Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 13:58

Esquerita de son vrais nom Eskew Reeder Jr est né à Greenville en Caroline du sud.  Esquerita est un autodidacte en musique, il apprend seul le piano et s'exerce tout les dimanches à la messe durant sa neuvième et dixième année. De part son incontestable talent, il rejoint rapidement un groupe Gospel de New York les Heavenly Echoes, qui sort un single sur Baton records en 1953 Didn't it rain.
De retour à Greenville, il ouvre à Washington Street un club rock n'roll The Owl Club, dans lequel il se produit sous le nom de Professor Eskew Reeder. C'est dans ce lieu que Paul Peek, guitariste de Gene Vincent le découvre. A l'écoute de bandes démos enregistrées à la radio WESC de Greenville, Gene Vincent arrive à convaincre Capitol records de le produire. Capitol transforme son nom d'artiste en Esquerita et réunis un groupe d'accompagnement composé de Tony White à la basse, Vincent Mosley à la guitare, Ricardo Young à la batterie, mais également lui adjoint un groupe vocal d'Atlanta The Gardenias. Il enregistre ensuite avec son groupe le 15 &  16 Mai 1958  7 titres dont Oh baby et Rockin' the joint.
En geste de gratitude envers Paul Peek, Esquerita lui écrit son single le trés bon rock n'roll The rock around qui sort chez NRC records. En Aout 1958, Esquerita enregistre 21 nouvelles chansons enregistrées à Nashville, sur I live the life i love et This thing called love on trouve les Jordanaires (le fameux groupe vocal d'Elvis Presley chez RCA dans les fifties) en accompagnement vocal. 12 de ses 21 enregistrements sortent en Mai 1959 sur l'indispensable album Esquerita!.
Durant les sixties il enregistre un simple pour Everest records A tear / Johnny little en 1963. En 1964 il participe au côté de Jimmy Hendrix à l'album de Little Richard Little Richard Greatest sur VeeJay. Et en 1968 il signe chez Brunswick pour le simple As Time Goes By / Mama, Your Daddy's Come Home avec en accompagnement Dr John à l'orgue.
Le style de Esquerita est proche de celui de Little Richard, mais n'est pas du tout un clône, à l'écoute de ses faces Capitol, son chant et son jeu de piano lui sont vraiment spécifiques. Son album de 1959 Esquerita ! Capitol 1186 (rare et chère aujourd'hui mais ayant été heureusement réédité à l'identique au début des années 1980) est évidemment une merveille de rock n'roll noir sauvage à posséder absolument. Il contient les titres Hey Miss Lucy , She Left Me Crying, Hole In My Heart , Believe Me When I Say Rock 'n' Roll, I Need You, Why Did It Take You So Long,  Get Back Baby, I'm Batty over Hattie et Gettin' Plenty of Lovin'.
Les faces Capitol n'ayant pas été sorties sur ce lp à l'époque sont présente sur le lp Ember Wilcat shakeout de 1969 que je ne possède pas pour l'instant, album qui contient les titres Rockin' the Joint, Hole in my Heart, Hey Miss Lucy, Get Back Baby, Baby You Can Depend on Me, I'm Batty over Hattie, Crazy Crazy Feeling, Gettin' Plenty of Lovin', Esquerita and the Voola, Laid Off, Believe Me When I Say Rock and Roll is Here to Stay, Oh Baby,  I Need You,  Why Did It Take So Long?



Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Black Rock n'roll
commenter cet article
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 07:40

