Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 09:37

)La série des doubles albums Kings of Rock est édité sous 3 volumesDSC06385.jpg dont le volume 1 est baptisé dans l'éditions française Pathe Marconi - Emi - Music Melody (MP 209) étonnement Testament du rock !!! (du même nom de la collection déjas traité sur ce blog!!)
Donc ici les enregistrement sont essentiellement emprunté aux catalogues Liberty et Imperial des fifties et early sixties.
Donc le vol1 de Kings of Rock (que je possède sous sa forme graphique Testament du rock), nous trouvons 3 rock sauvage d'Eddie Cochran C'mon everybody, Cut Accross shorty, Twenty flight rock et le démoniaque Nervous Breackdown (enregistrements Liberty), de Fats Domino 4 rock n'roll teinté de Boogie au son si caractéristique de la nouvelle orléans avec I'm Walkin', My blue heaven et I'm ready, au niveau de chez Sun records nous trouvons le méga tube sauvage de Jerry Lee lewis Great balls of fire, le gros classique de Buddy Knox l'immortel Party Doll est présent mais dans son édition Liberty postèrieure à l'originale gravé chez Roulette records, Dans le style de Fats domino nous trouvons son ami Smiley Lewis avec Shame, shame, shame, des fifties nous trouvons également l'instrumental Red river rock de Johnny & the Hurricanes et le rock noir sauvage Bony Maronie de Larry Williams (sur Speciality). Etonnement le reste des titres sont des sixties Bobby Vee reprend en 1961 The girl can't help it de Little Richard et en 1963 Peggy Sue de Buddy Holly, The Crickets (le groupe de Buddy Holly reprend en 1962 le génial What'd i say de Ray Charles, Jay and the Americans en 1961 reprennent le classique de Chuck Berry Johnny B. Goode, P.J. Proby reprend en 1966 Stagger Lee un des gros tubes de Lloyd Price durant les 1950's, et Sandy Nelson reprend en instrumental l'immortel Rock around the clock énorme succés de Bill Haley & the Comets en 1955, Bill Haley est présent aussi avec le rare et pourtant excellent That's how i got to Memphis de 1964, au niveau des instrumlentaux incontournable du rock n'roll nous trouvons Memphis de Lonnie Mack de 1963 et Let's Go des Ventures de 1961 tout comme le gros succés pop rocker de Johnny burnette You're Sixteen, enfin nous trouvons le méga succés de Del Shannon de 1961 Runaway et le trés bon I saw Elvis Presley Last night de Gary Lewis datant de 1965.
Le Kings Of Rock Volume 2  (UAS 29748/9) continu avec lesDSC06383.jpg incontournables rocks rapides d'Eddie Cochran avec Summertime blues, Somethin' else et sa version white rock du Long Tall Sally de Little Richard, Fats Domino est lui aussi toujours présent avec d'autres rocks comme So glad, Oh wee et le supra connu Blueberry hill, au niveau du rock noir nous trouvons le pionnier Roy Brown avec Let the four wind blow (succés de Fats Domino), Shirley & Lee avec le génial Let the good time roll et Amos Milburn avec son classique Chicken shack boogie, Bill haley & the Comets interprette un titre méconnu et trés particlier quand même des 1960's Ain't love funny ha ha ha, Bobby Vee chante deux tubes de Buddy Holly Oh boy et That'll be the day, Johnny burnette chante un autre de ses succés en solo du début 1960 le trés bon Cincinnati Fireball, Johnny Rivers chante deux succés de chuck Berry soit Maybellene et Roll over Beetoven, Les surfers Jan & Dean chantent Rock n'roll music de Chuck Berry, Tallahasseee Lassie de Freddy Cannon et Barbarra ann des Regents dans un style surf proche des Beach Boys,  The Crickets (le groupe de Bill Haley) chante le trés bon rock fifties de Johnnie Otis aux rythmes proche de Bo Diddley Willie and the handjive, Del Shannon reprend avec talent l'incontournable succés du début 1960's Oh pretty woman de Roy Orbison, Sandy Nelson fait une version instrumentale du Sweet little sixteen de Chuck Berry, et les Ventures font de même avec the Locomotion popularisé par little Eva, ensuite nous trouvons Gary Lewis qui reprend Great balls of fire dont l'original de Jerry Lee Lewis est présent sur le premier volume, le reste est du pur sixties et pourtant cela passe assez bien P.J.Proby chante Niki Hoeky, Kim Fowley chante Barefoot country boy, The Easy beats chantent Hound dog popularisé par Elvis durant les fifties, Canned Heat chantent Rockin' with the king et les Flamin' groovies Slow death.
Les styles sont plus variées que sur le premier volume du coup à déconseiller aux fanatiques du son "made in the fifties", mais l'ensemble reste plutôt réussie avec une trés bonne face de titres moins connus de rock noir des fifties et des versions souvents amusantes et créatives de classiques des 1950's par d'autres rockers au début des 1960's Bobby Vee par exemple est plutôt convainquant dans ses reprises de Buddy Holly, mon jugement est par contre plus mesuréDSC06384.jpg par contre pour Sandy Nelson et Jan & Dean dont les versions sont trés personnelles mais un peu trop kitch quand même, The ventures réussissent plutôt bien leur Locomotion, les titres purement sixties voir seventies de Kim Fowley , Flamin Groovies et Canned Heat sont d'assez bonnes surprises.
Le King Of Rock  Volume 3 (SLD 55049/50) commence par une face compilant que du rock fifties et début 1960 comprenant des titres présents sur le volume 1 et 2 comme Summertime blues d'Eddie Cochran, Cincinnati Fireball de Johnny Burnette, Great balls of fire de Jerry Lee Lewis, Bony Maronie de Larry Williams et Chicken Shack boogie d'Amos Milburn mais aussi d'autres comme Blue Monday un classique Imperial de Fats Domino et Over and Over par Thurston Harris de 1958, malgrés ces doublons cela commence plutôt bien.  La face 2 est consacré aux instrumentaux avec Raunchy par Bill Justis (Phillips international filiale de Sun records), Beatnick Fly par Johnny & the Hurricanes, Let there be drums le tube de Sandy nelson, Walk don't run le plus grand succés des Ventures, le moins connu mais génial surf instrumental avec sonorités rockabilly Bust out par les Busters de 1963, Wham! l'autre gros tube de Lonnie Mack aprés Memphis, et Walkin' with mr lee par Lee Allen un instrumental de 1958 entre jump et rock n'roll, cette seconde face aurait pu paraître un peu enuyeuse par rapport à la précédente, mais il n'en n'est rien le choix des titres et leur place est une réussite. la troisième face semble plus se consacré au Teen rock  si ce n'est le splendide White rock Endless sleep de Jody Reynolds, on trouve l'immense succés de frankie Avalon le slow Venus qui s'avère en fait le moins interressant à mon goût de la face, en effet Mister blue par The fleetwoods par exemple balance plus tout en restant une ballade mélancolique, Oh Julie une ballade doo wop des Crescendos de 1957 tient particulièrement la route, I love how you love me par The Paris Sisters de 1961 est de son côté magnifique sans doute par ce qu'une des premières production de Phil Spector, Bobby Vee interprette son sympathique médium teen rock Please don't ask about Barbarra de 1962 la face se termine par Reparata and the Delrons qui chantent Whenever a teenager cries de 1964 un titre de girls group qui ressemble beaucoup au Chapell of love des Dixie cups.
La dernière face compile quelques un des classiques du doo wop dont le rapide Papa-Oom-Mow-Mow des Rivingtons de 1962 (qui est l'inspiration mélodique du Surfin' bird des Trashmen), l'incroyable Love potion number nine des Clovers de 1959, le fabuleux Tonight tonight des Mollo kings de 1957, le classique (I'll) remember in the still of the night des Five Satins de 1956 , le plus rapide When you dance des Turbans de 1955, le trés bon et original Western Movies des Olympics de 1958 et le Rock doo wop Stranded in the Jungle des Cadets de 1956.
Ce troisième volume avec son concept de styles différents par face est plutôt réussi avec un choix de titre pas toujours facile à trouver mérite une attention particulière, mais je regrette quand même les doublons avec les autres volumes de la première face.


