Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 16:42

L'enfilade sera durant plusieurs nulldecennie l'un des meubles indispensable des salons. Permetant de ranger des documents des verres etc.. grâce à ses portes collissantes et ses tiroirs. Dans les fifties les enfilade seront soit de formes géométriques simples cherchant la sobriété maximale, soit avec des formes extravaguantes pleines d'angles aigues et de retours avec des jeux de symétries et d'assymétrie. Au niveau des matières, souvent en bois, certains arborat des couleurs vives sont en formica.

 

 

Repost 0
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 16:41

Les tables basses des 1950's sont de formesnull souvant libre même si les formes typique de la décénie comme le Boomerang l'Haricot ou la palette du peintre ont bien souvent étaient utilisé par dessiné le plateau de ces tables. au niveau des matières, elles sont variée, bois, formica ou verre.  Les plateau reçoive souvent desdessins géométriques dont certains se retrouvent sur des textiles tels que nappe et rideaux.

 

Repost 0
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 16:40

Voici nullquelques photos tirées de magazines de décration des 1950's de salons.

 

Repost 0
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 16:38

Charles Eames né le 17 juin 1907 et décède le 21 août 1978 ànull Saint Louis dans Missouri, était un designer, architecte et cinéaste américain. Il a principalement travaillé avec son épouse, Ray Eames. Il est considéré comme un designer majeur du XXe siècle car il a su faire évoluer le design vers la production de masse.

En 1925, Charles Eames commence des études d'architecture à l'Université Washington à Saint-Louis, mais il les interrompt deux ans plus tard. En 1929, il visite l'Europe et découvre Ludwig Mies van der Rohe et Le Corbusier. En 1930 il ouvre un cabinet d'architecte avec Charles Gray à Saint Louis. Durant cette période il collabore aussi avec l'architecte Eliel Saarinen. C'est avec son fils, Eero Saarinen, qu'il remportera le premier prix d'un concours de création de design organique organisé par le Museum of Modern Art de New York.

 

 

En 1938, sur l'invitation d'Eliel Saarinen, il vient étudier l'architecture (Architecture and Urban Planning Program) à l'Académie des Arts de Cranbrook dans le Michigan. Charles Eames y deviendra rapidement professeur de design industriel. C'est dans cette université qu'il rencontre Ray Kaiser, étudiante en peinture, qui l'assistera dans dans ses travaux, avant de devenir son épouse en 1941.

 

lounge chair 1956

 

Le couple s'installe à Venice en Californie et réalise de nombreux décors en contreplaqué pour la MGM qui leur permet de développer des techniques de moulage et cintrage. En 1942, pendant la Seconde Guerre mondiale, ils sont subventionnés par la marine américaine pour leurs avancés techniques sur le contreplaqué. Dans ce cadre-là, ils produiront des attèles, des brancards et des fuselages de planeurs expérimentaux. À la suite de ce travail, ils créent leur société, Evans products, afin de vendre leurs produits auprès du public, mais c'est un échec. En 1946, Herman Miller croit en eux et achète les droits de distribution de leurs créations. Trois ans plus tard, les produits Eames sont de vrais succès.

Dining Chair Wood, 1946

 

En 1949, le couple expose sa célèbre maison de Pacific Palisades à Los Angeles en Californie. Construite dans le cadre des Case Study Houses, elle devient une référence pour les maisons en préfabriqué. La construction en forme de parallélépipède a une structure légère qui évoque l'architecture traditionnelle japonaise.

La chaise Egg 1950

 

En 1956, Charles Eames édite le fauteuil Eames Lounge Chair, qui révolutionne le siège de détente, ce sera son plus grand succès. Il est composé de coques en contreplaqué moulé dans les trois dimensions. Aujourd'hui, le Lounge Chair est toujours en production par les sociétés Vitra et Herman Miller. Depuis son lancement, ce fauteuil s'est vendu à plus de 6 millions d'exemplaires à travers le monde.

Armchair DAW, 1948

 

 

Durant toute leur carrière, Charles et Ray s'intéressent aussi à la photographie. Ils réaliseront de nombreuses présentations multimédias, combinant images et sons ainsi qu'une cinquantaine de films éducatifs dont Powers of Ten.