Les Platters se forment à Los Angeles en 1953 et sont manager au départ par Ralph Bass. Ils obtiennent dans un premier temps un contract avec Federal records. Ils obtiennent 7 hits sur la côte Ouest, sur ce label ils enregistrent une version d'un titre écrit par un certain Buck Ram pour les Ink Spots Only You. Buck Ram sans doute aprés l'écoute de la version du groupe de sa composition, décide de devenir leurs manager. Dans un premier temps il ajoute le chanteur leader Tony Williams et la chanteuse Zola Taylor. Parallèlement au Platters il est manager d'une autre formation les Penguins qui obtiennent un énorme hit national avec le simple Eart angel. C'est lorsqu'il fait signer un contrat au Penguins chez Mercury records, qu'il fait signer aussi pour ses nouveaux poulains les Platters.
Durant l'été 1955, les Platters réenregistrent Only You lors de leur première session Mercury records. La chansonsdevient trés rapidement un mégatube national, suivit de prés par The great Pretender (qui reste 11 semaines au sommet des charts rhythm and blues) en 1956. Cette même année ils apparaissent interprétant leurs 2 tubes dans le film Rock around the clock. Les tubes ne font que se succéder The magic touch en 1956, I'm sorry et He's mine en 1957 et Enchanted en 1959 qui rentrent au top ten. Pour donner une idée du succés du groupe durant les années cinquantes voici l'ensemble des hits des Platters Only you et the great pretender en 1955,   My prayer, heaven on earth, You'll never never know, It isn't right, On my word of honor et One in a million en 1956, I'm Sorry, He's mine, My dream/I wanna, Only because et Helpless en 1957, Twilight time, You're making a mistake, I wish, It's rainig outside, smoke get in your eyes en 1958, Enchanted, Remember when, Where et Wish it where me en 1959. Les Platters continueront à classer des titres au hit parade jusqu'en1967. On peut noter  Harbor Lights,  Sleepy Lagoon, Red Sails in the Sunset    et Ebb Tide   en 19 60,       To Each His Own, If I Didn't Care     et Trees en    1961,   ll Never Smile Again en 1962       It's Magic     et  I'll be home en 1966,  Sweet, Sweet Lovin' et Washed Ashore en 1967         
Durant les décennies suivantes le groupe ne fera plus de tube, mais gardera sa notoriété, même si comme c'est souvent le cas dans les formations doo wop les membres changent beaucoup au fil des ans.Le succés du groupe sera international, vendant des disques partout dans le monde, et sera en 1990 introduit dans le Rock and roll hall of fame et en 1998 dans le vocal group hall of fame.
Le style des Platters est plus du côté des ballades langoureuses que du doo wop rapide, d'ou pour certains albums originaux une certaine monotonie à leur écoute. Il vaut mieux se concentrer sur leurs ep 4 titres, l'excellent premier lp Only you de chez Mercury, ou une compilation des enregistrements Mercury des fifties du groupe.
Autant les hits du groupe sont exeptionnel autant certains titres "bouche troue" sont ennuyeux.  L'album Mercury  Rock n'roll par exemple n'a que son nom de rock n'roll en effet il ne contient que des ballades sans trop de consitance. Pourtant les Platters sont trés bons sur les titres plus rythmés comme par exemple Don't let go, même s'ils n'ont pas été classé dans les charts ils  s'avèrent être de trés bon titres, c'est bien dommage que ce type de titre ne soit pas majoritaire dans leur oeuvre, sans doute l'image de groupe de ballades et de slow leur collait trop à la peau.
C'est à cause de la grande majorité de titres calmes présent dans l'oeuvre des Platters qu'on les classe plus généralement dans les vocal group que dans le doo wop.
Faisons le tour en détail des différents lps
Le lp Only You Mercury 7.180 est sans doute le meilleur lp original des Platters avec que du bon: Only you, The great pretender, My serenade, Sixteen tons, Indiff'rent, Goodnight sweetheart, he's mine, You'll never never know, It isn't right, Winner take all, Bark battle and ball et The magic touch, mais étonnement n'est que le 3 eme lp des Platters sortie en France?
Le premier est The Platters Rock n'roll Mercury MLP 7112 qui contient My Prayer, Why should I, Remember when, Bewitched, I Wanna, I'm Sorry, Have Mercy, Someone to watch over me, At your beck and Call, On my word of honor, Heaven on earth et Glory of love, on peut noter les trés bon doo wop rapide I wanna, mais aussi les classiques My Prayer, Remember when et la trés bonne reprise de Glory of love.
Le second des lp Platters français The Platters Vol 2 avec la pin up en pochette Mercury 7141 contient Heart of stone, I'd climb the highest mountain, September in the rain, You've changed, I'll get by, i give you my word, In the still of the night, Wagon wheels, Take me in your arms, You can depend on me, Temptation et I don't know why on peut noter les bons titres I'd climb the hihghtest mountain, In the still of the night (rien à voir avec le titre classique des Five Satins) et I don't know why.
Le 3 eme Lp Français Les Platters à Paris Mercury Mlp 7172 contient You are too beautiful, Mean to me, Darktown stutters' ball, No power on earth, I'm gonna sit right down and write myself a letter, Time and tide, Love you funny thing, In the middle of nowhere, O promise me, Don't forget, Only because et Sweet sixteen, On peut noter deux doo wop Jive rapide Darktown stutter's ball et I'm gonna sit right down and write myself a letter, 2 ballades doo wop typiques  No power on earth et Love you funny thing et les agréables Mean to me et Sweet sixteen.
Je possède également des éditions différentes des 2 premiers Platters Mercury soit le 7112 (avec la même référence et le même nom) mais une pochette avant différente, ou l'on voit le groupe en couleur sur fond noir,  et le second sous un nom différent The Flying platters et la référence MG 20298
Si on préfère on peut acheter des compilations de leurs succés Mercury, j'ai trouvé ce disque amusant d'édition Espagnole, ou tout les titres sont traduit sur la pochette en Espagnol (mais biensur en anglais sur le disque) Siempre The Platters Mercury 51 25 264 soit Rogar, El humo ciega tus ojos, Tentacion, Recuerda cuando, la hora del crepusculo, El gran simulador, Solo tu, Dieciseis toneladas, En silencio de la noche, A cad uno lo suyo, Nunca sabras et My serenata.
On peut se rabattre sur le double lp Mercury The Platters succes en 2 disques Only you avec la totalité de leurs titres classiques Mercury:
The Great pretender, Red sails in the sunset, Smoke get in your eyes, It's magic, The magic touch, Harbour lights, Only you, Sincerely, One in a million, Stormy weather, Mack the knife, Love me tender, Thanks for the memoty, Remember when, Song for the lonely, Tumbling tumbleweeds, September song, Heaven on earth, Moonlight beach, Summertime, My dream, She's mine et I'm sorry. Mais il manque de nombreux rapides et particulièrement interessant.

Au niveau des eps Voici ceux que je possède:
L'indispensable EP 14.179 avec Only you, The great pretender, My prayer et Winner take all (dont deux titres du film rock around the clock)
















Le ep 14.194 avec He's mine, On my word of honor, The Magic touch et Bark rattle and ball



Le 14 203 avec Twilight time, For the first time, le rapide Don't let go et Whispering wind.




Le ep 14 182 avec le trés bon Heart of stone, I'd climb the highest mountain, September in rain et You've changed








Le ep 14 183 avec I'll get by, I give you my word, in the still of the night et Wagon wheels








Le ep 14 191 avec My Serenade, Indiff'rent, la trés bonne version de Sixteen tons et Goodnight sweetheart









Le ep 14 205 contenant Smoke get in your eyes, A tiscket a tascket, My blue heaven et Hula hop















Le ep 14 246 avec Trees, True lover, Life is just a bowl of cherries et If i didn't care











Le simple réédition 1970's de Only you avec en face B My prayer Mercury toujours mais distribution Phonogram 127.351 MCF










Et 3 45 de Juke box Mercury: Remember when / Until the real thing comes along, Wagon wheels/ Inthe still of the night, You've changed / September in the rain
   





The Platters - Only You (1955)
envoyé par Asheley. - Regardez d'autres vidéos de musique.

