Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • Rockin-records le son du rock n'roll authentique au travers des disques
  • : Ce site présente le rock n'roll des fifties (1950's) sous ses différents courants musicaux: Rockabilly, Jump, Jive, Doo Wop, rhythm and blues, teen rock, twist au travers des disques.
  • Contact

Recherche

Liens

3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 11:40

Afin de bien voir l'importance de Fats Domino dans l'histoire du rock, il ne faut pas perdre de vue qu'il est le plus gros vendeur de Rock n'roll aprés Elvis Presley. Nous verons dans cet article l'oeuvre de Fats Domino sur le label imperial (son age d'or) qui s'étend entre 1949 et 1962. La première séance de Fats pour Imperial records date de Décembre 1949, elle réunie Fats (piano et chant), Herbert Herdesty & Clarence Hall (saxophonistes ténors), Alvin Tyler (Saxophone baryton), Joe Harris (Saxophone alto), Ernest McLean (Guitare), Frank Field ( basse) et Earl palmer (Batterie). Le style de ses premiers titres sont proche du style de Roy Brown, Big Joe Turner ou Louis  Jordan. Il obtient pourtant son premier méga tube national avec The Fat Man, on peut aussi noter des titres comme Detroit city blues,  Junker Blues (reprise de Champion Jack Dupree), Hide away blues, She's my baby (dans le style d'Amos Milburn), Brand new baby , Litlle Bee (qui sera interdit par la censure à la radio par ce que parlant de tour de poitrine!!!), Boogie Woogie baby, Hey! là bas (dans le style de Louis Jordan), Korea Blues (avec les sonneries militaires de Dave Bartholomew à la trompette), enfin  Everynight,  Careless love, Don't you lie to me et Rockin' chair annonce le futur style de Fats. C'est avec Goin' Home de 1951 que Fats Domino obtient son style inimitable qui llui vaudra une telle popularité durant les années cinquantes. Mais le groupe de Fats s'est déjas modifié depuis 1949 nous trouvons Harrison Verrett (guitare qui est son beau frère!), Billy Diamond (basse), Cornelius Coleman (batterie), Wendell Duconge et Buddy Hagans (saxophones).


A partir de 1952 il continu à enregistrer des purs rhythm and blues comme Long lonesome journey et Cheatin'. Sa reprise du classique de Professor Longhair Mardis Gras se caractérise par des influences de la musique des Caraïbes. Fats fait d'un blues Going to the river un morceau qui balance une sorte de rock primitif.  Second line Jump et Goodbye (de Shirley Goodman du duo Shirley and Lee) sont eux aussi des titres entre Rhythm and blues et rock n'roll.Mais c'est surtout sa reprise du Swanee river boogie d'Albert Ammons sous le nom Swanee River Hop que le passage du style de Fats vers le rock n'roll est le plus sensible.
Le premier véritable rock de Fats est sans doute le génial Please don't leave me dans lequel Fats commence le titre par une minute de Wou wou suivis de 5 secondes de paroles simple mais bigrement efficace. On peut noter la reprise rockabilly qu'en fit les Burnette Brothers.
You said you love me est le premier slow de Fats il possède déjas tout les ingrédients du génial Blueberry hill. Les titres Rose Mary, Ain't it good, Don't leave me this way et Fat's frenzy sont dans la même veine que Please don't leave me des vrais rock teinté de Nouvelle Orléans. Long lonesome journey et Something's wrong sont de leurs côté des slows rythmés sorte de médium rock. En 1953 et 1955, Fats et son groupe aprés avoir aquirent le haut des hit parades Rhythm and blues et veulent s'attaquer au charts Pop soit au public blanc. Son groupe se compose alors de Walter "Papoose" Nelson, Ernest Mc Lean (guitares), Billy Diamond, Frank Fields (Basse), Coenelius "Teeno" Coleman (batterie), Wendell Duconge, Clartence Ford (saxophones alto), Robert Buddy Hagans, Herb Hardesty et Lee Allen (saxophones ténors) et biensur Dave Bartolomew à la trompette.