 

Chaise 1940

 

Repost 0
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 16:37

 

Avec Jean Prouvé, Jacques Adnet et Jean Royère, Charlotte nullPerriand est considérée comme l’un des créateurs de mobilier les plus fameux des années 50.

 

 

Bench with storage, 1958 Metal, wood and laminated wood

 

Ayant longtemps collaboré avec Le Corbusier et Pierre Jeanneret, elle réalise dès 1927 plusieurs meubles en métal - dont la célèbre chaise longue à position variable que Thonet éditera deux ans plus tard.

 

 

Coffee table, 1953 Bent steel base and solid wood top

Libérée d’une esthétique conventionnelle, Charlotte Perriand oriente son esprit vers le travail du bois où elle trouve son épanouissement à la suite d’un séjour de quatre ans au Japon - la paille, le bambou, les branches d’arbre deviennent ses matériaux de prédilection : par les diverses combinaisons qui en émanent, elle ne conserve que les volumes essentiels et s’éloigne ainsi d’un logique formalisme.

"Forme libre" table, ca.1953  Bent steel base and solid wood top

 

 

C’est surtout après la seconde guerre mondiale que Charlotte Perriand élabore une conception nouvelle de l’habitat en conférant à ses réalisations une dimension humaine : par l’emploi souple des matériaux, et par son rapport privilégié avec la nature, elle impose un style pur et puissant par un certain art de vivre (voir ses modèles de table en bois massif et de forme libre).

 

Asymmetrical wall-mounted bookshelves, 1958 Metal & mahogany

 

Consciente cependant des réalités économiques et sociales, elle opte pour la production en série, élaborant une synthèse entre la tradition et l’industrie. “Soucieuse d’innover et non d’affirmer une formule de rénovation”, elle réalisera de nombreux aménagements tels que les logements de l’Unité d’Habitation de Marseille, avec Le Corbusier, en 1949, et les chambres d’étudiant de la Cité Universitaire de Paris en 1953, dont un élément principal est une bibliothèque fabriquée en collaboration avec Jean Prouvé (commandée par André Bloc, créateur du “Groupe Espace”, à 70 et 40 exemplaires).

 

Cabinet, ca.1960 Oak and metal

 

Tout au long de sa carrière, Charlotte Perriand s’est profondément attaché à maintenir une qualité de vie : des maisons ouvrières, citadines ou champêtres, aux refuges et hôtels de montagne, elle a sauvegardé l’homme et son environnement en créant un mobilier à la fois confortable et fonctionnel. Elle nous a quitté le 27 octobre 1999 à l’âge de 96 ans, Jean Prouvé disait d’elle qu’elle était un des rares créateurs chez qui l’harmonie de pensée contemporaine était spontanée.

 

Cabinet, 1962  Mahogany

Cabinet, ca. 1950

Wall-mounted bookshelves & cabinet, 1957

 

 

Bibliothèque "Maison de la Tunisie" - 1953
Piétement et étagères en pin, détails et poignées acajou. Plots en tôle d'aluminium pliée et laquée, portes coulissantes en aluminium "pointe de diamant" laqué.

Hauteur : 162 Largeur : 353 Profondeur : 53 cm

 

 

Bibliothèque 1956

 

 

Bookcase, 1960 Metal, aluminum and wood 157 x 277,5 x 46 cm


 

 

Repost 0
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 16:35

Le projet de construction de La Cité Radieuse est l’aboutissement d’un programme de recherche sur le logement, et la question urbaine, mené par Le Corbusier durant près d’un quart de siècle. Le but était d’apporter une réponse nouvelle au problème de logement collectif, dans sa double dimension urbaine et architecturale en un moment où la France est en train d’accumuler un déficit considérable dans ce domaine.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour répondre à la commande de la construction d’une Unité d’habitation, passée en 1945 par le ministre de la reconstruction Raoul Dautry, Le Corbusier va développer l’idée d’un modèle innovant et avant-gardiste : La cité-jardin verticale qui s’avère selon lui résulter « du don des techniques modernes, phénomène de synthèse architectural supprimant le gaspillage et prenant en charge les plus lourdes fonctions domestiques. Selon le Corbusier, l’Unité d’Habitation crée un phénomène social productif dans lequel l’individuel et le collectif s’équilibrent dans une juste répartition des fonctions de la vie quotidienne ». L’idée de base de ce nouveau modèle est simple. Il s’agit, sur des terrains artificiels supportés par des pilotis, de construire des ensembles de logements individuels insérés dans la logique d’une structure collective, destinée à apporter par ses équipements, l’organisation nécessaire à l’épanouissement de la vie sociale. Ce faisant, Le Corbusier invente ainsi un objet urbain, ni barre, ni tour «intrinsèque comme un gratte-ciel », un unicum qui, placé en représentation dans l’espace de la ville, transcende sur le plan symbolique la fonction ordinaire du logement.