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

The Platters - Great Pretender, Only You (live) 1955

The Platters - Voo Vee Ah Bee



       
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Doo Wop
commenter cet article
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 15:59

Le label anglais Ace records va réédité sous forme de 25 cm 33 t un grand nombre des rockabilly jusque là jamais réédité issus de labels comme Starday, Dixie, D ect...  Le Kings of rockabilly ACE 10 CH 18 et le Kings Of Rockabilly Vol.2 Ace 10 CH 19 compilent 20 superbes titres incontournables.
Sur le Vol 1 nous trouvons Shadow my baby par Glenn Barber accompagné par Link Davis au saxophone et Hal Harris à la guitare, Half My Fault par Lloyd McCollough de 1956, Prettiest girl at the dance par Gene Wyatt qui sera un des 1er 45 tour du label Luck seven de Shelby Singleton en 1958 et fera l'objet d'un article dans le Billboard en Janvier 1959, My little baby par Jimmy & Johnny qui sortira en 1959 sur D records, I'm gonna tell de Cousin Louie qui sortira lui aussi sur D records mais en 1961, le sauvage Spin the Bottle de Benny Joy sera première réalisation de Shelby Singleton qui rejoint en 1957  le label Dixie une filiale de Starday records, Wine O Boogie de Bill Neetles fait partie des 4 faces rockabilly que ce vétéran du hillbilly sortira pour Starday records, Honey Babe de Joe Donald sortira en 1959 sur  D records un filale de Dart records, Rock Candy Rock de Fred Crawford qui sera mis en boite à la fin de la session du Pink and black de Sonny Fisher chez Starday records donc avec les même musicien dont Joey Long à la guitare et Rock mop de Eddie Burke sortira sur D records en 1959.
Sur le vol 2 nous trouvons 3 titres de Sleepy Labeef dont deux extraordinaires rockabilly sauvages inédit jusqu'alors Little bit more et I ain't gonna take it, et une version différentes de son single classique Starday records All the time.  Sur ces trois titres nous retrouvons à la guitare solo Hal Harris, True Affection de B.J Johnson qui sortira en 1958 sur D records, Come dance with me de Link Davis  qui sortira aussi sur D records, Switch blade Sam de Jeff Daniels qui sortira sur Big Howdy records, Swanee river gal et l'instrumental Bandstand stomp de Tommy Hudson records qui sortiront en 1959 sur D records, Bugger burns par Jerry Lynn qui sortira également sur D records et enfin  Redwood fence des Shadows (évidemment rien n'a voir avec le groupe anglais auteur de Apache) qui sortira sur le petit label Valmaco,











Glenn Barber - Shadow my baby


Benny Joy - Spin The Bottle


Fred Crawford - Rock Candy Rock

JEFF DANIELS - SWITCH BLADE SAM on BIG HOWDY 45rpm



Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Compilations rockabilly 1950's
commenter cet article
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 15:18

C'est avec le succés grandissant des disques sortant des studios Sun en 1956, que le bassite de hillbilly Ronald 'slim' Wallace (du groupe les Slim Wallace's Dixie Ramblers, décide de produire avec  l'aide de Jack Clement (le futur collaborateur de Sam Phillips chez Sun records)  le premier disque de Fernwood records Love Gone / No chance par Ramon Maupin (qui n'est autre que le chanteur de l'ancienne formation de  Slim) ce premier disque est encore bien influencé par le hillbilly, mais son suivant What's the use / Rockin' rufus est un trés bon single de Rockabilly. Jack Clement quitte Fernwood pour Sun, tandis que Scotty Moore le guitariste d'Elvis Presley quitte ce dernier pour devenir vice président de Fernwood, suivit  aprés du contrebassiste Bill Black les deux compères sortiront leur simple instrumental Have guitar will Travel.   Slim aidé de Scotty produit alors de nombreux singles de rock n'roll et rockabilly non seulement sur Fernwood, mais aussi sur d'autres filliales comme Pur Gold, el Rio, Whirl and Way, et Mid South. On peut citer entre autres les enregistrements  I'm a wise old cat par Thomas Mitchell et Hep cat baby par Gene Criss. Le maxi tube du label ils l'obtiendront avec la ballade Tragedy interprétté par Thomas Wayne qui se vendit à plus de 6 000 000 exemplaires!!!
Thomas Wayne sera aussi l'interprette d'un rockabilly killer splendide You're the one that done it.  Slim de son côté continuera à produire des 45 tours jusqu'en 1966.
Pour se faire une idée des enregistrements rockabilly du label, il faut se procurer le 25 cm Fernwood Rockabillies Stomper STEN 4 contenant 12 titres du label: You're the one that done it par Thomas Wayne, I'm a wise old cat par Thomas Mitchell, No chance, What's the use et rockin' rufus par Ramon Maupin, Don't let love breack your heart par Eldon Rice, Saturday night twist par Doug Clayton, Hep cat baby par Gene Criss, typing jive par Alvin & Bill & the invictors, you're my baby par Bill Reeder, Have guitar will Travel du Scotty Moore Trio et Knock down, drag out par Buford Peek avec le groupe de Jimmy Haggett's .