Ils commencent par quelques titres bien maîtrisés comme 44, Little School girl (dans le style de Professor Longhair), If you need me, You done me wrong, Where did you stay, You can pack your suitcase, Love me et You don't you know. Malgrés la qualité et le rythme de ces titres, ils n'ont pas l'étoffe des tubes.
Par contre All by myself est  un petit chef d'oeuvre qui sonne même rock blanc!! En 1955 il réalise une suite de classiques et de tubes incontournables comme Ain't that a shame ( qui rentre  dans les charts pop et dont on peu noter une reprise de Pat Boone ), La la, Blue Monday et Poor me (tout ces titres atteignent les sommets des charts rhythm and blues).De cette fin d'abnnée 1955 jusqu'à 1957 on entre dans l'age d'or de Fats qui rentre avec plusieurs titres dans le hit parade blanc. On peut noter I can't go on (avec un trés bon solo de saxophone), I'm in love again et Bo weevil (qui est le second titre de Fats à rentrer dans les hit parades blancs). S'en suivent des titres qui ne seront pas des tubes mais qui sont de trés bons rocks comme Don't blame it on me, Howdy Podner, I can't hill, Valley of tears, I can't go on this way, Don't know what's wrong, The twist set me free, What's the reason i'm not pleasing you, ida jane, Honey chile, Don't deceive me, the rosster song, telling lies et Wait and see. Chacun de ses titres mettent en évidence la structure caractéristique du tandem Fats Domino /  Dave Bartholomew soit une introduction, une oartie chantée, un solo de saxophone et une autre partie chantée. C'est aussi à cette pèriode qu'il réalise ses plus grands classiques et tubes My blue heaven, When my dreamboat comes home, I'm walkin' et Blueberry hill (tellement réussit qu'on en oublie la version de Louis Armstrong).
Entre Janvier 1957 et Novembre 1958 Fats fera 19 sessions d'enregistrement et la grande majorité des titresde cette pèriode sont du pur rock n'roll citons Sailor boy, The big beat, My love for her, I want you to know, No no et Sick and tired.

 


On peu aussi noter comme trock plus médium: Prisoner's song (un swamp pop), You rascal you (un vieux standard), I'm gonna be a wheel someday (qui sera aussi repris par Bobby Mitchell), How can i be happy, Lazy woman, Isle of capri (repris par Johnnie Allan), Coquette, Sheik of Araby. En 1958 Fats n'obtient pas de gros tubes mais il a déjas vendu 25 millions de disques!!. Enfin on peut citer son trés bon I want you to know sera un tube pour Cliff Richard et pour les Chats Sauvages (sous le titre Oh boy).
 De la fin de 1958 à la fin de 1959 Fats enregistre d'autre classique du black rock n'roll comme Whole lotta loving, Margie, I'll always be in love with you, So glad, Darktown Strutter's ball, Lil' Zina Jane, I hear you knockin (reprise de smiley lewis), et les géniaux Country boy et I'm ready.

 

 

 

 

 

 

 

Il enregistrent aussi quelques trés bon slow comme I miss you so, If you need me, Easter parade et I want to walk you home.
La pèriode suivante jusquau début de 1961 voit de nouveaux des gros tubes dans les hit parade pour Fats dont le génial Walking to new orleans (composition de Bobby Charles), mais aussi Be my guest, Ain't gonna do it, Three night a week, My girl Josephine et I keeps rainin'.  D'autres titres méritent aussi d'être cités comme Shu ra, Ain't that just like a womanTrouble in mind, Holds hands et I've been calling. Ses dernières sessions Imperial entre Juin 1961 et Juin 1962 sont riches en classiques Rock n'roll comme Let the four wind Bows, What a party, Rockin Bicycle, et When i was young mais on peut également signaler des reprises de Hank Williams: You Win again, Your cheatin' heart et Jambalaya.

 

 

 

 

 

 

Au niveau des lps, pour la première pèriode soit 1950 à 1953, la compilation Boogie Woogie baby de Ace records  CHD 140 est une alternative interressante (il s'agit en réalité de la réédition du Rare Dominos du label Liberty de 1969) on trouve de 1950 Stay away, What's the matter baby, Hey las as bas boogie, Boogie woogie baby et I've got eyes for you, de 1951 Don't lie to me, Sometimes i wonder, Rockin' chair (N° 9 des charts), Right from wrong, No no baby, My baby's gone, How long  (N° 9 des charts)et  Rose Mary(N° 10 des charts), de 1952 Dreaming (instrumental) et Nobody loves me, de 1953 Fat's domino blues et un inédit jusqu'en 1969 9th ward blues.