 

 

 

Entre grandeur démonstrative théorique et design expérimental, Le Corbusier applique les méthodes du management industriel, découvert entre les deux guerres pour conduire son projet.

 

 

 

Son objectif est de faire porter l’innovation sur quatre points précis :

 

 

 

- d’abord la dimension urbaine, dans la mesure où ce projet représente une tentative radicale de renouvellement de la structure traditionnelle de l’îlot, aux niveaux spatial et fonctionnel

 

 

 

- ensuite les techniques de construction, qu’il envisage d’orienter vers des procédés d’industrialisation, contrôlés par l’utilisation d’un nouveau dimensionnement donné par le Modulor

 

 

 

- également l’emploi de nouveaux matériaux, dont la mise en œuvre devrait favoriser les techniques d’assemblage et de montage à sec selon ma métaphore de la bouteille dans le bouteiller.

 

 

 

- Enfin sur la conception du logement, d’un point de vue technique par le contrôle du son, de la lumière, de la ventilation et d’un point de vue spatial par la mise en place de dispositifs susceptibles de produire de nouveaux usages dans l’espace de l’habitat.

 

 

 

 

 

 

 

« Dans cette véritable bataille technique, le véritable enjeu était de ne pas perdre de vue les deux objectifs initiaux :

 

 

Le premier : fournir dans le silence, la solitude et face au soleil, à l’espace, à la verdure, un logis qui soit le réceptacle parfait d’une famille.

 

Le second : dresser face à la nature du Bon Dieu, sous le ciel et face au soleil, une oeuvre architecturale magistrale, faite de rigueur, de grandeur, de noblesse, de sourire et d’élégance.»

 

 

 

Dans cette optique, l’Unité d’habitation qualifiée également par le Corbusier de grandeur conforme correspond à une unité sociable comptant 1600 habitants, comprenant 337 logements de 23 types différents et une série d’équipement comme : école maternelle, hôtel, commerce, bureaux, gymnase…

 

L’Unité d’habitation c'est aussi 137m de long, 24 m de large et 56m de hauteur édifié sur 18 niveaux et couronné par un toit terrasse aménagé.

 

Texte de J.Sbriglio

 

Architecte , membre de la fondation

Site de référence:

http://www.marseille-citeradieuse.org/

 

Cité radieuse Le Corbusier

 

280, Bd Michelet

13008 Marseille France

Repost 0
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 16:33

 

Repost 0
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 16:32

 

 

 

Repost 0
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 16:30

Voici une galerie de Villas des fifties situées en France

2979498680.jpg

 

2939237186.jpg

 

7815021102.jpg

 

0185987046.jpg

 

1568550232.jpg

 

1770763555.jpg

 

2814184456.jpg

 

2822707775.jpg

 

9733276939.jpg

 

 

Repost 0
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 16:29

TheWildOne1.jpgC'est en 1953 que Laslo Benedek réalise The Wild One d'aprés un scénario de John Paxton lui même inspiré de fait réel s'étant déroulé en 1947 à Hollister (une petite ville californienne). L'histoire raconte l'arrivée dans une petit ville de Johnny et sa bande de motard vêtus de jeans et blousons de cuits noirs marqués d'une tête de mort, aprés avoir volé la coupe d'une course de moto. Même si les nouveaux venus ne sont pas les bien venus rien de grâve, tout s'envenime lors de l'arrivée d'une seconde bande rivalle. Parallèlement Johnny fait la connaissance de Kattie une jeune serveuse.

C'est un film classique qui révèle Marlon Brando au monde entier dans le rôle de Johnny, on peut également citer Lee Marvin remarquable dans le rôle de Cino le chef de la bande adverse.

 

 

 


2654846428_71c08c399e_b.jpg

 

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Cinema
commenter cet article