qui se caractérise à la fois par de la spontanéité et de l’exubérance : « The train kept a rollin’ » (rockabilly à partir d’un titre de Tiny Bradshaw), « Blues stay away for me » (rockabilly blues), « All by My self », « Drinkin’ wine Spo-dee-o-dee », « Honey Hush » (réinterprétation complète du titre de Big Joe turner), « Please don’t leave me », « Rock thérapy » (rockabilly complètement déjanté), et « You’re baby blue eyes » Tout les titres de ces deux premières sessions sont superbes l’album que coral sortira de ces sessions est à juste titre l’un des plus exceptionnels de la décénnie, mais aussi comme pour les eps originaux tirés de ces sessions font partie des disques les plus chers du marché du disque de collection. Leur succés grandissant ils participent au tournage du film de Alan Freed « Rock rock rock » aux côtés de Chuck berry, Lavern Baker ou Franky Lymon » à noter que lors du tournage dorsey n’est pas présent et remplacé par Johnny Black. En 1957 ils repartent en studio à Nashville pour mettre en boites « Touch me », « If you want it enough », « Butterfingers », « eager beaver baby », mais le groupe se séparre à l’autome 1957, Paul Burlinson retourne à Memphis et les deux frères burnette se lance dans des carrières solos comme auteur mais aussi interprète mais cela est une autre histoire . Le double album Charly The legendary Johnny Burnette Rock n'roll trio compile la totalité des enregistrements Coral du trio.

 

Johnny Burnette & Rock 'n' roll Tro - All by Myself

Johnny Burnette - Hound Dog live 1956
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Rockabilly
commenter cet article
23 juillet 2008 3 23 /07 /juillet /2008 14:49

Bobby Freeman est une des figures marquantes du rock n'roll noir de la fin des fifties et du début des sixties. Bobby est originaire de San Fransisco, il commence sa carrière à l'age de 14 ans au sein des Romancers puis au sein des West Coast Vocaleers.
En 1958 il obtient son premier méga tube avec  Do you wanna dance, ce titre restera longtemps classé dans les charts Rhythm and blues et Pop. Il obtiendra également cette même année deux autres tubes avec un autre rock  "Betty lou got a new pair shoes et le médium Need your love.  Par la suite il devra attendre 1964 pour atteindre de nouveau le sommet des charts avec C'mon and swim .
Un tel succés va  pousser Jubilee records à sortir un lp de Bobby ce sera le Do you wanna dance Jubilee 1086 qui contient non seulement son tube Do you wanna dance mais aussi une série de petites perles du rock n'roll noir et de ballades rhythm and blues comme When you're smiling, Little girl do you understyand, Edd tide, Mardi gras rock, A love to last a lifetime, On the sunny side of the street, I believe, Responsible, Because of you, Good lovin' is what i need et You'll never walk alone.
Mais l'ensemble de ses faces Rock n'roll de la fin des fifties, ne peuvent se limiter qu'à ce simple album en effet nombreux sont les autres classiques mis en boite par Bobby. Pour cette raison l'achat de la réédition de l'album Jubilee avec un design proche de l'original s'impose, car en effet il contient non seulement certains titres du lp en question, mais aussi d'autres gros classiques de Bobby dont Big Fat woman, Betty Lou got a new pair shoes (un autre summum du rock noir), The mess around (un rock de 1961), She said she want to dance (suite du Do you wanna dance) Shame on you miss johnson, Baby what would you, Mary Ann Thomas (1959), Love me, Sinbad, Shimmy shimmy (1960), Be my little chick- a-dee, The swim (un autre de ses tubes mais de 1964) et Hey Juanita.