 


Ensuite on peut se consacrer sur les lps Imperial en commençant par Here stands Fats domino LP-9038 de 1957 qui est une sorte de best of de Fats réunissant des titres de différentes époques: Detroit city blues (1949), Hide away blues (1950), She's my baby (1950), New baby (1950), Little Bee(1950), Every night about this time(1950), I'm walkin' (1957), Im in the mood for love (1957), Cheatin' (1953), You can pack your suitcase (1954), Hey Fat man, I'll be gone (1952).

This is Fats Imperial LP 9028 est un album de 1956 regroupant quelques un de ses tubes de 1956 avec des titres antèrieurs : Blueberry Hill (1956) , Honey Chile (1956), What's the reason i'm not a pleasing you(1956), Blue Monday (1956), So long(1956), La la (1955), Troubles of my own(1955), You done me wrong(1954), Reeling and rocking(1952), The fat man's hop, Poor poor me (1952)  et Trust in me (1952).



Rock and Rollin' with Fats Domino compile comme son nom l'indique que des rock s'échelonnant entre 1949 et 1956.The Fat man(1949), Tired of crying(1951), Goin' home(1952), You said you love me(1953), Going to the river(1953), Please don't leave me(1953), Rose Mary(1953), All by myself(1955), Ain't that a shame(1955), Poor me (1955), Bo Weevil (1956) et Don't blame it on me (1956)

This is Fats imperial LP 12391 sorti en 1957 compile essentiellement des titres de 1957 avec deux singles de 1954 et un titre de 1952: The rooster song(1957), My happiness (1957), As time goes by(1957), Hey la bas (1957), Love me(1954), Don't you hear me calling you(1954), It's you i love(1957), Valley of tears(1957), Where did you stay (1954), Baby please (1954), Thinking of you (1954) et You know i miss you(1952).

The Fabulous Mr D Imperial lp 9055 de 1958 compile des titres de l'année avec d'autres plus anciens The big beat(1957) , I'll be glad when you're dead, You rascal you, What will i tell my heart, Barrel house, Little Mary (1958), Sick and tired(1958), I want you to know(1957), "44", Mardi gras in new Orleans(1953), I can't go on(1955), Long lonesome journey et Young school girl(1958).

 



I Miss You so Imperial lp 9138  compile des titres enregistré majoritairement début sixties et plus spécifiquement de 1961 avec I miss you so, It keep rainin',(1961) Ain't that just like a woman( 1961), Once in a while, I hear you knocking (1961), Isle of Capri (1963), What a price(1961), When i was young(1964), Feel in love on monday(1961), My bleeding heart, Easter parade et I'll aways be in love with you

Let's dance With Domino Imperial lp 12239 regroupe titre fifties et sixties: Ain't it a shame, I don't want to walk whitout you, I lived my life (1954), Someday(1959), Telling lies (1959), When i see you (1957), Just a little while, Oh ba-a-by, When you're smiling, Don't you know i love you (1958), Yes my darling (1958) et True Confession (1963)






A lot of Dominoes
Imperial lp 12066 réunit Put your arms around me honey (1960), Three night a week (1960), Shurah (1961), Rising sun, My girl Josephine (1960), The Sheik of Araby, Walking to New orleans (1960), Don't come knockin'(1960), Magic isles, You always hurt the one you love, It's the talk of the town et Natural born lover (1960).











What a Party!
imperial lp Compile des titres de 1960 et 1961 avec quelues titres fin fifties Did you ever see a dream walking (1962), Rockin bicycle (1961) , before i grow too old (1960), Ain't gonna do it, Bad luck and trouble, Hold hands, Trouble in mind, Coquette (1958), What a party (1961), I just cry (1961), I've been calling et Tell me that you love me (1960)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Let The Four Winds blow Imperial lp compile que des titres sixties: Along the navajo trail, You win again (1962), One night (1963),  I'm alone because i love you, Won't come on back (1962), Trouble blues (1963), I can't give you anything but love (1963), Good hearted man (1961), Your cheating heart (1964), Let the four winds blow (1961), In a shanty in old shanty town et Am i blue.



















Partager cet article

Repost 0
Published by beatnick bandit - dans Black Rock n'roll
commenter cet article

commentaires