Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 21:46

Johnny Rivers sera une trés grosse vedette au milieu des années 1960, DSC04881.jpgen effet en 1964 il est le seul des rockers américain à se classer dans le top ten face à l'invasion des groupes anglais.
Johnny Rivers de son vrais nom John Henry Ramistella est né à New York, mais sa famille part pour Baton rouge (en Louisiane).
C'est en écoutant son père qui chante pour le plaisir des anciens airs italien en s'accompagnant de la mandoline et de la guitare que Johnny décide de faire de la musioque lui aussi. Mais ses influences il les trouve grâce à la radio qui passe des titres de rhythm and blues de Fats Domino, Jimmy Reed et d'autres artistes noirs.
Rapidement Johnny joue comme guitariste dans de nombreuses formations locales de Rock n'roll avant de former la sienne en 1956 The Spades, ils jouent des succés de Fats Domino, Little Richard, Larry Williams ou Bobby Bland, puis aprés l'écoute de Jerry Lee lewis et Elvis Presley ils rajoute du rockabilly à leur répertoire.
Lui et The Spades tournent en Louisiane, au Texas dans le Mississipi, Arkansas et l'Alabama et fin 1956 ils enregistrent Hey Little girl qui sort sur un label local Suede, le titre est d'ailleur un petit hit. En 1957 Johnny s'installe à New York, il essai de rencontrer Alan Freed, Freed et Jack Hooke le reçoivent et l'écoutent Johnny qui lui interprette 4 titres, Hooke convaincu par son talent et le présente à George Goldner des disques Gone et End records.
Alan Freed lui trouve son nom de scène Rivers en pensant au fleuve Mississipi.
En Mars 1958 sort ses premiers enregistrements comme le trés bon rock blanc Baby come back sur Dee Dee records, et l'également trés réussi You're the One en Mars 1959 sur Gyden records.Mais malheureusement sans véritable succés.
Il retourne alors à Baton rouge, et part pour Nashville pour travailer comme musicien de studio au côté de quelues unes des pointures de l'époque (Floyd Kramer, buddy harman, Bob Moore et Hank Garland)
Autour de 1960, il joue derrière Ricky Nelson, et le titre I'll make believe présent sur l'album More Song by Ricky est une composition de Johnny.
En 1961 il part pour Los Angeles, il devient musicien de session pour Capitol records, il enregistre aussi sous la direction du producteur Nick Venet une version rockabilly du hit country de Lefty Frizzell's Long black Veil mais qui ne sortira pas à l'époque.
Il joue ensuite dans un trio de Jazz vers 1963, doucement son style se rapproche de celui d'une vedette du moment Trini Lopez . Mais cela est une autre histoire, pour l'instant ce qui nous importe se sont ses faces de rock n'roll bien trempée qu'il met en boite durant les années &950 et au début des années 1960.
L'album Johnny Rivers Rock n'roll years (sur Suede 5787) compile 16 titres de bon rock n'roll  dont son premier simple de février 1958 (Suede 1401) Two by twoLittle girl , son second de Mars 1958 ( Gone  5026) Baby come back / Long long walk, son troisième d'Octobre 1958 (Guyden 2003) You're the one / A hole in the ground , un titre de son quatrième (Dee dee 239) de Mars 1959  White Cliffs of Dover, puis Everyday de son 5 eme de Septembre 1959 (CUB K 9047), nous trouvons ensuite It's so doggone lonesome de son 10 eme simple (Chancellor C1070)  de Mars 1961, That's someone should be me du suivant (Chancellor C 1096) de 1962, Long black veil de son treizième simple (Capitol 4850) de Novembre 1962 et That's my baby qui est tiré d'un simple de Septembre 1964. plus That's rock n'roll et Oh ! what a kiss (une reprise de Johnny Cash)


Johnny Rivers - Long Black Veil

Johnny Rivers - Oh What A Kiss


Partager cet article

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans White Rocker
commenter cet article

commentaires