Ramon Maupin on Fernwood - 78 - No Chance


Thomas Wayne That the one that done it

Doug Clayton - Saturday Night Twist


Gene Criss - Hep Cat Baby

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Compilations rockabilly 1950's
commenter cet article
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 23:34

Original Classics Doo Wap hits 1955-1965  Vogue records VG 402 regroupe 18 des plus grands titres du Doo wop classique de la seconde moitier des fifties et début sixties du label roulette et de ses filales. Nous trouvons donc le génial Lily Maebelle des Valentines (1955), l'incontournable maxi tube de Frankie lymon and the Teenagers Why do fools fall in love (1956), mais aussi Cause You're mine par les G.Clefs (1956), The Gleam in your eyes des Channels (1956), On Sunday afternoon  des Harptones (1956), une des grande réussite de doo wop rapide desCadillacs My Girlfriend (1957), Got a job des Miracles (1958) qui n'a rien n'a voir avec le Get a Job des Silhouettes, la ballade ultra classique Tears on my pillow (1958) et le moins connus et pourtant splendide Traveling Stranger de Little Anthony and The Imperials (1958), le Book of love des Monotones (1958) , l'incroyable Wedding bells de Tyni Tim & the hits (1959), l'incontournable Heart and soul des Cleftones (1961) , Sippin' soda des Shells (1960), le génial et méconnu Genie of the lamp des Ly dells (1961), Ding dong des Echoes (1961), Barbarra Ann du groupe blanc the Regents (titre qui sera l'un des gros succés des Beach boys) 51961) et enfin et pourtant tardif doo wop (1964) Rip Van Winkle de The Devotions.  En plus de compiler ses 18 véritables chef d'oeuvres du genre ce disque permet à l'auditeur de distinguer l'évolution du style entre 1955 (son explosion) et 1964 (sa disparition). 

The Valentines - Lily maebelle



Why do fools fall in love - Frankie Lymon & The Teenagers 78 rpm! (Gee) 1956


The G-Clefs - Cause You're mine - 1956


Channels & Earl Lewis The Gleam In Your Eyes


THE ECHOES - DING DONG


Cleftones-Heart And Soul


Tear's On My Pillow Little Anthony and the Imperials


The Miracles Got A Job Their First From 1958


Barbara Ann - The Regents


THE LYDELLS - GENIE OF THE LAMP


The Monotones - The Book Of Love


The Harptones - On Sunday Afternoon 78 rpm! (Rama) 1956
Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Doo Wop
commenter cet article
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 22:57

Cette compilation Forum records  F 9006 à la pochette représentant une Pajama party entre 4 jeunes filles (d'ou le nom du disque) regroupe 4 formations doo wop de la période dite "classique (1956-1960). Les Heartbeats  qui interprettent leur grand classique A thousand miles away,  le doo wop médium  I want to know et la magnifique ballade Crazy for you, Frankie Lymon and the Teenagers interprettent deux ballades quelques peu décevantes Little White Lies et Out in cold again surtout par rapport à ses faces Gee plus rythmés comme  Why do you fall in love, baby baby etc... les Cleftones de leur côté interprettent des doo wop mediums comme See the next year, Since we fell in love,  et String around my heart qui se caractérisent par un accompagnement  rhythm and blues particulièrement réussie, les Valentines chantent le trés bon doo wop rapide Woo woo train et la ballade Don't say goodnight. A côté de ces quattre formations vocales nous trouvons le trés étonnant Jimmy Wright Orchestra qui nous interprette deux instrumentaux rhythm and blues complètement déjantés avec un véritable saxophone hurleur du meilleur effet 2:20 AM et Move over.C'est Jimmy Wright qui est derrière les Cleftones et les Valentines.

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Doo Wop
commenter cet article
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 19:26

Même si le nom de Gerry Granaham ne dit pas toujours grand chose à de nombreux amateurs de rock n'roll, il est pourtant l'auteur de nombreux classiques du rock n'roll des fifties comme No chemise please et Short Skirts par exemple.  Il est originaire de Pittson en Pensylvanie. A 17 ans il fait une démos de teddy bear pour Elvis Presley, et Bobby Darin lui fait enregistrer un duo avec Jo Ann campbell pour Eldorado records. En 1957 il fait deux session pour Atco sous le nom Jerry Grant and the Rockabilly, l'année suivante il revient en studio pour Atco pour mettre en boite No chemise please accompagné par l'orchestre d'arnie Golan. Début 1958 il fait un hit (28 eme place des charts) avec Click clack pour Swan records, mais cette fois ci sous le nom de Dickie Doo and the Don'ts, non seulement il interprette plusieurs voix sur le titre mais coécrit le titre. Puis afin de réaliser des tournées Gerry recruteHarvey Davis, Al Ways, Ray Gangi et Dave Alfred (le batteur des rhythm orchids de Buddy Knox) qui devienrt Dickie Doo sur scène. Puis Swan records qui édite No Chemise Please sous le nom de Gerry Granaham le titre atteind la 27 eme place des charts en Mai 1958, puis devant ce succés Gerry enregistre le trés bon Baby wait. Durant cette pèriode il collaborera aussi avec Eddie Fontaine le rocker vedette du label. Début 1959, Gerry  chante sur le tube de 1959 (place 21 des charts) You were win de son ami Lee Reynolds avec son groupe les Fireflies, il écrit et chante en tant que leadeur vocal You were win la seconde face de ce single. Il enregistre ensuite avec Vinnie Rodgers un simple Lido 600 What is thing called love.
Fin 1959 il part pour Gone records ou il enregistre 3 titres sous le nom de Pat Granaham. En 1960 il obtient des tubes avec When irish eyes are smiling et  You'll never walk alone. Il se met ensuite à produire avec succés la chanteuse Linda Scott.  En 1961 il fonde le label Caprice records et y enregistre 2 45 tours dont une reprise de Unchained melody qui rentre au hot 100.  Aprés Caprice records il enregistre d'autres disques pour 20 century fox, Mark et Veep, mais se concentre plutôt sur la production d'autres artistes comme Jay and the Americans, Patty Duke, Ritchie Adams, Phil Flowers et Shirley Ellis. Il participera ensuite à la production pour d'autres labels comme United Artists et A & M, enfin il apparait dans le film Racing fever. Dans les années 1980 il réenregistre des titres dont un contre l'usage de la drogue.  Afin de bien se rendre compte du talent de compositeur et d'interprette de Gerry rien de mieux que l'album Gerry Granaham Hydra records BLK 7712, qui compile un ensemble de titres allant du rockabilly au doo wop en passant par des White rocker: Baby Wait (1958), Unchained Melody (1961), King Size (1959), Flip top box ( 1958), Short Skirts (1961), Dancin' man ( 1961), Nobody else can handle this job (1958), Stella got a fella (1959), No chemise please (1958), Dance girl dance (1961), It Hurts ( 1959), Too big for her bikini (1961), When irish eyes are smiling ( 1960), Nee nee na na nu nu (1958), Click clack (1958) et Completely (1958).