http://www-v3.deezer.com/music/playlist/bobby-freemann-28534296


Bobby Freeman - C'mon and swim (60's)
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Black Rock n'roll
commenter cet article
23 juillet 2008 3 23 /07 /juillet /2008 13:15
Randy Wood des disques dot, met au point une idée qui trotte depuis longtemps dans sa tête faire enregistrer les hits rhthm and blues par un groupe blanc afin de les rendre acceptable au public blanc. C'est ce qu'il fit avec le groupe vocal féminin The Fontane Sisters accompagnée par l'orchestre de Billy Vaughn, et bien avant Pat Boone, l'idée de Randy était plutôt bonne en effet pas moins de 40 tubes au top 10. 
Le groupe était constitué de 3 soeurs Marge enn leadeur, Bea aux harmonies basses et Geri sur les harmonies plus hautes. En 1944 elles sont engagé dans le Perry Como Show, et y resteront durant plusieurs années. En 1951 elles signent chez RCA et font une reprise de  "tennessee waltz".  C'est en 1954 que leur carrière commence vraiment lorsqu'elles signent chez DOT, pourtant le premier enregistrement "happy days and lonely nights" ne marche pas vraiment, par contre le second "Heart of stone" (reprise de Otis Williams and the Charms) est un énorme hit qui reste N°1 pendant 20 semaine dans les charts nationaux. De la même façon Rock love sera aussi un énorme hit la même année. Elle place à la cinquième place des charts leur reprise du Seventeen de Boyd Bennett & his rocket (pour une fois un groupe de jump rock blanc). Les ventes de ce disques seront énorme plus de 3. 000 000 d'exemplaires vendus!! les royalties de ces ventes permirent même à Boyd Bennett d'ouvrir une société d'air conditionné. Vu le succés de la reprise du titre de Bennett les fontanes sisters reprenent un autre titre du catalogue King "daddy-O" de Bonnie lou's  est c'est encore un tube qui se place en 11 eme place des charts nationaux. En 1955 elles ont placé six hits dans les charts.
Leur reprise de Eddie my love des Teen queens se place en 12 eme place des charts nationaux à 10 places devant l'originale. Randy Woods qui voit l'entrée dans les charts pop des titres de Fats Domino qui jusque là n'étaient que dans les charts rhythm and blues, décide en 1956 de faire enregistrer par les Fontanes deux titres de Fats I'm in love again et please don't leave me, mais cette fois ci Fats atteint le haut des charts tandis que les fontanes ne sont qu'à la place 38. Leur reprise du Banana boat song montera jusqu'à la place 22 devant la version de Sarah Vaughan (place 31) mais bien derrière celle de Vince Martin and the tarriers qui grimpent jusqu'à la 6 eme place. La reprise qu'elles firent du I'm stickin with you de Jimmy Bowen entra au top 100, mais la version originale atteind le top 20. Mais comme les artistes de rhythm and blues rentrent de plus en plus dans les hit parades pop les covers marchent moins et à part deux succés (qui ne sont pas du rhythm and blues: Chanson d'amour et Jealhous heart)en 1958 elles partent des charts, même si on peut noter début 60 un petit hit avec Tips of my fingers.
 L'abum Rock love compile la plupart des succés des Fontanes sisters cités précedemment plus d'autres titres trés bons comme Love like a fool, billy boy, most of all, playmates et  The rock n'rolla (titre qui n'est pas sans rappeller le Rum and coca cola des Andrew sisters.


The Fontane Sisters - Seventeen (17)


The Fontane Sisters - Jealous Heart (1958)


The Fontane Sisters - Eddie My Love (1956)


The Fontane Sisters - Most of All (1955)

The Fontane Sisters - Playmates (1955)

Fontane Sisters - Heart of Stone


The Fontane Sisters - Please Don't Leave Me (1956)


The Fontane Sisters - I'm In Love Again (1956)
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Jump and Jive
commenter cet article
23 juillet 2008 3 23 /07 /juillet /2008 12:06