Eddie Cochran "Summertime Blues" (1958)

Fats Domino - I'm Ready

 

Johnny Burnette - Cincinnati Fireball

 


Olympics - Western movies


The Paris Sisters-I Love How You Love Me


Bobby Vee with The Crickets - Peggy Sue (1962)

Sandy Nelson - Let There Be Drum

Maybelline~ Johnny Rivers on IR (Imperial)

The Cadets - Stranded In The Jungle (45)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

doc bop 18/03/2010 15:46


il existe un coffret regroupant les 3 volumes de "kings of rock".quand au testament du rock vol.1,il existe 2 pressages completement differents avec le meme titre mais pas du tout les memes
morceaux bien qu'aussi tires du catalogueemi(liberty/capitol).le pressage que vous montrez est le plus difficile a se procurer.il y aurait une version differente de titres capitol de gene vincent
qui se promenent sur ces compiles.j'en avais trouve 2 a l'epoque,mais du bourbon a coule dans ma gorge depuis et j'avoue ne pas me rapeller lesquels il y avait she she little shiela,je crois.


beatnick bandit 18/03/2010 16:37


Si vous parlez des Testament du Rock Emi Capitol j'ai fait un article sur les 4 volumes sur ce blog, et j'en ferais un autre sur le second coffret de cet série en question. Le testament du Rock que
je présente est en réalité le Kings of Rock Vol 1 avec une autre pochette et un autre nom, étrange mais c'est pour cela
aussi que les disques sont passionnant