Dance Girl Dance - Gerry Granahan


Gerry Granahan - King size


Gerry Granahan - Unchained Melody


Love Those '45's (2) Nee Nee Na Na Na Na Nu Nu


Dickie Doo & Donts-Click Clack

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 18:54

Les Bell Notes est une des formation de Rock n'roll blanc les plus interressantes de la fin des années cinquantes. Elle est originaire de New York, plus précisément Long Island formé de Carl Bonura chant et saxophone, joh Casey à la batterie, Ray Ceroni chant et guitare, Lenny Giambalvo à la basse et Peter Kane au piano. C'est grâce au disk Jockey Alan Frederick de Long Island qui les fait jouer dans un de ses Record hop qu'ils se font remarquer et qu'ils signent un contrat pour  Time records. Trés rapidement obtiennent un gros tube en mars 1959 avec l'excellent rock I've had it (N°6 dans les charts). Puis ils enregistrent d'autres trés bons simples comme You're big girl know, Old Spanish town et White Buckskin sneakers dont certains se classeront dans les charts. 

Ensuite ils signent chez Autograph records en 1960 ou ils enregsitre un simple Little Girl in Blue .
Ils signent ensuite chez Madison records ce qui leur permet d'avoir de nouveau deux tubes avec Shortnin' bread  et Friendly Star.
Ce trés bon groupe de Rock n'roll, aujourd'hui méconnu mérite d'être redécouvert, et l'achat de l'album I've had it Time record TLP - 202 compilant la quasi totalité de leurs enregistrement de 1958 et 1959  sur Time records soit Shortnin' bread, no dice, White bucksin sneakers, She went that away, Old spanish town, Don't ask me why, You're a big girl now, I've had it, be mine, Betty Dear, That's right, Dream street et A sad guitar.

 


The Bell Notes - No Dice 1959


The Bell Notes I've Had It

The Bell Notes - Buckskin Sneakers And Checkerboard Socks


Bell Notes - Shortnin' Bread


Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 17:55

Little Anthony and the Imperials est un des groupes phares de la scène Doo wop de 1958. L'histoire du groupe commence en 1957 avec les Chesters formation doo wop qui enregistre quelques faces pour Appollo records, le groupe  est composé de Clarence Collins, Tracy Lord, Nathaniel Rodgers, et Ronald Ross. Puis Anthony Gourdine leadeur d'un autre groupe doo wop The Duponts les rejoint. 
C'est lors de leur signature chez End records en 1958 qu'ils deviennent  Little Anthony and the Imperials. Leur premier simple Tears on my pillow (une merveille de ballade doo wop) est immédiatement un hit énorme, puis la seconde face Two people in the word fait de même, 4 eme place des charts pop et seconde des charts rhythm and blues. Deuxième tube So Much / Oh Yeah en Décembre 1958 87 au charts Pop et second au charts R & B, Ils reviennent dans le hit parade avec  le single Wishful Thinking / When You Wish Upon A Star en Mars1959 et avec A Prayer And A Juke Box / River Path  en Juin 1959. Leur troisième énorme tube ils l'obtiennet en 1960 avec le trés bon Shimmy shimmy ko ko pop avec en face B I'm Still In Love With You 24 des charts pop et 14 des charts R & B.  When you wish upon a star  En 1961 ils se séparent mais dés 1964 le groupe se reforme et revient dans les charts avec de nombreux tubes I'm on the Outside (Looking In)" (1964), Goin' Out Of My Head (1964), "Hurt So Bad" (1965), "I Miss You So" (1965), "Take Me Back" (1965),"Hurt" (1966), et "Out of Sight, Out Of Mind" (1969).
On peut noterr une trés remarquer apparition des Imperials au CBS-TV special  de Murray The K - It's What's Happening, BabyI  dans lequel ils interprettent I'm Alright un de leurs derniers tube fifties. Ils signent alors pour Veep records (filiale d'United Artists) et enregistrent de trés nombreux titres, puis partent début 1970's pour Avco Records pour lequel ils enregistrent l'album On A New Street sous la direction artistique d'un ancien rocker des fifties Teddy Randazzo puis un second Hold On. Ensuite ils participent avec beaucoup de succés à de nombreux concert  au Madison Square Garden, à Las Vegas, et à de nombreux énormes show doo wop. En Janvier 2009 Anthony & the Imperials sont introduit dans le Rock n'roll Hall of fame.
Comme vous vous doutez ce sont les faces du groupe dedatant de la fin des fifties qui m'interresse, est je ne peux que conseiller l'achat de l'album End lp 303 We are The Imperials featuring Little Anthony qui contient que du bon: Tears on my pillow, over ythe rainbow, Cha cha henry, The diary, Oh Yeah, Two people in the worls, When you wish upon a star, Wishful thinking, So much, Traveling stranger, What i do et Love is a many splendored thing.
"