Link Wray est originaire de Caroline du Nord, et descendant d'indien. Comme souvent sa carrière musicale commence dans l'église locale ou il joue de la guitare. En 1950 Link et ses frères Vernon et Doug forment un groupe de Country music. Link part en Corée pour son service, il tombe malade et durant sa convalescence à l'hôpital il se concentre sur la guitare. A son retour il reforme un groupe avec ses deux frères Lucky Wray and the palomino ranch hands (avec Vernon à la basse et Doug à la batterie). Ils partent pour Norflok en Virginie, l ils y écoutent les musiciens locaux et particulièrement Gene Vincent qui comme les frères Wray passe dans les show radios. En 1955 ils partent pour Washington ils enregistrent alors trois titres pour Starday sous Lucky Wray and the ranch hands (It's music says, Whatcha say honey et Teenage cutie on leur ajoute pour les séances Bud Isaacs à la steel guitar). Wray retombe malade, mais contre l'avis du mêdecin reprend sa carrière musical, et Shorty Horton les rejoint pour faire la basse tandis que Vernon Wray passe au clavier.  En 1958 ils passent dans les concerts du DJ local Milt Grant, dont il finisse le show par un instrumental au son nouveau. Milt Grant comprenant qu'il tenait quelque chose appelle Archie Bleyer des disques Cadence. Ce dernier  les fait enregistrer l'instrumental "Rumble" , qui devient immédiatement un hit énorme.
Devant cet énorme succés, ils enregistrent des titres country à Nashville, mais qui ne seront pas édité. En 1959 ils signent chez Epic records ils enregistrent d'autres instrumentaux comme "dixie doodle" de Duane Eddy avec en face B "Rawhide" c'est ce titre qui passera dans le show tv American bandstand de Dick Clark. Rawhide devient leur second hit, ils enregistrent ensuite d'autres titres comme Comanche, Slinky, Trail of the Lonesome Pine et un album. En 1960 ils quittent Epic pour créer leur propre label rumble records et enregistrent leur première version de jack the Ripper. Mais bne décrochant pas de hit ils signent alors chez Swan records pour qui ils réenregistrent Jack the ripper qui devient leur troisième gros hit Ils enregistrent ensuite d'autres titres pour Swan comme "the Batman thème" et "Ace of spades" L'album Ace "early recording" étonnement ne contient pas les faces Epic de Link Wray mais les faces Swan de 1963 et 1964 qui sont d'ailleurs particulièrement sauvages et excellente.

 


Link Wray : Trail Of The Lonesome Pine
envoyé par beatnickbandit


Link Wray - Rumble tv show 1978
envoyé par scootaway

Link Wray-Jack the Ripper 


The Swag - Link Wray - 1958 ( Audio )


Link Wray-Rawhide
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Surf and instrumental
commenter cet article
23 juillet 2008 3 23 /07 /juillet /2008 10:46
Teddy Randazzo, Tommy Romano et Russ Gilberto forment à la moitier des années cinquante un des plus original trio voacl et instrumental de la moitier des années cinquantes: The Three Chuckles
Ils connaissent un certain succés grace à leurs nombreux hits comme Foolishly, Blue lover, And the angels sing, Times two, I love you et surtout le classique Runaround.
Ils commencèrent leur carrière au début des fifties, mais Phil Benti été le chanteur leadeur, ils  jouent avec succés dans des clubs et night clubs dans les usa et au Canada. C'est en 1953 lorsque Phil se marie qu'il est remplacé par Teddy Randazzo. Leurs style est à mi chemin des crooners, des ballades romantiques de certains group vocaux blancs comme les 4 aces, et du swing, mais leur We're gonna rock tonight qu'ils interprètent dans le film rock rock rock est un trés bon titre de rock n'roll jump, ils joueront également le trés bon Jump rock Cinnamon Sinner dans le film The girl can't help it .On peut aussi noter And the angels sing qui est un trés bon jump au rythme relevé. L'ensemble de leurs trés rares singles enregistrés sur X records ou Vik records sont réunis sur le lp Patti records (malheureusement il n'a ya pas Cinnamon Sinner).Le groupe se séparre à la fin des fifties, Teddy se lance dans une carrière solo, Tommy et russ rejoignent de leurs côtés des groupes vocaux.