 




Little Anthony & The Imperials - Wishful Thinking 1959


Little Anthony & The Imperials.Two People In The World.78 Rpm.End 1027 1958


Little Anthony And The Imperials - When You Wish Upon A Star

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Doo Wop
commenter cet article
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 16:42

Cette série de 25 cm Charly records d'enregistrement rockabilly de Sun Records pleine d'inédits fantastiques est pour moi l'une des plus belles et des plus réussie sur le label de Sam Phillips. Le collectionneur français Ding dong (fan de rock n'roll devant l'éternel) est à l'origine de cette série fantastique en étant le directeur artistique, le designer graphique et l'auteur des annotations des pochettes. Afin de ne pas répetter les superlatifs, je dirais d'un seul coup que l'ensemble de tout les titres soigneusement sélectionnés sont de la véritable bombe.
Rock, baby Rock it, CFM 501 rassemble évidemment des enregistrements de Johnny Carroll (en effet le titre du 25 cm et le recto de la pochette  font référence à l'incontournable film du même nom dans lequel Johnny apparait dans toute sa sauvagerie scénique) You made me to much, That's the way i love et Rock baby rock it 3 titres datant de Juin 1957 avec George Jones à la guitare, J Salam à la basse et Bill Hennen à la batterie. On trouve I've got love if you want it et Miss froggie de Warren Smith respectivement d'Octobre et Janvier 1957 sur Miss Froggie on peut noter la présence de Jerry Lee Lewis au piano, Marcus Van Story à la basse et Jimmy Van Eaton à la batterie, sur I've got love, c'est Al Hopson et Sid Manker qui sont à la guitare, Will Hopson est à la basse et Jimmy Lott à la batterie. 2 titres de Jimmy Wages datant de 1957 sont également présent: Miss Pearl et Mad man avec Billy Lee Riley à la basse et Gary Diamond à la batterie, de même que deux titres de Dick Penner de Juin 1957 Fine little baby et Move baby move avec Don Gilliland à la guitare solo et pour terminer un titre de Edwin bruce Baby that's good toujours de 1957 avec au piano Jimmy Smith, à la guiatre solo Dickey Lee, à la basse Davis Norris et à la batterie Jack Mitchell. 
I need a Man Cfm 502 compile le célèbre rockabilly féminin de 1956  I need a man  de Barbarra Pittman accompagnée par Joe Baugh au piano, Buddy Holobaugh à la guitare, Marcus Van Story à la basse et Clyde Léopard à la batterie, 3 titres de Sonny Burgess de 1956 Ain't got a thing, Red headed woman et We wanna boogie avec Jack Nance à la trompette, Rey Kern Kennedy au piano, Joe Lewis çà la guitare solo, Johnny Ray Hubbard à la basse et Russel Smith à la batterie, 2 titres de Warren Smith de 1956 Rock n'roll ruby avec aux guitares Stan Kesler & Buddy Holobaugh, à la Basse Marcus Van Story, à la basse C Leopard et au piano Joe Baugh, et Ubangui stomp avec aux guitares Quinton Claunch & Roland James, à la basse Marshall Grant et Clyde Leopard à la batterie, 2 titres de Carl Perkins Boppin' the blues et Everybody's trying to be my baby de Mars 1956 avec JB Perkins à la guitare, Clayton Perkins à la basse et à la batterie Ws Holland, et enfin 2 titres de Malcolm Yelvington datant de Mai 1956 Rockin' with my baby et Have Myself a ball avec Miles Winn à la steelguitare, Frank Talley au piano, Gordon mashburn à la guitare et Billy Weir à la batterie.

Flyin' saucers Rock n'roll CFM 503 compile 4 titres de Sonny Burgess de 1956 et 1957 Fanny Brown, Goin' home, We wanna boogie (autre version) et Red headed woman (autre version) à la trompette nous trouvons Richard Nance, au piano Ray Kern Kennedy à la guitare Joe Lewis, à la basse Johnny Ray Hubbard et à la batterie Russell Smith, 3 titres de Billy Lee Riley de Janvier 1957 Pearly Lee, Red hot et Flyin' saucers rock n'roll il est accompagné par Roland Janes à la guitare, Jerry Lee Lewis au piano, Marvin Pepper à la basse Jimmy Van Eaton à la batterie et Ace Cannon au Saxophone, sur Flyin' saucer rock n'roll JB Perkins est présent en second guitare derrière Roland Janes, Clayton Perkins est à la basse WS Holland à la batterie et toujours Jerry Lee au piano, Nous trouvons The crawdad song par Jerry Lee lewis de 1957 accompagné par Roland Janes à la guitare et Jimmy Van Eaton à la batterie et Green back Dollar par Ray Harris de 1957 il est accompagné par Wayne Cogswell à la guitare, billy Lee Riley à la basse et Jimmy Van Eaton à la batterie.

All night Rock Cfm 504 compile que des titres de 1956,  deux titres de Gene Simmons  I don't love you baby et Crazy women  avec Roland Janes à la guitare, Jimmy Van Eaton à la batterie et Jimmy Wilson au piano, 2 titres de Sonny Burgess My Baby et Feel so good accompagné de Joe Lewis à la guitare, Ray Kern Kennedy au piano, Johnny Ray Hubbard à la batterie et Russell Smith à la batterie, 2 titres de Roy Orbison Rock house et You're my baby accompagné par Johnny Wilson à la guitare, jack Kennely à la basse et Billy Ellis à la batterie, Slow down de Jack Earls accompagné de Luther Perkins à la guitare solo, bill black à la basse et Danny Walker à la batterie, How come you do me? de Junior Thompson et Come on little mama de Ray Harris accompagné à la guitare solo de Wayne Gogswell, à la basse de Billy Lee Riley et à la batterie de Joey Reisenberg.

Rockabilly Jamboree CFM 505 compile 4 titres de Hayden Thompson de Septembre 1957 You're my sunshine, Fairlane rock, Love my baby et Mama, mama, mama ou il est accompagné par Roland Janes à la guitare Solo, Marvin pepper à la basse et Jimmy Van Eaton à la batterie, 2 titres de Dean Beard Rock around the town et Don't lie to me  de Février 1957, 2 titres de Jerry Lee Lewis  de 1957 Deep Elem blues et Old time religion ou il est accompagné de Rolans Janes à la guitare et Jimmy Van Eaton à la batterie, Glad all over de Carl Perkins  de Décembre 1957 avec JB Perkins à la guitare, Clayton Perkins à la basse et Ws Holland à la batterie, et So glad you're mine par Sonny Burgess de 1957 avec Ray Kern Kennedy au piano, Jr Hubbard à la basse et Russell Smith à la batterie.

That Rockabilly Craze CFM 506 compile 3 titres de Billy Lee Riley Trouble Bound, Rock with me my baby et She's my baby (les deux premiers sont deux bandes fernwood records) et sur le 3eme il est accompagné de Roland Janes à la guitare solo, Clayton Perrkins à la basse et WS Holland à la batterie, 2 titres de Gene Simmons de 1956 Drinkin' wine et I done told you ou il est accompagné de Roland Janes à la guitare, Marvin Pepper à la basse et Jimmy Van Eaton à la batterie, Where did you stay last night  de Ray Harris ou il est accompagné par Billy Riley à la Basse Wayne Conwell à la guitare solo, et Joey Reisen berg à la batterie, Who took my baby de Warren Smith avec Joe Baugh au piano, Buddy Holobaugh à la guitare, Marshall Grant à la basse et Clyde Leopard à la batterie, Domino de Roy Orbison accompagné par Johnny Wilson à la guitare solo, Jack Kennelly à la basse et Billy Elis à la batterie et Let's bop de 1956 de Jack Earls avec Bill Black à la basse, Billy Weir à la batterie et Luther Perkins à la guitare solo.

Tennessee Stomp CFM 507 compile 2 titres de Harold Jenkins (Conway Twitty) de 1956 Crazy Dreams et Born to sing the blues il y est accompagné par Jimmy Luke Pashman à la guitare, Bill Harris à la basse et Billy Weir à la batterie, 2 titresde Carl Perkins respectivement de Janvier 1956 et Mars 1957 Tennessee et Sweetheart a stranger avec JB Perkins à la guitare solo, Clayton Perkins à la basse et WS Holland à la batterie, Yakety yak de Malcolm Yelvington (qui n'a rien a voir avec le titre des Coasters)  de Mai 1956 il est accompagné par Franck Talley au piano, Mile Winn à la steel guitare, Gordon Mashburn à la guitare solo et Billy Weir à la batterie,  Gonna ramp and stomp de Slim Rhodes il est accompagné entres autres par Dot Rhodes en duo chant, à la guitare nous trouvons  Slim Rhodes, et à la steel guitare John Hughey, Crawdad hole (autre version) de Jack Earls (de Mars 1956) il est accompagné par Luther Perkins à la guitare solo, Stan Kesler à la steel guitare, Bill Black à la basse et Billy Weir à la batterie, My Bucket's got a hole in it de Sonny Burgess d' Aout 1956, Savin' it all for you de Warren Smith (également Aout 1956) accompagné par Quinton Claunch et Roland Janes aux guitares, Marshall Grant à la basse et Clyde Leopard à la batterie, et Crazy Arms (1956) de Jerry Lee lewis acompagné à la guitare par Billy Lee Riley et Jimmy Van Eaton à la batterie.

Dixie Bop CFM 508 compile 3 titres de Carl Perkins de 1956 Perkins Wiggle, All Mama's children et Dixie fried ou il est accompagné par JB¨Perkins à la guitare solo, Clayton Perkins à la basse et Ws Holland à la batterie, 2 titres de Roy Orbison Ooby Dooby et Go, go, go de Mars 1956 avec Johnny Wilson à la guitare, Jack Kennely à la basse et Billy Ellis à la batterie, 3 titres de Sonny Burgess de 1956 et 1957 Highter, Mr Blues, Little town baby  avec Ray Kern Kennedy au piano, Joe Lewis à la guitare solo, Johnny Ray Hubbard à la basse et Russell Smith à la batterie, Give me some love par Harrold Jenkins (Conway Twitty) de 1956 accompagné par Jimmy Luke Pashman à la guitare solo, bill Harris à la bass, et BVilly Weir à la batterie et End of the Road par  Jerry Lee lewis accompagné par Roland Janes à la guitare solo et Jimmy Van Eaton à la batterie.