The Three Chuckles - And The Angels Sing (1956)
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Jump and Jive
commenter cet article
23 juillet 2008 3 23 /07 /juillet /2008 08:20

Bill Haley est sans conteste l'une des figures marquantes du rock n'roll des années cinquantes. Dans sa longue carrière il enregistra sur de nombreux labels, mais sa pèriode de référence sont les cinq année qu'il passa chez Decca entre 1954 et 1959. C'est effet dans le Pythian Temple de New York que Bill enregistra ses immortels titres de Rock around the clock à See Your later alligator. Milt Grabber qui fut le producteur de Louis Jordan a su donner aux Comets de son boogie . En 1954 ils mettent en boite Rock around the clock qui est un tube dés sa sortie, thirteen women, Shake rattle and roll (de Big Joe Turner qui est aussi un tube) et Abc Boogie. Pour cette session les Comets sont : Danny Cedrone est à la lead guitar, billy Williamson à la steel guitar, Joey d'Ambrioso au saxophone, Johnny Grande au piano, Marshall Lytle à la contrebasse et Billy Grussack à la batterie.
Mais lorsque le film Blackboard jungle sort en salle en 1955 avec Rock around the clock comme générique, le titre redevient un tube mais pas seulement aux USA, mais dans le monde entier.
Cette année là ils enregistrent Mambo rock (deuxième gros tube de bill en 1955), Razzle dazzle, R-O-C-K, Rock a beatin boogie, the saints rock n'roll, burn that candle et see your later alligator. Il est impressionnant d'écouter l'indispensable 1er album decca  de Bill appelé évidemment "Rock around the clock" car il contient tout ces chef d'oeuvre du jump rock( d'ou les ventes énormes de ce lps , ses éditions multiples dans le monde entier, et le nombre important de réédition) Pour ces sessions de 1955 Franny Brecher remplace Danny Cedrone à la guitare solo, Rudy Pompilly remplace Joey d'Ambrioso sur les séances de Septembre 1955, Al Rex remplace Marshall Lyte à la basse et Cliff Leeman remplace Billy Gussack à la batterie.










En 1956 les Comets mettent en boite d'autres classiques du Rock n'roll comme  Rudy's rock, Hot dog Buddy buddy, Rockin through the rye, Rip it up, Don't knock the rock,  et Forty cup of coffee. Les scéances de 1957 et 1958 donneront naissance à d'autres titres interressant mais moins connu comme Billy Goat, Rockin rollin' rover, How many?, Rock the joint (qu'ils ont déjas enregistré pour Essex), et surtout l'excellent skinnie minnie. On notera enfin 2 titres en 1959: Ooh! look-a -there, ain't she pretty?.


















Au niveau des lps vous pouvez acheté l'indispensable lp "Rock around the clock" c'est un morceau d'anthologie, mais également les autres albums sortis à l'époque comme l'album Rockin' the Joint! qui complète le Rock around the clock" qui contient entre autres See Your later alligator, the sain'ts rock n'roll, burn that candle, Rock the joint, move it on over, et rip it up des titres issus des scéances de fin 1955 et 1956. Vous pouvez aussi vous maisséz tenter par le Rock n'roll Stage show  qui à l'écoute semble pourtant être enregistré en studio, ont peut noter d'autres titres Decca pas encore cités comme Calling all comets, Rockin' through the Rye, A rockin' little tune, Choo choo ch'boogie et tonight's the night.

Je possède aussi deux compilations de ces faces Decca comme le double lp charly Mr Rockin' rollin" the essential Bill Haley and his Comets" qui réunit tout les titres cités précédemment + 2 enregitrés pour Decca en 1964 :Green Door (reprise de Jim Lowe) et Yeah, she's evil.





  la seconde compilation est l'album Armchair Rock n'roll de MCA qui compile des titres du Rockin' the joint avec d'autres titres des scéances de 1957 à 1959 comme Extraead all about it , The walkin beat, teenager's mother, blue comet blues, jamaican  DJ, l'excellent Piccadilly rock, Hide and seek , goofin around,  et Mary mary lou.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin si vous adorez Bill Haley  pourquoi ne pas acheter comme moi le coffret Bear Family Rockin Rollin Bill Haley de 10 lps  qui contient la totalité des enregistrements de Bill Haley et ses comets chez Decca avec en plus un grand nombre d'inédits superbes et de prises différentes. (également sortie en cd, comme la plupart des lps cités)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, j'ai acheté deux réédition succésives du lp Rock around the clock une sortie dans la série Ace of heart et la seconde des années 80 chez MCA (qui à racheté le catalogue Decca)







Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Jump and Jive
commenter cet article