Hillbilly Rock CFM 509 (qui reprend la pochette d'un ep Sun de Roy Orbison and the Teenking) contient que des titres de 1957 dont 2 titres de Jim Williams That depend on you et Please don't cry over you avec Roland Janes à la guitare solo, Jerry Lee Lewis au piano et Jimmy Van Eaton à la batterie, 2 titres de Mack Self Goin' crazy et Vibrate accompagné entre autre de roland Janes, Fool Proff de Mack Vickery avec Billy Lee Riley à la basse, I want you baby de Billy Lee Riley avec Roland Janes à la guitare solo, Jerry Lee lewis au piano JB Perkins à la guitare, Clayton Perkins à la basse et WS Holland à la batterie (ici 3 guitares en contant Billy Riley), Please don't cry over you de Malcolm Yelvington (ici aussi 3 guitare) Roland Janes et Bubba Winn aux guitares + Malcolm, à la batterie Jimmy Van Eaton, I like your kinda love de Warren Smith accompagné de Sidney Manker à la guitare solo, Billy Riley à la basse et Jimmy Lott à la batterie et Lonely Wolf par Ray Harris avec à la guitare solo Wayne Cogswell et à la basse Billy Riley.

Rockabilly Fever CFM 510 contient 3 titres de Warren Smith de 1957 Red Cadillac and Black Mustache, So long i'm gone et Uranium rock ou il est accompagné de Sidney Manker à la guitare solo, Billy Riley à la basse, Jimmy Lott à la batterie, mais sur So long i'm gone Warren est accompagné de Jerry lee lewis au piano, Marcus Van story à la basse et Jimmy Van Eaton à la batterie, 4 titres de 1957 de Carl perkins That's right, Pink pedal pushers, Her loved rubbed off et Right String baby but the wrong yo-yo accomapgné comme à son habitude de JB Perkins à la guitare solo, Clayton Perkins à la basse et WS Holland à la batterie, Blues blues blues de Hayden Thompson (Septembre 1957)  avec Roland Janes à la guitare, Marvin Pepper à la basse et Jimmy Van Eaton à la batterie et Goodbye Marie de Malcolm Yelvington de 1957 accompagné par Bubba Wine à la guitare solo, Frank Talley au piano Roland Janes (en seconde guitare)  et Jimmy Van Eaton à la batterie.

Hep cat's Session CFM 511 place 5 titres de Sonny Burgess de 1957 sur la face A et 5 titres de Carl Perkins (toujours de 1957) sur la face B. Pour Burgess nous trouvons YOU, You can do no wrong, All my sins are taken away, Caldonia et Oh! mama il est accompagné de ses Pacers soit Joe Lewis à la guitare, JR Hunbbard à la basse, Russell Smith à la batterie, Ray K Kennedy au piano et richard Nance à la trompette, pour Perkins nous trouvons Your true love, Tomorrow night, Roll over beetoven, Find my baby for me et Matchbox il est accompagné comme d'habitude de Jay B Perkins à la guitare, Clayton Perkins à la basse WS Holland à la batterie mais aussi par Jerry Lee Lewis au piano.

The Swingin' blast CFM 112 compile 2 titres de Billy Lee Riley Rock with me baby (1958)et Wouldn't you know (1957) il est accompagné de Martin Willys est au saxophone, Jimmy Van Eaton à la batterie, sur le premier Roland Janes soutient à la guitare Billy, sur le second les rejoint James Paulman au piano et  Pat o Neil à la basse, 2 titres de Dean Beard Long time gone et Rakin' and Scrapin' , Do I love you de Warren Smith accompagné de Al Johnson guitare solo, John 'Ace' Cannon au saxophone, Marcus Van Story à la basse et JV Eaton à la batterie, Everlasting love autre rockabilly féminin de Barbarra Pittman accompagné de Roland Janes à la guitare, Bill Justis au saxophone, Sid Manker à la basse et JV Eaton à la batterie, Mean Little Mama (1957) de Roy Orbison accompagné de ses teenkings Johnny Wilson à la guitare, Billy Ellis à la batterie, Jack Kennely à la basse et James Tomorrow au saxophone, Daddy Blues (1957) de Sonny burgess accompagné de ses Pacers et Carl Mc Voy  qui interprette Be Honest With me .

Le dernier de cette exeptionnelle série est Teen-age bop! CFM 513 qui contient ici ausi que des titres de 1957, nous trouvons One broken heart par Hayden Thompson accompagné^par Marvin Pepper à la basse Roland Janes à la guitare solo et Jimmy Van Eaton à la batterie, Kiss me baby de Narvel Felts accompagné par Billy Riley à la basse, Roland Janes à la guitare solo et Jimmy Van Eaton à la batterie, 2 titres de Rockabilly Fémini de Patsy Holcomb I wanta rock et Ooh! that's good  accompagné par la même band que Narvel Felts, Edwin bruce interprette Rock, boppin' baby  accompagné au piano par Jimmy Smith, à la guitare Dickey Lee à la basse D Morris et à la batterie Jack Mitchell. Barbarra Pittman nous chante un nouveau rockabilly féminin avec I'm getting better all the time avec le même groupe que Patsy Holcomb avec en plus le pianiste Jimmy Wilson,  Sonny Burgess chante accompagné des Pacers Don't be that way, Dickey Lee chante Good lovin' accompagné à la basse de Marvin Pepper et à la batterie de Jimmy Van Eaton et pour terminer cette série Wade & Dick interprette Bop bop baby soit un duo de Wade Moore et Dick Penner accompagné de don gilliland à la guitare et Bob Asse à la basse.

En résumé une série complètement géniale de rockabilly de foux, qui permet de comprendre pourquoi il y a eut un son Sun avec les musiciens et leur style que l'on retrouve sur de nombreux enregistrements, indispensable.

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Compilations rockabilly 1950's
commenter cet article